« Septembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Filtrer les éléments par date : mercredi, 06 septembre 2017
mercredi, 06 septembre 2017 00:00

N°5321 du 07-09-2017

Publié dans PDF
mercredi, 06 septembre 2017 00:00

MCA-ESS, l’affiche DRBT-CSC, le derby

L’élimination des Verts C du monde encore en mémoire, le championnat de Ligue Un ‘’Mobilis’’ entame dès cet après- midi sa 2ème journée. Une étape qui sera caractérisée par un chaud derby à Tadjenanet, deux autres du côté des stades de la capitale et une très prometteuse affiche au stade Omar Hamadi de Bologhine. Cet après- midi donc, le derby très attendu entre le NA Hussein Dey et l’USM Alger, programmé une première fois au stade Tchaker de Blida, a été domicilié finalement à celui du 20 août 1955 de la capitale à compter de 17h 00. Pour rappel, lors de l’entame les Sang et Or du Nasria se sont inclinés hors de leurs bases devant le CS Constantine (3- 1), alors que la formation de Soustara s’était imposée difficilement lors du derby qui l’opposait au Paradou AC (2- 1). Aujourd’hui également, il y aura un certain Paradou AC- MC Oran qui se disputera au stade Omar Hamadi de Bologhine à partir de 17h 45. Pour rappel, lors du 1er round, l’équipe des Hamraouas n’avait fait qu’une bouchée de l’USM Blida (3- 0). Demain (17h 00), le stade Lahoua Smain de Tadjenanet, sera le théâtre du super derby de l’Est, celui qui mettra aux prises le DRBT local au CS Constantine. Lors de l’entame pour rappel, le DRB Tadjenanet était allé du côté de Médéa imposer le partage des points à l’OM local (1- 1), alors que la formation des Sanafir s’était baladée à domicile devant le NAHD (3- 1). L’autre derby tant attendu, entre l’USM Harrach et son hôte le CR Belouizdad, se déroulera à huis clos  au stade Omar Hamadi de Bologhine à compter de 18h 00. L’USM Harrach avait rappelons- le entamé la saison par une défaite face à l’ES Sétif (2- 1). Samedi se disputeront les quatre matchs restants de cette 2ème journée. L’USM Blida accueillera la JS Kabylie. L’équipe de la ville s’était lourdement inclinée lors de la première journée en appel à Oran (3- 0), alors que les Canaris de Kabylie se faisaient sévèrement secouer à domicile par la JS Saoura (1- 1). Le lieu et l’heure du déroulement de cet USMB- JSK n’ont pas encore été communiqués à l’heure où nous mettons sous presse.  A 17h 00, débutera par contre la rencontre qui opposera l’USM Bel Abbès à l’O Médéa. L’affiche tant attendue entre le MC Alger et son hôte  l’ES Sétif se jouera à huis clos au stade Omar Hamadi (17h 00). Une explication qui se disputera sous le signe de la revanche pour le Mouloudia d’Alger. Aussi et depuis quelques semaines, une certaine presse chauvine, tente par tous les moyens de raviver les tensions sur ce match. Enfin, la JS Saoura recevra l’US Biskra (20h 45) dans une première entre deux équipes du Sud. Pour l’équipe des Zibans, il s’agira avant tout de faire oublier la désastreuse entame face au MCA (0- 1). Les camarades du jeune  Bougrina parviendront- ils à leur fin ? Croisons les doigts et prions.  

S B

Publié dans Sport
mercredi, 06 septembre 2017 00:00

Les Verts s’enfoncent dans la crise

L’Algérie n’ira pas à la Coupe du Monde 2018. Battus hier soir par la Zambie (0-1) à Constantine, les Fennecs ont dit adieu à la Russie. Une défaite qui plonge un peu plus les Verts dans la crise. Le mal est profond. Hier soir, l’Algérie a dit adieu à la Coupe du Monde 2018 suite à sa défaite 1 à 0 face à la Zambie à Constantine. Une énorme déception pour les Fennecs qui avaient été si bons lors du Mondial au Brésil. Mais une absence plus ou moins logique au regard de ce qu’il se passe en équipe nationale depuis un peu plus d’un an. Tout cela a commencé avec le départ de Christian Gourcuff le 3 avril 2016. La Fédération Algérienne de Football a, il faut le reconnaître, enchaîné les mauvais choix. Il y a eu tout d’abord la nomination de Milovan Rajevac. Un entraîneur qui ne s’est pas du tout entendu avec les joueurs et qui est resté seulement deux matches à la tête des Fennecs. Nommé en juin 2016, il a démissionné le 11 octobre 2016. Puis ensuite la FAF a fait appel à Georges Leekens le 27 octobre 2016. Trois mois plus tard et une élimination de la Coupe d’Afrique des Nations dès la phase de poules, le technicien belge a été remercié.

