« Mai 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Filtrer les éléments par date : lundi, 01 mai 2017

Prévues pour le 4 mai prochain, les inscriptions au concours de recrutement des enseignants ont été reportées au 7 du même mois. C’est la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, qui l’a annoncé lors de la  conférence nationale consacrée à la consultation sur l'évaluation  pédagogique. Concernant les listes de réserve, la ministre a rassuré qu'il n'y avait aucun dépassement soulignant que cette opération s'est déroulée selon une plate forme numérique. Mme Benghebrit a affirmé, par ailleurs, que le recrutement à l'avenir se  fera au profit des diplômés de l'Ecole supérieure des enseignants (ESE) uniquement. Cependant, leur nombre est actuellement  insuffisant, a-t-elle elle précisé, ce qui impose d'ouvrir le concours aux autres diplômés universitaires. "Nous œuvrons à améliorer la formation des étudiants de  l'ESE en l'adaptant aux développements du secteur", a-t-elle dit en ajoutant  qu' "à partir de l'année prochaine la formation se fera selon les besoins  du secteur de l'Education afin que les enseignant futurs puissent disposer  du niveau requis". A propos des mesures visant à sécuriser l'examen du  baccalauréat et éviter la fraude, Nouria  Benghebrit a affirmé que le  gouvernement est soucieux de l’intérêt des élèves, ajoutant que "nous  ne prendrons aucune mesure allant à contre courant de cet objectif, et  l'objectif du ministère est la qualité, la transparence et le mérite".  Répondant aux allégations sur la fermeture des cantines scolaires, Mme Benghebrit a affirmé qu'"il n'y a   aucune intention de les fermer", précisant que "7 % de ces cantines sont  fermées, et le ministère n'en est pas responsable ni même la politique  d'austérité, mais il s'agit de problèmes techniques dus au retard accusé  par certaines communes dans le lancement d'appels d'offre pour  l'acquisition des produits alimentaires". 

Publié dans Actualité

Les partis politiques en lice pour les législatives du 4 mai prochain ont brandi, au cours de la campagne électorale qui a pris fin dimanche, des slogans différents même si les meetings populaires ont été marqués par un même appel au changement dans le cadre de l’unité du peuple et du pays et avec des programmes focalisés sur la jeunesse. Sous le slogan «Passé et présent riches, et un avenir optimiste», le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN) a mis en avant, lors de ses nombreux meetings, la nécessité de remettre le flambeau à «des mains sûres» et jeunes, réitérant l’impératif de préserver «l’unité territoriale du pays» et «l’union du peuple algérien». Le vote est une «période charnière» dans l’histoire du peuple au vu de son importance dans la préservation de l’unité territoriale et la protection des frontières contre les dangers qui guettent le pays et visent à le déstabiliser. Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, qui a mené sa campagne sous le slogan «loin des slogans et à travers un discours direct et franc», a appelé à «préserver la sécurité, la stabilité et l’unité du pays», soulignant les axes du programme de sa formation politique, notamment la préservation de la sécurité et de la stabilité du pays, et de l’unité territoriale et l’union du peuple algérien. «L’édification et le développement escomptés ne peuvent se réaliser sans la sécurité, la stabilité et l’unité du peuple et du pays», a-t-il soutenu lors d’un meeting populaire à Boumerdes, affirmant que le RND «œuvrait à la concrétisation des axes de son programme à travers l’attachement à la réconciliation nationale, notamment à la lumière des graves évènements qui émaillent des pays voisins». Pour sa part, le président du Front national algérien (FNA), Moussa Touati a appelé les différentes franges de la société à se rendre massivement aux urnes le 4 mai prochain pour choisir des «personnes compétentes et intègres aptes à opérer un changement positif à même de servir l’intérêt du pays dans tous les domaines». Sous le slogan «Pour l’équité et la Justice», M. Touati a exhorté les citoyens notamment les jeunes à «ne pas laisser passer l’opportunité des législatives qui sont décisives pour l’avenir du pays», affirmant que son parti «accorde un intérêt majeur à ce genre de rendez-vous dans le but d’améliorer les conditions économiques, sociales et sanitaires» du citoyen. Il a appelé également tout un chacun à «contribuer à mettre fin à l’économie rentière pour favoriser une croissance économique à long terme et faire de l’Algérie un pays leader parmi les nations». De son côté, l’Alliance Mouvement de la société pour la paix (MSP) a plaidé, durant sa campagne électorale sous le slogan «Ensemble pour une Algérie prospère et sûre», pour le changement. Son président, Abderrazak Makri a affirmé à plusieurs occasions que le programme de sa formation politique vise l’amélioration du cadre de vie des citoyens, notamment dans les volets sensibles qui connaissent «une grande dégradation» en termes de services à l’instar de la santé, de l’enseignement, de la justice et de l’industrie, promettant de faire de l’Algérie «une force économique et une destination pour ceux qui aspirent à de meilleures prestations sanitaires dans les cinq années à venir». Sous le slogan «Notre Alliance...pour l’Algérie», le secrétaire général de l’Alliance nationale démocratique (ANR), Belkacem Sahli, a appelé à une forte participation aux législatives du 4 mai pour préserver «l’unité nationale» et les «réalisations» de l’Algérie en matière de stabilité et de sécurité, estimant que le boycott ne sert ni les intérêts suprêmes du pays, ni ceux du citoyen. Les prochaines législatives sont une opportunité pour la continuité et la pérennité des institutions et des Assemblées élues, a-t-il soutenu. Pour la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, la participation au prochain scrutin est une voie de militantisme pour «le changement pacifique», affirmant que la défense de l’unité nationale, la protection du droit à l’information et des libertés et l’indépendance de la justice sont les thèmes essentiels du programme électoral de sa formation politique qui a choisi «ça suffit» pour leitmotiv. Réitérant que le PT «ne toléra aucune atteinte à l’unité nationale», Mme Hanoune a affirmé que le pari de la prochaine étape est «la préservation de la paix et de la souveraineté nationale à travers la défense des droits démocratiques, sociaux et politiques».

