« Février 2021 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
Filtrer les éléments par date : vendredi, 19 février 2021

La campagne de vaccination contre la covid-19 ne sera pas interrompue durant le prochain mois de Ramadhan. C’est ce que soutient un des membres du comité scientifique du suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr. Bekkat Berkani. Ce dernier affirme que cette campagne de vaccination «se poursuivra » durant le prochain mois d’abstinence et estime que ce vaccin n’interrompt pas le jeûne, se fiant à une fetwa de la commission de la Fetwa relevant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs concernant de précédentes campagnes de vaccination durant ce mois sacré. Et de rassurer que ceux qui se feront vacciner durant le Ramadhan «ne sentiront » aucun effet secondaire sur leurs santés, se basant sur des études scientifiques et des débats engagés par ledit comité. Dr. Berkani rassure également « qu’aucun effet secondaire grave n’a été enregistré » depuis le début, en janvier dernier, de la campagne de vaccination contre la covid-19. Il insiste sur « l’impérative poursuite » de cette campagne de vaccination à l’effet « d’éviter » toute nouvelle vague de la pandémie dans le sillage de l’apparition, sous d’autres cieux, d’une troisième souche de ce virus, « plus dangereuse », selon lui.

A.K.

Publié dans Actualité
samedi, 20 février 2021 00:00

La coopération bilatérale évoquée

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu hier un appel téléphonique du président de la République Française, Emmanuel Macron, lors duquel ils "ont passé en revue les perspectives du développement des relations bilatérales", indique un communiqué de la présidence de la République. Lors de cet entretien téléphonique, les deux présidents ont convenu de "poursuivre la coordination entre les deux parties en vue de booster la coopération bilatérale dans divers domaines et rapprocher les vues sur certains dossiers", précise le communiqué.

Publié dans Actualité
samedi, 20 février 2021 00:00

La coopération bilatérale évoquée

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a reçu hier un appel téléphonique du président de la République Française, Emmanuel Macron, lors duquel ils "ont passé en revue les perspectives du développement des relations bilatérales", indique un communiqué de la présidence de la République. Lors de cet entretien téléphonique, les deux présidents ont convenu de "poursuivre la coordination entre les deux parties en vue de booster la coopération bilatérale dans divers domaines et rapprocher les vues sur certains dossiers", précise le communiqué.

Publié dans Actualité
samedi, 20 février 2021 00:00

Vers un climat politique apaisé

Aussitôt dit et aussitôt suivi d’effet. Jeudi, le président Tebboune, dans son adresse à la Nation avait annoncé des mesures de grâce en faveurs des détenus du Hirak. Le soir même du discours, les premiers détenus « ont passé la nuit chez eux » pour reprendre les mots du président. Cependant, le gros des détenus soit 32, a pu sortir de prison le vendredi, en attendant les autres qui vont bénéficier de la même mesure de clémence, selon le communiqué du ministère de la Justice. En tout, 57 détenus qui retrouveront leur liberté, selon le chiffre avancé par le Président. Le plus emblématique de ces détenus, est le journaliste Khaled Drareni autour duquel s’est créée une dynamique de mobilisation internationale depuis son arrestation dont le caractère arbitraire n’a pas manqué d’abîmer, à l’international, l’image de l’Algérie dont les justificatifs n’ont pas fait le poids devant les incessantes montées au créneau des ONG comme Reporters sans frontière, Amnesty international, l’organe onusien des droits de l’Homme. Outre le journaliste Khaled Drareni dont l’incarcération a cristallisé en Algérie le combat pour la liberté de la presse, il y a eu aussi la libération de Rachid Nekkaz qui a quitté vendredi soir la prison de Labiodh Sidi Chikh où il avait été transféré. L’opinion attend aussi d’autres libérations dont celle du général Ali Ghédiri qui devrait lui aussi bénéficier de ces mesures de grâce présidentielle. En prenant celles-ci, le président Tebboune marque plusieurs points, montrant qu’il est désormais le maître de la situation, définitivement débarrassée de l’héritage et de la tutelle encombrante du défunt Ahmed Gaid Salah qui, faut-il le rappeler, était à l’origine des arrestations massives des acteurs du Hirak. Le président Tebboune en faisant ce geste d’apaisement en direction des militants du Hirak , la veille de la célébration de son deuxième anniversaire, répond aussi à la demande de plusieurs partis, y compris ceux qui sont inscrits dans l’agenda politique du pouvoir. Soufiane Djilali,Abdelkader Bengrina, Abderazak Makri ainsi que le premier secrétaire FFS, en se rendant à la présidence de la République, à l’invitation du chef de l’Etat, ils lui ont tous demandé de faire des gestes en faveur des détenus. C’est désormais fait. A plan international, il va de soi que l’Algérie va gagner au change en termes d’image et les ONG qui, à juste raison, dénonçaient à cor et à cri les mises en arrestation des militants du Hirak et des journalistes n’ont plus raison désormais le prétexte de se braquer sur l’Algérie. Cela étant dit, si ces mesures sont nécessaires, elles ne sont pas suffisantes. Loin s’en faut. Elles devraient être accompagnées de nouvelles mesures, notamment l’ouverture des médias publics aux expressions politiques de l’opposition, même si elles ne vont pas dans le sens des tropismes du pouvoir. La démocratie, faut-il le rappeler, c’est d’abord un débat contradictoire. Le président Tebboune, devrait aussi instruire son ministre de la Communication pour lever les mesures de blocage de plusieurs journaux électroniques qui ne sont plus accessibles en Algérie. L’argument technique, lié au problème de la connexion, avancé par Amar Belhimeur pour justifier la disparition de ces journaux n’a évidemment convaincu personne, à commencer par lui. Et comme la politique va avec l’économique et le social, le président Tebboune devrait aussi consentir un geste pour donner un coup de pouce au pouvoir d’achat des citoyens, victimes de la concomitante dévaluation du dinar et l’envolée des prix qui a touché tous les produits. La situation financière du pays est difficile, certes, mais à l’approche du mois de Ramadhan un geste symbolique est de nature à amortir la casse sociale et surtout asseoir un climat apaisé, tant que faire se peut, pour la mise en œuvre des futures législatives.

