« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        
Filtrer les éléments par date : jeudi, 15 février 2018
vendredi, 16 février 2018 00:00

N°5458 du 17-02-2018

Publié dans PDF
vendredi, 16 février 2018 00:00

Le CSC chute lourdement face au MCA

Qui l’aurait cru. Le leader incontestable et incontesté de ce championnat de Ligue Un, le CS Constantine a lourdement chuté hier, en match disputé au stade du 5 juillet, face au Mouloudia d’Alger, par trois buts à zéro (3/ 0).  Les réalisations victorieuse du MCA ont étés inscrites par Souibâa (6’), Bendebka (29’) et Amada (77’).  Un revers que d’aucun n’avait appréhendé, d’autant plus que rien ne présageait une telle débâcle. Une lourde et inexpliquée défaite, qui donne droit à beaucoup de supputations. Le MC Alger, avec cette large victoire, prend la 2ème place au tableau, avec 33 points au compteur, et à six longueurs de retard sur le CSC (1er/ 29 points). Le derby de la capitale, entre l’USM Harrach et l’USM Alger, n’a connu ni vainqueur, ni vaincu. Un nul blanc sanctionna les débats (0/ 0). L’USM Harrach, terminera la rencontre à dix, en raison de l’expulsion du joueur Daoud (64’). De son côté, le DRB Tadjenanet, a disposé laborieusement de son hôte, la JS Kabylie, par la plus petite des marges, un but à zéro (1/ 0). La réalisation victorieuse du DRBT est l’œuvre de Belmokhtar (52’). A noter qu’en  ouverture de cette 20ème journée de Ligue Un ‘’Mobilis’’, disputée jeudi dernier , l’US Biskra revient au devant de la scène, avec une nette victoire aux dépens de l’O Médéa, par deux buts à zéro (2/ 0). Manseer (20’) et Berbeche (30’), sont les auteurs des deux réalisations du onze des Ziban. De son côté, l’ES Sétif, renoue elle  aussi avec les succès, après s’être imposée laborieusement devant, le CR Belouizdad, par deux buts à un (2/ 1). Namani (7’), offre l’avantage au CRB, mais Benayad (58’), puis Haddouche (67’), réppliquent pour l’Entente. De son côté, le NA Hussein Dey, n’a pas fait dans les détails, face à la lanterne rouge, l’USM Blida, qui s’est écroulée devant les coups de boutoir du Nasria, quatre buts à un (4/ 1). Brahimi (49’), Gasmi (68’) sur penalty, Yousfi (71’) et Khacef (85’) sont les buteurs du NAHD. Frioui (60’) sur penalty, sauve l’honneur du onze de la ville des Roses.  Cette après- midi (16h 00), en guise de clôture, l’USM Bel Abbés, sera aux prises avec le MC Oran, dans un chaud sommet de l’Ouest, alors qu’au même moment, le Paradou AC donnera la réplique à la JS Saoura. Nous y reviendrons.

Slimane Benabed

Résultats :
Jeudi
US Biskra- O Médéa  2/ 0
ESS - CRB     2/ 1
NAHD - USMB     4/ 1  
Hier
DRBT- JSK     1/ 0
USMH - USMA    0/ 0
MCA - CSC     3/ 0
Aujourd’hui
USMBA - MCO (16h 00)
PAC - JSS (16h 00)

