« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Filtrer les éléments par date : jeudi, 11 janvier 2018

Le mouhafedh du FLN de Constantine a inauguré, à la Kasma 4 FLN, le jeudi 11 janvier 2018, la permanence parlementaire du député Omar Mehsas. La cérémonie d’ouverture de la permanence s’est déroulée en présence de plusieurs militants et cadres du parti, ainsi que des présidents de l’APW et de l’APC que sont Nadir Amireche et Nadjib Arab. Succédant au mouhafedh et au P/APW, le Dr Omar Mehsas après les souhaits de bienvenue exprimés à tous les présents, a tenu à souligner le rôle important que se doit de jouer cette permanence dans le traitement des problèmes que rencontrent les citoyens dans leur vie quotidienne, en précisant que les députés du FLN seront toujours disponibles à leur cotés pour être à leur écoute. Ajoutant qu’à travers cette démarche, le député souhaite avoir un lien direct avec les citoyens pour une réussite collective à travers l’ouverture de cette permanence. Notons qu’à la fin de la cérémonie d’inauguration une collation a été organisée en l’honneur des  invités dans une ambiance conviviale.

M.A

Publié dans Constantine

Le président de l’assemblée populaire communale de Constantine Nadjib Arab, a organisé avant-hier dans l’urgence, une réunion ayant trait à la restauration au niveau des établissements scolaires de la commune, pour étudier les besoins exprimés par chaque école et avec la formation de commissions au niveau des secteurs urbains,  présidée chacune par le chef de secteur urbain. Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la bonne gestion des établissements scolaires afin de veiller sur le confort des élèves. Au cours de celle-ci, furent abordés trois principaux points : l’obligation de présenter aux élèves des repas chauds conformément aux instructions officielles du ministère de l’intérieur, la mise à disposition du nombre suffisant de travailleurs au niveau de toutes les écoles ayant une  cantine scolaire et souffrant du manque de personnel qualifié (cuisiniers), et sans oublier l’obligation de l’instauration de l’hygiène dans les écoles, considérée  comme une priorité absolue.  Ces recommandations ont été faites respectivement  par le P/APC Najib Arab, par la vice présidente chargée des affaires éducatives, culturelles et sportives, ainsi que par le vice-président chargé de l’entretien et des moyens généraux.  Selon un communiqué publié par l’hôtel de ville, le secrétaire général de la commune a donné instructions aux chefs de secteurs de traiter dans le détail les points exposés lors de cette rencontre, organisée suite au constat fait par le maire, et lequel a reçu dernièrement un rapport détaillé de la situation de ce secteur. La teneur de ce rapport porte essentiellement sur le contrôle de toutes les écoles primaires en fonction des besoins exprimées par celles-ci en matière de restauration scolaire.

M.A

Publié dans Constantine
vendredi, 12 janvier 2018 00:00

Plus de 72% des affaires élucidés

La sûreté de wilaya de Constantine a rendu public, hier, son bilan d’activités de l’année 2017 relatif aux innombrables affaires traitées. Lors d’un point de presse, le chef de la sûreté Abdelkrim OUABRI, entouré des chefs de service de la police judiciaire et de l’ordre  public, a présenté un large compte rendu qui  fait ressortir en plus des affaires liées à la vente et à la consommation des psychotropes et de la drogue. En abordant les résultats obtenus par le service de la police judiciaire, M.Ouabri a relevé d’abord l’état de sécurité et de stabilité, ayant régné tout le long de l’année écoulée, induisant une grande propagation de sensation de sécurité, à travers un plan maîtrisé contre la criminalité. Le service a réalisé des bons chiffres, à travers notamment un chiffre de réussite avec un taux de 72.85% contre 61% en 2016. Les crimes et les délits ont été caractérisés par l’augmentation des affaires enregistrées avec 7796 affaires, soit 17 affaires de plus par rapport à 2016, tandis que le même responsable a relevé une amélioration du taux de réussite à 75.09%. Le nombre de personnes impliquées a atteint durant l’année écoulée 2890 pour 2614 victimes, tandis qu’il a été enregistré 2563 affaires pour 2370 traitées avec 17 affaires en moins par rapport à 2016. Les affaires de coups et de blessures volontaires, il y a eu 17 affaires en moins en 2017 avec 1637 contre 1570 en 2016. Le même service a enregistré pour le volet crimes et délits économiques 3089 en 2017 contre 3090 en 2016, avec un taux de réussite de 40.79%. Pour les affaires de vol, l’année écoulée a été caractérisée par une augmentation avec 206 affaires contre 179 en 2016, dont 126 de plus ont été résolues. A titre d’exemple, on a enregistré en 2017 une recrudescence du  nombre de véhicules volés, avec 116 contre 94 en 2016, dont 42 ont été récupérés grâce au dispositif de coordination régionale installé au niveau des wilayas de l’Est, mis sur place pour trouver ces véhicules volés. Le même responsable a fait état aussi de la mise en service en 2017 du système électronique de lecture des plaques minéralogiques des véhicules au niveau de 4 points dans la wilaya, qui sont Ali Mendjeli, Aïn Smara, Constantine et Khroub.                                        