Lucas Alcaraz menacé ?

Quelques semaines plus tard, c’est l’emblématique président de la Fédération Algérienne de Football, Mohamed Raouraoua, qui quittait le navire le 20 mars 2017. Il a été remplacé par l’ambitieux Kheireddine Zetchi. Ce dernier a nommé Lucas Alcaraz le 13 avril. Un sélectionneur qui arrivait dans une situation délicate puisque l’Algérie était mal embarquée pour la qualification au Mondial 2018. Une compétition sur laquelle il avait plus ou moins fait une croix même si le coach voulait y croire jusqu’au bout. « La situation de l’Algérie est mauvaise, mais je promets que l’équipe se battra à chaque match. L’objectif assigné est la qualification CAN 2019 et d’arriver en 1/2 finale ». Cinq mois plus tard, l’Algérie est éliminée de la course au Mondial 2018 suite à sa défaite face à la Zambie. Malgré cela, Alcaraz n’a pas envie de lâcher l’affaire : « Je n’ai pas été engagé pour aller au Mondial et je ne pense pas à démissionner », a-t-il confié après la rencontre. Ses choix durant ces matches cruciaux ont été particulièrement pointés du doigt par la presse algérienne, qui ont le sait ne fait aucun cadeau. Malgré cela, Compétition explique qu’Alcaraz aurait été conforté par le président de la FAF lors d’une rencontre il y a quelques jours. Une nouvelle rencontre devrait avoir lieu prochainement. Le coach a aussi le soutien de ses joueurs comme en témoigne les déclarations de Raïs M’Bohli au Buteur après le match. « Pour revenir sur le match et cette défaite, je dirais qu’on n’a pas été à la hauteur. On peut trouver toutes les explications possibles, mais la réalité est là. L’entraîneur n’est pas responsable. Il ne joue pas. C’est nous qui sommes sur le terrain et nous n’avons pas fait le travail. Le coach nous a donné ses consignes, sa façon de faire, mais nous n’avons pas assuré sur le terrain ».

Des joueurs pointés du doigt

Contrairement à d’habitude, les joueurs ne sont pas épargnés non plus après ce terrible fiasco symbolisé par le revers hier soir face à la Zambie. « L’Algérie est au fond du trou »pour Le Buteur. « Ils sont devenus des Zombies. Les héros de 2014 jouent comme des morts-vivants », titre Compétition. Raïs M’Bolhi ne s’est pas caché après la rencontre. Il a mis tous ses coéquipiers et lui-même face à leurs responsabilités. « Aujourd’hui,, il y a plus de talent intrinsèque dans la sélection, mais avant, il y avait cet esprit de combattant qui faisait la force de l’ancienne génération. C’est vrai qu’on l’a perdu aujourd’hui. On doit se réveiller et revenir aux fondamentaux qui faisaient notre force. On doit désormais se tourner vers l’avenir, mais sans oublier de faire l’analyse de ce qui n’a pas marché. » Les joueurs se sont fait taper sur les doigts après la rencontre d’hier par le président de la FAF. Il n’a pas mâché ses mots. Ses propos sont relayés par Compétition. « Cette équipe d’Algérie est sacrée. Elle n’appartient à personne. Des générations sont passées avant vous, et d’autres viendront dans le futur défendre les couleurs nationales. J’ai pu constater au même titre que tous les Algériens que certains d’entre vous ne font aucun effort sur le terrain, à la limite ils sont là juste pour le plaisir d’être là. Et bien aujourd’hui je vous le dis clairement, haut et fort et de façon très directe : celui qui ne veut pas venir en sélection peut partir. Celui qui ne veut pas de la sélection je l’autorise dès aujourd’hui à ne pas venir. Ne venez plus, si on vient en équipe nationale il faut le faire avec le cœur et avec plaisir, sinon restez chez vous. D’autres joueurs rêvent de vêtir ce maillot si cher ». Les prochaines semaines s’annoncent tendues chez les Fennecs.

