« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        
Filtrer les éléments par date : dimanche, 11 février 2018
lundi, 12 février 2018 00:00

5 et 10 ans de prison et une relaxe

Elle n’a pas encore atteint l’âge de la puberté. Cependant elle s’est mise à fuguer par crainte d’éventuelles remontrances de ses parents pour mauvais résultats scolaires. Ces résultats scolaires négatifs pour cette adolescente, signifient la fin de la liberté de sortie de chez ses parents intransigeants sur certains principes. Pour éviter cette punition, Nassima a opté pour la fugue. Cette fugue était due également aux sempiternels conflits familiaux. C’est son inconscience et l’inexpérience de la vie qui l’ont mise sur la route d’un groupe de délinquants qui profitèrent de l’occasion. Ils la prirent en charge à partir d’Annaba et l’emmenèrent  à plus de cinq cents kilomètres de chez elle, à Chelghoum Laid (Wilaya de Mila). Sur les lieux elle est récupérée par un citoyen, la quarantaine. Il l’emmena chez lui arguant qu’elle sera en sécurité en compagnie d’une jeune dame qu’il présenta comme son épouse. Elle demeura plus de 15 jours chez elle. Tout compte fait, il s’est avéré que cette dame avait une conduite douteuse. Nassima a compris qu’elle avait été leurrée et séquestrée contre sa volonté. Celui qui prétendait la sécuriser a profite de sa naïveté et abusa d’elle à maintes reprises. Ainsi, ils seront, pas moins de quatre autres à profiter de l’aubaine. A la barre, aucun des mis en cause n’a voulu reconnaitre son implication dans cette triste affaire et les malheurs de la fillette  et de ce qu’elle avait enduré. Pour ce quatuor, il n’y a pas eu viol avec violence mais par consentement de la victime. Pour les avocats, cette fille n’arrêtait pas de se contredire. Ils ont réclamé la relaxe de leurs mandants. Au préalable, le parquetier a insisté sur le fait que le groupe savait que la victime était mineure. Il a profité de son désarroi pour l’éloigner de chez elle. Les délibérations achevées, le tribunal condamna le premier à 10 ans, le deuxième à cinq ans, et la relaxe pour la dame.

Amar Mezghiche

Publié dans Constantine
lundi, 12 février 2018 00:00

Lancement du service commun de contrôle

Les deux caisses de l’assurance sociale des travailleurs salariés et non salariés(CNAS et CASNOS), ont organisé hier une journée d’information des agents de contrôle des deux établissements, au niveau de la direction de l’agence CNAS de la wilaya de Constantine, afin de leur permettre de s’imprégner des activités de contrôle des deux caisses, en matière de procédures et les méthodes de travail ainsi que l’échange d’expériences. Cette rencontre animée  par les deux directeurs de l’agence de wilaya CNAS et CASNOS ainsi que d’autres cadres concernés, entre dans le cadre du lancement depuis la journée d’hier,  d’un nouveau service commun entre les deux organismes, devant permettre aux agents de contrôle de chaque caisse d’effectuer des missions pour le compte des deux caisses, et ce en application des dispositions réglementaires notamment le décret exécutif N°17-138 du 11 avril 2017, modifiant et complétant le décret 05-130 du 245 avril 2005, fixant les conditions d’exercice et les modalités d’agrément des agents de contrôle de la sécurité sociale. A titre d’exemple, en terme de chiffres pour l’exercice 2017, l’agence CNAS de la wilaya de Constantine a effectué sur le terrain 1917 missions de contrôle, relevant 8711 infractions, qui se répartissent comme suit : 676 employeurs en infraction, 85 défauts de déclaration d’activité, 302 défauts de déclaration de salariés et 5976 sous déclarations des salaires. 

S.B

Publié dans Constantine

Dans le cadre des activités de la sûreté de la wilaya de Constantine dans la lutte contre la criminalité, sous toutes ses formes et notamment le trafic illicite de stupéfiants, les éléments de la Brigade mobile de La Police judiciaire (BMPJ) du  Khroub ont procédé à l’arrestation de (02) deux individus âgés de 25 et 30 ans, impliqués dans une affaire de possession et trafic de psychotropes, utilisant un véhicule motorisé. C’est à la suite d’informations parvenues en date du 05/02/2018 à la dite brigade concernant un individu transportant une grande quantité de stupéfiants. A l’issue de l’ouverture de l’enquête approfondie, les investigations entreprises et après étude, les informations recueillies fournies ont permis l’identification du suspect et le véhicule utilisé pour le transport. Le plan mis en place, le savoir-faire des éléments de la police ont permis d’arrêter le véhicule le jour-même aux  environs de 20h au niveau du rondpoint de la cité du 20 août 1955  du Khroub l’arrestation de deux individus et la saisie de 9180 DA suite à la fouille corporelle en possession de l’un des deux. Quand à la fouille minutieuse du véhicule elle a permis la saisie de 49 plaquettes de psychotropes « RIVOTRIL2 mg » totalisant 490 comprimés dissimulés derrière le poste radio du véhicule. Les individus appréhendés ont été dirigés au service de la brigade pour complément de procédures judiciaires. A l’issue des procédures pénales en vigueur, les mis en cause ont été présentés par devant la juridiction  compétente.

