« Juillet 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Filtrer les éléments par date : mercredi, 05 juillet 2017
mercredi, 05 juillet 2017 00:00

Laâquiba au 7e ciel

Le CR Belouizdad a remporté la 53e édition de la  Coupe d’Algérie de football, en battant l’ES Sétif (1-0 après  prolongations), en finale disputée hier au stade du 5-Juillet-1962  (Alger).  L’unique but de la rencontre a été inscrit par Yahia-Chérif (116e). C’est le 7e trophée en 10 finales pour le CRB après ceux remportés en 1966, 1969, 1970, 1978, 1995 et 2009. Le club de Laâquiba a infligé aux Sétifiens leur 1re défaite en finale de Coupe après 8 victoires. L’ES Sétif a néanmoins sauvé sa saison par le titre de champion d’Algérie de la saison 2016-2017, le 8e de son histoire. Le rideau de la saison footballistique 2016/2017 est tombé hier. La finale de la Coupe d’Algérie a été donc l’ultime étape d’un circuit qui n’a pas été un modèle du genre, puisque les puristes ont été gavés par le médiocre spectacle offert par les différents acteurs de notre sport. Les dits acteurs ne se sont hissés à la hauteur des attentes du large public, déçu par la tournure des événements. Cela étant, le dernier round de la compétition populaire qui a mis aux prises l’ESS et le CRB n’a pas atteint les sommets. Les débats ont été globalement dominés par les choix tactiques des deux coaches qui ont beaucoup misé sur la bataille du milieu de terrain où les accrochages ont obligé le directeur de jeu à intervenir, plus d’une fois. Prônant la prudence qui a énormément influé sur le rendement des deux formations. Zaki et Madoui ont, le moins qu’on puisse dire, forcé les arrières latéraux à ne pas trop s’impliquer dans les phases offensives. Une démarche qui a accentué les difficultés de Khoudi et Bouguerroua, esseulés le plus souvent. L’enjeu d’une importante rencontre à ne perdre en aucune manière a plombé les acteurs assommés, faut il le rappeler par la torride chaleur qui s’est abattue hier sur ce temple du 5 juillet, plein comme un œuf. La canicule a aussi tempéré les ardeurs des milliers de fans des deux clubs ayant investi tôt le matin ce beau jardin du stade olympique qui s’est une nouvelle fois paré de ses beaux habits. Notons que les deux gardiens, aussi bien Khedairia que Salhi n’ont pas été trop sollicités durant une bien pale première mi-temps qui n’a pas été à la hauteur de la 54e finale de Coupe d’Algérie. Le second morceau d’un spectacle insipide est la photocopie du précédent. Pour preuve, les 22 acteurs se sont illustrés par d’innombrables déchets techniques. En plus d’une quelconque forme physique, les Ententistes et les gars du Chabab se sont distingués par des passes à l’adversaire, des fautes sur le porteur du ballon, une évolution approximative et un placement inadapté. Le jeu décousu n’a pas été du gout des présents qui n’ont pas eu pour leur argent. Faisant dans la compensation, l’arbitre du match qui a refusé un penalty au CRB(9’) faisant de même avec l’entente (70’) n’a pas fait, qu’on le veuille ou non , le match attendu de lui . Epiant les faits de son collègue qui ne voulait pas procéder au moindre changement tout juste contraints de remplacer Bouchar d’un coté et Cherfaoui de l’autre, blessés. Et fatigué à l’instar de leurs partenaires qui ont éprouvé les pires difficultés à liquider le match de trop, joué sous un soleil de plomb. Exténués par les efforts déployés durant un exercice harassant et long, les joueurs lancent un grand ouf quand Ghorbal met un terme à un terne spectacle fait de crampes, de passes longues, la peur de mal faire , le renforcement de la défense, Des bévues techniques de professionnels grassement payés , des cartons , et un énorme déficit en enchainement offensif qui a influé sur le tableau de marque resté muet durant le temps réglementaire durant lequel aucune équipe n’a pu imposer son jeu , son rythme et sa méthode… Les prolongations ont été fatales aux Sétifiens qui se sont fait surprendre par le but de Yahia-Chérif inscrit à la 116è minute de jeu. Le second souffle aura été belouizdadi.L’Entente perd sa prem!ère coupe depuis l’indépendance.

