« Février 2021 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
Filtrer les éléments par date : vendredi, 26 février 2021
samedi, 27 février 2021 00:00

59 détenus élargis

Le ministère de la Justice a fait état, hier dans un communiqué, de l’élargissement de 59 détenus jusqu’à jeudi dernier dans le cadre de la grâce présidentielle décrétée par le Président de la République, le 18 février courant.» En application des mesures prises par le Président de la République à l’occasion de la Journée du Chahid et du 2ème anniversaire du Hirak, authentique béni, le nombre des détenus élargis jusqu’au 25 février 2021 a atteint 59, et ce, après parachèvement de la procédure,» précise le communiqué. Ce nombre, ajoute le ministère de la Justice «correspond à celui annoncé par le président de la République, le 18 février 2021, en faisant état de la libération de 55 à 60 détenus». Le ministère de la Justice avait annoncé, le 19 février passé, l’élargissement dans le cadre des mesures de grâce décidées par le Président de la République, de 33 détenus entre condamnés et non condamnés définitivement à des peines de prison ferme pour des actes liés à l’utilisation des réseaux sociaux ou commis lors de rassemblements.

Publié dans Actualité
samedi, 27 février 2021 00:00

La déroute des frères-ennemis

Les islamistes digèrent mal leur déroute politique et sociétale. Ils refusent de l’admettre, mais à travers chacune de leurs sorties médiatiques, leur désarroi apparaît au grand jour et met à nu leurs profondes contradictions. Partage de rôles ou illustration de positions irréconciliables ? Dans une conférence de presse animée hier au siège du parti, le chef du MSP a tenu un discours, qui a surpris plus d’un, en déclarant que « le Hirak a ébranlé les fondements du système corrompu». Abderrazak Makri a même critiqué le pouvoir, qui, selon lui, « fait semblant d’assumer le message du Hirak pour tenter de l’étouffer, à travers la politique de la carotte et du bâton ». A peine deux semaines après avoir été reçu en audience à la Présidence où il avait exprimé à Abdelmadjid Tebboune « l’adhésion totale et pleine de sa formation au front interne face à toute menace de l’extérieur », le chef du MSP change son fusil d’épaule et se drape de nouveau de l’habit de l’opposant irréductible. Ce qui n’est pas le cas d’une autre chef de parti, se réclamant lui aussi de la mouvance islamiste ; Abdelkader Bengrina en l’occurrence. Ce dernier, qui ne s’est guère embarrassé des précautions d’usage, du moins pour des considérations d’éthique et d’honnêteté intellectuelle, est passé outre les revendications d’ordre politique portées par la rue, pour braquer toute son attention sur des sujets, qui ont été peut-être abordés par certains salons politico-médiatiques, mais qui n’ont jamais été soulevés au sein du Hirak populaire. Ainsi, selon lui, la lutte actuelle met face à face deux camps diamétralement opposés : les partisans d’un Etat central et ceux qui appellent à un Etat fédéral ! D’après le chef du mouvement El Bina, le conflit entre les deux parties est en train d’investir le Hirak. Dans son ignorance abyssale de l’histoire contemporaine de l’Algérie, le candidat malheureux aux élections présidentielles du 12 décembre 2019, n’a même pas eu la présence d’esprit d’aller consulter les archives. S’il l’avait fait, il aurait su comme tous les Algériens, que la question qui lui fait tant peur, avait été discutée par les dirigeants de la révolution de libération nationale lors du Congrès de la Soummam, sans que cela ne soit assimilé à des tentatives de division. Mieux encore, au début des années 1990, feu Salah Boubnider connu sous le pseudonyme de « Saout El Arab », et que l’on ne peut accuser de sécessionniste, prit à son compte la question sans que cela ne provoque le moindre remous. Poursuivant son hallucination, Abdelkader Bengrina estime que la minorité qui veut, selon lui, diviser le pays est aujourd’hui présente dans les rouages les plus sensibles de l’Etat. En conséquence, il craint que le rapport de forces ne bascule à l’avantage des partisans de la transition au détriment d’une majorité attachée à la poursuite des réformes politiques telles que tracées par Abdelmadjid Tebboune. En appelant franchement à « l’épuration » du Hirak des voix que lui seul a entendues, qui appellent au « séparatisme », il dévoile avec un excès de zèle inégalé ses penchants rétrogrades et intolérants, dans un rôle de diversion, piètre dans sa forme et ridicule dans son contenu. Sachant que le Hirak représente une menace permanente pour lui et ses frères-ennemis qui sont pourtant de la même obédience, Abdelkader Bengrina est déjà aux abois.

