« Juillet 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Filtrer les éléments par date : mercredi, 12 juillet 2017
mercredi, 12 juillet 2017 00:00

4 morts et 2 blessés en 24 heures

urant les dernières 24 heures, les unités de la Protection civile de la wilaya de Constantine ont enregistré pas moins de quatre interventions de différents types pour répondre à des appels de secours suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, évacuation sanitaires, extinction d’incendies et dispositifs de sécurité. Deux accidents de la circulation se sont produits durant cette période avec un bilan de 02 morts. Le premier s’est produit sur la RN 03 avec le renversement d’une moto dont le motard ne s’en remettra pas, succombant lors de son évacuation au CHU. Il en fut de même pour le conducteur d’un véhicule qui s’est renversé sur la même route nationale 03. Là aussi, il y a eu un décès et un passager gravement blessé. A signaler également le décès sur les lieux d’un homme de 40 ans (JA) suite à un éboulement alors qu’il creusait une fosse de 2,5 m de profondeur et 02 m de largeur, comme contenu dans le communiqué de la Protection civile. Le corps de la victime a été déposé à la morgue de l’hôpital Abdelkader Bencharif et qu’une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes de l’accident mortel qui s’est produit au niveau de Kariat Bouchabaa à proximité de la ville nouvelle Ali Mendjeli. Un autre décès par noyade a été également enregistré dans la localité de Benyagoub à El Haria (Ain Abid). La victime, un garçon de 15 ans (BA), s’est noyée dans une mare d’eau de laquelle il fut retiré par des citoyens et remis à la Protection civile. Son décès fut confirmé par le médecin de la polyclinique de Benbadis. Au chapitre des incendies, il est indiqué dans le communiqué de presse que les éléments de la Protection civile ont pu éteindre un incendie qui s’est déclaré au lieu dit « Mouzina », à proximité du Souk d’El Khroub, où quatre véhicules étaient garés et dont l’un fut entièrement calciné. Les soldats du feu furent également sollicités pour éteindre, cette fois 05 compteurs électriques, qui ont pris feu au rez-de-chaussée de logements de fonction d’un CEM sis à Hamma Bouziane.

M.A

Publié dans Constantine
mercredi, 12 juillet 2017 00:00

La vétusté des immeubles inquiéte

Des dizaines de familles habitant les bâtiments de la cité Ben Boulaid à Constantine, sont, disent-ils, menacés par un grand risque, du fait de leur vétusté et du délabrement des murs, ce qui les a amenés à solliciter l’intervention des autorités afin de leur trouver une solution, où de les faire reloger dans de nouveaux appartements. Les résidents de cette cité lancent un appel pressant au wali pour diligenter une expertise des habitations signalées à travers un état des lieux de chaque appartement concerné par les fissures. Ces fissures se concentrent surtout au niveau de deux bâtiments 7 et 12, où elles commencent du rez de chaussé pour s’étendre au 5ème étage avec 5 cm de largeur. Les habitants ont essayé des réparations, surtout celles localisées au niveau des chambres, mais à cause du glissement de terrain, elles finiront par réapparaître toujours après une courte période. Les habitants indiquent qu’ils ont enregistré dernièrement un effondrement des escaliers au niveau du bâtiment N°7, ce qui les a poussés à éviter de « courir » de peur de provoquer un effondrement, en affirmant qu’il ne se passe pas un mois sans qu’ils n’enregistrent un effondrement partiel des murs où des chutes de ciments des balcons, ce qui constitue des signes avant coureurs d’une catastrophe imminente surtout en hiver. Les habitants exigent des autorités une solution rapide à travers la programmation d’une opération de restauration de leurs appartements en cas d’approbation par les services techniques, de les faire reloger dans de nouveaux logements, surtout que leurs habitations ont été classés précaires.