Publié dans Sport
mercredi, 06 septembre 2017 00:00

Le wali rassure sur le relogement

Le nouveau wali de Skikda, M.Hadjeri Derdouf, vient de réussir deux essais qui s’avérèrent deux coups de maitre. Il s’agit bien sûr, du parking à étages et du relogement du plus grand bidonville  de Skikda, en l’occurrence ‘’El Match’’. L’un et l’autre ont subi les avatars d’un cortège assourdissant de craintes et de rumeurs que les efforts déployés par les précédents walis n’ont pu venir à bout. Le parking à étages a fait couler beaucoup d’encre et  va connaitre des péripéties depuis son transfert de projet à la cité éloignée de Boulkeroua alors qu’il était question de le maintenir au centre- ville sur un espace approprié du côté de la medersa El Irchad. un ancien wali en a décidé ainsi. Les travaux sont engagés avec une surcharge financière sur budget communal de l’ordre de 100 milliards de centimes environ. Les coulisses souterraines de l’hôtel de ville a tous les rouages en mains. Il ne sortira de cette exclusive responsabilité historique locale que peu glorieux et ratatiné. Comment dès lors expliquer qu’il passe de 25 milliards de centimes prévu initialement à environ 100 milliards de centimes. Sous la pression de M. Chater, le wali déchu, il écorchera ceux que la berceuse communale a endormis et les réveille à coups de cris de colère et vociférations pour, enfin, geler ce projet systématiquement. Au ras des pâquerettes depuis, plus aucune autorité de la commune ni celle de la wilaya n’a pu rouvrir ce dossier si ce n’est le courage de M. Hadjeri qui a pris sérieusement les choses en mains en donnant un coup de pied dans  la fourmilière. Il décidera de faire reprendre  les travaux avec une nouvelle configuration portant sur 20 locaux commerciaux, 2 grandes et spacieuses supérette, et 1 grand restaurant au 5ème  étage du parking qui peut contenir plus de 400 véhicules. Une bonne initiative qui va permettre à la ville d’avoir cet équipement tant escompté. Les coûts financiers engagés sont de l’ordre de 36 milliards de centimes qui n’excluent pas une enveloppe financière supplémentaire  en cas de travaux dans le cas où le besoin se fait sentir.  L’autre problème et pas des moindres concerne le relogement des 1.987 familles du bidonville d’El Match et celle de 900 autres familles de M’ siouene. M. Hadjeri, a décidé de mettre fin à leur calvaire qui n’a que trop duré . Le wali n’a fait que suivre à la lettre les directives du président de la République dans sa politique de résorption de l’habitat précaire que ses prédécesseurs surfaient sur des vagues indécises au grand tort des bénéficiaires  lesquels boiront le calice jusqu’à la lie. Pour  cerner les actuels contours de ce relogement qui a fait les gorges chaudes au sein de la population, le wali a convoqué  en urgence  son staff  pour leur  signifier les mesures qui s’imposent dans cette problématique de relogement impératif à l’endroit de ceux qui ont, de guerre lasse, provoqué des émeutes qui n’avaient pas leur raison d’être si les choses avaient été bien prises en mains auparavant. Les postulants qui se sentent frustrés par cette attribution historique peuvent déposer leurs recours au niveau des bureaux ouverts à cet effet à la salle Cometra. Il va sans dire que Skikda devenait le théâtre à ciel ouvert mettant en scène les ressorts d’un chambardement. Le wali a réussi  à en conjurer le cours.

