« Octobre 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Crise politique

Rahabi, l’homme-clé de la transition ?

25 Jui 2019
1198 fois

Qui ne connait pas Abdelaziz Rahabi ? Il est l’un des rares ministres à oser faire face courageusement et dignement à l’arrogance du président déchu. Doté d’une forte personnalité, il ne s’est pas laissé impressionner par l’attitude hautaine d’un « Raïs », qui n’hésitait pas à mépriser ses ministres, même en public. Ce n’est donc pas par hasard, que l’ex-ministre de la communication soit aujourd’hui au centre d’une dynamique sans précédent, dont le but est d’amorcer une sortie de crise concertée et acceptée par l’ensemble des acteurs politiques. En sa qualité de coordinateur des partis regroupés au sein des «forces du changement», Abdelaziz Rahabi, s’attend à ce que le pouvoir fasse dans les prochains jours «des concessions» importantes, en vue de mettre un terme à une crise, qui n’a que trop duré. Réputé pour être un homme, qui ne parle pas pour ne rien dire, la déclaration qu’il a faite hier au site russe, Spoutnik, vaut réellement son pesant de crédibilité. En effet, il vient d’exprimer son appui à une transition démocratique, qui devrait se faire sans les «les responsables actuels et ceux qui sont impliqués dans les affaires de corruption» Abdelaziz Rahabi, qui n’est pas du genre à s’aventurer dans des spéculations à l’emporte-pièce, serait peut-être celui qui sera désigné prochainement pour présider le dialogue national, à la place d’Abdelkader Bensalah, rejeté par la majorité des Algériens. Sa sortie médiatique, en ce moment même, n’est ni fortuite, ni anodine. En évoquant la constitution d’un nouveau gouvernement «consensuel» qui aura l’assentiment du «peuple et de la classe politique», l’homme a du recevoir des garanties de la part du pouvoir réel pour agir de la sorte. Abdelaziz Rahabi, qui considère que le peuple algérien réclame une solution «dans l’esprit de la constitution» et non pas un dialogue sur l’autorité de l’instance indépendante d’organisation de l’élection présidentielle, est pressenti fortement pour être le futur Premier ministre. Il ne le dit pas, mais tout indique que c’est lui la personnalité consensuelle, autour de laquelle pouvoir réel, syndicats et partis se sont mis d’accord, pour diriger une période de transition, durant laquelle seront préparées les prochaines élections présidentielles. Le choix d’Abdelaziz Rahabi rassure, dans la mesure où l’homme s’est toujours maintenu à l’écart de tout ce qui pourrait nuire à sa personnalité. Sa mise au devant de la scène se rapproche beaucoup plus à une réponse à l’appel du devoir qu’à une quelconque opération promotionnelle, initiée par un cercle de l’ombre. Peut-on donc dire que le « Hirak » a eu le dernier mot ? Pourquoi pas, dans la mesure où toutes les parties sans exception ont fini par se rendre à l’évidence, en faisant des concessions salutaires.

M.M

Dernière modification le mardi, 25 juin 2019 16:22
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85