S.B

Publié dans Constantine

Six (6) nouvelles spécialités de formation professionnelle seront proposées à la prochaine rentrée du secteur prévue le 24 septembre prochain à Constantine, a indiqué hier la directrice locale du secteur, Rahima Zenati. Il s’agira des formations de type résidentiel dans le montage de panneaux solaires et photovoltaïques, l’achat et l’approvisionnement et la puériculture, selon la même source qui a indiqué que l’offre en apprentissage inclura également les nouvelles formations en montage d’appareils de climatisation, dans les travaux publics et les ouvrages d’art ainsi que l’hôtellerie (cuisine). Ouvertes le 9 juillet dernier et se poursuivant jusqu’au 16 septembre, les inscriptions pour la prochaine rentrée portent sur une offre globale de 8.036 postes de formation dont 3.071 en apprentissage, 2.125 en résidentiel, 147 en formation passerelle et 160 en cours du soir diplômants, a précisé Mme Zenati. L’offre en formation qualifiante porte sur 150 postes pour la femme rurale, 120 en cours du soir, 120 pour les jeunes sans niveau d’instruction et 570 pour les femmes au foyer, est-il indiqué. Le secteur propose, en outre, 663 postes de formation pour les détenus des établissements pénitentiaires en plus de 786 postes pour la formation qualifiante contractuelle offerts aux entreprises économiques, selon la même responsable qui a noté que l’Institut national spécialisé de formation professionnelle (INSFP) de la ville Ali Mendjeli offre 72 postes de formation en électricité, 36 en maintenance des systèmes informatiques et 36 en industrie mécanique. Le secteur de la formation professionnelle dispose dans la wilaya de Constantine d’un réseau de 22 établissements dont 18 Centres de formation professionnelle et apprentissage (CFPA), trois (3) INSFP et une (1) annexe, a indiqué Mme Zenati qui a fait état de la réception de deux nouveaux établissements dans la ville d’Ali Mendjeli dont l’ouverture attend la décision de la commission interministérielle compétente.

Publié dans Constantine
mercredi, 12 juillet 2017 00:00

Le matériel utilisé récupéré

Les services de sécurité ont récupéré le matériel utilisé dans l'affaire d'usurpation de l'identité du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune sur Facebook, indique hier un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Dans le cadre de l'enquête diligentée par la brigade de lutte contre la cybercriminalité relevant de la Sureté de la wilaya d'Alger sur l'usurpation de l'identité du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune sur Facebook, "une tablette et un téléphone portable ont été saisis dans l'affaire d'atteinte à la vie privée, d'usage et publication sans droit de photographies privées, d'intervention sans qualité professionnelle dans des fonctions publiques et d'usurpation d'un titre officiel et de l'identité de son détenteur sur Facebook", précise le communiqué. Les mêmes services sont parvenus à localiser le domicile du mis en cause "où, sur ordre du procureur de la République territorialement compétent de la wilaya de Naâma, trois individus présents sur les lieux et tous les objets en leur possession ont été mis à la disposition de la brigade de lutte contre la cybercriminalité pour compléter les investigations", indiqué le communiqué. Le communiqué précise que "le propriétaire du domicile s'est avéré être le mis en cause qui a reconnu avoir créé un compte Facebook au nom du Premier ministre sans savoir qu'il s'agissait d'une usurpation d'identité et de qualité et que de tels faits étaient répréhensibles par la loi".Après finalisation de la procédure légale, le prévenu a été présenté devant le procureur de la République territorialement compétent qui a ordonné sa mise en détention préventive, ajoute la même source.

Publié dans Actualité

Quatre bombes de confection artisanale ont été détruites mardi par deux détachements de l’Armée nationale populaire (ANP) à Médéa et Chlef, suite à des opérations de fouille et de recherche menées dans le cadre de la lutte antiterroriste,  hier, selon un communiqué. «Dans le cadre de lutte antiterroriste et suite à des opérations de fouille et de recherche, deux détachements de l’Armée nationale populaire ont détruit, le 11 juillet 2017 à Médéa et Chlef (1ère Région militaire), quatre (4) bombes de confection artisanale», note la même source. Par ailleurs, et dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des détachements de l’ANP «ont arrêté à El Oued et Biskra (4ème Région militaire) deux (2) contrebandiers et saisi deux (2) camions chargés de 20 quintaux de cuivre et 75 quintaux de tabac, tandis qu’à In Guezzam (6ème Région militaire), des Gardes-frontières ont intercepté trois (3) contrebandiers, un véhicule tout-terrain et divers outils d’orpaillage». D’autre part, des unités des Garde-côtes «ont déjoué, à Annaba (5ème Région militaire) et Oran (2ème Région militaire) des tentatives d’émigration clandestine de 98 personnes à bord d’embarcations de construction artisanale», ajoute le communiqué.