Publié dans Actualité

Pour le bon déroulement des élections législatives, le gouvernement ne laisse rien au hasard. Pour prémunir le pays contre tout risque dérapage, les services de police et de gendarmerie sont en alerte maximale. Ainsi, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a « mobilisé 44 500 agents au niveau national, pour sécuriser les centres et bureaux de vote en prévision du vote du 4 mai prochain ». C’est ce qu’affirme le Sous-directeur de la voie publique, le commissaire divisionnaire Madjid Saadi, qui a précisé, selon l’APS, que la mobilisation de 44 500 agents de police s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre du plan de sécurité initié par la DGSN depuis le début de la campagne et se poursuivra jusqu’à la fin de l’échéance électorale. En plus des agents qui seront déployés sur le terrain, la police mobilisera ses unités aériennes. C’est ce que confirme Rachid Ghezli, commissaire principal chargé de la sécurité publique, qui a précisé que des hélicoptères effectueront des patrouilles aériennes dans les grandes villes qui comptent un plus grand nombre de bureaux de vote, et ce, en vue d’assurer une intervention rapide en cas d’embouteillages ou de dépassements. De son coté, l’armée mettra ses troupes à contribution. « Toutes les mesures sécuritaires ont été prises à même d’assurer le bon   déroulement de ces élections législatives, prévues le 4 mai prochain. Nous avons veillé à adopter une approche de terrain avec précaution et anticipation, afin d’assurer la sécurité et la stabilité à travers l’ensemble du territoire national et tout au long de nos frontières   nationales », a affirmé le chef d’Etat-major de l’ANP, Gaïd Salah, dans une allocution d’orientation prononcée dimanche après-midi lors d’une visite effectuée au commandement des Forces aériennes. « A ce titre, le devoir de citoyenneté exige des personnels de l’ANP   d’accomplir leur devoir électoral hors des casernes, et ce, conformément aux lois de la République et suivant les mesures prises en coordination avec le ministère de l’Intérieur, ce qui permettra à l’ensemble de nos personnels militaires de voter en toute liberté et transparence et de participer au côté de leurs concitoyens dans l’accomplissement de cet important devoir national », a encore rappelé M. Gaïd Salah. Le commandement de la gendarmerie a déployé, des dizaines de milliers de gendarmes supplémentaires. Des mesures qui visent notamment à éviter tout débordement.