MBendahmane

Publié dans Sport
mercredi, 05 juillet 2017 00:00

N°5267 du 05-07-2017

Publié dans PDF
mercredi, 05 juillet 2017 00:00

L'avenir du club en pointillé

Les intersaisons se suivent et se ressemblent à l'USM El Harrach où les divisions font rage dans les hautes sphères du club qui a évité de justesse la descente en Ligue 2 Mobilis de football lors du défunt exercice, mais qui est toujours gagné par le flou à quelques jours de l'entame des préparatifs de la saison 2017-2018. En prévision justement du nouvel exercice, deux ''clans'' se disputent encore et toujours les commandes du club. Chacun d'entre eux prépare à sa manière l'intersaison, exposant ''Essafra'' à un avenir incertain. Les chefs de files de cette énième bataille autour de la présidence de l'USMH ne sont autres qu'Abdelkader Manaâ et Mohamed Laib, soit les deux présidents qui ne se sont jamais fatigués de jouer '' au chat et la souris" depuis déjà plusieurs années. A l'arrivée, le club banlieusard de la capitale pourrait se présenter avec deux effectifs et deux entraîneurs différents lors de la saison à venir, les partisans de Manaâ ayant conclu avec le coach Youcef Bouzidi, tandis que ceux de Laib ayant convaincu Boualem Charef de revenir à de meilleurs sentiments après avoir quitté l'équipe à quelques journées de la fin du défunt exercice. Le même scénario est en train de se produire en matière de recrutement, apprend-on des milieux du club qui croisent déjà les doigts de peur de voir leur équipe payer le prix fort de ces interminables ''luttes intestines''.La situation devient encore compliquée après que nombreux joueurs de l'équipe aient saisi la Chambre de Résolution des Litiges (CRL) pour réclamer leurs arriérés de salaires, eux qui avaient enclenché plusieurs mouvements de grève en pleine compétition pendant l'exercice 2016-2017. Première conséquence : l'USMH est désormais interdite de recrutement en vue de la saison prochaine, et ce, jusqu'à l'épuration de ses dettes, a annoncé mardi dernier la Fédération algérienne de football (FAF) via son site officiel.

Publié dans Sport

Le CSC vient de s’attacher officiellement les services d’un nouveau préparateur physique cet été. Il s’agit de Khaled Guerioune qui a signé lundi un contrat d’une année au profit du club du Vieux Rocher, en remplacement de Adel Laâbani dont le contrat a expiré à la fin de la saison passée. Il sera présent lors de la reprise d’entraînements, prévue le 15 juillet à Constantine. L’entraineur en chef Abdelkader Amrani compte beaucoup sur le travail qui devra être effectué par le nouveau préparateur physique de l’équipe lors du premier stage de préparation estivale, consacré essentiellement sur le volet physique, des Vert et Noir de l’antique Cirta, qui se tiendra à Hammam Bourguiba (Tunisie) entre le 20 et le 31 du mois courant. Dans ce contexte, Guerioune a mis en application un programme d’avant-saison sur cinq semaines qui portera sur l’harmonisation des qualités physiques des joueurs, le développement de ces aptitudes par rapport au projet de jeu du coach et la phase d’affûtage qui correspond au pic de forme juste avant le début de la saison prévu le 25 août prochain.