R. Oudjani

Publié dans Régions
mercredi, 06 septembre 2017 00:00

Le lait toujours objet de spéculation

Depuis quelque temps, le citoyen à Chelghoum-Laïd  est confronté à un grand problème dû à la perturbation dans la distribution du lait en sachet, ce qui a provoqué une hausse de quelques dinars par certains commerçants de la ville. En effet, ces commerçants profitant d’une perturbation dans la distribution qui dure depuis une dizaine de jours, et d’une façon inexplicable et unilatérale ont décidé une hausse dans le prix du lait en sachet, qui s’est vendu jusqu’à 30 DA, une situation qui dure, et qui a été en grande partie encouragée par l’absence des brigades des contrôleurs des prix, sinon comment expliquer ces hausses qui n’ont jamais été justifiées à Chelghoum-Laïd. Une manière pas très ordinaire pour la majorité des consommateurs, eux qui n’ont jamais compris que ces perturbations, et ces hausses se sont banalisées, les malheureux consommateurs se sont retrouvés devant le fait accompli et les dénonciations qui ont été relevées ne semblent pas bouger les consciences des responsables concernés. Cette situation nous l’avons nous-mêmes constatée depuis quelque temps, ce qui a poussé les consommateurs à saisir nos colonnes pour dénoncer cet acte, et interpeller les services du commerce notamment les contrôleurs des prix à intervenir au plus vite pour mettre fin à ces dépassements. En somme, c’est de l’anarchie et seul le consommateur est le perdant, si la situation perdure, elle risquera d’avoir des conséquences très graves sur le pouvoir d’achat des moyennes et petites bourses.

Berkane S.

Publié dans Régions
mercredi, 06 septembre 2017 00:00

Une femme retrouvée pendue dans un garage

Une jeune femme âgée de 32 ans, répondant aux initiales S. A, a été retrouvée pendue au moyen d’une corde dans un garage à proximité de sa maison familiale située à Gosbat, localité  située à 65 kilomètres à l’ouest de Batna. Le corps sans vie de S. A, a  été acheminé vers la morgue de l’hôpital où une autopsie devra être effectuée pour les besoins de l’enquête ouverte par les services de sécurité afin de mettre au clair toute éventuelle zone d’ombre concernant ce drame. Les enquêteurs n’écartent aucune piste y compris celle du crime maquillé en suicide. Même si les témoignages recueillis auprès des proches du défunt indiquent que la défunte souffrait de troubles psychiques.  

N. B

Publié dans Batna
mercredi, 06 septembre 2017 00:00

les secteurs concernés mobilisés

Pour les élus locaux, les eaux pluviales sont l’un des éléments majeurs à maîtriser dans la planification et l’aménagement de leur territoire. Pour les spécialistes, les enjeux sont de trois types, limiter les risques d’inondation comme ce fut le cas la semaine dernière à Constantine, préserver les ressources en eau et les milieux naturels des risques de pollution, aménager l’espace en intégrant les deux risques précédents. Ainsi donc devant la saturation des réseaux d’assainissement, les inondations en centre urbain et la dégradation des milieux récepteurs, des mesures appropriées ont été prises sur instruction du chef de l’exécutif Abdessami Saidoun. L’urgence étant en effet de mobiliser les moyens humains et matériels par les  structures concernées afin de procéder aux opérations du curage des avaloirs complètement bouchés, notamment les axes routiers, comme la double voie rapide menant de Boussouf à Ain Smara ou encore la zone industrielle Palma totalement  impraticable à chaque chute de pluie, sans compter les nombreuses artères du centre ville. La prise en charge des recommandations évitera bien des désagréments aux usagers de  la route à l’approche de l’automne. Comme pour bien montrer leur détermination à travers la prise en charge de ces actions, les responsables des secteurs concernés, travaux publics, SEACO et APC se sont particulièrement distingués ces jours derniers avec l’affectation de plusieurs équipes d’ouvriers sur les sites recensés pour réduire les conséquences du phénomène des inondations.

M.A

Publié dans Constantine

Voilà près d’un mois et demi que  l’Association des Boulangers de la wilaya d’Annaba, par la voix de son président M. Farid Abdelaoui, demande à la direction du Commerce la constitution d’une commission d’enquête sur « les agissements d’individus qui n’ont rien à voir avec la profession ou qui utilisent des registres de commerce de boulangers décédés pour obtenir des quotas de farine revendus sur le marché informel  avec une augmentation de 200 dinars le quintal. »
Une accusation qui mettrait directement en cause le service commercial des Moulins Seybouse accusé de complicité dans cette affaire, d’après M. Abdellaoui, qui déplore que « les autorités concernées continuent d’observer le silence sur cette arnaque qui alimente la liste des doléances de la profession et la colère des boulangers». Pour notre interlocuteur, « le directeur du commerce ne serait pas au courant de ces agissements ». Allant plus loin, notre interlocuteur a déclaré que les boulangers allaient donner un délai de deux à trois mois aux services concernés pour intervenir rapidement et mettre fin à cette malversation, avant le déclenchement « d’une grève générale ouverte des boulangers, qui pourrait s’étendre sur tout le territoire national ». Contacté à ce sujet, le chef du service « observation » de la direction du commerce devait nous assurer qu’il allait « enquêter sur cette affaire » avant de donner ses conclusions. D’un autre coté, ajoutons que toujours d’après le représentant des boulangers,   près de 20 artisans auraient mis la clé sous le tapis ces derniers mois, car « ne pouvant plus subvenir aux besoins de leurs familles », acculés par les contraintes socioprofessionnelles qui figurent en tête des doléances des boulangers  aggravées par la rareté de l’eau potable, qui leur ferait perdre « près de 10.000 dinars par jour ».