Mohamed Mebarki

Publié dans À la une

Le directeur général de l’Institut Pasteur Algérie (IPA), Dr Fawzi Derrar, a rappelé, hier à Alger, la nécessité d’observer «scrupuleusement et strictement» les mesures de prévention contre la propagation de la Covid-19, après avoir enregistré les deux premiers cas du variant britannique en Algérie. Le premier responsable de l’IPA a souligné, dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature d’une convention entre le CHU Beni Messous et Algérie Télécom (AT), que « le respect des mesures de prévention va stopper la propagation du variant britannique» et qu’il est «important d’observer le protocole sanitaire pour lutter contre la propagation du virus». Il a précisé à cette occasion que la situation sanitaire du pays est «bonne» que l’on est en train «d’enregistrer des chiffres les plus bas au monde». Dr Derrar a affirmé que l’Institut Pasteur procède à des «analyses sur des échantillons» et qu’il n’est pas question uniquement du variant britannique, mais l’ITA assure également, selon Dr Derrar, la «surveillance de tous les autres variants de la Covid-19 qui sont propagés dans le monde». Le directeur général de l’ITA a relevé, toutefois, que la propagation du variant britannique en Algérie «ne sera pas une surprise», si l’on voit la dynamique de ce variant à travers le monde. L’Institut Pasteur d’Algérie avait annoncé jeudi soir dans un communiqué, la détection de deux cas du variant britannique du coronavirus (Covid-19), rappelle-t-on. Il avait précisé que «ces deux souches mutantes ont été détectées chez un membre du personnel de santé de l’EHS de Psychiatrie de Cheraga (isolé actuellement) et chez un immigré venant de France pour l’enterrement de son père».»Sur le plan épidémiologique, l’Algérie a enregistré ces dernières semaines une certaine stabilité du nombre de cas de contamination par le coronavirus Covid-19», avait constaté l’Institut, qui a rappelé que «la grande attention portée aux mesures de distanciation sociale et le port de masque de protection dans le cadre du protocole sanitaire sont les meilleurs garants du maintien de la stabilité enregistrée actuellement».

Publié dans Actualité

La création du Conseil supérieur de la jeunesse annoncé par le président de la République M. Abdelmadjid Tebboune vient «encourager cette catégorie à adhérer davantage à l’action politique», a affirmé samedi à Sidi Bel Abbes le président du Front de l’Algérie nouvelle (FAN) Djamel Benabdeslam. Animant un meeting populaire à la bibliothèque de lecture publique «Mohamed Kebbati», le président du FAN a déclaré que «la décision de créer le Conseil supérieur de la jeunesse impulsera une dynamique à la scène politique et encourage cette catégorie à s’engager davantage dans le travail politique». Djamel Benabdeslam a insisté sur la nécessité de soutenir les jeunes candidats aux élections, soit dans des listes indépendantes ou partisanes, et à leur donner les mêmes chances conformément à l’esprit de la Constitution. Concernant la nouvelle loi des élections, le président de cette formation politique a indiqué que «cette loi comporte des amendements positifs», tout en estimant qu’il subsiste encore des lacunes et des aspects négatifs. Il a fait savoir, à ce propos, que sa formation politique a présenté des propositions concernant les amendements contenus dans la nouvelle loi des élections, soulignant également que le FAN est prêt pour les prochaines élections législatives. M. Benabdessalem a appelé au parachèvement du processus de développement pour construire l’Algérie nouvelle et former un cadre politique fort par l’unification des rangs et la protection du pays contre tout ce qui le guette, saluant le rôle de l’Armée nationale populaire.

Publié dans Actualité
samedi, 27 février 2021 00:00

Bekkat Berkani écarte l’éventualité

Le Dr Bekkat Berkani a écarté hier  la possibilité d’un retour au  confinement sanitaire, du moins dans l’immédiat, expliquant qu’au niveau du Comité scientifique dont il est membre il n’existe pas de réflexion dans ce sens. A propos des personnes déjà  vaccinées, le président du Conseil de l’Ordre des médecins a assuré qu’aucune d’elles n’a été recontaminée,  preuve de l’efficacité du vaccin qui assure une immunité, selon lui. Le vaccin acquis par  l’Algérie  est efficace même  contre les variants qui ont une plus grande capacité de prorogation, précise le Dr Bekkat Berkani, confirmant par ailleurs les deux cas de variants anglais révélés mercredi par Dr Fawzi Derrar , directeur de l’Institut pasteur Algérie. Par  ailleurs, le membre du Comité anti Covid-19 a rappelé que les autorités algériennes vont procéder à la suspension des vols de rapatriement des ressortissants algériens bloqués à l’étranger, du 1er au 31 mars par mesure de prévention contre la pandémie.