B. Mechati

Publié dans Sport
mercredi, 05 juillet 2017 00:00

Trois nouveaux joueurs en renfort

En attendant de trancher d’une manière officielle sur l’identité du nouvel entraîneur, les dirigeants du MO Béjaïa viennent d’entamer l’opération de recrutement en s’assurant déjà trois nouveaux éléments qui ont paraphé hier des contrats de deux saisons avec le MOB. Il s’agit de Boulediab (USB), Nezouani (DRBT), Soltane (ESMK) alors qu’autres joueurs sont en négociations avec les dirigeants qui veulent les convaincre de venir tenter une expérience avec le club. En outre les dirigeants du MOB sont négociations avec l’entraîneur Bouaârata alors que d’autres semblent préférer l’ex-entraîneur de l’USMA, à savoir Mouloud Hamdi. Il faut dire aussi que le MOB n’est pas fixé sur l’avenir de certains éléments après que le verdict de la CRL a été ajourné en raison de la dissolution de cette instance. Contacts avec l’entraineur Abbas Alors que l’opération de recrutement a été entamée depuis quelques jours avec l’arrivée de trois nouveaux éléments, voilà que la direction du MO Béjaia n’a pas encore tranché sur la question de l’entraîneur. Bien que les contacts avec le technicien constantinois Rachid Bouaratta étaient sur la bonne voie, on apprend que la direction du club béjaoui a pris attache avec le technicien Abbas pour lui proposer l’idée de prendre la barre technique du club de la saison prochaine. Les discussions ont déjà débute entre les deux parties, et ce pour aboutir probablement un accord entre les deux parties. Toutefois, la question de l’entraineur n’a pas été tranchée de manière définitive dans la mesure où les dirigeants ne veulent pas précipiter préférant prendre le temps nécessaire pour prendre la meilleure décision d’autant plus qu’ils veulent à tout prix mobiliser tous les moyens requis pour bâtir une équipe qui sera en mesure de réussir un bon résultat. C’est désormais officiel, la formation du MO Béjaia a déjà assuré ses premières recrues pour cette période estivales.Il s’agit de Boulediab (US Biskra), Nezouani (DRB Tadjenant), Soltane (ESM Koléa) et Bencherif (GC Mascara) qui ont paraphé des contrats de deux saisons au profit du MOB et seront ainsi les premières venus en attendant d’autres joueurs qui arriveront au club lors des prochains jours.

Lhacene.H

Publié dans Sport
mercredi, 05 juillet 2017 00:00

Cédric, 4e recrue estivale

Après une série de négociations avec Ibrahim Saou, porte-parole du club, l’ancien gardien de but international Si-Mohamed Cédric s’est engagé officiellement avec l’US Biskra en signant mardi soir un contrat d’une année. Arrivé cet été en provenance du CS Constantine, le portier émigré de 32 ans est né à Roanne (Loire, France) d’un père algérien et d’une mère française. Il compte trois sélections en équipe nationale dont la dernière remonte à la dernière coupe du monde 2014 au Brésil en tant que troisième gardien de but sous la houlette de l’entraineur  Bosnien Vahid Halilhodzic. Il sera le premier gardien de but du promu de Ligue 1 la saison prochaine, en remplacement de Nafaâ Aloui qui a décidé de changer d’air pour aller au CA Bordj Bou Arréridj (Ligue 2). L’ancien portier de la JSM Bejaia est la quatrième recrue estivale des Zibans qui ont enregistré le départ de pas moins de neuf joueurs et passée dont le dernier est le défenseur Bilal Boulediab qui devrait rejoindre les rangs du MO Béjaia prochainement.