Publié dans Actualité
mercredi, 12 juillet 2017 00:00

Le CRA soutient les décisions du gouvernement

La présidente du Croissant Rouge Algérien (CRA), Saida Benhabilès a affirmé hier à Alger que son organisation soutenait les décisions du gouvernement concernant les migrants clandestins qui se trouvaient en Algérie, se félicitant du soutien accordé à son organisation par les différentes institutions de l’Etat pour lui permettre d’accomplir pleinement ses missions. M. Benhabilès a indiqué, en marge du lancement de la caravane de solidarité au profit de réfugiés sahraouis, que «le CRA  soutient les décisions du gouvernement concernant les migrants clandestins venus de pays africains, la condition sine qua non pour le succès de notre action, est la sécurité et la stabilité dans le pays», a-t-elle dit. «Nous nous félicitons du soutien accordé par les institutions de l’Etat visant à faciliter notre action de solidarité. Depuis le lancement de nos activités, nous n’avons rencontré aucun obstacle ou problème dans ce cadre», a-t-elle ajouté. Concernant les «allégations» de certaines ONG sur ce sujet, la présidente  du CRA a répondu que «l’Algérie est ciblée en toute occasion par certaines parties qui veulent la déstabiliser», exprimant son regret pour «l’exploitation de questions humanitaires à des fins politiques». La responsable a évoqué l’existence de réseaux criminels exploitant les migrants clandestins ayant été contraints de quitter leur pays, révélant que ses services avaient recensé 5.000 mineurs sans accompagnateur parmi les ressortissants nigériens déplacés, «preuve flagrante de leur exploitation» par ces réseaux. Le gouvernement nigérien avait mis en garde, dans un communiqué en 2014, contre l’activité de ces réseaux, a-t-elle rappelé. Les efforts de l’Algérie dans le domaine humanitaire sont «reconnus au niveau international», a-t-elle affirmé, évoquant la décision de la Communauté humanitaire internationale représentée par la Fédération Internationale de la Croix Rouge et du croissant Rouge, l’Organisation Arabe du Croissant Rouge et le Comité International de la Croix Rouge (CICR) en 2016, de décerner le «trophée du Chevalier de l’humanitaire» au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en reconnaissance de son engagement continu au profit de la paix à travers le monde, baptisant l’Algérie «capitale de l’humanitaire» pour ses efforts consentis en faveur des réfugiés. 37% des prestations sanitaires prodiguées dans la wilaya de Tamanrasset sont destinées aux déplacés africains, dont certains ont été transportés par avion, a-t-elle rappelé.

Publié dans Actualité

Une délégation multisectorielle représentant des experts algériens, prend depuis hier à Washington aux travaux de la réunion de la coalition internationale anti Daech, a-t-on appris auprès de l’ambassade d’Algérie à Washington. L’Algérie participera en qualité d’observateur à cette réunion qui va se tenir au niveau des experts, précise la même source. Les représentants des 72 pays qui y participent sont appelés à faire le point sur leurs expériences en matière de lutte antiterroriste, notamment sur les aspects liés à la déradicalisation, à la cybercriminalité et à la menace que font peser les combattants étrangers sur la sécurité internationale. Il est aussi question d’échanger sur les actions menées en matière de lutte contre le trafic de drogue, devenu source importante de financement du terrorisme ainsi que sur le risque d’infiltration terroriste parmi les migrants clandestins. La réunion offre l’occasion aux experts algériens de faire part directement de l’expérience algérienne dans le domaine de la lutte antiterroriste, considérée à l’échelle internationale comme une référence en la matière, a-t-on ajouté de même source. Les discussions entre les 72 membres de cette coalition ont été consacrées hier à l’intensification de la lutte contre le groupe terroriste autoproclamé Organisation de l’Etat Islamique (EI/DAECH) et les moyens de maximiser la pression sur ses branches et réseaux à l’international, a précisé le département d’Etat dans un communiqué. Aujourd’hui, le petit groupe de la coalition se réunira pour synthétiser les discussions des jours précédents et discuter des priorités en matière de lutte à Raqqa, bastion de l’EI en Syrie et à Mossoul en Irak, récemment libéré des mains de Daech. Le petit groupe de la coalition a invité les représentants de quelques pays africains, l’Union Africaine et la Force Mixte Multinationale (MNJTF) pour participer aujourd’hui à une session sur la menace de l’EI dans le bassin du lac Tchad. Ces réunions interviennent à une étape cruciale de la lutte contre l’organisation de l’Etat islamique après la libération de Mossoul et visent à coordonner les efforts, en vue de stabiliser les territoires libérés et faciliter le retour volontaire des populations déplacées, a indiqué le département d’Etat. Elles font suite à la réunion ministérielle de mai dernier, la première tenue à Washington depuis l’élection du président Trump, qui avait promis de faire de la lutte contre le terrorisme une priorité en ordonnant au Pentagone de mettre en place un plan pour vaincre Daech.

