« Juin 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Filtrer les éléments par date : vendredi, 16 juin 2017
vendredi, 16 juin 2017 00:00

Fermeture du service de médecine interne

La propagation d’un étrange insecte, au niveau de l’étage supérieur de l’hôpital de Didouche Mourad, a contraint les responsables de cette infrastructure hospitalière à faire évacuer d’urgence les malades et fermer ede façon temporaire le service de médecine interne, pour procéder à sa désinfection. Cette bizarrerie a débuté  une semaine, auparavant, après l’apparition d’un petit insecte, qui ressemble étrangement à un pou à l’intérieur du dit service. Les premiers à l’avoir découvert, sont des malades qui se ont aussitôt alerté les paramédicaux, avant de déduire en fait que l’origine du problème est due à la présence d’un nombre important de pigeons sur les terrasses de l’hôpital et sur les climatiseurs. D’après des sources proches de l’hôpital, le petit insecte s’est propagé à une large échelle au niveau du service de médecine interne, dans les matelas et le mobilier. Par ailleurs cet insecte se déplace très vite et se reproduit de la même manière. D’après un responsable de l’hôpital, des médecins ont avisé du danger que peut constituer cet insecte, qui se transmet à l’homme en s’installant sous la peau, où il peut vivre pendant très longtemps, d’où la nécessité de la fermeture du service et l’évacuation des malades vers une autre aile. Notons que les services concernés ont procédé, toutefois, à la désinfection des lieux contaminés pour éviter sa propagation vers les autres ailes de l’hôpital. A l’issue de cette opération il est prévu la réouverture dimanche, du dit service. 

Sami.B

Publié dans Constantine
vendredi, 16 juin 2017 00:00

Le syndicat tire la sonnette d’alarme

Membre du conseil national du syndicat de l’entreprise Algérie Télécom (UGTA), représentant la wilaya de Constantine, M.Benzarti Djamal, a lors d’une conférence de presse, qu’il a animé avant-hier au siège de l’entreprise, dressé un constat alarmant de la situation d’Algérie Télécom, qui d’après ses déclarations se dirige tout droit à la dérive, de même que toutes les autres entités sous tutelle du ministère des TIC. Ce responsable indique, après avoir alerté les instances syndicales sur la situation délicate que vit l’entreprise, conséquence de la gestion hasardeuse, mettant en péril les postes d’emploi de 22000 travailleurs, ainsi que les retombés néfastes sur les clients. M Benzarti citera notamment « le scandale » de la 4G dont le prix est passé de 1 000 DA illimité à 35 00 DA avec un forfait limité, alors que les abonnés n’ont même pas été avertis. Aussi la situation s’est aggravée avec la relation conflictuelle en continu avec le partenaire social, en voulant rompre cette relation et en « s’acharnant sur le président de la fédération ». Parmi les points négatifs dans le domaine de la gestion énumérés par le conférencier, on cite le « limogeage abusif » de cadres, le plan de structuration de l’entreprise sans consultation du partenaire social, la suspension du WLL et ce qu’il a en a découlé comme manque à gagner, le marché de gré à gré avec Huawei, le non respect des la convention avec les jeunes promoteurs bénéficiaires de l’ANSEJ est le manque à gagner, le problème de la 4G, le blocage des projets d’investissement, ou l’annulation de la gratuité des modems ADSL… Pour ce qui est des problèmes concernant la relation avec le partenaire social, il y a lieu de noter, la suppression des acquis des travailleurs, l’ingérence directe dans l’organisation syndicale, le blocage de l’installation d’un bureau élu, le harcèlement et les menaces contre la fédération des PTIC et son S/G, en plus de l’absence totale de dialogue. Enfin le même responsable a réitéré la disponibilité des représentants des travailleurs à privilégier le dialogue et la concertation comme moyens de revendications, conformément aux orientations de la hiérarchie syndicale.

