« Juillet 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Filtrer les éléments par date : dimanche, 09 juillet 2017

Plus de 1.800 piqures de scorpions à travers la wilaya d’Adrar, ayant causé 6 décès dans la commune frontalière de Bordj Badji-Mokhtar (extrême Sud d’Adrar), ont été enregistrés depuis le début de l’année en cours, a-t-on appris hier auprès de la direction locale du secteur de la Santé. Les cas mortels d’envenimation scorpionique ont été relevés durant les mois de mai (5 cas) et de juin (1 cas) et ont touché des enfants âgés entre 4 mois et 9 ans, décédés en dépit du fait qu’ils aient été évacués vers les structures de santé et y ont reçu les soins nécessaires, a précisé le représentant du bureau de la prévention à la direction de la Santé, Mohamed Seddiki. Le décès de ces enfants est déploré en raison notamment de l’absence à l’établissement public de proximité de Bordj Badji-Mokhtar du sérum (mexicain) adapté au traitement du type de venin des scorpions répandus dans la région de Bordj Badji Mokhtar, actuellement indisponible, a-t-il expliqué. Le même responsable a fait état de la disponibilité par contre, et en quantité suffisante, du sérum anti-venin de scorpion, de fabrication nationale, et ce dans toutes les structures de santé, sauf qu’il n’est pas adapté à la particularité du venin des scorpions existant dans la région de Bordj Badji Mokhtar, sans compter celle de la région voisine de Timiaouine. L’épidémiologiste Mohamed Mabrouki a mis l’accent, pour sa part, sur le renforcement de la vigilance sanitaire, le respect des consignes de prévention sanitaire de l’envenimation due aux scorpions, le non recours aux procédés thérapeutiques traditionnels dans le traitement des piqûres de scorpions, en plus de veiller à l’hygiène du milieu et d’intensifier les campagnes de sensibilisation sur les dangers de cet insecte nuisible. Les piqures de scorpions sont en nette hausse dans la wilaya d’Adrar où il est fait état de 1.809 cas durant le premier semestre de 2017, contre 1.579 cas durant toute l’année 2016, selon la même source.

Publié dans Régions

Au prétexte d’avoir été contrarié à propos d’un service apparemment irréalisable qu’il a voulu obtenir des médecins de service lors de sa visite à l’hôpital régional de Souk-Ahras durant le week-end écoulé, un excité n’a pas trouvé mieux que de s’introduire de force à l’intérieur du service des urgences médico-chirurgicales où il s’en est pris à pas moins de quatre bureaux-secrétaire qu’il a totalement endommagés sous les yeux ahuris du personnel médical impuissant devant une telle scène de violence inattendue et ce, avant de prendre la fuite, a-t-on appris. Alertés par leurs collègues du poste de police de l’établissement, les éléments du 8ème arrondissement de la Sûreté de wilaya sont accourus sur lieux où, après avoir pris connaissance du signalement de l’individu, se sont mis immédiatement à sa recherche l’identifiant et procédant à son arrestation en un temps record, selon l’officier-responsable de la cellule de communication.qui a précisé que, conduit aux locaux du commissariat concerné, il devait reconnaître les faits qui lui sont reprochés. Présenté devant le parquet, il a été incarcéré, dans l’attente de son procès, en retenant contre lui le grief de détérioration volontaire de biens publics.

Hamid Fraga

Publié dans Régions

Hier matin vers 10 h, le clash d’une vanne de sécurité a eu lieu au niveau des installations de transport de gaz propane de Naftal vers El Khroub ce qui a occasionné une importante panique surtout au niveau du bidonville proche des dites installations de la « petite zone «. Il faut noter que la pression dans ces dernières est de 85 bars lorsqu’elles sont en fonction et atteignent à leur maximum 94 bars ce qui souligne les dangers encourus par les habitants en cas d’explosion. Il faut souligner aussi que cette cité bidonville est devenue également un obstacle à l’accès à certaines autres installations soit pour des opérations de maintenance ou pour des interventions urgentes de même qu’en d’autres lieux, certaines des personnes ne respectent pas les distances pour bâtir à cause de la proximité de pipe-lines. A noter que la Protection civile s’est rendue sur le site et aucun dégât humain n’est à déplorer.

