« Mai 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Filtrer les éléments par date : lundi, 01 mai 2017
lundi, 01 mai 2017 00:00

Plusieurs quartiers concernés

Plusieurs quartiers de la Ville du vieux rocher, Daksi Abdessalem, Erriad, cité des Mûries, El Guemas, 4éme Km, entre-autres,  vivent, ces derniers jours, au rythme des coupures intempestives du précieux liquide. Une situation  qui  a provoqué le courroux des riverains. Ces derniers dénoncent, par le biais de leurs représentants, ces coupures d’eau dont les causes demeurent toujours inconnues. S’il s’agit d’une panne ou d’une autre cause, il faut tout simplement informer et aviser la population concernée, affirme un habitant de la cité des Mûries, visiblement excédé par cette situation. Une situation  à laquelle, dira-t-il, personne ne s’attendait. Si nous sommes, aujourd’hui, soumis à cette  loi implacable dictée par certains spéculateurs, pour ne pas dire des commerçants, nous ne voulons surtout pas subir d’autres conséquences, ajouta notre interlocuteur.  La direction de la SEACO est encore une fois dans le collimateur des habitants   de ces quartiers qui ne demandent, en fin de compte, qu’une alimentation régulière en eau potable. Il est vrai que les besoins, en matière d’eau, ont tendance à se multiplier notamment chez les familles nombreuses, poursuit-il. Face à cette situation, les habitants des quartiers précités ont dû recourir à leurs propres moyens. Les quelques sources d’eau, proches de ces quartiers, ont été, hier, prises d’assaut par des dizaines de personnes. Ils étaient nombreux à venir s’alimenter de la source d’eau des Arcades romaines.  

M.K

Publié dans Constantine

Les clés de 700 logements en location-vente de la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (CNEP- banque), réalisés à l’unité de voisinage (UV) 10 de la nouvelle ville Ali Mendjeli de la wilaya de Constantine, ont été remises hier à leurs bénéficiaires, lors d’une cérémonie présidée par le wali, M. Kamel Abbas, a-t-on constaté. La cérémonie de distribution de ces habitations de type F3 et F4 a été organisée, dans une ambiance festive, en présence des autorités locales, des familles concernées et a été suivie d’une visite d’inspection aux nouveaux logements, équipés de toutes les commodités pour une vie décente. Inscrite dans le cadre du programme du gouvernement, cette opération consiste à attribuer ce quota de logements avant le mois de Ramadhan, a précisé à l’APS, le directeur régional de la CNEP-banque, Azzouz Mossiou, en marge de cette cérémonie, organisée à l’occasion de la célébration de la journée internationale du travail. Ce quota qui vise à renforcer le parc immobilier de la wilaya, fait partie d’un programme de 4.352 logements en location-vente, affecté au bénéfice de cette wilaya en 2006 et lancé en réalisation en 2008, conjointement avec l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL), a -t-il expliqué. Le reste du quota, soit 3.652 habitations, est en voie de finalisation avec différents taux d’avancement des travaux, dont 850 unités seront réceptionnées à l’UV 1 d’ici 3 mois, a ajouté le même responsable. Le taux d’avancement des travaux de réalisation de 160 unités sur le nombre global, réservées à la nouvelle ville Massinissa, dans la commune d’El Khroub, avance également à un rythme jugé ’appréciable’’, dépassant 80 %, a-t-il fait savoir, soulignant que la réception de ce quota est tributaire du parachèvement des travaux de voirie et réseaux divers (VRD). Le programme de célébration de cette journée a consisté également à l’inauguration du nouveau siège de la délégation communale de Zouaghi Slimane et au lancement de deux projets de mise à niveau de deux chemins communaux reliant la route nationale (RN) 20 et les mechtas de Oulegnafed, de Bir Lekratas et de celui entre la RN20 et les mechtas d’Ouled Mebarek et d’Ouled Djebnoune, situés dans la commune d’Ain Abid (Sud-Ouest de Constantine). Plusieurs aires de jeux installées dans les quartiers Daksi Abdesselam et Sakiat Sidi Youcef (Constantine) et dans les cités El Manar et des 1.013 logements dans la commune d’El Khroub (Sud de Constantine), ont été mis en exploitation lors de cette journée marquée aussi par le lancement d’une opération de réhabilitation de 600 logements de la cité Filali, au chef-lieu de wilaya. A Constantine, la célébration du 1er Mai a donné lieu à la course annuelle des facteurs, organisée au centre-ville, outre le dépôt d’une gerbe de fleurs par les autorités officielles au Carré des martyrs au 7 ème km en hommage aux Chouhada de la Révolution.