Sami.B

Publié dans Constantine
vendredi, 16 juin 2017 00:00

N°5252 du 15-06-2017

Publié dans PDF

Le Général de Corps d’Armée,  Vice-ministre de la Défense nationale et Chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP), Ahmed Gaïd Salah,  a salué jeudi, depuis la 6éme Région militaire (RM) Tamanrasset où il a entamé une visite de travail et d’inspection, les «efforts intenses» des unités de l’ANP pour assurer la sécurité du pays, a indiqué dans un communiqué le ministère de la Défense nationale (MDN). La visite de Gaïd Salah aux secteurs et unités de la 6e RM s’inscrit «dans la dynamique des visites périodiques sur le terrain menées aux différentes Régions militaires et en consolidation des efforts pour un contact direct et permanent avec les personnels, notamment lors du mois sacré de ramadhan». Au siège du Commandement de la Région à Tamanrasset et après la cérémonie d’accueil, le Général de Corps d’Armée, accompagné du Général-major Meftah Souab Commandant de la 6e RM, a prononcé une allocution d’orientation, suivie par l’ensemble des personnels de toutes les unités de la Région et les représentants de différents corps de sécurité, via une visioconférence, a précisé la même source. A travers son intervention, le Chef d’Etat-major de l’ANP a grandement salué les «efforts intenses consentis jour et nuit par les unités de la Région, permettant d’épargner notre pays de tous les malheurs et les préjudices sécuritaires et socio-économiques et d’immuniser sa terre et son peuple contre toute menace multiforme et multidimensionnelle». «Je ne cesserais jamais de dire et de réitérer que l’inculcation des valeurs et des fondements de la sécurité nationale de l’Algérie constitue la plate-forme de tous les efforts de l’aboutissement de la stratégie de travail clairvoyant et rationnel que nous sommes sur le point de parachever avec le soutien et les orientations du président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale», a encore souligné Gaïd Salah.»Nous sommes autant conscients de l’importance de cette mission, de sa délicatesse et de l’impératif de son accomplissement en toutes conditions et circonstances, que nous sommes convaincus au sein de l’ANP, digne héritière de l’ALN, que pour réunir tous ses facteurs décisifs et effectifs, il faut accorder assez d’importance au suivi sur le terrain, ce qui requiert nécessairement d’adopter cette démarche pratique et persévérante à laquelle nous nous appliquons rigoureusement tout au long de l’année», a-t-il poursuivi. Le Général de Corps d’Armée a, d’autre part, rappelé «les étapes réussies parcourues ces dernières années par l’ANP à tous les niveaux, permettant de maîtriser parfaitement les tenants et les aboutissants de la puissance militaire et les exigences de son développement permanent», arguant des «considérables réalisations enregistrées aux niveaux organisationnel, des infrastructures, des équipements, des armements, de la formation et de la préparation, voire même sur les plans social et moral de la troupe». «Tels sont les fondements essentiels requis pour des efforts qui concrétisent davantage de maturité, de pratique, de développement et de modernisation et qui constituent tous des chemins qui mènent, grâce à Dieu le Tout-Puissant, à la redynamisation des potentiels de la puissance militaire et à ancrer les facteurs de son efficacité opérationnelle», a-t-il poursuivi, avant de relever que «les éléments de l’ANP, aux côtés de leurs confrères de tous les corps de sécurité, ont désormais un grand acquis». Cet acquis, a explicité Gaïd Salah, consiste en un «moral d’acier dénotant de la fierté d’appartenir à une armée devenue, grâce à ce long parcours franchi et aux résultats positifs atteints sur plus d’un plan, capable d’avoir une parfaite maîtrise des éléments de la puissance militaire», ceci, tout en étant «consciente des exigences de son optimisation», a-t-il poursuivi. Tout en exprimant sa «fierté» pour cet acquis, le Général de Corps d’Armée a exhorté «l’ensemble des responsables et des subordonnés d’en tirer profit et de l’employer dans l’accomplissement de leurs missions», alors que les personnels de la Région ont «réitéré, à cette occasion, leur entière disposition à veiller et à défendre chaque parcelle des frontières de notre pays de tous les maux et fléaux».