Publié dans Sport

Le Leader de la Ligue 2, l’AS Ain M’lila a renoué hier soir avec la victoire en battant le  RC Kouba (2-0), lors de la vingtième journée qui a été marquée de deux victoires à l’extérieur dont celle de la JSM Bejaia  devant l’ASO Chlef  (2-1). Les réalisations des M’lilis ont été marquées par Dib (69e), qui porte à sept son capital buts, et Sahbi (86e). Un succès qui permet aux hommes de Cherif Hadjar de conforter  leur leadership  avec 40 points, soit deux  de plus que leur plus proche poursuivant. Au même moment, la JSM Skikda a signé son troisième succès de suite lors de la venue du  RC Relizane (2-0), grâce à Mokhtar (49e) et Djilali (75e), dans un match joué à huis clos au stade du 20 août 55. Les gars de Rusicada prennent la deuxième place au MO Bejaia, qui a été contraint au partage des points à domicile par le CA Bordj Bou Arréridj (0-0). Alors que la JSM Bejaia a réalisé la très belle opération  dans l’optique de la montée parmi l’élite  en allant s’imposer sur la pelouse de l’ASO Chlef (2-1), grâce aux buts de Bensayeh (3e) et Bensaha qui a transformé un pénalty à la 18e minute de jeu. Au classement, la JSMB rejoint son voisin du  MOB à la troisième place (36 points), à quatre unités du chef de file, tandis que l’ASO, dirigée par le Constantinois El Hadi Khezzar, reste à la sixième position en compagnie  de l’équipe du Rapid de Relizane.   En bas du classement, le MC El Eulma s’est remis de ses deux dernières défaites consécutives à l’extérieur en dominant  l’A Bou Saâda (2-0), grâce aux buts inscrits par Zitouni (45e+2)  et Belhamri (55e).
La formation de Babia, malgé cette victoire, reste engluée à la quatorzième place, celle du premier relégable,  avec 20 points dans son escarcelle. Dans les autres rencontres, le MC Saida poursuit son redressement en vue du maintien en remportant le derby contre le WA Tlemcen (1-0), grâce à Hamidi Cheikh (75e). Avec ce succès,  l’équipe du Mouloudia de Saida remonte au huitième rang qu’elle partage désormais avec l’ASM Oran, battue 0-1 sur ses installations par le GCM Mascara, dans l’autre derby de l’Ouest qu’a abrité le stade Habib Bouakeul. La vingtième journée se poursuivra aujourd’hui avec le derby entre le CA Batna, lanterne rouge, et le CRB Ain Fakroun, avant dernier de la classe, dans un duel de bas de tableau qui aura pour théâtre  le stade du 1e  novembre 54 à partir de 17 heures. Ce match sera transmis en direct sur la  chaine privée Dzair TV.

B. Mechati

Résultats
MOB-CABBA     0-0
 JSMS-RCR     2-0
MCS-WAT     1-0
ASMO-GCM     0-1
MCEE-ABS     2-0
ASAM-RCK     2-0
ASO-JSMB     1-2
Aujourd’hui à 17h00
CAB-CRBAF 

Publié dans Sport
vendredi, 16 février 2018 00:00

Les fausses promesses du Maghreb

Une fois de plus le roi du Maroc et le président Bouteflika échangent des correspondances truffées de belles formules pour commémorer le 23ème  anniversaire de la création de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Les deux responsables se répandent en mots doux et volontaristes pour dessiner les contours d’un avenir commun qui se veut radieux et plus si affinités. Ah, la belle affaire ! Si seulement cet idéal maghrébin tenait uniquement à la magie des mots et aux envolées rhétoriques… La réalité est hélas bien moins clinquante. Entre l’Algérie et le royaume du Maroc, c’est plutôt la guerre des mots par médias et ministres interposés. Chacun s’échine a désigner l’autre comme un empêcheur d’unir cet ensemble géographique et humain pour justifier un statu quo mortifère pour notre région. Comme tout le monde le sait, le conflit du Sahara occidental continue d’alimenter l’animosité entre Alger et Rabat et hypothéquer le rêve de la jeunesse marocaine et algérienne de conjuguer leurs espérances pour une union du Maghreb, la vraie, qui ne souffre pas des petits calculs politiques internes aux deux régimes. Faut-il rappeler ici que le conflit du Sahara est antérieur à la glaciation des relations entre les deux pays et que l’UMA a été crée dans le même contexte. Pourquoi donc Alger et Rabat maintiennent cette guerre froide qui ne sert plus personne dans un monde où des ensembles régionaux se constituent pour affronter solidairement une mondialisation qui ne fait plus de place aux faibles ?  Cette question est plus que jamais d’actualité, surtout que les peuples des deux pays ne comprennent pas vraiment la persistance de cette relation froide entre deux frères qui se regardent en chiens de faïences depuis des décennies. L’Algérie et le Maroc ont certainement tout à gagner en s’unissant et à contrario, ont tout à perdre à se cramponner dans leurs positions de ni guerre ni paix. Il ne sert à rien d’échanger ces messages -au style pompeux- de circonstances qui ne trompe plus personne. La frontière fermée entre les deux pays est là pour disqualifier ces beaux discours sur le «destin commun» les «défis à relever» et des  «aspirations des peuples». L’union du Maghreb attendra sans doute aussi longtemps que les régimes en place n’auront pas jugé utile de libérer leurs peuples de leur emprise. La démocratie, le libre choix des peuples et le respect des droits de l’Homme sont les seules armes qui pourraient donner corps à  cet idéal qui ressemble à une arlésienne. Tour le monde est convaincu que le «non Maghreb» est très coûteux économiquement et humainement. Le reste n’est qu’insipide littérature.