Publié dans Actualité

Le ministre de l’Energie, M. Mustapha Guitouni, a exposé, hier à Istanbul, les principaux éléments de la politique énergétique de l’Algérie lors du 22ème congrès mondial de l’Energie. Lors d’une session dédiée à l’Algérie, le ministre a présenté une communication intitulée «Pour un partenariat renforcé dans le secteur algérien de l’énergie». A ce propos, il a insisté sur l’option stratégique prise par le gouvernement de renforcer le partenariat et sur la nécessité de rechercher une meilleure rentabilité par une utilisation optimale des technologies et une meilleure valorisation des ressources algériennes, indique le ministère dans un communiqué. Il a ainsi rappelé à l’assistance le vaste domaine minier avec de larges ressources d’hydrocarbures, mais relativement encore peu exploré, dont dispose l’Algérie ainsi que la volonté du gouvernement d’œuvrer «pour rendre le cadre d’investissement plus attractif, avec l’objectif d’augmenter les réserves du pays et de soutenir la croissance des capacités de production du pays sur les court et moyen termes». Cela contribuera, a ajouté M. Guitouni, à renforcer la croissance économique de l’Algérie, à satisfaire la demande énergétique interne en croissance soutenue et à maintenir le rôle du pays sur la scène énergétique internationale, en particulier en matière de commercialisation de gaz naturel. Concernant les quatre objectifs de la politique énergétique dans son volet hydrocarbures, le ministre a affirmé qu’il s’agissait, en premier lieu, d’intensifier davantage l’effort d’exploration dans les bassins matures ainsi que dans les bassins faiblement explorés. «La disponibilité des capacités de traitement et de transport non utilisées incitent à la recherche de découvertes proches qui, même de taille modeste, pourraient rapidement contribuer au relèvement des profils de production», a-t-il avancé. Pour ce qui est du deuxième objectif, il s’agit d’améliorer la récupération au niveau des gisements déjà en exploitation, a-t-il détaillé: «Un objectif d’autant plus prioritaire que beaucoup de gisements sont exploités depuis environ un demi-siècle». Selon lui, ceci devrait faire bénéficier le pays des améliorations technologiques dans tous les domaines, et notamment des outils d’intégration de données et de modes de récupération adaptés. Le ministre a aussi cité les objectifs d’augmentation des capacités de raffinage et de stockage des produits pétroliers pour satisfaire la demande croissante en carburants, et de développement de l’industrie nationale de la pétrochimie pour la valorisation locale des ressources gazières et des produits issus du raffinage. Par ailleurs, M. Guitouni a souligné que le partenariat, dans l’amont pétrolier et gazier, dans l’aval, et dans le domaine des services et de la construction, «est déterminant pour la réalisation de ces objectifs». A cet effet, il a renouvelé l’invitation faite pour les investisseurs et industriels à venir en Algérie découvrir les opportunités qui s’offrent à eux: «Nous sommes prêts et disposés à sceller des relations de partenariat équilibrés et bénéfiques pour tous, dans une approche gagnant-gagnant». Sur un autre plan, le ministre a rappelé à l’assistance l’engagement de l’Algérie en vue de continuer à jouer un rôle actif pour aboutir à des accords entre les pays Opep et les pays-non Opep participants, afin de rééquilibrer le marché et d’œuvrer pour un «dialogue positif et constructif» avec tous les pays. Lors de cette session dédiée à l’Algérie, le P-dg de Sonatrach, M. Abdelmoumen Ould Kaddour, a aussi présenté les opportunités concrètes d’investissements et de partenariat en Algérie, notamment dans l’exploration-production et dans l’aval. Pour rappel, en marge des travaux de ce congrès mondial du pétrole, M. Guitouni a eu des entretiens avec le secrétaire général de l’Opep, Mohamed Barkindo, ainsi qu’avec les ministres turc et libanais chargés de l’énergie, le P-dg du groupe français Total, Patrick Pouyanné, et le Directeur général du Groupe BP, Bob Dudley.