Publié dans Actualité

L’Algérie via sa capitale Alger est devenue La Mecque des pays du Golfe fâchés contre le Qatar qui viennent chercher conseils et sagesse pour dénouer une crise aigue entre «frères» née d’une accusation formulée par l’Arabie Saoudite, le Bahreïn et les Emirats arabes unis contre le Qatar de soutenir et financer le terrorisme. Jeudi, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel a reçu successivement son homologue du Qatar, Soltan Bin Saad Al-Muraikhi et le ministre d’Etat, Conseiller auprès du Vice –président duConseil des ministres, ministre des Affaires  présidentielles des Emirats Arabes Unis, Farès El Mazroui, avec lequel il a  évoqué les développements récents dans la région du Golfe, indique un  communiqué du ministère des Affaires étrangères. Simple hasard du calendrier ou chassé croisée diplomatique calculé ? Quoi qu’il en soit, les représentants des deux pays «belligérants»  ont reconnu être venu pour évoquer entre autres sujets, la crise des pays du Golfe avec le Qatar pour y explorer la possibilité de la régler par l’entremise de la diplomatie algérienne.  En effet, selon un communiqué de l’APS, le ministre émirati a fait le point sur  les développements récents dans la région du Golfe à M. Messahel, lequel lui a rappelé la position algérienne depuis le déclenchement de cette crise et la nécessité de régler par le  dialogue les différends et les conflits qui peuvent surgir entre pays  frères et voisins. Il est clair que les deux parties souhaitent qu’Alger puisse apporter sa contribution et son savoir faire en matière de médiation pour rabibocher les «frères ennemis».   Le ministre qatari des Affaires étrangères ne s’en est pas caché jeudi au sortir de l’audience que lui a accordé Abdelkader Messahel. «C’est le premier pays à avoir rendu public un communiqué pour appeler au dialogue et c’est ce à quoi nous œuvrons avec de nombreux pays dans la région», a précisé le ministre qatari, dans une déclaration à la presse.  Soltan bin Saad Al- Muraikhi n’a pas manqué de saluer  la position «honorable» de l’Algérie à l’égard de la crise entre son pays et ses voisins du Golfe.  «L’Algérie en tant que grand pays dans le monde arabe peut, de par son influence dans la région, jouer un rôle dans les relations interarabes», a-t-il encore déclaré. Désescalade Et ce n’est pas fini, Alger va recevoir en visite officielle lundi prochain, le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif. Selon un  communiqué du MAE, les deux parties évoqueront en plus des questions de coopération bilatérale, la crise diplomatique que connaissent actuellement les pays du Golfe. Et pour cause, l’Iran est indirectement la cause non assumée de cette escalade au Golfe. Les monarchies du Golfe reprochent à leurs voisins du Qatar d’entretenir des relations avec l’Iran  au risque de favoriser l’expansion chiite dans ces royaumes. L’Iran est également un allié traditionnel du Qatar avec lequel il partage l’exploitation du plus grand gisement de gaz au monde. Téhéran, a donc logiquement critiqué la mise au ban du Qatar par ses voisins et à décidé d’envoyer des marchandises et des produits alimentaires pour venir en aide à ce petit émirat. Le président Hassan Rohani a prôné le dialogue entre les différentes parties pour désamorcer l’escalade diplomatique et a pointé du doigt les Etats unis d’être derrière cette crise notamment après la visite Donald Trump qui avait accusé implicitement le Qatar de soutenir le terrorisme et appelé à isoler l’Iran. En tout état de cause, l’Algérie qui a toujours prôné le dialogue et la solution politique comme moyen de règlement de toutes les crises est en train de reprendre son aura auprès des monarchies du Golfe qui n’apprécient pas sa position sur le conflit en Syrie. Ce chassé croisé des délégués de ces monarchies en crise prouve en tout cas que la voie algérienne est la seule qui puisse faire revenir le calme et la sérénité dans la région du Golfe.    