Publié dans Actualité
samedi, 27 février 2021 00:00

Les directeurs en séminaire de formation

Le ministère de l’Education nationale organise un séminaire de formation au profit des directeurs de l’Education (DE) récemment nommés, a indiqué hier la tutelle dans un communiqué. Le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout a procédé, vendredi, à l’ouverture des travaux du «séminaire national de formation» au profit des DE nommés récemment suite au mouvement opéré dans corps au sein du secteur de l’Education. Soulignant que la rencontre «s’inscrit dans le cadre du plan d’action» du secteur, le ministre a mis en avant l’importance de la formation pour la ressource humaine, en général et les gestionnaires en particulier, étant censés être capables de gérer aussi bien les aspects pédagogique, qu’éducatif et administratif. Lors de son allocution à l’ouverture du colloque abrité par l’annexe de l’Office national des examens et concours (ONEC) à Kouba (Alger), M. Ouadjaout a fait savoir que la tutelle «s’emploiera à accompagner les nouvelles recrues à la tête du secteur dans certaines wilayas et les orienter à même de mener à bien les objectifs escomptés». Le ministère de l’Education nationale a consacré le thème de la première session de formation aux examens scolaires et concours professionnels, eu égard à «l’importance que revêt ces axes dans les différentes étapes de la vie scolaire et de la vie sociale de manière générale», a souligné le ministre, pour lequel ce type de séminaire contribue grandement à l’optimisation du système éducatif . Ce séminaire de deux jours verra la participation de 31 DE, encadrés par 6 anciens DE des plus expérimentés et trois directeurs d’annexes de l’ONEC.Au programme de cette formation figurent des communications sur les phases de préparation et d’organisation des examens nationaux, suivies de trois ateliers consacrés aux procédures organisationnelles et divers problématiques auxquelles est censé faire face le DE lors de ces épreuves, a conclu le communiqué.

Publié dans Actualité

L’avocat Mokrane Ait Larbi, pensant dans un premier temps qu’il «s’agissait juste d’une plaisanterie» a fini par prendre au sérieux la plainte déposée par un professeur d’université et néanmoins député contre l’universitaire et islamologue Said Dajbelkhir, accusé de «mépris contre les principes de l’Islam». Sur sa page Facebook et en se situant sur un plan strictement juridique, l’avocat qui dénonce «un procès contre les intellectuels», se demande «comment un juge d’instruction ou un tribunal puisse enregistrer une plainte de la part d’une personne qui n’a aucune qualité pour la faire ».Se référant au code de procédure pénale, Mokrane Ait Larbi note que «l’article numéro 2 est clair et n’accepte aucune interprétation, dès lors que l’auteur de la plainte n’a subi aucun tort à titre personnel qui l’autoriserait à lancer une action en justice ».Dans ce genre d’affaire où il est question d’atteinte aux principes de l’Islam, seules et uniquement seules habilitées à saisir la justice sont les instituions de l’Etat qui, estime l’auteur du texte, ont aujourd’hui d’autres missions. L’avocat tacle l’universitaire et député auteur de la plainte, envoie lui reprochant d’écrire au président de la République pour lui demander d’intervenir, alors qu’il existe actuellement d’autres problématiques autrement plus importantes qui rentrent dans ses missions nécessitant l’intervention du président. L’ouverture d’un débat dans les médias en y associant l’islamologue aurait été autrement plus pertinent que le recours à la Cour de justice, commente Mokrane Ait Larbi, qui dénonce le «plaisir» au mimétisme de certains qui se référant à des législations de pays étrangers pour déposer des plaintes contre des personnes physiques sans en avoir la qualité, aux termes de la loi algérienne. L’avocat termine son texte en se posant la question de savoir si le tribunal de Sidi Mhamed, le 1er avril prochain, date du procès suivra-t-il le plaignant dans sa démarche ou sera-t-il récusé. « Tout est possible dans l’Algérie nouvelle », conclut- t-il.

