« Juillet 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Filtrer les éléments par date : samedi, 01 juillet 2017
samedi, 01 juillet 2017 01:00

Une colonne mobile en soutien à Skikda

Dans le cadre du plan de soutien à la lutte contre les incendies de forêts, une colonne mobile composée d’agents et d’officiers de la Direction de la protection civile de la wilaya de Constantine s’est déplacée à partir d’hier vers la wilaya de Skikda. Ce plan inter wilayas, entré en vigueur dès le début du mois de juin écoulé, consiste à réquisitionner cette colonne mobile qui est un nouveau mécanisme créé par la Direction de la protection civile pour pendant une période ininterrompue de douze jours, et ce à tour de rôle durant quatre mois. Ce mécanisme, récemment créé, couvre jusqu’à maintenant 22 wilayas, à raison de deux wilayas par colonne mobile, soit la wilaya hôte et la wilaya invitée. Des responsables de la protection civile à Constantine ont souligné l’utilité de ce mécanisme, qui a permis de réduire les surfaces forestières emportées par le feu, ainsi que la protection la richesse forestière et le renforcement des conservations des forêts.

S.B

Publié dans Constantine

La désormais affaire du couffin de Ramadhan de la commune du chef lieu de wilaya continue de défrayer la chronique locale. Selon l’ex-vice-président de l’APC chargé des œuvres sociales relevé de ses fonctions, rappelons-le, par le maire lors de la dernière session ordinaire, « le nombre des couffins non-attribués est bien inférieur à celui que des élus ont évoqué, via certains titres de presse ». Seuls 150 couffins n’ont toujours pas été attribués par la commission qu’il a présidée, a-t-il tenu à préciser. Et d’affirmer, dans ce sillage, qu’un travail d’assainissement des listes des bénéficiaires était nécessaire. Des fonctionnaires de la commune et des citoyens qui résident en dehors de la wilaya étaient, déplora-t-il, parmi les demandeurs du couffin de Ramadhan. D’où l’explication du retard enregistré, expliqua-t-il,  dans la distribution de la totalité du quota attribué à la commune de Constantine estimé à 7200 couffins. Tout en dénonçant ces pratiques de bas-étage, qui ne datent certainement  pas  d’aujourd’hui, il a affirmé que 113 agents qui travaillent, depuis de longues années, dans le cadre du filet social et qui perçoivent  5000 DA par mois, un très bas salaire, ont effectivement bénéficié de ladite opération. Il fallait, revenir ainsi avec plus de précisions, martela-t-il, sur cette affaire qui a précipité son départ de la vice-présidence de l’APC et dudit service. Une affaire qui continue de rebondir et de susciter moult interrogations au sein de la population locale. D’autres rebondissements ne sont pas à écarter dans les jours à venir.

M.K

Publié dans Constantine

Un quota de plus de cinq cent (500)  logements de type public locatif (LPL) sera distribué demain  à Constantine, a-t-on appris hier auprès de responsables de la wilaya. Ce quota fait partie d’un lot de 1.300 unités à caractère social que les autorités locales se sont engagées à distribuer juste après l’Aid El Fitr, a-t-on souligné de même source, affirmant que toutes les dispositions nécessaires ont été prévues pour permettre le déroulement de cette opération dans les meilleures conditions. Cette opération de distribution de logements sociaux concernera les familles de la ville de Constantine vivant dans des conditions précaires, a-t-on encore affirmé, précisant que les bénéficiaires seront relogés dans  des habitations dotées de toutes les commodités nécessaires implantées à la ville Ali Mendjeli, à l’unité de voisinage  (UV) 20. Près de 700 LPL ont été distribués fin juin dernier dans les communes de Zighoud Youcef et Ain Abid, a-t-on rappelé, faisant part de l’importance de ces opérations dans la résorption de la crise du logement dans la wilaya de Constantine. Depuis 2013 jusqu’à présent, environ 14.000 LPL ont été distribués à Constantine, a-t-on encore rappelé.