Imane B

Publié dans Actualité
vendredi, 16 février 2018 00:00

Benghebrit refuse de plier

« Toutes les ressources disponibles seront mobilisées pour rattraper le retard accusé dans les enseignements », a assuré Mme Nouria Benghebrit, dans une interview accordée au quotidien national El Watan. Confrontée pourtant à une grave crise provoquée par la grève du Cnapeste et l’enchainement des mouvements de protestation qui secouent son secteur depuis plusieurs semaines, la ministre de l’Education nationale n’a en aucun moment donné l’impression de fléchir face à l’entêtement d’un syndicat qui refuse toujours de se plier aux différents appels l’exhortant à mettre fin à son mouvement. Bien au contraire, elle est restée ferme et intransigeante, en exigeant au préalable le gel du débrayage, avant l’ouverture de toute négociation avec les représentants du Cnapeste. Le syndicat, qui tient aujourd’hui une réunion extraordinaire pour se prononcer sur la suite à donner à son mouvement, pourrait se conformer à la condition posée par la tutelle. Mais au-delà de la décision que va prendre la direction du Cnapeste, la ministre a déjà pris les devants, en annonçant des mesures concrètes pour éviter aux élèves de subir les effets négatives de cette grève. « Toutes les mesures ont été prises tant au niveau pédagogique par l’adaptation des emplois-du-temps, la révision des progressions pour mieux réguler les programmes d’enseignement en fonction du temps perdu, le suivi des remplaçants dans la classe et leur accompagnement par la formation dans le cadre de regroupements, mobilisation de certains retraités », a-t-elle souligné, insistant par là que  « l’administration veillera à la préservation du service public d’éducation ». Traduisant ses paroles en actes, Mme Nouria Benghebrit a décidé de mettre à la disposition des élèves, la plateforme didactique de l’ONEFD qui contient un nombre considérable de cours, d’exercices, de corrigés etc…. Sur un autre plan, elle a marqué sa détermination à remplacer les  grévistes à travers deux procédures, le recours à la plateforme de recrutement qui contient un vivier de candidats potentiels à l’enseignement, qui ont été tous admis au concours de recrutement organisé par le ministère, et la suppléance si le besoin l’exige.
Pour Mme Nouria Benghebrit, il n’est donc pas question de faire des concessions à des grévistes dont le mouvement de protestation a été déclaré illégal par la justice. Elle a indiqué que 581 enseignants grévistes ont été radiés,  en ajoutant que d’autres mises en demeure vont être adressées aux autres enseignants considérés en situation d’abandon de poste.   « Nous assumons pleinement nos responsabilités, celles, en premier lieu, de préserver le droit à l’éducation de nos enfants. Notre position a été confortée par la justice, qui a statué et a qualifié d’illégal le mouvement déclenché par le syndicat. La règle de droit et les arrêts de justice doivent être respectés », a-t-il déclaré, en dénonçant le caractère illimité de cette grève. « Notre responsabilité est grande, nous n’avons pas le droit de compromettre l’avenir des générations montantes, les femmes et les hommes de demain », a-t-elle souligné, en rappelant sa disposition à recevoir les représentants du Cnapeste, à condition que ces derniers cessent leur grève. Le Cnapeste va-t-il revoir sa position aujourd’hui ? Si tel est le cas, quel sera le sort des enseignants radiés ?