S.B

Publié dans Constantine
vendredi, 12 janvier 2018 00:00

N°5428 du 13-01-2018

Publié dans PDF

Le Secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbès, a affirmé mercredi passé à Alger, que les indicateurs de l’économie nationale étaient positifs de l’attestation même des instances internationales», fustigeant «les voix alarmistes». Présidant la réunion des commissions des cadres et de la prospective au siège du parti, M. Ould Abbès a déclaré que «les indicateurs de l’économie nationale sont, en début d‘année, positifs de l’attestation même des instances internationales», citant les rapports publiés récemment sur l’économie algérienne par la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI), ainsi que le Cabinet d’intelligence économique et du conseil Oxford Business Group (OBG).Ces indicateurs «sont de bons augures pour la situation économique du pays en 2018», a-t-il estimé. M. Ould Abbès a fustigé dans ce sens, «les voix qui se sont élevées récemment pour troubler la sérénité et faire peur aux Algériens», affirmant que son parti leur donne aujourd’hui une leçon que l’Algérie se porte bien en adressant un message d’espoir et d’assurance au peuple algérien. Lors de cette réunion, l’ancien ministre des finances et expert économique, Abderrahmane Benkhalfa a donné une conférence sur la situation économique du pays, indiquant que «tous les facteurs de développement sont disponibles au début de l’année en cours à travers la hausse continue des cours du pétrole sur les marchés mondiaux». «Les perspectives de développement sont prometteuses et l’économie nationale toujours debout», a-t-il soutenu, évoquant à ce propos, le rapport de l’OBG qui souligne que l’Algérie a «dépassé le risque du déficit budgétaire et de la balance commerciale à court et à moyen termes, comme elle a pu préserver la cadence du développement et les règles régissant son économie». Dans le même contexte, M. Benkhalfa a salué les mesures introduites dans la loi de finance 2018 et l’adoption du financement non conventionnel qui, a-t-il dit, «contribuera à la préservation des équilibres de l’économie nationale». Il a mis en garde, par ailleurs, contre le changement de la monnaie nationale, qualifiant cette démarche «de pire décision à prendre actuellement du fait qu’elle impactera la confiance des opérateurs et entraînera une dévaluation du Dinar sur le marché parallèle».