Publié dans Constantine
samedi, 01 juillet 2017 01:00

Alerte à la rage à la cité des Mûriers

Les services de l’APC de Constantine ont annoncé la découverte d’un foyer de la maladie de la rage au niveau du secteur urbain les Mûriers où, signale-t-on, toutes les dispositions de précaution nécessaire, ont été prises pour maîtriser la situation. Au même moment, l’alerte a été donnée pour que les citoyens prennent garde de la possible propagation de l’épidémie parmi les animaux d’où l’appel lancé par la mairie pour qu’ils signalent tout les cas suspects. L’APC de Constantine a diffusé un communiqué officiel qui indique que, conformément à une déclaration vétérinaire, il a été confirmé l’apparition de la maladie de la rage au niveau de l’atelier des travaux de la délégation urbaine « les Mûriers ». En vertu de cela, cette zone a été déclarée contaminée et de ce fait, elle a été placée sous le contrôle médical des services spécialisés pendant une période de 03 mois, ainsi que la mise en quarantaine des animaux se trouvant dans cette zone pour la même période. La même annonce a souligné la nécessité d’éliminer tout les animaux domestiques suspectés d’être atteints par cette maladie de la rage et de procéder à leur enterrement dans des fosses profondes après les avoir arrosés de chaux et de grésil. Dans le même contexte, on a indiqué la constitution d’une équipe médicale vétérinaire qui va examiner les animaux et les personnes se trouvant dans la zone à travers des visites hebdomadaires qui seront lancées prochainement.

Sami B.

Publié dans Constantine
samedi, 01 juillet 2017 01:00

N°5263 du 01-07-2017

Publié dans PDF

L’ambassadeur d’Algérie à Washington, M. Madjid Bouguerra a plaidé en Virginie devant la communauté d’affaires américaine pour un partenariat algéro-américain gagnant-gagnant, favorisant le développement des projets de production et l’exportation. « Nous voulons des situations gagnant-gagnant «, a déclaré l’ambassadeur lors d’une rencontre en Virginie avec la communauté d’affaires américaine, organisée par le Conseil d’affaires algéro-américain (USABC) et le groupe américain Spectrum en préparation d’une mission d’hommes d’affaires américains en Algérie prévue en octobre. La rencontre a été l’occasion pour la partie algérienne de présenter les potentialités et les opportunités d’une coopération bilatérale plus active et plus dynamique en rappelant le partenariat stratégique liant les deux pays dans plusieurs domaines.» Sous le leadership du président Abdelaziz Bouteflika, l’Algérie offre aujourd’hui une image de stabilité et de sécurité «, a souligné l’ambassadeur en exposant les atouts qui distinguent l’Algérie comme une destination de choix qui garantit une sécurité pleine et entière à l’investissement étranger. Rappelant l’étendu du partenariat entre les deux pays, le diplomate a souligné que les relations entre Alger et Washington ont «atteint un niveau élevé de satisfaction», mettant en exergue les liens politiques et historiques qu’entretiennent les deux pays depuis fort longtemps. « Aujourd’hui nous tirons avantage des mécanismes permanents qui guide le développement de nos relations dans tous les domaines à l’instar du dialogue stratégique, dont la quatrième session se réunira prochainement à Alger «, a ajouté M. Bouguerra. L’ambassadeur a mis l’accent, au cours de son exposé, sur la position géographique de l’Algérie, située à proximité des grands marchés européens et africains qui lui permettent de jouer un rôle de passerelle économique et commerciale entre les deux continents. Evoquant la situation financière du pays, le diplomate a tenu à préciser qu’en dépit de la baisse des cours de pétrole qui a privé le pays de près de 50% de ses revenus, l’Algérie a réussi à faire face au choc pétrolier grâce à une gestion judicieuse de ses ressources financières. Malgré le contexte baissier des cours de pétrole, l’Algérie a décidé de maintenir son système d’affectation de ressources en consacrant près de 40% de ses dépenses aux investissements publics et 20% au développement et au bien être des populations. Ces actions sont menées en parallèle avec d’autres efforts déployés pour « rationaliser la dépense publique et lutter contre le gaspillage et toutes les formes de corruption «, a-t-il dit. Ces efforts se sont soldés par un maintien d’une croissance respectable de 3,6% en 2016, qui faut il le souligner, a été enregistrée dans un contexte baissier des revenus pétroliers, a-t-il signalé. M. Bouguerra est revenu sur les principales incitations économiques et fiscales offertes aux investisseurs étrangers dans le cadre du nouveau code de l’investissement en détaillant les opportunités de partenariat dans des secteurs prometteurs tels que l’énergie, la pétrochimie, l’agriculture, l’industrie et les mines ainsi que les énergies renouvelables. En s’adressant au parterre des hommes d’affaires américains présents à cette rencontre, M. Bouguerra a indiqué que le gouvernement était déterminé à mettre en place d’autres incitations à l’investissement en plus de celles qui sont en vigueur pour continuer à attirer les grandes entreprises et les PME. La rencontre a constitué l’occasion pour les représentants de trois compagnies américaines de présenter leurs expériences d’investissements en Algérie. Il s’agit du consortium Américan International Agriculture Group (AIAG), de Varian Mediacal Systèms et Dupont qui seront également parmi les entreprises devant effectuer le déplacement à Alger en octobre. Les porteurs de projets américains devraient rencontrer lors de leur séjour à Alger les responsables des ministères de l’Energie, de l’Industrie, de l’Agriculture et de la Santé, selon Ismael Chikhoune, président d’USABC. D’autres rencontres sont également prévues avec les responsables du groupe Sonatrach et le Forum des chefs d’entreprises.