Mohamed Mebarki

Publié dans Actualité

Le secrétaire général du Rassemblement National Démocratique (RND), Ahmed Ouyahia s’est exprimé, hier, sur la grogne sociale que vit le pays dans plusieurs secteurs depuis des mois notamment les grèves du CNAPESTE et des médecins  résidents. Le non moins Premier ministre a estimé que nous n’allons pas tolérer la persistance de l’anarchie, faisant allusion aux grèves dans l’Education et la Santé. Intervenant depuis Biskra dans le cadre des festivités de la célébration de l’anniversaire de son parti, Ouyahia a qualifié certaines revendications  des médecins résidents d’«illogiques» et qu’il ne comprend pas «le sens d’une grève illimitée». Le Premier ministre a promis de mettre fin à l’anarchie dans certains secteurs en affirmant que celle-ci ne peut continuer. «Est-ce que nous voulons un désert médical en Algérie» ? a lancé le SG du RND à l’adresse des médecins résidents en brandissant la force de la loi pour mettre fin au «train de l’anarchie». Par ailleurs, Ouyahia affirme que «L’Algérie est toujours maîtresse de ses décisions politiques en dépit de l’effondrement des prix du pétrole». Il insiste sur la stabilité du pays en disant : «Les Algériens ont mesuré la valeur de la stabilité et la paix dans le pays grâce à la bonne gouvernance du président de la République, Abdelaziz Bouteflika’’. Il a relevé que «grâce à cette politique nous vivons aujourd’hui dans la stabilité et nous sommes entrés dans la phase de construction et d’édification après avoir vécu la bataille de la survie’’. Après avoir rappelé que le RND est connu pour son soutien aux réformes nationales dans tous les domaines, «pour que l’Algérie reste souveraine et indépendante», M. Ouyahia a considéré que les réformes du président de la République sont des «choix qui se sont avérés judicieux, année après année’’. «Le choix de la politique sociale que l’Algérie a adoptée impose d’œuvrer à édifier une économie forte’’, a déclaré le SG du RND et Premier ministre en affirmant que «Les subventions de l’Etat aux prix des carburants, du lait et du pain ne seront pas levées». Il a souligné que «quelconque déclaration s’agissant d’une levée de subvention est infondée». «L’Algérie a une politique sociale constante fondée sur la justice sociale et la solidarité nationale. Ce choix doit être consolidé par le travail’’, a-t-il ajouté, appelant à «sacraliser le travail’’. Devant une salle archicomble des militants et cadres de sa formation politique, Ouyahia a lancé : «Il faut arrêter avec le discours des droits légitimes, car il y a des devoirs sacrés à accomplir’’.