H.Khellifi  

Publié dans À la une

En Algérie, la situation épidémique ne fait plus l’actualité depuis plusieurs semaines, en raison sûrement de la baisse de la courbe des contaminations journalières, mais aussi à cause de la montée en surface d’autres préoccupations que les Algériens sont en train de mettre en avant sur l’échelle de leurs attentes. En dehors du comité scientifique, dont les membres ne sont pas arrivés, après une année d’activité, à régler leurs « petits » problèmes d’affinités avec certains membres du gouvernement, et à leur tête le ministre de la Santé, rares sont les citoyens qui continuent à placer « Corona » parmi leurs inquiétudes, au moment où d’autres facteurs nourrissent davantage leurs angoisses : pénurie de médicaments, détresse des personnes atteintes de maladie chronique, notamment les malades atteints de cancer, en l’absence d’une prise en charge appropriée, le tout « couronné » par un système sanitaire obsolète, qui tente de résister grâce au dévouement d’une partie du personnel soignant. Dans ce contexte, la campagne de vaccination qui a démarré fin janvier, est en passe de devenir un non-événement. Desservie par une communication chaotique, l’opération vaccinale a été « séquestrée » dans la clandestinité la plus absolue, privant les Algériens d’informations utiles qui auraient pu dissoudre leurs craintes, au demeurant légitimes. Rien, absolument rien n’a été fait dans le but de gagner leur adhésion, alors que dans le monde, la lutte autour du vaccin anti-Covid est en train de prendre une dimension géostratégique à travers laquelle Occidentaux, Chinois et Russes s’appuient sur leurs prouesses scientifiques pour élargir et consolider leur influence sur le reste des pays. Moins de 24 heures après l’annonce de l’engagement des Américains à investir 4 milliards de dollars pour le dispositif Covax, les Russes montent au créneau et annoncent l’enregistrement d’un 3ème vaccin anti-Covid, alors que les Chinois multiplient les dons de vaccins et les contrats d’approvisionnement. Baptisé Kovivak, ce 3ème vaccin après Sputnik V et EpiVacCorona fait de la Russie le premier pays à avoir atteint ce stade. « Dès le milieu du mois de mars, les premières 120 000 doses seront mises en circulation », s’est félicité hier le Premier ministre russe. A la différence des deux autres vaccins, Sputnik V et EpiVacCorona, Kovivak, uniquement recommandé aux personnes âgées de 18 à 60 ans, utilise un virus inactivé, une technologie plus classique. Les Russes s’appliquent aujourd’hui à passer des accords de production à travers le monde, à des conditions simplifiées, avec en arrière-plan l’idée d’en tirer un profit politique à moyen et long terme. En raison de ses relations privilégiées avec Moscou, l’Algérie aurait pu anticiper sur le coup, si les autorités sanitaires n’étaient pas enfermées dans leurs querelles stériles. Leur gestion bureaucratique à outrance d’une crise sanitaire qui a bouleversé les mentalités dans le monde et érodé de nombreuses certitudes et dogmes, est demeurée statique. Se limitant à faire des déclarations sans aucun impact sur l’opinion publique et à annoncer quotidiennement le nombre des contaminations journalières en Algérie, elles se sont disqualifiées par elles-mêmes. L’accalmie épidémique a eu un effet anesthésiant sur ces professeurs prisonniers d’un contexte dévitalisant. Avec des moyennes en-dessous de 200 contaminations par jour, ils avaient toute la latitude de se consacrer aux recherches pour tenter d’offrir à l’Algérie ses propres moyens de défense, au lieu d’attendre le salut de Moscou, de Pékin ou de Delhi. Pour que les chiffres qu’ils avancent soient crédibles, il faudrait qu’ils s‘investissent davantage pour informer les Algériens de tous les détails concernant une épidémie, qui a déjà dérouté le monde entier. L’Algérie qui a enregistré 164 cas confirmés de coronavirus, 143 rémissions et 4 décès durant les dernières 24 heures se trouve dans une situation opportune pour relancer les chantiers de recherches, en se basant sur son expérience et ses traditions vaccinales. Selon le nouveau bilan, 29 wilayas ont enregistré zéro cas. Globalement, il n’y a plus cette pression du début. Dans le bilan de la veille à titre d’exemple, les wilayas de l’Est ont recensé chacune moins de 10 contaminations, à l’image de Batna (9), Biskra (8), Souk-Ahras (7), Annaba (6), Constantine, Sétif et Mila (5), Jijel et M’sila (3), Oum El Bouaghi et Guelma (2), El Tarf et Khenchela (1), alors que Skikda, BBA, Tébessa et Béjaïa n’ont enregistré aucun cas entre jeudi et vendredi.