M.A

Publié dans Constantine

e chef de la sûreté de la wilaya de Constantine, le commissaire divisionnaire Abdelkrim Ouabri, s’est déplacé avant-hier en compagnie d’une délégation des cadres et des agents de la police, au service des urgences chirurgicales du CHU Ibn Badis de Constantine, pour rendre visite au policier Boukebab Saïd, en poste à la brigade de la répression du banditisme au service de wilaya de la police judiciaire, afin de se rassurer sur son état de santé et de l’encourager.  Ce policier a été victime d’un accident de la circulation dans le cadre de l’exercice de ses fonctions, au cours de l’accomplissement d’une mission avec ses camarades, qui sont intervenus après avoir remarqué qu’un bus de transport de voyageurs travaillant sur la ligne (Constantine – Ghardaïa), a fait l’objet d’un caillassage de la part d’un groupe de jeunes, près du rond point de Zerzara vendredi dernier. Les policiers sont intervenus en urgence pour protéger les passagers du bus, dont la vitre avant a été misée, mais le policier concerné qui s’est précipité pour arrêter les auteurs, surtout après avoir remarqué à l’intérieur de bus, une femme blessée par les jets de pierres, et au moment où il traversait la route, a a subi grave accident lui causant plusieurs traumatismes et des hématomes sur différentes parties du corps, ce qui lui a nécessité un traitement intensif au niveau du service des urgences chirurgicales de l’hôpital. Le policier blessé a reçu un bouquet de fleurs et un certificat d’encouragement des mains du chef de la sûreté de la wilaya, en considération de son dévouement dans l’accomplissement de ses missions pour protéger les citoyens, afin de lui remonter le moral et de lui souhaiter un prompt rétablissement.  

Sami B.

Publié dans Constantine

«En vue de réduire  la facture des importations  des produits céréaliers et renforcer la sécurité alimentaire, la direction des services agricoles de la wilaya de Constantine a initié depuis 2014  une stratégie de travail de proximité auprès des agriculteurs  de la wilaya afin de rendre l’agriculteur productif et professionnel » a indiqué hier le directeur des services agricoles de la wilaya de Constantine M.Yacine Ghediri lors d’un entretien accordé à notre journal. En effet et en l’espace de deux ans, environ 15 hectares de terre agricole ont été labourés et cultivés  sur  un total de 50 hectares qui n’étaient pas exploités à la wilaya de Constantine et ce grâce  à une dynamique déployée par les services agricoles auprès des agriculteurs et des éleveurs de la wilaya de manière continue, ajoute le même responsable. Les subventions  de l’Etat aux agriculteurs sont toujours maintenues et l’accompagnement se fait d’une manière régulière grâce au déploiement des cellules d’écoute au niveau des 12 communes de la wilaya.  En effet  depuis la mise en vigueur de la dite stratégie, des programmes d’appui et d’accompagnement ont été concrétisés auprès des agriculteurs de la wilaya ce qui a contribué au renforcement de la productivité notamment en ce qui concerne la filière des céréalières. Les chiffres sont là et confirment la justesse de la démarche, avec un total de 125000 hectares de terres cultivées dans la Wilaya, dont 81.000 hectares consacrées  à la culture des légumes secs (une filière appelé la culture d’hiver) et 200 hectares à la culture des arbres fruitiers. En plus, les mêmes services agricoles  ont enregistré durant ces deux dernières années une hausse de 50 % de la production du blé explique M. Yaccin Ghediri. Ce dernier affirme que ses services ambitionnent  pour la prochaine compagne moissons-battages 2018, d’atteindre une production de 2 millions de quintaux de blé, puisque toutes les mesures sont prises par le ministère de la tutelle pour réduire  la facture des importations des céréales et la wilaya de Constantine pionnière dans la production de celles-ci participe à  cette volonté globale.   S’agissant de la production laitière une filière stratégique  dans le processus de la sécurité alimentaire, le même responsable précise que 70 millions de litres de lait ont été produits durant 2016-2017. Selon le même responsable, il s’agit d’une production stationnaire en comparaison avec celles des autres wilayas de l’Est ; mais les services publics ont la ferme volonté de booster la culture de fourrage pour renforcer la disponibilité en aliments de bétail. En effet,  la production laitière est intimement liée à la culture fourragère pour laquelle une superficie d’environ 10.000 ha a été réservée à Constantine. S’agissant  de l’irrigation des terres agricoles de la wilaya,  le même responsable  explique qu’en ce qui concerne la production des céréales en général les agriculteurs de la wilaya dépendent de la générosité du ciel. Cependant pour M.Yacine Ghediri la  pluviométrie enregistrée ces dernières jours est un bon signe pour la saison agricole. Quant aux  vingt retenues collinaires dont dispose la wilaya et qui datent des années 80, elles  sont touchées par le phénomène de l’envasement qui affecte les réserves hydriques destinées au secteur agricole. Cependant, le directeur des services agricoles souligne que la wilaya de Constantine compte renforcer ses capacités en eaux d’irrigation notamment en  concrétisant la réalisation  prochaine de nouvelles retenues collinaires. Le directeur M. Yacine Ghediri  déclare par ailleurs que l’actuel wali de Constantine M Abdessamie Saidoun accorde une attention très particulière à l’industrie agroalimentaire en l’occurrence l’industrie de transformation, car elle contribue  à la valorisation du produit agricole, à la lutte contre les déperditions générées par les excédents de production, à la stabilisation du marché et à la préservation de la productivité et du pouvoir d’achat de l’agriculteur.