Publié dans Actualité

Les prix à la production industrielle hors hydrocarbures du secteur public ont augmenté de 2,1% au 1ème trimestre 2017 par rapport au 4ème trimestre de 2016, a-t-on appris auprès de l`Office National des Statistiques (ONS). L’indice des prix à la production industrielle du secteur public hors hydrocarbures mesure l`évolution des prix-sortie d`usine des biens vendus sur le marché intérieur (les produits destinés à l`exportation ne sont pas pris en considération). Par secteur, il est constaté que pour le secteur des Industries Sidérurgiques, Métalliques, Mécaniques, Electriques et Electroniques (ISMMEE), les prix à la production ont grimpé de 1,6% sur les trois premiers mois de 2017 comparativement au dernier trimestre 2016. A l’exception de la mécanique de précision pour équipement dont le prix à la production a marqué une baisse de près de 16%, le reste a affiché des variations positives plus ou moins importantes dans le secteur des ISMMEE. Dans les Industries des matériaux de construction, céramique et verre, les prix d’usine ont connu une hausse de 1,7%, et ce, après une relative stagnation inscrite au quatrième trimestre de l’année écoulée. En ce qui concerne les prix à la production dans le secteur de l`énergie-hors hydrocarbures, ils ont enregistré une hausse de 1,1%, après avoir baissé de 0,2% au quatrième trimestre de 2016. Quant aux prix à la production des produits de l’industrie agroalimentaires, ils ont grimpé de 3,3% par rapport au dernier trimestre de 2016, dans le sillage de la hausse des prix de production du tabac (+8%) et des produits alimentaires pour animaux (+6,1%). Pour la branche textile et confection, les prix à la production ont connu une hausse de 2% au premier trimestre de 2017 en raison de l’évolution des prix des biens intermédiaires (+1,6%) et des biens de consommation (+2,3%). La branche des industries chimiques a enregistré une hausse de 2% de ses prix à la production au 1er trimestre 2017 comparativement au 4ème trimestre 2016 lequel avait connu une hausse des prix de seulement 0,7% par rapport au trimestre qui l’a précédé. La tendance haussière a aussi caractérisé les industries des bois et du papier dont les prix à la production ont bondi de 2,5% en raison de la hausse des prix de production de la menuiserie (+3%) et de l’industrie du papier (+2,1%). Le seul secteur qui a échappé à cette tendance haussière est celui des mines et carrières dont les prix à la production ont confirmé leur tendance baissière entamée au quatrième trimestre de l’année écoulée, avec une baisse de 1,4%. Comparativement au 1er trimestre 2016, les prix globaux à la production industrielle ont connu une hausse de plus de 2% au premier trimestre 2017, selon l’ONS. Le secteur public industriel en Algérie compte 390 filiales (relevant de 12 groupes) et entreprises réparties en 11 secteurs et 50 branches d`activité. L`enquête de l`ONS intègre l`ensemble de ces entreprises avec les 213 produits inscrits à la nomenclature nationale des produits et activités industrielles.

Publié dans Actualité
mercredi, 12 juillet 2017 00:00

L’opposition pose ses conditions

Réagissant à l’invitation lancée par le Premier ministre pour un dialogue avec les partis politiques autour des transferts sociaux, les principales formations islamistes se disent ouvertes à toute proposition mais à condition que le dialogue englobe le volet politique. Dans une déclaration à Al-Jazeera, le président du MSP, Abderrazak Mokri, estime que «c’est la crise économique qui a contraint le pouvoir à descendre de son piédestal pour demander aux partis politiques de prendre part au dialogue sur cette question». Or, pour Mokri, le pouvoir cherche à compromettre l’opposition, «en lui faisant assumer les réactions des Algériens vis-à-vis du recul des transferts sociaux». Le chef du MSP ne s’oppose pas a priori aux réformes économiques engagées par le Premier ministre mais n’en voit pas l’utilité si celles-ci ne sont pas accompagnées d’une «vision politique» garantissant la possibilité de contrôle sur les deniers publics et des audits. De son côté, le chef du mouvement Ennahda, Mohamed Dhouibi, a salué cet appel au dialogue mais regrette qu’une telle initiative n’ait pas été annoncée avant la tenue des élections législatives du 5 mai dernier, a-t-il déclaré à la même chaîne qatarie. Emboîtant le pas au leader du MSP, le chef d’Ennahda estime que limiter les discussions au seul dossier des transferts sociaux paraît «illogique» parce que, selon lui, «il n’est pas possible de dissocier les affaires sociales des affaires politiques ou économiques». Pour Dhouibi, des discussions sur les questions politiques doivent précéder tout dialogue sur les autres questions car «de cette façon, il sera impossible de trancher ce dossier épineux», martèle-t-il. Sur le même ton, le président de Jil Jadid, Sofiane Djilali, affirme n’avoir reçu aucune invitation officielle mais salue toute initiative allant dans le sens du dialogue, à la condition que ce dialogue ne soit pas une simple «manœuvre politicienne», comme il le craint. Djilali demande au Premier ministre d’expliquer ses «intentions réelles» à travers son invitation au dialogue, «pour que tout soit clarifié», tout en prévenant que son parti «ne sera pas un instrument de soutien au pouvoir». Le leader de Jil Jadid pose comme préalable à une éventuelle participation au dialogue avec le gouvernement : la bonne foi chez les décideurs, des discussions sérieuses, et la prise en considération des critiques de l’opposition.

R.C et AP

Publié dans Actualité
Page 1 sur 5

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85