R.C

Publié dans Constantine

Dix neufs individus, âgés entre 26 et 68 ans, accusés d’activer au sein de réseaux de soutien au terrorisme ont été présentés avant-hier devant le juge du pôle judiciaire de Constantine. Originaires des wilayas de Jijel et de Constantine, les mis en cause avaient été arrêtés dans plusieurs opérations lancées par les forces de sécurité, à la suite de l’arrestation le 19 avril dernier d’un terroriste, après que son acolyte s’est fait exploser, près de la localité de Benbadis. En alerte depuis la tentative d’attentat mise en échec par un policier en faction au niveau du quartier populaire de Bab El Kantara, fin février dernier, les services de sécurité ont procédé à de vastes opérations de ratissage au niveau des maquis entourant Constantine. Les aveux du terroriste arrêté leur ont permis d’agir avec célérité et précision, en frappant fort et en ciblant des « foyers » suspectés de fournir aux terroristes un appui logistique et matériel. Ayant acquis une grande maitrise dans l’exploitation de l’information opérationnelle, les services de sécurité, tous corps confondus, viennent d’enregistrer un succès remarquable dans une lutte sans merci qu’ils opposent à un terrorisme dont la connexion avec les milieux narcotrafiquants n’est plus à prouver. C’est d’ailleurs à partir des ressources engendrées par le trafic de drogue que les terroristes sont financés en grande partie. Avec ces nouvelles arrestations, les services de sécurité démontrent qu’ils demeurent plus que vigilants. Les quantités importantes d’armes et de munitions interceptées et saisies, les deux dernières semaines, illustrent parfaitement le haut degré d’efficacité des éléments chargés de lutter contre le terrorisme et ses ramifications mafieuses s’étendant à une échelle régionale jusqu’à la wilaya de Batna au sud, Tébessa à l’extrême Est, et Mila et Jijel au nord. Engagés dans une course contre la montre afin de parer à n’importe quelle entreprise criminelle, les services de sécurité, BRI, police judiciaire, gendarmerie nationale et ANP, ont mis en échec plusieurs tentatives d’acheminement d’armes. Des bombes artisanales, des armes de poings, de la dynamite ainsi que de la littérature subversive ont été découverts à point nommé, avant que les terroristes n’en fassent usage selon leur folie meurtrière.