Mohamed Mebarki  

Publié dans Actualité

Le CA Bordj Bou-Arréridj a prolongé hier, sa série noire en championnat, en concédant sa dixième défaite de la saison face au WA Tlemcen (3-1), avec un doublé de Touil,  lors de la 14e journée de Ligue 1, marquée par la large victoire de la JS Saoura sur le terrain de l’ASO Chlef (0-6). Après ce revers, les Bordjiens qui n’ont remporté aucune victoire depuis l’entame de l’exercice, occupent toujours la place de lanterne rouge avec seulement quatre points, tandis que le WAT rejoint lee NA Hussein Dey à la 13e position (14 points). Alors que la JS Saoura s’est baladée sur la pelouse de l’ASO Chlef (0-6), grâce à des buts de Lehamri (14e), Kaidi (34e), Zaid (45e, 57e), Messaoudi (60e) et Yahia Cherif (76e). Au classement, la JSS se hisse à la troisième marche du podium (26 points), avec un match en moins à jouer à domicile contre le co-leader, l’ES Sétif. En revanche, l’O Médéa a vu sa belle série de 10 matchs sans défaite prendre fin au stade de Dar El Beida où l’équipe de l’entraîneur Chérif Hadjar s’est inclinée face au Paradou AC (2-1). Les gars de Titteri ont été les premiers à ouvrir le score par Khelallah (45e+5), avant que les Pacistes ne réagissent et n’inversent la tendance en seconde mi-temps par l’entremise de Boussif (46e) et Mecibah (73e) sur penalty. A noter que ce match a été interrompu de cinq minutes pendant la première période, lorsque le défenseur de l’Olympique de Médéa, Tarek Cherfaoui, s’est évanoui sur la pelouse, après avoir reçu le ballon en plein tête à bout portant. Il a vraisemblbblement avalé sa langue. Après avoir repris conscience, il a quitté le terrain sur une civière. Il a été emmené par l’ambulance de la protection civile à l’hôpital. Selon le médecin de l’équipe, l’état du défenseur Olympien ne souffre d’aucune inquiétude.