MN/Agence

Publié dans À la une

Le ministre de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire, Noureddine Bédoui a estimé avant-hier à Alger que la lutte contre la migration clandestine «est une question qui concerne l’ensemble de la société et pas uniquement les autorités publiques». La lutte contre la migration clandestine «n’est pas du ressort exclusif des autorités sécuritaires et administratives, mais elle est l’affaire de tout un chacun et de l’ensemble de la société, car la responsabilité est partagée», a indiqué M. Bédoui lors d’une séance plénière du Conseil de la nation, consacrée aux questions orales.» Sans écarter la responsabilité et le rôle clé des autorités publiques dans la lutte contre ce fléau, la famille a un rôle important à jouer, tout comme l’université, la mosquée et l’école qui sont responsables d’immuniser et de prémunir la société» contre ce risque. A cet effet, il a fait part de «l’existence de réseaux criminels activant via les réseaux sociaux qui incitent les jeunes à quitter le pays en contrepartie de sommes importantes, à bord d’embarcations», ajoutant que «les services de sécurité ont réussi, dans le cadre des mesures prises pour faire face à ce phénomène, à arrêter les personnes impliquées dans cette affaire, avant de les présenter à la justice». «Le contrôle des locaux de vente d’équipements de navigation et des chantiers de construction de bateaux et d’embarcations a été renforcé à cet effet», a-t-il ajouté. Parallèlement aux mesures coercitives, les pouvoirs publics «œuvrent de concourir avec la société civile à l’intensification des campagnes de sensibilisation aux dangers de ce phénomène et à l’explication des mesures prises par l’Etat pour améliorer la prise en charge des préoccupations des jeunes, notamment en matière d’emploi et de logement», a ajouté le ministre. M. Bédoui a dit que «ces mesures incitatives ont permis d’obtenir des résultats positifs», qui se sont traduits par un «recul sensible ces derniers temps du nombre de tentatives à la migration clandestine». «En dépit de ces résultats, la lutte contre ce phénomène implique d’autres mesures que le gouvernement s’attèle à mettre en œuvre», a-t-il estimé. A une question sur les facilitations administratives pour l’obtention des documents relatifs à l’acte de propriété et à la mise en conformité des constructions, le ministre a fait savoir que depuis la promulgation de loi relative à la mise en conformité des constructions et leur achèvement en 2008,  sur un total de 323.898 dossiers déposés, 35.187 dossiers ont été rejetés, soit 10 % des dossiers qui n’ont pas été traités».  Le ministre de l’Intérieur a indiqué qu’une commission a été mise en place au niveau de chaque wilaya pour recevoir et examiner les recours des citoyens dans un délai n’excédant pas un mois, outre la prolongation des délais de régularisation des constructions inachevées, jusqu’à août 2019, en vue de «faciliter les mesures aux citoyens».

Publié dans Actualité

Le Sénat français a adopté le projet de loi autorisant l’approbation du protocole annexe à la convention générale entre la France et l’Algérie sur la sécurité sociale relatif aux soins des Algériens en France, a-t-on appris hier auprès du parlement. Le projet a été adopté par l’Assemblée française le 19 décembre dernier par 51 députés (avec aucun vote contre), rappelle-t-on. «Le Sénat a adopté sans modification, en première lecture, le projet de loi, adopté par l’Assemblée nationale en première lecture après engagement de la procédure accélérée», a indiqué le Sénat après le vote qui s’est déroulé jeudi. La loi permettra désormais d’inscrire, à l’avenir, l’accueil des patients algériens dans les établissements hospitaliers français pour des soins programmés dans un cadre administratif unifié. Le protocole de soins entre les gouvernements algérien et français, rappelle-t-on, a été signé le 10 avril 2016, ainsi qu’un arrangement administratif sur les soins des Algériens dans les hôpitaux de France, pour permettre de «prévenir des contentieux financiers». Le contentieux qui existait entre la France et l’Algérie a été résolu grâce à un accord entre l’AP-HP (Assistance publique - Hôpitaux de Paris) et les autorités algériennes sous l’égide des gouvernements français et algérien. Du côté du gouvernement français, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, avait indiqué, lors du vote à l’Assemblée, que ce nouveau cadre «solide» remplissait deux objectifs : préserver «la relation privilégiée entre la France et l’Algérie en matière de sécurité sociale» et la moderniser. Il avait expliqué que cette relation passe par l’instauration d’un système de concertation «étroit» entre l’Etat algérien et les hôpitaux français pour «éviter notamment que ne s’accumulent des créances, des situations contentieuses, comme cela a été le cas par le passé», soulignant que le texte précédent était «assez inadapté» avec un champ d’application «très limité». Le nouveau protocole délivrera ainsi une autorisation de prise en charge au patient sur la base d’un devis établi par un établissement français. Il met à la charge de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) le rapatriement des patients ou de leur dépouille, ainsi que les soins prodigués avant ce rapatriement après un rejet d’une demande de prolongation de soins. Selon la partie française, le nouveau protocole «devrait permettre de resserrer nos liens avec le peuple algérien en répondant mieux à ses besoins dans ce domaine essentiel qu’est la santé». Le tarif de prise en charge sera le tarif journalier des prestations non majoré applicable aux patients relevant d’une sécurité sociale coordonnée avec la législation française en application d’un accord international. Il correspond au prix de journée facturé par les hôpitaux aux patients étrangers relevant d’un accord de coordination. Selon le nouveau protocole, la CNAS remboursera les frais réels à partir des relevés de dépenses et des comptes rendus hospitaliers transmis par un organisme de liaison français. Les remboursements par la CNAS seront effectués dans un délai de trois mois sur la base d’un décompte global semestriel des créances et pour limiter les décalages de trésorerie, la caisse algérienne devra verser pour chaque exercice des avances sur la base de 35 % du montant des créances soldées. Le nouveau texte recommande aux consulats français en Algérie de «jouer le jeu» en délivrant «rapidement» des visas aux patients qui s’inscriront dans le dispositif.