Mohamed Mebarki

Publié dans Constantine
lundi, 01 mai 2017 00:00

La feuille de route de Bouteflika

Le message du président de la République adressé aux travailleurs, à l’occasion du 1er mai, lu en son nom par le ministre de la Culture a eu comme cadre la ville de Tiaret. Le choix de cette ville qui abrite une importante plate-forme industrielle réalisée par l’armée dans le cadre d’un partenariat réunissant un groupe d’investissement émirati et le constructeur automobile allemand Mercedes Benz, mais aussi l’usine de montage de véhicules, propriété du groupe Tahkout, n’est pas fortuit et encore moins improvisé. Se distinguant par son caractère et son contenu inédits, puisqu’une partie du discours est consacrée au patronat algérien, le message traduit, on ne peut mieux, les nouvelles orientations économiques libérales revendiquées durant la campagne électorale par le Premier ministre et le secrétaire général du RND. Intervenant un mois après la fuite scandaleuse de photos accablant Mahiedine Tahkout et l’accusant de boulonner des roues sur des véhicules importés clés en mains, le message de Bouteflika est porteur d’une caution officielle à celui qui a été violemment critiqué et vilipendé sur les réseaux sociaux, et un appel à l’ensemble des détenteurs de fortunes et de projets afin qu’ils s’impliquent davantage dans le processus de ré-industrialisation auquel l’Etat accorde une importance capitale. « Le défi exige du patronat local de se mobiliser, aujourd’hui plus que jamais, pour accroître l’investissement dans tous les secteurs et le déployer, ainsi, à travers tout le territoire national », a souligné, au nom du président de la république, Azzedine Mihoubi dans un rôle inhabituel pour un ministre de la Culture. Tout en mettant en exergue, le modèle de dialogue initié par l’Algérie dans le cadre de la Tripartite, et dont les fruits sont désormais visibles à travers le système des conventions de branches, les évolutions du salaire minimum garanti, la révision du statut général de la Fonction publique ainsi qu’à travers les avancées enregistrées par la médecine du travail, le président de la République n’a pas manqué de saluer le nouveau statut de la région de Tiaret, la qualifiant de nouvelle citadelle industrielle « grâce à la conjonction des capacités du secteur public économique, de la puissance publique représentée par l’Armée nationale populaire ainsi que des partenaires étrangers de grandes références 

Mohamed Mebarki 

Publié dans Chronique
lundi, 01 mai 2017 00:00

Les demi-vérités de Boudiaf

Malgré les nombreuses critiques, parfois fantaisistes, et dans certains cas orientés dans le but de porter atteinte à la personne du ministre de la Santé, celui-ci persiste à croire au bon sens de son projet. En effet, Abdelmalek Boudiaf ne rate pratiquement aucune occasion pour dire tout le mal qu’il pense d’un secteur malade au sens propre du mot. Que ce soit en conférence de presse ou à l’occasion d’un forum destiné aux professionnels de la santé, il trouve toujours le moyen de charger ses prédécesseurs, en se présentant comme le sauveur providentiel des hôpitaux publics et même des structures privées. Evoquant hier, en marge d’une manifestation spécialisée organisée à Alger, l’épineuse question de la pénurie de médicaments et particulièrement en milieu hospitalier, il a tout mis sur le dos d’une réglementation « éculée » et dépassée selon lui."Il est, en effet, inadmissible de ne pas pouvoir évaluer, avec précision, le devenir final du médicament qui sort du service de la pharmacie, tout comme on ne peut pas accepter qu’il y ait péremption d'un médicament dans un hôpital alors qu’il est fortement demandé dans un autre hôpital", a-t-il fait remarquer dans une lettre lue en son nom par un cadre de son ministère. Ainsi et selon l’opinion du ministre de la Santé, le problème de ces ruptures récurrentes se situent au niveau des textes et non d’un personnel médical, dont la marge de manœuvre est presque nulle. Le ministre tout en assurant que la mise en place d’un nouveau système d’information sanitaire selon des normes mises à jour est nécessaire a évacué tous les sujets qui se rapportent à la situation socio- professionnelle de l’ensemble des intervenants en milieu hospitalier. Tout en insistant sur les paramètres technologiques qui, selon lui, permettront en temps réel la gestion des stocks, la prévention des péremptions et les commandes en ligne, Abdelmalek Boudiaf s’est abstenu de commenter le facteur humain et son rôle dans la prise en charge des patients.Le pays dispose certes, comme il l’a affirmé, d’un vaste réseau infrastructurel, mais c’est la prise en charge qui laisse à désirer dans des hôpitaux livrés à l’incompétence et à la négligence. Le problème que rencontrent les patients n’est pas d’ordre technologique, mais d’ordre humain en premier lieu. Abordant enfin le projet de loi sur la santé, le ministre de la Santé s’est curieusement confiné dans une explication réglementaire qui dissimule mal les véritables intentions des rédacteurs de cette loi en question. Que signifie la contractualisation des relations entre les établissements de santé et les différents bailleurs de fonds ? Et qui sont-ils, ces bailleurs de fonds ? Abdelmalek Boudiaf ne le dit pas, mais son intervention le suggère : l’offre de soins sera payante. L’approche pharmaco-économique dont il parle n’a qu’une seule et unique signification : la gratuité des soins ne sera plus d’actualité.