   Imane B

Publié dans Actualité
vendredi, 16 juin 2017 00:00

La technologie acquise par l’Algérie

BAE Systems, groupe aéronautique et de défense britannique a procédé au cours des dernières années à la vente d’« outil de surveillance massive à des régimes répressifs », à travers l’une de ses firmes danoises, rapporte The Guardian qui cite la BBC. Parmi les États qui se seraient procuré ce matériel de surveillance on retrouve l’Algérie, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Oman, le Qatar et le Maroc.  La technologie de pointe, nommée Evident, permet l’accès aux emails et aux téléphones d’un nombre important de personnes. L’outil pourrait rassembler et analyser des millions de communications faites par voie électronique ainsi que localiser une personne via les données émises par son téléphone. Selon la BBC, qui cite un ancien employé de la firme, Evident pourrait permettre de contrecarrer le chiffrement des communications. Des informations qui préoccupent les organisations de défense des droits de l’Homme selon qui cette technologie de surveillance serait utilisée pour faire taire et emprisonner les opposants aux différents régimes. Des documents obtenus par la BBC indiquent par ailleurs que des responsables britanniques n’ont pas vu d’un bon œil ces ventes. Ils craignent que l’exportation de ce type de technologie mette en péril la sécurité du Royaume-Uni et de ses alliés. Des emails échangés entre des départements britannique et danois indiquent que si le Royaume-Uni avait été consulté, il n’aurait jamais donné son accord pour une telle opération. De son côté, la société BAE justifie ses ventes par la lutte contre le terrorisme international. « Notre technologie joue un rôle crucial en permettant au Royaume-Uni et ses alliés de combattre la menace du terrorisme international, en soutenant l’application de la loi et en aidant à maintenir la sécurité publique, à la fois au Royaume-Uni et à l’étranger », indique l’entreprise d’armement, qui ajoute avoir évalué chaque contrat et être conforme aux régimes internationaux. Une technologie utilisée sous Ben Ali, en Tunisie. Deux personnes interrogées par la BBC, racontent que le système de surveillance était utilisé en Tunisie et installé directement dans le sous-sol de l’une des maisons de l’ancien dirigeant Zine el-Abidine Ben Ali. « L’outil fonctionne avec des mots-clés. Vous mettez le nom d’un opposant et vous verrez tous les sites, blogs, réseaux sociaux liés à cet utilisateur », explique l’un des hommes interrogés. Certaines des informations, dont la majorité concernait des opposants, étaient directement communiquées à l’ancien Président.  

RC/Ag

Publié dans Actualité
vendredi, 16 juin 2017 00:00

Vers le ciblage des subventions

Après son passage devant le Conseil des ministres, le plan d’action du gouvernement va être présenté le 20 juin prochain devant les députés. Abdelmadjid Tebboune y présentera les grands axes de ce que sera sa politique gouvernementale dans les prochains mois et sans doute les prochaines années. Dans son plan d’action, dont nous avons pu consulter une copie, le gouvernement de Abdelmadjid Tebboune prévoit ainsi de réviser la politique des subventions. Les aides de l’Etat aux plus démunis seront maintenues. Mais le gouvernement va tenter d’introduire une loi qui va lui permettre de « cibler » les plus démunis de la société. Le document n’explique pas comment vont faire les autorités pour adopter une telle politique. Mais il est attendu que le gouvernement commence par la vente du carburant dont la distribution sera faite en fonction des revenus de chacun. Toujours dans le volet social, le gouvernement promet de « juguler » la crise du logement d’ici 2018 à 2019. Il va tenter de finaliser les projets en cours et de lancer de nouvelles formules qui permettront aux Algériens de choisir leur type d’habitation. Pour cela, les autorités comptent sur des financements diversifiés pour achever ces projets. Sur le plan politique, Abdelmadjid Tebboune annoncera la révision d’une série de lois pour se conformer à la nouvelle Constitution. C’est le cas notamment des codes communal et de wilaya qui seront bientôt revus. D’autres lois, à l’image du code de procédure pénale, seront également revisitées durant les mois prochains.   Pour donner plus de moyens aux communes, une loi prévoyant de revoir la fiscalité locale est dans l’agenda du gouvernement. Il n’y a pour l’instant pas de détails, mais le plan d’action du gouvernement prévoit de réformer cette loi pour donner une grande marge de manœuvres aux communes qui ne compteront plus sur le budget de l’Etat pour survivre. Le gouvernement va d’ailleurs créer de nouvelles wilayas déléguées dans les Hauts-Plateaux durant cette année avant d’en fonder d’autres dans le Nord du pays dès l’an prochain. Dans le domaine de l’économie, le gouvernement maintiendra le niveau actuel des dépenses. En plus de l’interdiction de recourir à l’endettement extérieur, l’équipe de Abdelmadjid Tebboune devra puiser dans les gisements fiscaux existants. Pour cela, le gouvernement prévoit de moderniser les services des impôts. Cela en plus de l’instauration de nouvelles taxes qui toucheront notamment les grosses fortunes. Une disposition à laquelle il faudra ajouter une possible révision de l’IRG (Impôt sur le revenu global). Il s’agit là d’un des impôts les plus faciles à récolter et à une très grande échelle puisqu’il touche tous les salariés déclarés. Plus que cela, le document du gouvernement prévoit la concrétisation du nouveau plan de croissance d’ici à 2030. Un plan qui prévoit notamment une croissance hors hydrocarbures de 6,5% et une diversification de l’économie nationale. Le plan d’action du gouvernement sera discuté par les députés. Mais il ne sera pas soumis au vote des parlementaires. Sa mise en œuvre commencera juste après une autre présentation qui sera faite devant les membres du Conseil de la Nation.