Akli Ouali

Publié dans Actualité
lundi, 01 mai 2017 01:00

Le FLN en apothéose

Tout est bien qui finit bien et il en est assurément ainsi pour la campagne électorale du FLN Annaba. En effet, ce dernier a clôturé  sa campagne en apothéose, par l’organisation d’une importante rencontre au stade Chabou. Ils étaient tous (ou presque) là. Des ouvriers, des fellahs, des sportifs, des cadres et des personnalités. Et ils représentent les douze communes de la wilaya : d’El-Hadjar, de Berrahal, d’El-Bouni, de Chetaibi, d’Ain-Berda,  de Sidi-Amar, d’El-Eulma, de Tréat, de Chorfa, d’Oued El-Aneb,  et surtout du chef lieu Annaba. Ils ont  fait le déplacement tous pour un seul et unique objectif : soutenir les candidats du FLN/Annaba en lice pour les législatives du 4 mai prochain.  Ainsi, Tliba a mobilisé pas moins de 200 bus pour la circonstance, selon ses proches. Boudjemâa Talaï a pris la parole pour demander à tous les présents de se mobiliser pour le 4 mai et voter en masse pour faire triompher la liste FLN et lui assurer les 8 sièges de la wilaya à l’APN. Le ministre de l’agriculture, Chelghoum, présent au meeting, a pris la parole pour exprimer sa joie et son bonheur d’être parmi les présents et leur demander à son tour d’aller voter en masse jeudi prochain. Lors de ce meeting deux jeunes organisateurs, parmi les organisateurs, notamment Klaiaia Noureddine ont été blessés. Evacués au service des urgences, les deux blessés ont été pris en charge et placés sous soins intensifs. Baha-Eddine Tliba s’est rendu à leur chevet pour s’enquérir de leur état de santé.

B. Salah-Eddine

Publié dans Actualité

Le principal auteur présumé de l’enlèvement, jeudi dernier, au village Ait Anane, commune d’Ath Zmenzer, de l’écolier Salim Mahdad, a été interpelle par les forces de sécurité.  L’annonce a été  faite par   le Procureur Général prés la cour de Tizi-Ouzou, Mohamed Tayeb Lazizi, lors  d’une conférence de presse animée dans l’après- midi d’avant-hier au siège de cette institution judiciaire.  Ainsi le conférencier nous apprendra que l’auteur présumé de cet enlèvement, répondant aux initiales de CH.A et âgé de 39 ans, est  le patron  d’une entreprise de réalisation de logements et habite le même village que la victime. « il a expliqué son acte en indiquant l’avoir fait pour exiger une rançon à l’effet de sortir son entreprise  des  difficultés financières auxquelles elle était confrontée ». Il a aussi indiqué que le personnage n’était pas à son premier acte de kidnapping  « il est derrière le rapt avorté d’un autre enfant du même village âgé de 07 ans qui a réussi à échapper à son ravisseur ».  Comme il a précisé que les « deux victimes sont des enfants de parents émigrés »  d’où le stratagème du ravisseur de vouloir tirer un maximum d’argent d’une rançon qu’il allait exiger. Par ailleurs, le conférencier a aussi indiqué que cette affaire a été aussi élucidée grâce au témoignage d’un citoyen K. A résidant au village de  Ichardiouen, le même  village que celui où la victime a été retrouvée. Il a été intrigué par les pleurs d’un enfant qui lui  parvenaient d’une maison en construction presque abandonnée. Ayant de suite fait le parallèle avant le kidnapping du petit Salim dont il avait entendu parler, il ne manquera pas de   réagir de suite en appelant les services de sécurité qui se sont rapidement déployés vers la maison indiquée. C’est là qu’ils ont retrouvé l’enfant sain et sauf qu’ils ont remis à sa famille . Pour rappel le petit écolier  Salim Mahdad, avait mystérieusement disparu depuis jeudi dernier à sa sortie de l’école, dans la commune d’Ath Zmenzer, une quinzaine de kilomètres au sud du chef lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, avant qu’il ne soit retrouvé sain et sauf samedi dernier  par les services de sécurité.