Publié dans Actualité
vendredi, 12 janvier 2018 00:00

Bedoui rassure les contractuels

Le ministre de l’Intérieur a affirmé mercredi dernier lors d’un exposé qu’il a présenté devant les députés, membres de la Commission des Finances et du budget, que l’administration publique « n’abandonnera pas les titulaires des contrats du pré-emploi ». Il a précisé dans le même contexte que l’Etat va leur assurer prochainement une formation de courte durée pour leur permettre de gérer les différents services publics communaux. « L’administration n’abandonnera pas ses personnels recrutés dans le cadre des contrats pré-emploi en particulier au niveau local », a-t-il tenu à souligner, tout en insistant sur la nécessité d’ « aller vers la spécialisation ». La formation de courte durée évoquée par Nouredine Bedoui a pour objectif le perfectionnement du personnel contractuel afin de lui permettre d’encadrer et de gérer les différents services publics des communes, notamment les bibliothèques, les piscines, les maisons de jeunes et les salles de cinéma. Par ailleurs, le ministre a annoncé l’ouverture d’un centre de formation à distance au profit des élus locaux et du personnel des collectivités locales, précisant que « la modernisation ne saurait se réaliser sans la promotion de la ressource humaine en lui assurant une formation de haut  Niveau ». « Tous les efforts consentis par le gouvernement vont dans le sens de la satisfaction des aspirations du citoyen », a-t-il dit, avant d’aborder la question de la sécurité et de la stabilité de l’Algérie, qu’il considère comme la priorité des priorités. Il n’a pas manqué à cet effet, à d’évoquer la situation trouble et chaotique prévalant dans certains pays voisins, sans les citer. Mais tout le monde comprendra qu’il a fait allusion à la Libye, au Mali et à la Tunisie dans un moindre degré. Haussant le ton et utilisant des propos que l’on pourrait facilement assimiler à un avertissement et une sérieuse mise en garde, il a rappelé que  « l’Etat ne permettra à quiconque de porter atteinte à la sécurité du citoyen, à la stabilité du pays et aux acquis du peuple algérien ». Selon lui, si les marches et les manifestations sont toujours interdites dans la capitale en vertu d’un texte de loi qui doit être respecté, l’objectif de cette interdiction est « le maintien de l’ordre public et la sérénité du citoyen », et non une volonté de restreindre le champ d’expression. Toujours concernant la question de la sécurité des personnes et des biens, le ministre de l’Intérieur a promis le renforcement de la couverture sécuritaire dans certaines communes dès la sortie de nouvelles promotions d’agents de l’ordre public », affirmant qu’  « à l’avenir, il n’y aura plus de nouvelles agglomérations sans structures publiques nécessaires ou postes de police ». Il a ensuite abordé le nouveau découpage administratif en assurant qu’en plus de la création de 10 wilayas déléguées au Sud,  d’autres sont prévues prochainement dans la région des Hauts Plateaux, et de procéder à terme à la promotion de ces wilayas déléguées en wilayas à part entière. Nouredine Bedoui a enfin consacré le reste de son intervention à la rationalisation des dépenses publiques à la faveur de la réduction de 4% des dépenses de fonctionnement, et de la réduction de 20% des  prestations téléphoniques et achats d’accessoires de 20%.

MM

Publié dans Actualité
vendredi, 12 janvier 2018 00:00

Retour aux commissions de daïras

Le ministre de l’Habitat rencontrera aujourd’hui les maîtres-d ‘œuvre concernés par la réalisation des différentes formules de  logements, particulièrement le Logement public locatif (LPL). Abdelwahid Temmar compte saisir cette opportunité  pour mieux connaître les causes et les contraintes à l’origine des retards enregistrés dans la réalisation de certains projets. Il va sans dire qu’à l’issue de la rencontre et sur la base d’un diagnostic approfondi, le ministre va prendre les décisions appropriées à chaque cas. Cela dépendra de la nature des défaillances. « Plusieurs décisions seront prises à l’encontre de ces entreprises, allant de la résiliation des contrats et mise en demeure à la relance de certains projets », a indiqué le ministre en  réponse aux préoccupations des députés lors d’une plénière de l’Assemblée populaire nationale consacrée aux questions orales. La formule LPL enregistre des retards de réalisation dans 18 wilayas, a reconnu Abdelwahid Temmar, en relevant que des réunions seront tenues à cet effet avec les maitres-d’œuvres et les responsables locaux. Financée entièrement sur le trésor de l’Etat, la formule LPL (sociale) a bénéficié depuis 1999 d’un budget de 43 milliards USD et a permis de loger 1.141.113 familles, a rappelé le ministre.  Quelque 396.168 familles devraient être logées, dans le cadre du programme tracé jusqu’à 2019, tandis que le nombre de demandes introduites au niveau des communes s’est élevé jusqu’à 2015, à 330.000 demandes. C’est donc dans le but de faire face à cette pression qu’il a fait état de plusieurs mesures prises par son département, pour accélérer le rythme de réalisation et livrer les logements dans les plus brefs délais, ajoutant que c’est là, la priorité du ministère ». L’inscription à cette formule été close depuis 2015 pour alléger la pression sur le Trésor public en raison des conditions financières que connaît le pays, a-t-il ajouté. Concernant la proposition relative à l’amendement du décret exécutif n 08-142 du 11 mai 2008, fixant les règles pour l’octroi du Logement public locatif (LPL), le ministre a affirmé que le décret actuellement amendé est en phase de signature et qu’à travers lequel il sera décidé de l’organisme qui présidera la commission chargée de l’étude des dossiers. Abdelwahid Temmar a précisé que la présidence de la commission par le président de l’APC était une procédure en vigueur par le passé, mais elle a connu des lacunes engendrant un cumul de dossiers non étudiés par les commissions de la commune, d’où  la décision du retour aux commissions de Daïra ; mais  l’avis du président de la commune est essentiel car il constitue la base sur laquelle reposent les décisions de la Commission La commission de Daïra est composée de différents services tels que l’Action sociale, la Protection civile, l’Office public de gestion et de promotion immobilière (OPGI), la Caisse nationale du logement (CNL), le président de la commune ? et le  président de Daïra en tant que président de la Commission. Le président de la commune s’acquitte d’un rôle essentiel au sein de la Commission à travers les visites sur le terrain pour s’enquérir de la situation des demandeurs de logement, les enquêtes de vérification et l’élaboration des dossiers. Le décret en question donne au citoyen le droit d’introduire un recours concernant les décisions de la Commission présidée par le wali, lui offrant ainsi une deuxième opportunité pour l’étude de son dossier et lever toute éventuelle injustice à son encontre. Quant à la demande de plafonner le revenu du ménage à 45.000 DA pour les demandeurs du logement social, le ministre a exprimé un refus catégorique, tout en rappelant l’existence d’autres formules adaptées aux différents niveaux de revenus du citoyen.