Chahinez D.

Publié dans Constantine
lundi, 12 février 2018 00:00

Volcan en irruption

Comme prédit par des observateurs, au moment des débats sur loi de finances en 2017, le front social est, tel un volcan, entré en irruption depuis des semaines. La grève des médecins résidents depuis plus d’un mois. Le Comité intersectoriel mis en place pour examiner les revendications n’ a pas fait long feu, constatant que sa marge de manœuvre ne lui permet guère de répondre aux revendications de CAMRA, notamment l’abrogation du service civil, la dispense du service militaire des résidents et la question salariale. Aujourd’hui un nouveau rassemblement national est prévu à l’hôpital Mustapha de la part de ces médecins qui ne veulent rien entendre. Petite consolation pour le ministre qui a réussi à dégoupiller la grève des paramédicaux tout en anticipant celle des médecins spécialistes de santé publique, en recevant en fin de semaine leur chef syndical, le Dr Yousfi. Mais la situation reste tendue dans le scteur de la santé. Le même climat dans l’Education avec des élèves otage d’un bras de fer entre le syndicat CNAPESTE et le ministère. Malgré deux semaines de perdues et le retard accumulé, ce syndicat persiste dans sa démarche. Signe de sa détermination, les sit-in prévus aujourd’hui devant les Directions de l’éducation, à travers toutes les wilayas, en réponse aux mesures coercitives prises par la ministre, notamment les ponctions sur salaires et les décisions de licenciement. Hier encore Messaoud Boudiba, porte- parole du CNAPESTE, plus que jamais offensif, accusait sur le plateau d’En Nahar « des responsables de chercher à faire durer la grève pour des fins inavouées que les jours finiront par révéler » Et pendant ce temps, des syndicats qui avaient signé la « charte de l’éthique et de la déontologie » animaient un point de presse pour avouer leur échec à convaincre le CNAPESTE de revenir à de meilleurs sentiments. C’est donc l’impasse dans ces deux secteurs, en attendant la journée de contestation nationale du 14 à laquelle avait appelé l’intersyndicale de l’administration. Le Premier ministre reste curieusement taiseux, préférant laisser les deux ministres concernés, Hasballaoui et Benghebrit se « débrouiller ». Se débrouiller en prônant le dialogue, mais avec une ligne rouge à ne pas franchir : pas question de céder sur la question de l’argent. « Le gouvernement qui a déjà bien du mal à faire face à la situation, n’a pas les moyens de répondre favorablement aux revendications salariales, car une concession aux médecins grévistes ou aux enseignants aura un effet boule de neige sur les autres secteurs qui sont à l’affût », explique l’économiste Mourad Preure.  A l’obstination syndicale, la fermeté gouvernementale, avec comme référence l’attitude du MDN face aux revendications des retraités de l’ANP qui semblent rentrés dans les rangs.