Fawzi Ali 

Publié dans Régions

Dix neufs individus, âgés entre 26 et 68 ans, accusés d’activer au sein de réseaux de soutien au terrorisme ont été présentés avant-hier devant le juge du pôle judiciaire de Constantine. Originaires des wilayas de Jijel et de Constantine, les mis en cause avaient été arrêtés dans plusieurs opérations lancées par les forces de sécurité, à la suite de l’arrestation le 19 avril dernier d’un terroriste, après que son acolyte s’est fait exploser, près de la localité de Benbadis. En alerte depuis la tentative d’attentat mise en échec par un policier en faction au niveau du quartier populaire de Bab El Kantara, fin février dernier, les services de sécurité ont procédé à de vastes opérations de ratissage au niveau des maquis entourant Constantine. Les aveux du terroriste arrêté leur ont permis d’agir avec célérité et précision, en frappant fort et en ciblant des « foyers » suspectés de fournir aux terroristes un appui logistique et matériel. Ayant acquis une grande maitrise dans l’exploitation de l’information opérationnelle, les services de sécurité, tous corps confondus, viennent d’enregistrer un succès remarquable dans une lutte sans merci qu’ils opposent à un terrorisme dont la connexion avec les milieux narcotrafiquants n’est plus à prouver. C’est d’ailleurs à partir des ressources engendrées par le trafic de drogue que les terroristes sont financés en grande partie. Avec ces nouvelles arrestations, les services de sécurité démontrent qu’ils demeurent plus que vigilants. Les quantités importantes d’armes et de munitions interceptées et saisies, les deux dernières semaines, illustrent parfaitement le haut degré d’efficacité des éléments chargés de lutter contre le terrorisme et ses ramifications mafieuses s’étendant à une échelle régionale jusqu’à la wilaya de Batna au sud, Tébessa à l’extrême Est, et Mila et Jijel au nord. Engagés dans une course contre la montre afin de parer à n’importe quelle entreprise criminelle, les services de sécurité, BRI, police judiciaire, gendarmerie nationale et ANP, ont mis en échec plusieurs tentatives d’acheminement d’armes. Des bombes artisanales, des armes de poings, de la dynamite ainsi que de la littérature subversive ont été découverts à point nommé, avant que les terroristes n’en fassent usage selon leur folie meurtrière.

Mohamed Mebarki

Publié dans Constantine

Le décor est un cimetière d’Annaba. La scène est digne d’un film de la pègre italienne. L’assassin a accompagné sa victime à sa dernière demeure. Un comportement que seuls les membres sans foi, ni loi de la mafia peuvent accomplir aussi froidement. En effet, l’auteur présumé est soupçonné d’avoir commis un crime crapuleux, ayant ciblé il y a quelques jours, un homme âgé de 66 ans. Le cadavre du défunt avait été découvert sur la route reliant Seraîdi à Aîn-Barbar, dans un état de décomposition, autrement dit la mort remontait à quelques jours déjà, selon une source proche des enquêteurs de la gendarmerie nationale. Les investigations lancées pour la circonstance ont permis d’identifier l’auteur présumé et l’assassinat serait dû à une histoire d’achat par la victime d’un véhicule auprès de son bourreau. Le jour de l’enterrement du défunt, le mis en cause, qui était activement recherché avait été repéré et appréhendé avec, comble de l’absurdité, des larmes de crocodile aux yeux.