M.O

Publié dans Régions
dimanche, 09 juillet 2017 01:00

Arrestation de deux faux-monnayeurs

Les services de sûreté de la wilaya d’Alger ont arrêté récemment deux (02) suspects accusés de falsification de faux billets de banque en coupures de 2000 DA, d’une valeur de 200 millions de centimes, a indiqué samedi passé un communiqué des mêmes services. La même source précise que les services de sécurité relevant de la Circonscription administrative de Drarïa ont traité récemment une affaire liée à la fabrication de faux billets en monnaie nationale en recourant à la falsification de documents administratifs officiels. Agissant sur la base d’informations faisant état de l’existence d’un local offrant des prestations en informatique et dont le propriétaire se livrait à la fabrication d’une grande quantité de faux billets en coupures de 2000 DA, les mêmes services se sont déplacés sur les lieux et ont arrêté le propriétaire du magasin et son acolyte, en possession d’un montant global de 200 millions de centimes en coupures de 2000 DA.  Les deux suspects ont été présentés devant le procureur de la République territorialement compétent, qui a ordonné leur détention provisoire, a conclu le communiqué.

Publié dans Régions

Le directeur général des Douanes, Kaddour Bentahar, a pris part à Bruxelles aux travaux des 129e et 130e sessions du Conseil de coopération douanière de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) sous la présidence de la Russie, a indiqué hier la direction générale des Douanes dans un communiqué. Plusieurs questions clés figuraient à l’ordre du jour de ces réunions tenues du 6 au 8 juillet dans la capitale belge : la facilitation des échanges et le programme Mercator de l’OMD qui vise à aider les pays membres à appliquer les dispositions de l’Accord de l’OMC sur la facilitation des échanges qui concernent la douane, les initiatives en faveur de la sécurité, la lutte contre les flux financiers illicites, la coopération entre administrations douanière et fiscale et, surtout, les enjeux et les opportunités envisagés sous l’angle de la douane. Les membres du Conseil ont confirmé l’importance primordiale du renforcement des capacités, de la recherche et de l’échange de renseignements et d’informations, de la collaboration entre le secteur privé et toutes les agences concernées, de l’analyse des données et de l’utilisation d’autres outils technologiques de gestion du commerce pour en arriver à une gestion plus coordonnée des frontières. Les directeurs généraux des services douaniers se sont accordés sur la voie à suivre, selon le secrétaire général de l’OMD. Ainsi, les décisions «claires et pertinentes» qu’ils ont prises serviront de «fil conducteur aux programmes de travail et aux initiatives du secrétariat et en garantiront le succès, tout en répondant aux attentes de tous les membres de l’OMD et à celles de ses partenaires mondiaux». Ces sessions ont été précédées par la réunion de coordination des directeurs généraux des douanes de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord de l’OMD pour examiner les points inscrits à l’ordre du jour.