Publié dans Actualité
samedi, 01 juillet 2017 01:00

L’hommage de Bouteflika à Simone Veil

Le Président Abdelaziz Bouteflika a adressé un message de condoléances à la famille de Simone Veil, ex-ministre française et présidente du premier Parlement européen, décédée ce vendredi 30 juin à l’âge de 89 ans, rapporte l’agence officielle. “C’est avec une immense tristesse que j’ai appris la nouvelle du décès de Simone Veil dont la vie passionnante aura été marquée autant par ses propres souffrances de la barbarie nazie, que par son engagement personnel admirable et inlassable contre toutes formes de déni de justice“, a écrit le Chef de l’État dans son message. “En effet, Simone Veil a remarquablement servi le droit, la justice, la paix et le progrès dans les hautes fonctions gouvernementales qu’elle a assumées au service de la France, tout comme au service de l’Europe au sein de son Parlement“, a souligné le Président Bouteflika. “Le peuple algérien a compté Simone Veil parmi les amis de ses justes causes. Il n’oublie pas aussi la proximité et la solidarité que cette grande dame lui a témoignées durant la terrible tragédie nationale qu’il a vécue“, a-t-il ajouté. “En cette triste circonstance, je vous présente au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu’en mon nom personnel, nos plus sincères condoléances ainsi qu’au peuple français et ses autorités nationales“, a conclu le Chef de l’État dans son message.