B. Salah-Eddine

Publié dans Annaba
lundi, 01 mai 2017 01:00

Bouteflika mobilise le patronat

Le président de la République a encouragé hier le patronat privé algérien à investir massivement et sur tout le territoire national et l’assuré du soutien de l’Etat. Dans son message qu’il a adressé hier aux travailleurs algériens à l’occasion du 1er mai, le chef de l’Etat a reconnu qu’il reste beaucoup de choses à faire même si des efforts considérables ont été fournis. «L’Algérie possède les moyens des avancées qu’elle doit encore accomplir, et je l’ai souvent répété ces derniers temps. L’Algérie interpelle ses enfants pour mettre davantage en valeur ses atouts réels, et les travailleurs et les travailleuses sont de nouveau interpellés par ce nouveau défi »,a-t-il déclaré. Un défi, a dit le chef de l’Etat, qui  exige «la préservation de la paix sociale dans les entreprises et dans tous les espaces de travail afin que les efforts investis produisent tous leurs résultats en modernisation de l’outil de production et en progrès dans les réformes de l’environnement économique». C’est un appel du pied au syndicat et notamment à l’UGTA de faire en sorte de ne pas «gêner» le lancement des réformes économiques difficiles mais nécessaires que dicte la situation. En effet, le président souligne que le défi de diversifier l’économie nationale exige aussi  «l’amélioration de notre productivité et de notre compétitivité pour permettre aux entreprises de résister «localement à la concurrence extérieure et que notre production parte à la conquête de marchés extérieurs». Et le président de demander au patronat local de se «mobiliser, aujourd’hui plus que jamais, pour accroître l’investissement dans tous les secteurs et le déployer ainsi, à travers tout le territoire national». En contrepartie, il promet que l’État «est déterminé» à accompagner la promotion de l’investissement national, et en partenariat par son soutien multiforme et par l’amélioration de l’environnement économique. Mais s’il encourage les opérateurs privés à investir et libérer leurs énergies créatrices de richesses, le chef de l’Etat ne perd pas de vue le souci de préserver le pouvoir d’achat des citoyens. C’est aussi une mise en garde adressée implicitement aux mêmes patrons de ne pas se consacrer uniquement à gagner de l’argent au détriment des consommateurs et des travailleurs. «Ce défi exige enfin que les pouvoirs publics préservent le pouvoir d’achat des citoyens par une action résolue contre toutes les formes de spéculation qui se manifestent sur le marché». Par ailleurs et dans ce message lu en son nom par le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, lors des festivités officielles de la célébration de cette journée à Tiaret, le président a loué les acquis de cette wilaya de l’ouest devenue une «nouvelle citadelle industrielle». L’allusion est sans doute au complexe  de fabrication de véhicules militaires montée par le MDN avec un  partenaire émirati et la firme allemande Mercédès. Pour le président Bouteflika, Tiaret est «un exemple des avancées» réalisées ces dernières années dans les domaines de l’agriculture et l’industrie. Il a d’ailleurs loué la «conjonction» des capacités du secteur public économique, de la puissance publique représentée par l’Armée nationale populaire (ANP), ainsi que des partenaires étrangers de «grandes références».

Imane B.