M M

Publié dans Actualité
lundi, 01 mai 2017 00:00

Sellal brise un tabou

C’est par la voix de Sellal que le gouvernement vient de reconnaître publiquement son incapacité à poursuivre sa politique du logement. Intervenant dans un contexte particulier à la veille d’un scrutin auquel le régime attache une grande importance, l’aveu d’impuissance est de taille. « Si nous maintenons le même rythme en termes de réalisation des logements, même le budget des Etats-Unis ne nous suffira pas », a reconnu le Premier-ministre, à peine quelques semaines après que le ministre de l’Habitat ent déclaré que le secteur était à l’abri des « mauvaises surprises».   Abdelmadjid Tebboune avait affirmé aussi que le logement ne sera pas touché par la politique d’austérité. Mais le Premier-ministre est venu le démentir d’une manière cinglante. Que faut-il donc en conclure ? Considéré comme un facteur d’apaisement social, le logement public fait aujourd’hui les frais de la baisse des recettes pétrolières, à cause d’une politique politicienne. Le constat amer de Sellal est très significatif dans la mesure où il constitue la preuve d’un échec monumental que le tardif appel aux promoteurs privés ne saura atténuer. Même le sursis octroyé aux différentes entreprises dont confrontées au non payement de 130 milliards de dinars de créances, est considéré comme purement symbolique, ceci n’aura aucun impact sur les chantiers à l’arrêt ou les projets accusant un grand retard. Il est plutôt assimilé à un aveu d’impuissance que le gouvernement s’est obstiné à nier. Quand le bâtiment va, tout va. Aujourd’hui, la situation est à l’opposé, et l’avenir de tout un secteur se trouve du jour au lendemain sans perspectives. A court d’idées, le gouvernement a associé le patronat à sa mise en alerte ; et rien qu’en observant de près cette démarche, il est facile d’en déduire que Haddad pourrait avoir le « beau » rôle, dans un contexte dominé par les multiples appels à la privatisation des entreprises publiques et une amnistie fiscale. L’heure est grave. La situation est alarmante et elle est d’autant plus inquiétante lorsqu’elle est communiquée à travers des discours qui ne disent pas tout. Les caisses de l’Etat sont vides et les prix du pétrole risquent encore de stagner à des niveaux bas. C’est Ouyahia et pas n’importe qui, qui l’a déclaré. En résumé, ce que les Algériens sont tenus de comprendre et d’accepter, c’est d’avouer que les barons de l’informel qui ont amassé des milliards constituent l’ultime recours. L’Etat ne le dit pas aussi franchement, mais l’allusion à cette alternative est de plus en plus évoquée en des termes édulcorés, afin de ne pas choquer une société formatée par le système unique et l’assistanat étatique. En ce sens, Abdelmalek Sellal n’a fait que transmettre un message qui lui a été formulé en haut lieu. En termes de responsabilité, les Algériens sont invités à en faire leur deuil et à prier pour que les prix de l’or noir retrouvent leur niveau des années « folles ». 

Mohamed Mebarki

Publié dans Actualité

Pas moins de 71 entreprises nationales représentant plusieurs secteurs participent au Salon de la production algérienne qui se tient du 30 avril au 7 mai à Nouakchott (Mauritanie). Le salon de la production algérienne qui se tiendra du 30 avril au 7 mai à Nouakchott avec la participation de 71 entreprises nationales représentant plusieurs secteurs, sera l’occasion de mettre en exergue les capacités de l’industrie nationale et d’informer le consommateur africain à travers la Mauritanie étant la porte de l’Afrique occidentale, sur le progrès réalisé par l’Algérie dans ce domaine. Tous les moyens nécessaires ont été réunis pour le succès de cette manifestation économique qui sera lancée officiellement dimanche soir au stade olympique de Nouakchott, sur une superficie de 2000 m2. Les 71 entreprises exposantes privées et publiques couvrent plusieurs secteurs dont l’industrie des véhicules et engins représentée par le stand de la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) et le stand de l’Armée nationale populaire (ANP). D’autres entreprises privées et publiques activant dans les domaines de l’électroménager, le matériel médical et paramédical, l’agroalimentaire, les matériaux de construction, les services et la cosmétique seront présentes. Sont également prévues dans le cadre de cette manifestation des conférences sur les capacités de l’industrie nationale ainsi que des rencontres entre les investisseurs et les promoteurs de projets pour la conclusion d’accords de partenariat.