Publié dans Actualité

L’Algérie demeure une destination attractive pour les entreprises américaines, offrant d’énormes potentialités de croissance aux investisseurs étrangers, a indiqué le département d’Etat dans son rapport 2017 sur le climat d’investissement dans le monde. ‘‘L’Algérie est un marché lucratif avec un potentiel important pour de nombreuses entreprises américaines’’, souligne le département, relevant que l’investissement est très porteur dans des secteurs stratégiques comme l’agriculture, le tourisme, les technologies de l’information et de la communication, la construction automobile, l’énergie et la santé. « Plusieurs secteurs offrent potentiellement des opportunités considérables de croissance à long terme pour les entreprises américaines «, note le rapport qui cite des représentants du secteur privé américain opérant en Algérie. De nombreuses entreprises américaines parviennent à réaliser des bénéfices à deux chiffres, constate le document. Le rapport met en exergue la stabilité de l’Algérie comme facteur d’attractivité pour l’investissement direct étranger (IDE). Il évoque également le programme de diversification de l’économie mis en place par le gouvernement pour doper la croissance économique dans un contexte baissier des cours de pétrole en mettant l’accent sur les IDE afin d’accroître l’emploi et la substitution aux importations. Il précise que le nouveau code de l’investissement offre, à ce titre, des exonérations fiscales à long terme, ainsi que d’autres incitations, mais note, par ailleurs, que les entreprises américaines doivent surmonter les barrières linguistiques, la distance et faire face également à la concurrence des entreprises françaises, turques, chinoises et européennes. Abordant la règle dite 51/49, régissant l’investissement étranger en Algérie, le rapport du département d’Etat précise qu’a l’opposé des PME, les grandes entreprises américaines « peuvent trouver des façons créatives pour travailler dans le cadre de cette loi». Il explique, en se référant aux précisions apportées par le gouvernement algérien sur l’institution de cette mesure, que cette règle vise à empêcher la fuite des capitaux, protéger les entreprises algériennes, créer de l’emploi pour les nationaux et assurer un transfert de technologie. Le document relève que cette règle extirpée du code de l’investissement, offre de l’avis de plusieurs investisseurs étrangers, une série de mesures adaptées qui permettent à l’actionnaire étranger d’assurer le management. L’investisseur étranger peut dans certains cas détenir la majorité du capital d’une entreprise mixte en s’associant avec plusieurs partenaires nationaux, rappelle le document qui explique qu’en dépit du fait que la règle 51/49% fixe l’actionnariat étranger à 49% « il y a peu de lois restreignant l’investissement étranger « en Algérie. Le département d’Etat constate, par ailleurs, que le portail d’information en ligne dédié à la création d’entreprises (www.jecreemonentreprise.dz) «est clair, bien conçu, permet une navigation rapide « et répertorie un maximum de neuf étapes impliquant sept agences pour créer une entreprise. Il rappelle que l’Algérie a amélioré en 2016 sa position dans le classement Doing business de la Banque mondiale notamment sur les indicateurs de démarrage d’entreprise, de facilité de raccordement à l’électricité et de l’obtention de permis de construire. Sur le plan financier, le rapport note que les banques en Algérie affichent une solide santé financière malgré la baisse des liquidités. Les actifs non performants du secteur bancaire avoisinent un taux de 5%, qui représente la norme pour les marchés émergents. Le marché financier, adéquatement réglementé, fonctionne efficacement malgré sa petite taille, précise le rapport qui rappelle l’objectif de l’Algérie d’atteindre une capitalisation boursière de 7,8 milliards de dollars dans les cinq prochaines années. Enfin, le rapport note que la Cellule de Traitement du Renseignement Financier (CTRF) a été renforcée par l’application d’une nouvelle règlementation qui a donné plus de pouvoir à cet organe pour lutter contre les transactions financières illicites et le financement de terrorisme. 