Publié dans À la une
lundi, 01 mai 2017 01:00

Sellal en messager de l’optimisme

Abdelmalek Sellal va achever sa « campagne électorale », aujourd’hui par une ultime sortie dans la capitale, Après un périple qui l’a conduit successivement à Djelfa, Oran, Batna, Médéa, Tamanrasset puis Sétif. Un périple tout au long duquel il a donné l’air de venir à la rescousse des responsables des parties, visiblement à la peine dans leurs meetings. A Sétif, le Premier ministre a choisi de placer son discours sur un registre social en assurant que l’état ne renoncera pas à sa vocation sociale « malgré une situation difficile » qui a imposé « une rationalisation des dépenses » en vue d’une meilleure maitrise. "L'Etat continuera de veiller à la disponibilité des produits et à l’approvisionnement du marché national et d'œuvrer en faveur de l'outil national de production avec la régulation des prix, la rationalisation des dépenses publiques visant à améliorer le rendement et non pas l'austérité, et une meilleure maîtrise du commerce extérieur pour réduire la facture d'importation", a-t-il développé lors d'une rencontre avec les représentants de la société civile. Dans ce qui a tout l’air d’une mise au point à certaines informations rapportées dans la presse, concernant les difficultés de l’Etat à payer ses créances aux entreprises de réalisation de logements, Sellal cherche à éteindre le feu. Les "programmes de logement se poursuivent et notre peuple est témoin de la distribution de logements en toute transparence et de l'avancement des projets à travers l'ensemble du territoire national". Le Premier ministre parle aussi de la volonté de l’Etat à poursuivre "la reconstruction de la base industrielle nationale et le soutien à la production nationale pour en améliorer la qualité et la compétitivité". De promouvoir aussi les secteurs du tourisme, de l’agriculture, du renforcement des capacités technologiques du pays. Le tout dans le but de promouvoir « une économie émergente » à forte connotation sociale. Les assurances de Sellal, déclinés sur le mode « la détermination de l’Etat », « la volonté de l’Etat » riment aussi comme autant de mises au point de sa part aux partis d’opposition qui font des constats alarmistes, s’agissant des perspectives économiques et sociales du pays.En dépit de la conjoncture économique, des bouleversements politiques et sécuritaires à l'échelle mondiale et des campagnes défaitistes, "l'Algérie reste debout, attachée à ses principes et libre dans ses décisions", insiste-t-il en    saluant « les progrès réalisés en matière économique et sociale» On sent donc bien chez Sellal ce souci de mettre un peu de rondeur et d’optimisme par rapport à une situation économique difficile dont la population commence à ressentir les premiers effets. Car, comme le prédisent les experts, les difficultés ne font que commencera, alors que les fruits du fameux nouveau programme économique du gouvernement, alternative à, la rente pétrolière, tardent à se manifester. Alors, les assurances martelées de Sellal, à Sétif et ailleurs, ont-elles convaincues ? Réponse jeudi soir.

H. Khélifi

Publié dans Actualité
lundi, 01 mai 2017 01:00

La feuille de route de Bouteflika

Le message du président de la République adressé aux travailleurs, à l’occasion du 1er mai, lu en son nom par le ministre de la Culture a eu comme cadre la ville de Tiaret. Le choix de cette ville qui abrite une importante plate-forme industrielle réalisée par l’armée dans le cadre d’un partenariat réunissant un groupe d’investissement émirati et le constructeur automobile allemand Mercedes Benz, mais aussi l’usine de montage de véhicules, propriété du groupe Tahkout, n’est pas fortuit et encore moins improvisé. Se distinguant par son caractère et son contenu inédits, puisqu’une partie du discours est consacrée au patronat algérien, le message traduit, on ne peut mieux, les nouvelles orientations économiques libérales revendiquées durant la campagne électorale par le Premier ministre et le secrétaire général du RND. Intervenant un mois après la fuite scandaleuse de photos accablant Mahiedine Tahkout et l’accusant de boulonner des roues sur des véhicules importés clés en mains, le message de Bouteflika est porteur d’une caution officielle à celui qui a été violemment critiqué et vilipendé sur les réseaux sociaux, et un appel à l’ensemble des détenteurs de fortunes et de projets afin qu’ils s’impliquent davantage dans le processus de ré-industrialisation auquel l’Etat accorde une importance capitale. « Le défi exige du patronat local de se mobiliser, aujourd’hui plus que jamais, pour accroître l’investissement dans tous les secteurs et le déployer, ainsi, à travers tout le territoire national », a souligné, au nom du président de la république, Azzedine Mihoubi dans un rôle inhabituel pour un ministre de la Culture. Tout en mettant en exergue, le modèle de dialogue initié par l’Algérie dans le cadre de la Tripartite, et dont les fruits sont désormais visibles à travers le système des conventions de branches, les évolutions du salaire minimum garanti, la révision du statut général de la Fonction publique ainsi qu’à travers les avancées enregistrées par la médecine du travail, le président de la République n’a pas manqué de saluer le nouveau statut de la région de Tiaret, la qualifiant de nouvelle citadelle industrielle « grâce à la conjonction des capacités du secteur public économique, de la puissance publique représentée par l’Armée nationale populaire ainsi que des partenaires étrangers de grandes références 

Mohamed Mebarki 

Publié dans Chronique
Page 1 sur 4

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85