Publié dans Actualité

«Les responsables du FFS au niveau de la wilaya de Béjaïa ont rencontré le directeur de l’Entreprise portuaire de Béjaïa (EPB), Djelloul Achour, et le patron du groupe Cevital, Issad Rebrab, dans le but d’avoir des éléments d’informations sur la polémique au sujet du projet de réalisation d’une usine de trituration de graines oléagineuses», a annoncé le site officiel du parti, selon lequel «tous les éléments recueillis auprès des parties montrent qu’il n’existe pas de problème insoluble et qu’il suffit, dans le respect de la loi, de faire preuve de bonne volonté». Pour le plus vieux parti de l’opposition, «des discussions avec les deux parties, les responsables locaux du parti ont pu faire le constat de deux problèmes». «Le premier est celui de l’implantation de l’usine au niveau du port de Béjaïa, sur lequel le directeur du port a avancé plusieurs arguments, dont celui de la saturation de l’espace portuaire. Cette question, soluble au regard des discussions avec Issad Rebrab, ne doit pas justifier l’autre problème, celui du refus de traiter et de décharger les navires transportant les équipements destinés à l’usine de trituration», estime ainsi le FFS, qui affirme que «le patron de Cevital a déclaré ne pas faire de l’implantation de l’usine au niveau du port une exigence dans le cas où la surface réservée à l’intérieur du complexe ne répond pas aux exigences et normes». Le plus vieux parti de l’opposition ajoute que «le groupe Cevital a indiqué qu’une deuxième solution est envisagée pour implanter l’unité de trituration sur un terrain privé acquis à l’extérieur du complexe». «Cette option met fin à la polémique et elle ne justifie pas un refus de traiter et de décharger les équipements», souligne ce parti, qui joue ainsi la médiation dans le but de solutionner ce problème qui soulève des vagues à Béjaïa. Il est à souligner que le comité de soutien aux travailleurs de Cevital a organisé, depuis le début de ce conflit, plusieurs marches et rassemblements de dénonciation du blocage des investissements de ce groupe à Béjaïa, mais aussi d’autres investissements dans cette wilaya. Le FFS réussira-t-il dans son rôle de médiateur à régler ce problème et à débloquer les investissements de Cevital dans cette wilaya? On le saura assurément dans les prochaines semaines.

Publié dans Actualité

Le capital social de la SAA a été augmenté récemment à trente (30) milliards de DA contre vingt (20) milliards de DA auparavant, apprend-on hier auprès de cette société d’assurance publique. L’assemblée générale de la SAA, réunie récemment en session extraordinaire, a ainsi décidé de procéder à l’augmentation du capital social de la société par incorporation de réserves facultatives pour un montant de dix (10) milliards de DA, fait savoir la même source. Par cette décision, le capital social de la SAA passe de vingt (20) milliards de DA à trente (30) milliards de DA, «ce qui lui permettra, en tant que doyenne des sociétés d’assurances nationales, de conforter sa position de leader sur le marché et de renforcer sa solvabilité et sa capacité à développer davantage son portefeuille d’affaires», souligne-t-elle. Outre le gage de solidarité financière qu’il constitue, ce relèvement du niveau de capitalisation «assure la pérennité des activités de la SAA et renseigne fortement sur sa capacité, en tant qu’assureur, à faire face à ses engagements vis-à-vis de sa nombreuse clientèle», poursuit la SAA. Concernant ses fonds propres, ils passeront à 34 milliards de DA, note cette compagnie d’assurance qui précise que son réseau de distribution est constitué de 550 points de vente couvrant l’ensemble du territoire national.

Publié dans Actualité

Le traditionnel campus des jeunes militants du RCD se déroulera du 14 au 16 septembre prochain avec la participation attendue de près de 500 jeunes cadres qui viendront de l’ensemble des wilayas du pays. C’est ce que le bureau national de la jeunesse libre du parti a décidé lors de sa réunion ordinaire tenue avant-hier et ce, après concertation avec les coordinateurs régionaux de cette organisation juvénile. Des orientations pour entamer les inscriptions et le payement des frais de participations au niveau des bureaux régionaux ont été données à l’occasion. Saluant d’abord la disponibilité et la mobilisation des jeunes militants du parti lors des nombreuses sorties  effectuées par le coordinateur national  durant les soirées de Ramadhan  au mois de juin passé au niveau de différentes régions du pays, le bureau national de la JL RCD a élaboré un programme pour une campagne de structuration de nouvelles wilayas dont  Blida, Médéa, Tlemcen, Sidi Bel Abbès, El Bayedh, Saida, Ain Timouchent et Mascara. S’agissant de la situation de la jeunesse,  l’exécutif de l’aile jeunesse du RCD constate que le plan du gouvernement  Tebboune, «avalisé par une assemblée aux ordres, est un chèque à blanc pour la poursuite de la même politique». Il en veut pour preuve,  «le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui a échoué dans le règlement des  problèmes pédagogiques et qui a érigé la fuite en avant devant  la violence au niveau des campus et des résidences universitaires est confirmé dans son poste».  Dans ce programme du gouvernement, le chômage de masse des jeunes ne trouve ni traitement économique ni traitement social, expliquant qu’ à la place d’une relance économique créatrice d’emplois, le pouvoir privilégie les coupes dans l’investissement public et que «dans le même temps les jeunes qui sortent de formation ne bénéficient d’aucun dispositif d’accompagnement». Evoquant, enfin, la célébration du 55è anniversaire du recouvrement de l’indépendance nationale, la jeunesse libre du RCD et tout en  s’inclinant avant tout devant la mémoire des Algériennes et des Algériens qui ont donné leur vie pour que le pays sorte de la longue nuit coloniale, considère que ces sacrifices «nous dictent de nous mobiliser pour parachever cette libération par la construction d’un pays prospère doté d’un Etat fondé sur la démocratie et la solidarité». Et de conclure que «le système politique qui a usurpé les luttes de nos ainés et volé les rêves de la jeunesse ne peut perdurer devant le rejet maintes fois renouvelé par notre peuple».