Publié dans Actualité

L’Algérie a pris à New York, huit engagements volontaires pour la gestion et la préservation des mers et des ressources marines au terme de la première conférence des Nations-Unies sur les océans. Le document final de la conférence contenant une liste d’engagements volontaires, dont huit ont été soumis par l’Algérie, marque une percée dans l’approche globale de gestion et de la préservation des océans, des mers et des ressources marines. L’Algérie s’est engagé notamment à élaborer une étude pour établir une nouvelle aire marine protégée et à lutter contre la pollution marine tout en mettant l’accent sur la sensibilisation des écoliers aux principes de préservation et de valorisation de l’environnement marin. Intervenant lors des travaux de cette conférence, la délégation algérienne à New York a mis en exergue les réalisations et priorités nationales concernant la conservation et l'exploitation durables de la mer Méditerranée en présentant les efforts de l’Algérie en matière de lutte contre la surpêche et la pollution marine. Evoquant les programmes de développement de la stratégie environnementale pour l’horizon 2035 qui inclut les principes de la " croissance bleue", la délégation algérienne a notamment souligné l’amélioration sensible de l’épuration des eaux usées en Algérie. La capacité installée des stations d’épuration équivaut aujourd’hui à six fois celle de l’année 2005. La stratégie environnementale intègre 14 des 17 objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations Unies, a-t-elle relevé. A l’échelle régionale, l’Algérie est engagée dans la mise en œuvre de la Convention de Barcelone pour la protection de la Méditerranée contre la pollution, tout en coopérant étroitement avec la Commission générale des Pêches pour la Méditerranée. La représentation a rappelé à ce titre la signature, le mois dernier, de la Déclaration de Malte MedFish4Ever, document établissant des objectifs pour la Méditerranée dans la promotion du développement de la pêche durable de petite échelle et le rôle des petits pêcheurs dans la collecte des données nécessaires pour approfondir les connaissances scientifiques. Elle a en parallèle insisté sur l’engagement de l’Algérie, en tant qu’Etat membre de l’Union Africaine, à mettre en œuvre la stratégie maritime africaine à l’horizon 2050 visant à protéger et exploiter durablement l’espace maritime africain pour la création de richesses. La représentation de l’Algérie auprès de l’ONU a, par ailleurs, appelé la communauté internationale à prendre ses responsabilités en agissant rapidement afin de mettre fin à l’exploitation illégale des ressources marines des peuples sous occupation étrangère ou domination coloniale en exhortant les Etats à coopérer pleinement en vue de préserver les ressources de ces peuples. La conférence sur les océans a été sanctionnée, vendredi dernier, par l’adoption d’une déclaration politique intergouvernementale intitulée " Appel à l’Action ", à laquelle l’Algérie a activement participé à son élaboration au nom du groupe Africain Les 193 Etats membres de l’ONU, y compris les Etats-Unis qui viennent de se retirer de l’accord de Paris sur le climat, ont rejoint, vendredi passé, l’appel des Nations Unies pour agir de manière décisive et urgente afin de protéger les océans et les écosystèmes, réduire la pollution marine et la surpêche et mettre en place des partenariats pour faire face au déclin de la santé des océans. La Conférence a été co-présidée par la Suède et les Iles Fidji, initiateurs de cet évènement. L’Algérie est membre du bureau de la Conférence en tant que vice-président.