Publié dans Actualité

Le ministre des Travaux publics et des Transports, M. Abdelghani Zaâlane a indiqué, hier,  que dans le cadre du développement de la compagnie aérienne publique, Air Algérie de nouvelles liaisons avec plusieurs capitales africaines seront lancées dès le second semestre 2018 avec la réception de la nouvelle aérogare internationale d’Alger. Répondant aux membres du Conseil de la nation lors d’une plénière consacrée aux questions orales, M. Zaâlane a expliqué que le plan de développement d’Air Algérie prévoyait, après la réception du  projet d’extension de l’aéroport international d’Alger au cours du 2e semestre 2018, le lancement progressif de nouvelles lignes aérienne vers plusieurs capitales africaines, dont Brazzaville, Libreville, Yaoundé, Addis-Abeba et Conakry. Le ministre a reconnu que l’activité d’Air Algérie en Afrique est très limitée et se base essentiellement sur le transit à partir et vers l’Afrique avec l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Asie et le Moyen-Orient et que  les lignes directes vers les pays africains demeurant très restreintes en raison des faibles relations économiques et touristiques. Il a, à ce propos, souligné que l’entrave majeure à l’élargissement du réseau de transport aérien au niveau continental était d’ordre économique (rentabilité de la ligne) et non pas d’ordre   juridique. 

Publié dans Actualité
vendredi, 16 février 2018 00:00

L’USMA prend son envol

Net vainqueur, hier par deux buts à zéro face au  MO Constantine, dans le cadre du 19ème round du championnat de DNA ‘’Est’’, le leader, l’USM Annaba, prend  cette fois- ci, un vrai envol (2/ 0). Maiza (12’) et Mechairia (61’), sont les auteurs des deux réalisations du club annabi. Le NRB Touggourt, en appel du côté du stade Abed Hemdani, s’est contenté du point du match nul, face à l’AS Khroub, un but partout (1/ 1). Le derby qui opposa le CRB Kais, à l’avant- derby, l’USM Aïn Beida, entaché d’ailleurs par de regrettables incidents, est finalement revenu au CRBK, par deux buts à zéro (2/ 0). Les deux réalisations ont été inscrits par Bourzazen (60’) et Boulâaba (76’). Le second but du CRB Kais, a été déclencheur des graves incidents. Le CR Village Moussa, renoue avec les succès, après s’être imposé nettement de l’US Tébessa, par trois buts à zéro (3/ 0). A noter également la victoire nette du MC Mekhadma, devant l’US Chaouia, par deux buts à zéro (2/ 0), et également, le partage de points, un zéro partout lors du derby qui mit aux prises, l’AB Merouana à l’USM Khenchela (0/ 0). HAMR Annaba, pour sa part, malgré la crise financière à laquelle elle est confrontée, a réussi à arracher le point du match nul à Mila, en match à huis clos, face au HB  Chelghoum Laïd, un but partout (1/ 1). Enfin, la lanterne rouge, l’Entente de Collo, n’a pas dit son dernier mot. Les dauphins, ont réussi un match exceptionnel face à l’AB Chelghoum Laïd, avec à la clé, un laborieux succès, trois buts à deux (3/ 2).    

Slimane Benabed

Publié dans Sport
Page 1 sur 4

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85