B. Mechati

Publié dans Sport
mercredi, 05 juillet 2017 00:00

Sept nouveaux joueurs déjà recrutés

Les dirigeants de la JSM  Béjaia semblent décidés à bâtir une équipe d’avenir en mesure de réussir l’objectif tracé pour la saison prochaine. En effet, la JSMB a assuré jusqu’à mardi dernier sept nouvelles recrues. Il s’agit de Benchaira, Aklil, Belgherbi, Salah Seghier (ex-USB), Belmessaoud et Bensayah (ex-US Beni Douala), et Benmeddour (ex-AS Khroub). Un renfort qui touche à tous les compartiments d’autant que les dirigeants de la JSM Béjaia ne semblent pas être prêts à refaire les mêmes erreurs après avoir vécu un mauvais scénario la saison écoulée. De ce fait, ils ont tenu à effectuer un recrutement étudié et qui permettra à la JSMB de retrouver sa place parmi l’élite.   Alors que les dirigeants sont en train de renforcer l’équipe par de bons éléments en mesure de donner un plus à l’équipe, voilà que la chambre de résolution des litiges a rendu un communiqué par le biais de la FAF mettant en garde certains clubs ayant des litiges avec leurs anciens joueurs de procéder à la régularisation de leurs situations financières. La JSMB est concernée par le cas de deux joueurs qui n’ont pas été régularisés et dont la somme réclamée est de 400 millions de centimes. Les dirigeants de la JSMB ont tenu à assurer que le problème sera pris en charge les prochains jours.

Lhacène H.

Publié dans Sport
mercredi, 05 juillet 2017 00:00

L’AGEx aujourd’hui à 17h 00

 Les membres adhérents et à jour de leurs cotisations du club sportif amateur HAMR Annaba tiendront aujourd’hui à compter de 17h 00 un conclave extraordinaire à l’effet de se pencher sur la situation de la composante du bureau exécutif de leur association. Ainsi une semaine a peine après la tenue de l’assemblée générale ordinaire, les sociétaires de HAMRA se retrouveront ce soir pour traiter de l’épineux problème des membres défaillants du conseil d’administration du plus prestigieux club bônois. Pour rappel, lors de l’AG Ordinaire de jeudi passé, le président du club Mohamed Tahar Salmi avait tiré la sonnette d’alarme sur la grave crise financière qui sévit à HAMRA. Salmi avait, dénoncé également la réticence des pouvoirs publics à aider ce grand club au 1200 athlètes. Contrarié par tant d’indifférences, le président de HAMRA avait rappelons- le, menacé de démissionner. HAMR Annaba, qui est un grand vivier du sport non seulement de la ville du Jujube, mais celui de tout la région, est sans conteste le patrimoine dont doivent s’enorgueillir tous ceux qui ont à cœur ce grand club, le seul à avoir procuré joie et de l’allégresse à l’antique cité d’Abou Marwan El Bouni et sa région, à travers des sacres à jamais gravés dans la mémoire collective. Ce conclave extraordinaire est l’occasion pour la direction de relancer l’ambitieux projet de ‘’HAMRA 2020’’. Enfin cette assemblée extraordinaire est l’occasion également de donner un énième rendez- vous avec la jeunesse annabie qui fête le 55ème anniversaire de l’indépendance et avec celui de la jeunesse. La jeunesse qui reste l’investissement principal et le souci majeur de HAMRA…

Slimane Benabed

Publié dans Sport

Le Comité Olympique et sportif algérien (COA), a organisé, en collaboration avec la Fédération algérienne du sport scolaire (FASS), la 26è édition de la Journée olympique, les 4 et 5 juillet 2017 dans la ville d'Annaba, a indiqué, hier le COA. Le coup d'envoi de cette journée a été donné, mardi, par le président du COA, Mustapha Berraf, sur la plage de Seraidi « Oued el Bakrat » avec le tournoi de Beach volley et l’exhibition de voile et ce, en présence des ex-champions olympiques Nouria Benida Merah, Abderahmane Hammad, Sid Ali Sief (athlétisme), Mohamed Allalou (boxe) et de plusieurs personnalités du mouvement olympique et sportif national. En soirée, un vibrant hommage a été rendu par le Comité Olympique et sportif algérien à des illustres et anciens athlètes de toutes les équipes nationales originaires de la wilaya d’Annaba, en reconnaissance à cette ville qui a produit de grands champions dans tous les sports. A cet effet, Mme Khelili Ouchrif Messaouda, Nacéne Ghenai (athlétisme), Mme Dries (aviron), Kati et Doghmane (basket-ball), H’maidia (boxe), Hamoudi (cyclisme), Abdeslam Zoubir (escrime), Ali Messaoud Malik et Tadjet (football), Akacha, Loukil, Mokhnache, Farfar, Moumene (hand-ball) ont été honorés pour avoir représenté dignement l’Algérie dans les grands rendez-vous sportifs internationaux .Au programme de la journée du 5 juillet, des compétitions d’athlétisme et de gymnastique ont marqué cette journée olympique qui, dans son principe, vise à inciter la population dans toute sa diversité à " adopter et à maintenir des styles de vie sains tout en s’appropriant les valeurs d’excellence, d’amitié, de respect, d’éthique et de fair-play". Initiée par le Comité International Olympique (CIO),la journée olympique organisée dans tous les pays de la planète, s’est développée, au fil des années, pour devenir l’une des principales manifestations célébrant le Mouvement Olympique et magnifiant une vie saine et active. Elle repose sur trois piliers: bouger, apprendre et découvrir.