Publié dans Actualité

L’élection de Mustapha Berraf pour un autre mandat olympique, le 27 du mois dernier, est une énième preuve que les responsables de l’échec sont plus que jamais déterminés à prendre en otage la jeunesse algérienne pour des années encore. Ils résistent même à la volonté de l’Etat incarnée par le ministre de la Jeunesse et des Sports qui a affiché solennellement sa volonté d’assainir le secteur et de le soustraire à l’emprise clanique et clientéliste, cause principale de la débâcle de Rio. Incapables d’assurer une préparation à la hauteur de la performance et de la dimension internationale de nos athlètes, les responsables du COA ont choisi la fuite en avant en accaparant, encore une fois, l’instance sportive olympique. Ils n’ont pas été non plus sensibles à la colère unanime du peuple algérien exprimée à travers la société civile relayée par les médias et les réseaux sociaux. En reproduisant, entre autres, les images de Larbi Bouraâda s’entraînant dans une baignoire pour les jeux Olympiques de Rio, le Youtubeur Dz Joker a renversé radicalement l’enthousiasme de beaucoup de jeunes que la classe politique avait mobilisés en perspective de l’élection du 4 mai 2017. Rappeler, en pleine campagne électorale ces images de l’espoir du décathlon algérien, qui avait choqué le peuple algérien, traduit à la fois un désarroi social et une interpellation à l’endroit de certains responsables qui, profitant des circonstances, maquillent leurs dérives et reviennent au-devant de la scène. C’est le cas du Comité olympique algérien. En laissant passer l’orage, Mustapha Berraf avait attendu le moment opportun pour rebondir. Faisant comme si l’Algérie n’a pas été humiliée aux derniers jeux Olympiques de Rio, il s’est taillé un costume sur mesure pour sa réélection à la tête de l’instance olympique algérienne. Bénéficiant du retrait tactique de Sid-Ali Lebib, son adversaire, qui n’est en réalité qu’un soutien tacite, Mustapha Berraf a profité de la conjoncture politique liée à la démission du gouvernement Sellal au lendemain de la proclamation des résultats de la nouvelle législature de l’Assemblée populaire nationale. Tout en maintenant les rumeurs d’une prétendue proximité avec les décideurs, il espérait voir un changement à la tête du département de la Jeunesse et des Sports pour réussir son exploit de «crime presque parfait» contre le sport algérien et mettre ainsi le nouveau ministre devant le fait accompli. Au lieu de sortir par la grande porte avec les honneurs de la République, Berraf a opté, ainsi, pour une stratégie suicidaire et de la terre brûlée qui le mènera directement à la sortie par la plus petite des portes. En revenant sur les préparatifs de cette assemblée du 27 mai 2017, on comprendra mieux le scénario diabolique qui a été minutieusement concocté dans les laboratoires du COA pour maintenir Berraf malgré l’hostilité de toute la famille sportive algérienne. Face à la fermeté des pouvoirs publics, à leur tête le ministre de la Jeunesse et des Sports qui, depuis son arrivée, n’a ménagé aucun effort pour assainir un secteur très affaibli, Mustapha Berraf a usé d’une stratégie médiatique qui consiste à singulariser cette hostilité des pouvoirs publics à la seule personne du ministre de la Jeunesse et des Sports. Il a voulu ainsi réduire un problème d’ordre national en une affaire personnelle. Comme si le ministre ne fait pas partie d’un gouvernement. C’est dans cette optique que le sieur Berraf a organisé, lors de l’adoption du bilan moral et financier de l’année 2016 et celui du mandat olympique (2013-2017), une cérémonie avec le DGSN, le général Abdelghani Hamel, en le décorant de l’Ordre du mérite du Comité olympique et sportif algérien (COA). Une décoration qui a été à l’origine des voix obtenues par Berraf lors de la dernière assemblée générale élective. Car, aux yeux des membres de l’AG, cette distinction traduit le soutien des plus hautes autorités de l’Etat à la réélection de Mustapha Berraf. C’est avec cet hommage mérité que ce dernier avait entamé sa campagne de maintien à la présidence du COA. La semaine qui précédait l’assemblée générale élective du Comité olympique lui a été favorable parce qu’elle coïncidait avec la vacance du gouvernement, une aubaine pour faire véhiculer la rumeur du changement du ministre de tutelle. Et multiplier les déclarations de fidélité au programme du président de la République en s’adressant aux membres de l’assemblée. Tout en faisant comprendre aux Brahmia et Cie que sa chute provoquera inéluctablement la leur. Or, sur ce point, il n’a pas tort ! Pourtant, si vraiment il avait le souci de l’éthique, Berraf aurait tourné la page et éviter cette élection de trop. Mais contre toute attente, il a instrumentalisé l’échec des présidents défaillants pour en faire des pions d’une élection fermée, et dont les résultats étaient connus d’avance. Un président d’une fédération dont le bilan moral a été rejeté par l’assemblée générale s’est vu octroyer la présidence de la commission des recours. La date-butoir de toute opposition prenait fin avec l’élection du nouveau président contrairement au texte en vigueur. Sur un autre plan, les travaux d’aménagement et de réhabilitation du siège du Comité olympique d’Oran, évalué à 5 milliards, et le projet de construction du musée de la salle Harcha à 23 milliards ont été réalisés par la même entreprise turque. Une affaire qui a suscité beaucoup de réserves. D’abord, sur l’aspect réglementaire. Il y a eu une flagrante transgression de la réglementation en vigueur, en raison de l’absence d’une procédure favorisant l’accession au marché public : c’est l’un des griefs porté par le MJS à l’endroit de Berraf, le président du Comité olympique. Pour conclure, je rappelle la similitude des événements avec Joseph Blater, l’ex-président de la Fifa. Invité à partir par la grande porte, le Suisse avait résisté à toutes les pressions. Il a fini par être élu pour un cinquième mandat le vendredi 29 mai 2015. Une semaine après, précisément le 3 juin, il avait annoncé lui-même sa retraite. Une sortie par la petite porte de l’histoire, et sa fin fut lamentable à la tête de l’organisation internationale de football.

In AlgériePatriotique

Publié dans Actualité
Page 1 sur 5

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85