Mohamed M

Publié dans Actualité
vendredi, 12 janvier 2018 00:00

Sonatrach sollicite le FCE

Sonatrach et le Forum des chefs d’entreprise (FCE) organiseront une conférence-exposition à partir du 17 janvier à Alger sur le thème « Réussir la stratégie nationale de transition énergétique à l’horizon 2030 ». Les deux organisateurs visent, à travers cet évènement des objectifs spécifiques dont la présentation de la chaîne de valeur du secteur des énergies renouvelables et plus spécifiquement le solaire photovoltaïque ou encore l’exposition des opportunités d’investissement et de croissance liées au programme des énergies renouvelables. La stratégie de partenariat avec les étrangers est aussi en ligne de mire.  «Le programme national des énergies nouvelles et renouvelables et d’efficacité énergétique sera lancé dans toutes ses composantes pour contribuer d’une part à accroître la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie et d’autre part à l’industrialisation du pays à travers le développement des capacités technologiques et la fabrication des équipements requis par ce programme», indique le FCE. La note conceptuelle liée à l’évènement souligne que la transition énergétique est une étape cruciale de la transformation de l’économie algérienne. Cette dernière a toujours eu pour socle le secteur de l’énergie « et l’Algérie restera certes pendant encore plusieurs décennies un acteur majeur sur le marché des hydrocarbures mais les différents chocs pétroliers ont démontré que ce modèle économique n’est pas viable à long terme et que nous devons dès maintenant réfléchir à l’après-pétrole », estime le FCE. Ce dernier est donc sollicité par Sonatrach pour mener cette réflexion avec le patronat incité à investir dans le secteur.