Akli Ouali

Publié dans À la une

Les services de la sûreté de la wilaya de Batna, annoncent en ce début de semaine, qu’elles engagent une lutte sans merci pour l’éradication des parkings sauvages et des stationnements payants illégaux. Cette réaction des services de sécurité intervient à un moment de prolifération et d’inquiétante percée du phénomène des parkings sauvages et autres situations de ce genre. Selon des constatations établies, un diagnostic officiel a été effectué et une enquête préliminaire a été menée.  Il s’avère que des délinquants ont investi, occupé et squatté des rues et des sites qu’ils ont transformé en parkings sans aucune autorisation légale et sans aucun fondement de base réglementaire. C’est ainsi que des individus ont transformé des rues et des espaces publics en ‘’aires de stationnement’’ payantes avec des menaces à peine voilées pour ceux qui refusent de payer. Pour éviter tout problème qui générerait une agression, les propriétaires de véhicules seuls ou en famille s’exécutent en déboursant de 50 à 100 DA parfois pour quelques minutes seulement .Cette situation a été provoquée ,semble-t-il par les services municipaux qui auraient délivré des autorisations d’exploiter ces espaces publics à de jeunes chômeurs . Non munis de badges spécifiques liés à cette activité et en l’absence de panneaux de signalisation indiquant le parking payant , c’est la grande pagaille induite par ces ‘’parkingueurs’’ autoproclamés lesquels délivrent de faux tickets à leurs ‘’clients’’ . Les automobilistes désorientés se sentent rackettés. Devant les plaintes des citoyens, une enquête a été ouverte et les services de la police judiciaire, ont vite fait de constater que les tickets de stationnement aux mains des délinquants étaient des faux et n’ont jamais été remis par un quelconque service communal ni une autre structure publique. Toutefois, en ce fin de mandat des élus communaux , certains se permettent de délivrer ces fameuses ‘’autorisations’’ de disposer d’espaces publics et ce sans aucun fondement légal , dans un but populiste pour éviter les contestations des jeunes chômeurs sans mesurer les conséquences de leur acte. 