B. Mechati

Publié dans Sport

Le MO Constantine et l’USM Annaba n’ont pas pu se départager, hier lors de la deuxième journée du championnat de Ligue 2 amateur. Les deux équipes se sont séparées sur un match nul et vierge (0-0) au stade du 5 juillet de Hamma Bouziane. C’est le deuxième nul en autant de matchs pour les deux clubs. Alors que l’US Chaouia a réalisé la passe de deux en allant s’imposer sur le terrain du MSP Batna (0-0), grâce à un but signé Yassaâd (54e). A la faveur de ce succès, la formation de Sidi Reghiss entrainée par Amine Ghimouz reprend seule les commandes avec 6 points à son actif. De son côté, l’autre équipe de la ville des Aurès, le CAB, a ramené le point du nul lors de son déplacement chez le DRB Tadjenanet (1-1). Les Batnéens ont ouvert le score par l’entremise de Khaldi (25e), avant que Chaabane n’égalise pour les siens à la 41e minute de jeu. Dans les autres rencontres, le NRB Téleghma a signé sa première victoire de la saison en dominant le MC El Eulma (2-0), qui enregistre sa deuxième défaite de suite, après celle devant le DRB Tadjenanet lors de la journée inaugurale. Le MCEE est désormais lanterne rouge avec zéro point. Même cas de figure pour le CRB Ouled Djellal qui a pris le meilleur sur le HB Chelghoum Laïd (2-1), alors que l’USM Khenchela s’est contentée du point du match nul à la maison face à l’AS Khroub (0-0). Au total, 8 buts ont été inscrits à l’issue de cette étape. La 3e journée, prévue samedi prochain, verra le MOC se déplacer chez le leader, l’US Chaouia, tandis que l’USM Annaba recevra l’USM Khenchela.

Résultats MOC-USMAn 0-0 CRBOD-HBCL 2-1 MSPB-USC 0-1 USMK-ASK 0-0 DRBT-CAB 1-1 NRBT-MCEE 2-0

B. Mechati

Publié dans Sport

Dix (10) personnes ont été blessées à différents degrés suite à un accident de manège survenu au niveau du parc d’attraction et de loisirs «Mostaland» à Mostaganem, a-t-on appris auprès de la direction de wilaya de la Protection civile. «Les unités de la protection civile sont intervenues avant-hier vers 19h00 pour l’évacuation de 10 victimes blessées à différents degrés suite à un accident de manège survenu au niveau du parc d’attraction et de loisirs «Mostaland»», a indiqué la protection civile dans un communiqué. Après avoir prodigué les premiers soins aux blessés, les éléments de la protection civile ont évacué les victimes vers les urgences médicales de l’hôpital «Ernesto Che Guevara», précise la même source. Suite à cet incident, le wali de Mostaganem, Aissa Boulahia, a décidé de dépêcher une commission technique pour lui transférer un rapport sur l’accident, a souligné un communiqué des services de la wilaya. Selon la même source, M. Boulahia a décidé également la fermeture, à titre conservatoire, de cette attraction jusqu’à sa révision technique et sécuritaire. 

Publié dans Régions

Une explosion de gaz s’est produite hier à la Cité «El Mahafir» dans la ville de Laghouat, et a fait au moins quatre morts et des dégâts matériels, selon le communiqué de la Protection civile.  L’explosion, consécutive à une fuite de gaz, a retenti aux environs de midi, provoquant également des dommages matériels sur les habitations et les véhicules garés au pied de l’immeuble, ajoute la même source, qui indique que les 4 victimes ont été évacuées à l’hôpital des 240 lits de la ville.

Publié dans Régions

Les participants à une rencontre sur le théâtre organisée hier après- midi au théâtre régional de Constantine Mohamed Tahar Fergani ont insisté sur «l’importance de développer le théâtre pour renouer avec le public à l’ère du numérique». «La révolution numérique est un fait accompli d’où l’importance de s’adapter avec cette nouvelle donne à travers des projets de recherches à initier par des spécialistes en la matière en vue de développer le théâtre pour capter le public», a estimé Mourad Djeghri, animateur de la rencontre intitulée «La scène théâtrale, réalités et perspectives» .Le tournant numérique a eu un impact sur la présence du public aux spectacles vivants, a déclaré le même intervenant qui a appelé à «l’élaboration de projets de recherches et de formations permettant de relancer cet art et attirer le public». Dans ce cadre, M. Djeghri a indiqué que «les projets de recherches à développer dans ce sens, doivent être axés sur le fonctionnement des théâtres, la qualité des spectacles proposés au public et la continuité des représentations». Pour sa part, Mohamed Gharnaout, spécialiste du domaine culturel est revenu sur l’évolution de la présence du public au fil du temps, relevant que la courbe a considérablement baissé avec le développement numérique qui a métamorphosé les comportements, les habitudes et les réflexes, notamment parmi les jeunes générations. Insistant sur l’importance de la communication, la même source a plaidé pour une «relation permanente et continue avec les écoles, les universités, les structures de formation professionnelle et autres secteurs en rapport direct avec les jeunes». Cette rencontre à laquelle ont assisté des connaisseurs du spectacle vivant de l’ancienne et de la nouvelle génération a été mise à profit pour «visionner» des séquences de spectacles théâtraux réalisés par le théâtre de Constantine comme «El Kelma» et «El Intihar» entre autres.

Publié dans Constantine
Page 1 sur 5

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85