Publié dans Actualité
vendredi, 12 janvier 2018 00:00

Zérouati installe les conseils scientifiques

La ministre de l’Environnement et des Energies Renouvelables, Fatma-Zohra Zérouati a procédé, avant-hier à Alger, à l’installation des conseils scientifiques de trois organismes publics sous tutelle du secteur, comme première étape visant l’activation du rôle de ces conseils dans le cadre de l’application du nouveau modèle économique. Il s’agit du Centre national de développement des ressources biologiques, le Commissariat national du littorale et l’Agence nationale des changements climatiques qui ont été dotés de conseils scientifiques composés de 50 membres dont des experts et chercheurs dans plusieurs domaines portant sur l’environnement et les énergies renouvelables. Lors d’une réunion ayant regroupé des experts, des spécialistes et des cadres du ministère, Mme Zérouati a souligné dans une allocution qu’il était «impossible d’engager une action sans l’implication permanente des spécialistes et des scientifiques», affirmant qu’»il est impératif que chaque responsable s’acquitte de ses missions et des responsabilités qui lui incombent». Mme Zérouati a indiqué que l’activation des conseils scientifiques des organismes publics sous tutelle du secteur revêt une importance majeure et urgente, ajoutant que le rôle de ces conseils consiste à dégager une vision prospective concernant les problèmes écologiques et d’anticiper les solutions. La ministre a ajouté qu’en raison de l’adhésion de l’Algérie à plusieurs conventions internationales relatives à la préservation des ressources environnementales et naturelles, l’Etat œuvre à préserver le capital biologique et faire de l’environnement un secteur productif et source de richesse dans le cadre de la nouvelle orientation du modèle économique à l’horizon 2030. Dans le cadre du programme du Président de la République et après adoption du Plan du Gouvernement par les deux chambres du Parlement, le secteur de l’environnement et des énergies renouvelables a donné des instructions aux organismes publics sous sa tutelle pour améliorer le niveau de leurs prestations, a fait savoir Mme Zérouati qui a ajouté que l’action de ces organes doit être au diapason de la nouvelle tâche du ministère et des exigences du secteur. Elle a mis en avant le caractère administratif de ces organismes qui jouissent de la personne morale et de l’autonomie financière d’autant plus qu’elles sont gérées par un conseil d’orientation et dirigées par un directeur général. Concernant les missions de ces organismes , Mme Zérouati a indiqué que ces derniers sont consultés dans toutes les questions à caractère scientifique. Ils peuvent formuler des propositions dans le cadre de la stratégie relative au littoral, aux changements climatiques et aux ressources biologiques. L’objectif de la consultation de ces organes est de contribuer à la préservation des énergies biologiques et au renforcement du tourisme écologique à travers la protection des espèces uniques et la définition des sites écologiques importants. Ils seront chargés également de l’élaboration d’un modèle de l’économie verte et l’encouragement des investissements dans le domaine de «l’entreprenariat vert». Les conseils scientifiques sont tenus de jouer un rôle consultatif comme étant un outil d’orientation et d’assistance dans la concrétisation de différents projets et la concrétisation des objectifs du développement durable, a fait savoir la ministre, réaffirmant son engagement à suivre et à évaluer  ces conseils de façon permanente. Pour sa part, le secrétaire général du ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables M. Kamel-Eddine Bélatrèche, a indiqué que l’installation des conseils scientifiques intervient dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau modèle économique qui repose sur l’économie verteet les énergies renouvelables. M. Bélatrèche a ajouté que les organismes publics concernés sont tenus de la mise en œuvre de la stratégie relative à la diversité biologique, à la valorisation du nouveau modèle économique, à la préservation et à la valorisation du littoral outre à la lutte contre les effets des changements climatiques y compris le respect des engagements et conventions internationaux de l’Algérie dans ce domaine. Selon l’intervenant, la concrétisation de ces objectifs est tributaire de l’implication de la société civile, d’une part, et des experts et spécialistes, d’autre part.

Publié dans Actualité

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi a fait état, mercredi passé à Alger, de l’octroi depuis 2011 de plus de 20.000 actes de concessions des terres agricoles relevant du domaine privé de l’Etat, précisant que la cellule mise en place au niveau du ministère pour la récupération des terres non exploitées poursuit son travail de manières régulière. Lors de sa réunion avec la Commission des finances et du budget de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) dans le cadre de l’examen du projet de la loi sur le règlement budgétaire 2015, M. Bouazghi a indiqué que son département a recensé à ce jour 2 millions d’hectares de terres agricoles non exploitées, soit 33% de la superficie totale des terres agricoles estimées à 8 millions d’hectares. D’autre part, le ministre a indiqué que le secteur s’attèle actuellement à la régularisation des terres «arches», soulignant que les services du ministère œuvrent à convaincre les propriétaires à régulariser leurs dossiers auprès des services compétents pour leur permettre d’acquérir les documents de propriété, et partant les inclurent dans le foncier de l’exploitation agricole.

Publié dans Actualité
Page 1 sur 4

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85