Publié dans Annaba

Une nouvelle fois, un groupe de jeunes vacanciers, des pêcheurs à la ligne qui se sont aventurés en ce mois de ramadhan dans une zone rocheuse maritime d’Ain-Barbar dans la commune de Seraidi, à une quarantaine de km à l’Ouest d’Annaba, ont failli laisser la peau.  Dans un état lamentable, les aventuriers, au nombre de six jeunes garçons tous originaires d’un même quartier d’Annaba, ont été récupérés à bord de vedettes de la protection civile en présence des gendarmes et des éléments des gardes-côtes. Il s’agit de A.Gh, 23 ans qui souffrait de blessures à la jambe gauche ainsi que des douleurs au ventre, S.D et B.M, tous deux âgés chacun de 27 ans, souffraient de douleurs différentes sur parties du corps et M.T, 32 ans, A.H, 27 ans et M.Gh 26 ans, tous les trois souffrant de douleurs aux ventres, précise-t-on auprès de la cellule de communication de la protection civile. Partie pour passer du temps dans cette partie du littoral de la commune de Seraidi, les victimes ont été piégées par la remontée des eaux, dans cette partie trop exposée aux vents du Nord, trois jours durant.  L’alerte a été donnée par les parents des rescapés au troisième jour de leur disparition. Les recherches intenses lancées pour la circonstance ont permis aux secouristes de repérer les portés disparus dans cette zone rocheuse. Ils ont été évacués en urgence à Chetaibi par mer, avant qu’ils ne soient transférés par ambulance au CHU de cette même ville. Ce n’est pas la première fois que ce genre d’accident est signalé au niveau de ce littoral. À la mi-juillet de l’année écoulée, rappelle-t-on, en l’espace d’une journée seulement caractérisée par une mer houleuse, l’on a dénombré un mort, trois jeunes portés disparus et 10 autres estivants en difficulté sur les rochers. Ils ont été sauvés in-extremis à bord d’hélicoptère de recherche et sauvetage Merlin EH/101. Pratiquement toutes les victimes ont été signalées au niveau de cette zone maritime trop exposée à ce genre d’airs, lesquels engendrent souvent de forts courants marins dès que la vitesse des vents, avoisine les 25 KM/H. A commencer par le bilan des interventions de la protection civile. Ainsi, l’on signale que deux baigneurs originaires de Annaba sont portés disparus du côté de Djenan El-Bey (Seraidi), une plage très exposée à des vents du Nord et d’Ouest et réputée généralement d’être une mer houleuse. Les victimes étaient en train de nager à quelque 500 mètres du rivage. Toujours durant cette journée, le corps d’un homme de 46 ans, originaire de la cité Plaine-Ouest de Annaba, flottant près du rivage, a été signalé par des estivants à Sidi-Akacha, une zone non gardée de la commune de la Marsa (Skikda) et dont le cadavre a été repêché par les éléments de la protection civile de Chetaibi (Annaba). Alors côté côtes et non loin d’Ain-Barbar (Seraidi), un militaire qui prenait en fin de journée avec ses amis des photos souvenirs, a été emporté en même temps que ses compagnons, par une gigantesque vague. Ses amis avaient réussi péniblement à quitter l’eau ; ce n’est pas le cas malheureusement pour le jeune militaire. A rappeler dans ce cadre également que plusieurs missions SAR avaient été effectuées dans cette partie du littoral avec succès par l’hélicoptère Merlin EH 101, de la marine nationale, un appareil des plus sophistiqués et performants dans le monde en matière de recherche et sauvetage, assisté par les garde-côtes du groupement territorial d’Annaba relevant de la façade maritime de l’Est (5eme région militaire). L’hélicoptère en question, stationné au niveau la plate-forme navale, sise à l’aéroport international « Rabah Bitat » d’Annaba, a effectué quatre missions distinctes, principalement sur la côte Ouest d’Annaba. La première mission avait ciblé deux jeunes du quartier Oued-Edhab, qui avaient été bloqués sur un rocher entre Ras-El-Hamra et Oued-Bagrat. L’un d’eux éjecté par une vague sur un rocher, s’était blessé en différents endroits du corps, apprend-on auprès des secouristes.  Une seconde mission avait visé 4 jeunes en difficultés, également tous des Annabis difficulté dans une zone rocheuse, plus précisément dans la zone maritime des « Deux frères » de Seraidi.  Vers les coups de 15 heures, le Merlin EH/101 avait effectué une troisième mission SAR, aussi avec succès, laquelle a ciblé dans le même périmètre 4 autres jeunes annabis, bloqués sur un rocher et qui n’arrivaient pas à regagner le rivage.

B. Salah-Eddine

Publié dans Annaba

La direction générale du Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Ibn Rochd de Annaba a ouvert une enquête après l’arrêt subit du scanner de cet établissement. L’expertise effectuée par des techniciens spécialistes dans le domaine a permis de découvrir que des produits liquides qui se sont déversés dans le système ont endommagé un nombre important de pièces vitales lesquelles coûtent extrêmement chers et ne sont pas disponibles sur le marché national. D’autre part, une action en justice a été déclenchée pour déterminer les responsables de cette panne subite et probablement provoquée. En attendant la remise en marche de cet équipement, les malades sont dirigés vers le centre hospitalier Ibn Sina équipé d’ un scanner qui a déjà servi à 29 000 examens depuis sa mise en marche. Le temps de remise en état de ce scanner ne dépassera pas 15 jours et permettra de pallier à l’arrêt de celui d’Ibn Rochd. C’est pourquoi la direction du CHU, dans un souci d’éviter des dépenses et de pénaliser les malades, a pris des contacts avec des privés pour la prise en charge des différents examens que nécesite l’état du patient . En outre, la direction du CHU dément formellement l’arrêt de fonctionnement de l’équipement de l’IRM qui fonctionne normalement et ne présente aucune défaillance, contrairement aux rumeurs malveillantes qui font état de son arrêt.

Ahmed Chabi

Publié dans Annaba
Page 1 sur 3

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85