Publié dans Actualité

Le général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a effectué, dimanche dernier, une visite de travail et d’inspection au Commandement des Forces de Défense Aérienne du Territoire, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale. Le chef d’Etat-major «a tenu une rencontre avec les personnels des Forces de Défense Aérienne du Territoire, où il a prononcé une allocution d’orientation, suivie via visioconférence par l’ensemble des unités de Défense Aérienne du Territoire à travers le pays, où il a rappelé la stratégie adoptée par l’ANP pour la modernisation et le développement des capacités des Forces de Défense Aérienne du Territoire, ce qui a nécessité des d’efforts soutenus et permanents dans la formation et la préparation au combat, à même de garantir l’efficacité opérationnelle requise», relève la même source.» L’état-prêt opérationnel et au combat des Forces de Défense Aérienne du Territoire, à l’instar des autres forces de l’ANP, représente l’un des résultats fructueux que nous avons obtenus, grâce au soutien permanent et aux orientations sages de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef Suprême des Forces Armées, Ministre de la Défense Nationale», a affirmé M. Gaïd Salah. Pour le vice-ministre de la Défense nationale, «il représente également une preuve tangible de la conscience des éléments de l’ANP de l’ampleur des enjeux à remporter et témoigne de leur orgueil et dévouement au serment des chouhada qui éclairera à jamais leur parcours et les aidera à rester sur le droit chemin, leur assurant, à l’instar de leurs aïeux Moudjahidine de l’Armée de libération nationale, de réunir les facteurs de victoire de leur patrie et de sa gloire au sein des nations». Le général de Corps d’Armée a exhorté les cadres et personnels des Forces de Défense Aérienne du Territoire à veiller en permanence sur la sécurisation de l’intégrité territoriale du pays, de ses frontières et de ses airs, ajoute le communiqué. «Sans nul doute, pour s’assurer du présent de l’Algérie, de son avenir, et défendre son intégrité territoriale et ses frontières, il est impératif que l’ANP digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN), doit prendre en main les facteurs du parfait accomplissement de son devoir national envers l’Algérie, car ceci symbolise l’autorité et l’immunité», a-t-il souligné.»Nous avons œuvré sans cesse, grâce à Dieu le Tout-Puissant, à inculquer leurs principes et facteurs de réussite dans les esprits des jeunes générations», a poursuivi le général de corps d’Armée. «Ces générations, a-t-il fait valoir, ne doivent jamais oublier que leurs démarches ne peuvent aboutir si elles ne se soient pas cohérentes et homogènes avec celles des générations de chouhada et moudjahidine, qui s’armaient de qualités et de nobles valeurs que l’histoire a toujours glorifiées et que l’ennemi les reconnaissait parfaitement. 