 H.Khellifi  

Publié dans Chronique
lundi, 12 février 2018 00:00

N°5454 du 12-02-2018

Publié dans PDF
lundi, 12 février 2018 00:00

N°5455 du 13-02-2018

Publié dans PDF

Alors que le Cnapeste poursuit sa grève dans les écoles et lycées du pays pour la troisième semaine consécutive, d’autres syndicats représentant des travailleurs du secteur montent au créneau. Cinq organisations syndicales, dont deux appartiennent à l’UGTA, dénoncent un « chantage » organisé par le syndicat Cnapeste depuis quelques temps. Selon un responsable de la fédération du SNAPAP (Syndicat national des personnels des administrations publiques) la grève du syndicat d’enseignants vise à « bloquer l’élaboration du statut des enseignants. » Cette grève intervient « alors que la commission mixte regroupant les représentants de dix syndicats est aux dernières retouches du texte portant l’amendement de l’avant projet de loi du statut des travailleurs de l’éducation », a dénoncé le représentant de ce syndicat lors d’une conférence de presse tenue hier à Alger.Un autre syndicat, à savoir le syndicat national des corps communs de l’éducation estime, pour sa part, que la grève est orchestré par le CNAPEST en vue  d’échapper à la présentation du bilan de sa gestion des œuvres sociales comme le réclament les représentants des travailleurs du secteur ». Ali Bahar, secrétaire général de cette organisation a profité de cette occasion pour déplorer « la mauvaise gestion des œuvres sociales du secteur par la commission nationale dont les responsables sont issus du Cnapeste ».En plus de ces aspects, les syndicalistes craignent que  ce mouvement de grève du CNAPESTE ne se répercute négativement sur l’image qu’ont les Algériens des organisations syndicales. «L’hostilité de toute la société face à l’impasse engendrée va certainement pousser le gouvernement à prendre des mesures pour interdire les grèves dans le secteur. Ce sera un désastre pour tous les travailleurs », a indiqué, pour sa part, Ferhat Chabekh, secrétaire général de la Fnte (Fédération nationale des travailleurs de l’éducation). « Nous ne voulons pas rester comme des spectateurs Nous ne sommes pas rassurés par le chantage exercé par un syndicat qui ne présente aucune revendication réelle. Tout ce que cette formation a présenté concerne des cas particuliers. On ne fait pas une grève illimitée pour défendre des auteurs de fautes professionnelles », insiste le responsable syndical.  En grève depuis plusieurs semaines, le Cnapeste suscite la colère des parents d’élèves et des autorités. Ces dernières ont d’ailleurs commencé à licencier les enseignants grévistes dans certaines wilayas, à l’image de Blida et Béjaïa où la grève dure depuis plus de 3 mois.

Akli Ouali

Publié dans Actualité
lundi, 12 février 2018 00:00

L’irritation du cercle présidentiel

Le cercle présidentiel serait très irrité par les campagnes menées par les “adorateurs” du président de la République et qui appellent de vive voix ce dernier à briguer un cinquième mandat. Quelques personnes proches du chef de l’État ont affirmé que certains cercles instrumentalisent le nom du président au point ou il est littéralement devenu leur fonds de commerce. L’initiative prise par Baha Eddine Tliba et celle de l’association des zaouïas sont particulièrement visées. « La présidence de la République a sommé le secrétaire général du FLN de mettre fin à ces appels insistants exhortant le président Bouteflika à se présenter pour un cinquième mandat, d’autant plus que le chef de l’État ne s’est toujours pas prononcé sur ce sujet ». Ces propos seraient ceux de personnes proches du cercle présidentiel qui ont confié au quotidien londonien Al Arabi Al Djadid que l’irritation a atteint son comble dans le cercle proche du raïs et que ce dernier n’apprécie guère qu’on utilise son nom pour des fins propres. Selon la même source, la présidence a été alertée à ce sujet par deux rapports émanant de deux « hautes autorités », l’une est civile et l’autre sécuritaire. Les rapports en question ont interpellé le président de la République « sur les intentions » de l’association des zaouïas et de la coordination de soutien au 5e mandat de Bouteflika, initiée par l’homme d’affaires et député FLN Baha Eddine Tliba. La même source affirme que ces deux organisations nourrissent l’ambition de jouer un rôle qui n’est pas le leur et que cela pourrait déboucher sur un véritable désordre à travers une lutte pouvant transcender toutes les sensibilités politiques ayant pour but El Mouradia.

Publié dans Actualité
Page 1 sur 5

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85