Publié dans Sport

L’Algérie est-elle condamnée à subir éternellement le diktat des constructeurs automobile étrangers ? Cette question avait été posée à Abdeslam Bouchouareb lorsqu’il occupait encore le poste de ministre de l’Industrie, en marge d’une des ses visites effectuées à Constantine. Dans sa réponse, l’ex- ministre est resté évasif et fuyant, à l’image du contenu de ces cahiers de charges portant conditions et modalités d’exercice de l’activité de production et de montage de véhicules en Algérie qui font aujourd’hui l’objet d’une grosse polémique. Son successeur, par contre, est résolument monté au créneau pour dévoiler une partie de l’arnaque, à travers une élaboration approximative de documents supposés englober tous les aspects de la question. En plus des contradictions relevées dans les cahiers de charges concernant la contribution financière du constructeur dans le capital de l’usine, d’autres lacunes ont été détectées. Qui doit porter la responsabilité de ce bâclage ? Et comment l’Algérie va-t-elle s’en sortir ? Déterminé à revoir complètement la situation et à y apporter les correctifs nécessaires, Bedda Mahdjoub possède-t-il tous les atouts lui permettant d’imposer la nouvelle vision ? Le ministre de l’Industrie est devant une mission presque impossible, si l’on tient compte de la grande influence qu’exercent les constructeurs automobile sur les décisions les plus stratégiques. Un constructeur comme Renault a fait montre d’une extrême intransigeance à l’égard de l’Algérie, avant de passer à la concrétisation de son projet d’Oran. Ses émissaires n’ont pas hésité à faire pression sur les Algériens en usant de chantage. Le résultat : Grâce à un cahier de charges très mal conçu ils ont pu continuer à manipuler le fameux taux d’intégration. Certains articles ouvrent la voix à toutes les interprétations de la part des constructeurs. Les achats et les coûts « locaux » sont en effet des notions vagues qui peuvent inclure des prestations comme le gardiennage, le transport, la conciergerie, la restauration des employés, etc. Du coup, la définition du taux d’intégration, très vague, peut prêter à différentes interprétations, ce qui pourrait conduire à des conflits entre les constructeurs et les autorités. Mais cette disposition arrange surtout les constructeurs qui peuvent prétendre avoir atteint un taux élevé d’intégration en jouant sur les coûts locaux et des achats locaux, qui ne sont pas liés directement à la fabrication des pièces destinées à la voiture. Entre le taux d’intégration annoncé par Bouchouareb et Renault, il y’avait un grand écart que le nouveau ministre de l’Industrie a dévoilé et dénoncé. Décidemment, il existe de nombreuses zones d’ombre dans ce dossier que les plus hautes autorités du pays devraient prendre en charge, en tenant compte des intérêts du pays liés au transfert de la technologie, à la formation et à la maitrise technique. L’Algérie n’est certes pas en position de force, mais elle a les moyens pour imposer une redéfinition des règles et une application équilibrée des contrats et des conventions. Bedda Mahdjoub en a fait allusion. Reste à savoir s’il saura mener à terme son plan de redressement sans que les constructeurs ou leurs partenaires algériens ne lui mettent les bâtons dans les roues.

Mohamed Mebarki

Publié dans Actualité
Page 1 sur 5

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85