Publié dans Actualité
lundi, 01 mai 2017 00:00

Sellal en messager de l’optimisme

Abdelmalek Sellal va achever sa « campagne électorale », aujourd’hui par une ultime sortie dans la capitale, Après un périple qui l’a conduit successivement à Djelfa, Oran, Batna, Médéa, Tamanrasset puis Sétif. Un périple tout au long duquel il a donné l’air de venir à la rescousse des responsables des parties, visiblement à la peine dans leurs meetings. A Sétif, le Premier ministre a choisi de placer son discours sur un registre social en assurant que l’état ne renoncera pas à sa vocation sociale « malgré une situation difficile » qui a imposé « une rationalisation des dépenses » en vue d’une meilleure maitrise. "L'Etat continuera de veiller à la disponibilité des produits et à l’approvisionnement du marché national et d'œuvrer en faveur de l'outil national de production avec la régulation des prix, la rationalisation des dépenses publiques visant à améliorer le rendement et non pas l'austérité, et une meilleure maîtrise du commerce extérieur pour réduire la facture d'importation", a-t-il développé lors d'une rencontre avec les représentants de la société civile. Dans ce qui a tout l’air d’une mise au point à certaines informations rapportées dans la presse, concernant les difficultés de l’Etat à payer ses créances aux entreprises de réalisation de logements, Sellal cherche à éteindre le feu. Les "programmes de logement se poursuivent et notre peuple est témoin de la distribution de logements en toute transparence et de l'avancement des projets à travers l'ensemble du territoire national". Le Premier ministre parle aussi de la volonté de l’Etat à poursuivre "la reconstruction de la base industrielle nationale et le soutien à la production nationale pour en améliorer la qualité et la compétitivité". De promouvoir aussi les secteurs du tourisme, de l’agriculture, du renforcement des capacités technologiques du pays. Le tout dans le but de promouvoir « une économie émergente » à forte connotation sociale. Les assurances de Sellal, déclinés sur le mode « la détermination de l’Etat », « la volonté de l’Etat » riment aussi comme autant de mises au point de sa part aux partis d’opposition qui font des constats alarmistes, s’agissant des perspectives économiques et sociales du pays.En dépit de la conjoncture économique, des bouleversements politiques et sécuritaires à l'échelle mondiale et des campagnes défaitistes, "l'Algérie reste debout, attachée à ses principes et libre dans ses décisions", insiste-t-il en    saluant « les progrès réalisés en matière économique et sociale» On sent donc bien chez Sellal ce souci de mettre un peu de rondeur et d’optimisme par rapport à une situation économique difficile dont la population commence à ressentir les premiers effets. Car, comme le prédisent les experts, les difficultés ne font que commencera, alors que les fruits du fameux nouveau programme économique du gouvernement, alternative à, la rente pétrolière, tardent à se manifester. Alors, les assurances martelées de Sellal, à Sétif et ailleurs, ont-elles convaincues ? Réponse jeudi soir.

H. Khélifi

Publié dans Actualité
lundi, 01 mai 2017 00:00

Le FLN en apothéose

Tout est bien qui finit bien et il en est assurément ainsi pour la campagne électorale du FLN Annaba. En effet, ce dernier a clôturé  sa campagne en apothéose, par l’organisation d’une importante rencontre au stade Chabou. Ils étaient tous (ou presque) là. Des ouvriers, des fellahs, des sportifs, des cadres et des personnalités. Et ils représentent les douze communes de la wilaya : d’El-Hadjar, de Berrahal, d’El-Bouni, de Chetaibi, d’Ain-Berda,  de Sidi-Amar, d’El-Eulma, de Tréat, de Chorfa, d’Oued El-Aneb,  et surtout du chef lieu Annaba. Ils ont  fait le déplacement tous pour un seul et unique objectif : soutenir les candidats du FLN/Annaba en lice pour les législatives du 4 mai prochain.  Ainsi, Tliba a mobilisé pas moins de 200 bus pour la circonstance, selon ses proches. Boudjemâa Talaï a pris la parole pour demander à tous les présents de se mobiliser pour le 4 mai et voter en masse pour faire triompher la liste FLN et lui assurer les 8 sièges de la wilaya à l’APN. Le ministre de l’agriculture, Chelghoum, présent au meeting, a pris la parole pour exprimer sa joie et son bonheur d’être parmi les présents et leur demander à son tour d’aller voter en masse jeudi prochain. Lors de ce meeting deux jeunes organisateurs, parmi les organisateurs, notamment Klaiaia Noureddine ont été blessés. Evacués au service des urgences, les deux blessés ont été pris en charge et placés sous soins intensifs. Baha-Eddine Tliba s’est rendu à leur chevet pour s’enquérir de leur état de santé.

B. Salah-Eddine

Publié dans Actualité
Page 1 sur 4

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85