Publié dans Actualité
samedi, 27 février 2021 00:00

Le PRA annonce sa participation

Le président du Parti du renouveau algérien (PRA), Kamel Bensalem a annoncé hier à Constantine la participation de son parti aux élections législatives prochaines. Lors d’une rencontre régionale organisée au siège du bureau de wilaya de cette formation politique, M. Bensalem s’est dit «définitivement prêt», d’être parmi les partis politiques qui vont participer à cette échéance électorale, «pour une nouvelle Algérie forte». «Notre objectif majeur est de concrétiser le changement, de répondre aux aspirations du peuple et d’assurer la sécurité et la stabilité du pays», a affirmé le responsable politique qui a insisté sur la nécessité de «consolider la cohésion nationale pour faire face aux différents défis, au vu des crises auxquelles le pays est confronté». Le même intervenant a également appelé tous les acteurs politiques, les organes de presse ainsi que la société civile à «adhérer massivement à ces élections afin de permettre au peuple d’élire librement ses représentants’’. S’agissant de la situation économique, M. Bensalem a recommandé la mise en place d’un plan «ambitieux» visant à garantir le développement et la promotion du pays, avec l’implication de toutes les compétences nationales et à accorder l’importance aux secteurs générateurs de richesse, à l’instar de l’industrie et de l’énergie», insistant dans ce même contexte sur ‘’la reconstruction des institutions de l’Etat «.Lors de cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre des préparatifs des élections législatives, le président du parti a préconisé le recouvrement de la confiance du peuple pour assurer une économie forte, ajoutant que ‘’le développement des zones d’ombre, l’investissement, la sécurité et l’autosuffisance alimentaire figurent au programme du parti’’. D’autre part, le même responsable a appelé «à constituer une force composée de personnalités compétentes, des universitaires et de représentants de la société civile qui prendra en charge les revendications du Hirak et la progression de la société’’. Des secrétaires de wilayas et des bureaux communaux ainsi que certains membres de diverses régions de Skikda, de Batna, de Tébessa, de Guelma, de Constantine et de Mila ont pris part à cette rencontre régionale qui s’est déroulée dans le respect des mesures préventives de la Covid 19.

Publié dans Actualité

Le 14é Salon International de l’Optique et de la Lunetterie d’Alger (SIOL’ALGER) se tiendra du 4 au 6 mars prochain à l’Ecole Supérieure de l’Hôtellerie et de la Restauration (ESHRA), indique HIER , un communiqué des organisateurs. Ce rendez-vous enregistrera la participation notamment de fabricants de verres nationaux et internationaux, de fournisseurs, distributeurs, opticiens et de représentants des différentes marques étrangères. Placée sous le parrainage du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, cette manifestation revient après une absence pour raison de pandémie de la Covid 19, «se renforce au fil de ses éditions et demeure la plus importante d’Afrique de par son espace, la qualité des exposants et des produits exposés», souligne la même source. Créé en 2009, ce salon professionnel «continue de témoigner de sa vitalité mais aussi de la maturité de ce rendez-vous international où se rencontrent professionnels de l’optique-lunetterie, fabricants de verres, gestionnaires de la santé et médecins ophtalmologues». Le SIOL’ALGER est également «l’espace ou les derniers produits et innovations en termes de montures, verres, lentilles de contact, outils et composants, marketing, accessoires, équipements techniques et formation professionnelle sont exposés, mais aussi les nouveautés en termes de matériel d’atelier, de salle d’examen de la vue et de tendances mode», conclut le communiqué.

Publié dans Actualité

Le membre du Secrétariat politique du Front Polisario, Khatri Addouh, a appelé la nouvelle administration américaine à se démarquer de la reconnaissance par Trump de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental afin que les Etats-Unis puissent faire avancer la cause sahraouie.Lors d'une conférence de presse vendredi soir, à l'occasion du 45e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), M. Addouh a précisé que la reconnaissance par l'ex-président américain, Donald Trump, de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental "ne change rien au statut juridique de la question sahraouie, laquelle relève de la décolonisation d'un pays, dont le peuple est attaché à son droit à l'autodétermination". "Profitant de la politique de l'Administration Trump relative à la normalisation entre certains Etats arabes et l'entité sioniste, le Maroc a troqué la cause palestinienne en contrepartie de la reconnaissance par Trump de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, une décision jugée par les experts dénuée de tout fondement juridique", a relevé le responsable sahraoui.Pour lui, le tweet de Trump a "mis à nu les relations du Maroc avec l'entité sioniste".Au niveau de l'Union africaine, la cause sahraouie est traitée dans le cadre du droit international et de l'acte constitutif de l'organisation panafricaine, qui consacre le respect des principes de l'intangibilité des frontières héritées à l'indépendance et du règlement pacifique des conflits entre Etats membres, a tenu à rappeler M. Addouh.

Publié dans Actualité
Page 1 sur 4

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85