A K

Publié dans Actualité
dimanche, 09 juillet 2017 01:00

Algérie-Zambie à Constantine

A en croire le président de la FAF Kheirdine Zetchi, qui s’exprimait samedi passé en conférence de presse à Sidi Moussa, l’équipe nationale sera domiciliée au stade Hamlaoui de Constantine pour accueillir la Zambie le 5 septembre prochain pour le compte de la 4e journée du groupe B. Le président de la FAF a ainsi fait état de la correspondance d’usage faite à la FIFA dans ce sens. Il a également affirmé avoir eu l’assentiment des joueurs qui ont été unanimes, à ses dires, à vouloir jouer à l'intérieur du pays. Il y a lieu de rappeler que l’EN jouera en Zambie le 2 septembre, lors de la troisième journée de son groupe, dominé par le Nigeria avec 6 points, suivi du Cameroun (2 pts) puis de l'Algérie et de la Zambie (1 pt) Le président de la fédération algérienne de football (FAF) Kheirdine Zetchi a tenu samedi dernier une conférence de presse au centre technique national de Sidi Moussa. Une occasion pour lui de faire le bilan de 100 jours à la tête de la FAF, depuis son intronisation le 20 mars passé. Sur cet épisode, il a mis en avant la légitimité qui à ses yeux, a présidé à son élection et celle que lui confère sa présence sur la scène footballistique depuis 1994, c’est-à-dire depuis la création de son club du Paradou AC. Mettant en avant le fait qu’il avait pris les rênes du football national dans des conjonctures difficiles, traduites notamment par la déception née après la déconfiture de l’EN à la CAN 2017, Zetchi a tenu à souligner que les problèmes et maux du football national étaient nombreux et complexes et supposaient pour lui des solutions radicales. S’il ne va pas dans le détail, à ce plan, le président de la FAF décline une stratégie d’ensemble qui reposera, selon lui, sur des axes qu’il juge importants. Ainsi, peut-on relever, le renouvellement des ressources humaines, de par du sang neuf au niveau des toutes les structures sous tutelle de la FAF, la moralisation du football, le fair-play financier, la DTN et les centres fédéraux de formation, autant de chapitres sur lesquels il a insisté. Résumant sa pensée, Zetchi innove par un crédo qu’il se veut comme une ligne directrice désormais. «Il ne s’agit pas de gagner aujourd’hui ou demain mais de gagner longtemps», a-t-il soutenu dans cette veine. Il est également revenu sur son choix porté sur l’actuel coach national, l’espagnol Alcaraz dont il a mis en évidence la somme d’expériences dans un championnat relevé tel celui de la Liga, sa disponibilité et enfin les considérations financières liées à son salaire. Enfin, et c’est peut- être là le point d’orgue pour les observateurs durant cette intervention médiatique du nouveau patron de la FAF : Zetchi a écorché son prédécesseur Mohamed Raouraoua sur deux point sensibles : la DTN et la représentation algérienne au niveau des instances internationales du football. Sans ménagement, il a soutenu qu’à son arrivée, il n’a ‘’rien trouvé’’ au niveau de la DTN, sinon la seule personne de Toufik Korichi. Il a également fustigé l’absence de compétences et de mémorandums, notamment au sein de la CAF.

Publié dans Sport
dimanche, 09 juillet 2017 01:00

Ouyahia crée la polémique

Ahmed Ouyahia fait exactement ce qu’il déconseille aux autres d’entreprendre, en excellant dans le populisme qu’il ne cesse de reprocher aux autres. Sinon, comment interpréter la toute dernière sortie médiatique du secrétaire général du RND si ce n’est du populisme dans sa pire version, voire carrément du racisme ? ‘‘Ces étrangers en séjour irrégulier sont source de crimes, de drogue et de plusieurs autres fléaux’’, a-t-il affirmé, avant-hier sur le plateau de la chaîne de télévision Ennahar. Un discours de rue et de café que Ouyahia a donc repris à son compte sans en mesurer l’impact et la dangerosité, en ce sens que, de par son rang puisqu’il est également directeur de cabinet de la présidence de la République, il justifie les actes de violences commis à l’encontre de ces pauvres migrants subsahariens que les guerres, le crime organisé, la sécheresse, la pauvreté.et la famine ont menés loin de leurs pays. Et Ouyahia s’enfonce un peu plus en «expliquant » son propos. « Et quand on me parle de droits de l’Homme, je dis : Nous sommes souverains chez nous », oubliant ou feignant d’oublier que  c’est au nom de cette même «souveraineté nationale » que  des partis nationalistes et extrémistes justifient la chasse aux migrants et aux réfugiés en Europe et autre fermeture des frontières. Aussi et par cette sortie, le patron du RND s’inscrit à contre-sens de la dernière déclaration du nouveau premier ministre à propos de ces migrants.  « Les procédures sont en cours et le ministère de l’Intérieur est en train de faire le nécessaire dans la réalisation d’un recensement avec l’aide de la police et de la gendarmerie. Une fois le fichier national construit, nous réaliserons des opérations de régularisations et nous fournirons des titres de séjour à ces migrants, ce qui leur permettra d’avoir accès au travail », a, en effet, déclaré Abdelmadjid Tebboune, dans un point de presse juste  après l’adoption par les députés du plan d’action de son gouvernement, le 23 juin dernier. Un accès au travail aux migrants subsahariens que, selon le secrétaire général du RND, «la loi algérienne ne permet pas, expliquant l’emploi de la main d’œuvre chinoise, au moment où l’État algérien fait un pas en avant en faveur de contrats conclus avec des entreprises chinoises ». Et cette sortie d’Ouyahia n’a pas tardé à susciter des réactions empreintes de désapprobation, voire de condamnation. C’est ainsi que le président de la LADDH estime qu’« il faut démystifier ce phénomène ». « Non, le migrant n’est ni un délinquant, ni un criminel ou porteur de maladies. Ces gens ont fui des guerres, des atrocités pour des raisons politiques, des conflits armés. Donc, il est de notre devoir de se solidariser avec eux, de les accueillir. Certes parmi ces migrants on peut trouver des délinquants, des criminels. Ils devront faire objet d’une procédure régulière comme on le fait avec les criminels et les délinquants algériens », a déclaré Noureddine Bénissad, hier au journal électronique TSA. Et de faire remarquer, comme pour rappeler à Ouyahia, que « les conventions internationales ratifiées par l’Algérie nous obligent à intégrer ce phénomène migratoire dans le cadre du respect des droits de l’Homme, mais sans être des sous-traitants des pays européens ». Il en appellera les autorités « à mettre en place un statut juridique pour les réfugiés et demandeurs d’asile».

A.K.

Publié dans À la une
Page 1 sur 4

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85