Farida H.

Publié dans Annaba
mercredi, 06 septembre 2017 00:00

Le wali veille en personne à son application

Le wali de Annaba, a indiqué  qu’il veille personnellement à la mise en application des décisions prises dans le cadre du programme d’urgence mis en place pour alimenter la ville en eau potable. De concert avec le ministère des ressources en eau, on a mis en œuvre les chantiers de réhabilitation de plusieurs forages. C’est ainsi que cinq (5)  forages situés aux Salines à proximité de l’Aéroport Rabah Bitat sont déjà opérationnels, le 6ème sera livré aujourd’hui. Nous avons déjà remarqué une certaine amélioration de  la distribution d’eau dans plusieurs quartiers de la ville. Le wali a tenu à faire part à la population de Annaba de son engagement à pallier au grave déficit qui a touché la ville et certaines agglomérations de la wilaya. Il remercie les citoyens pour leur compréhension tout en priant Dieu d’arroser la région de pluies salvatrices qui vont permettre aux barrages d’emmagasiner ce précieux liquide.  Les réhabilitations des stations de traitement de Meksa et de Chaïba sont en cours et seront suivies par le dédoublement de la conduite principale sur une longueur linéaire de 22 kilomètres entre le barrage de Meksa et Lehnichet. D’autre part, plusieurs communes de la wilaya doivent bénéficier de fonçage de puits, ce qui permettra une alimentation en eau potable à longueur d’année. Le wali qui veut sincèrement surmonter cette crise d’alimentation en eau potable a, en tous les cas, pris les décisions qu’il fallait, les seules à la résoudre en attendant les précipitations d’automne et de l’hiver.

Ahmed Chabi

Publié dans Annaba
mercredi, 06 septembre 2017 00:00

Le coup d’envoi à l’école Chellali Ahmed

Le wali de Annaba M. Salamani Mohamed a donné le coup d’envoi de la nouvelle année scolaire 2017/2018 à partir de l’Ecole Chellali Ahmed à la cité du 5 juillet, qui vient d’être rénovée et accueille 361 élèves disséminés en 12 divisions pédagogiques. Accueillis à la porte de l’établissement flambant neuf par le directeur de l’Education M. Ayachi Ahmed et le personnel enseignant, la délégation qui accompagnait  le wali a eu droit au verre de lait et aux  dattes traditionnelles avant de saluer les élèves en rangs, dans la cour refaite en matico. L’hymne national a été accompagné par la levée des couleurs effectuée par deux élèves. L’Ecole dispose de 12 salles de cours, d’une cantine qui servira des repas chauds à 220 bénéficiaires. Le personnel se compose de 14 enseignants et d’une directrice. La prime de scolarisation sera distribuée à 27 familles qui leur ouvrent aussi le droit à un cartable garni, un tablier et des livres scolaires à titre gracieux. C’est avec émotion que le Wali a distribué quelques cartables à titres symbolique avant de se diriger vers la salle de classe où un enseignant animait un cours sur la propreté du milieu et la protection de l’environnement. L’élève à côté de laquelle s’était assis M. Salamani était fière de partager son pupitre avec le premier responsable de la wilaya. Le wali a promis d’équiper toute l’école de l’outil informatique  et pense à le généraliser pour atteindre tous les établissements de la wilaya dans les temps à venir. Auparavant le Directeur de l’Education avait avancé les chiffres que nous avons déjà publiés. Il s’agissait de l’accueil en ce premier jour de 132275 élèves du primaire, moyen et secondaire auxquels on ajoutera les 6251 des classes préparatoires. D’autre part, 51000 familles vont bénéficier de la prime-scolarisation de 3000 DA, 6954 cartables sont en cours de distribution dans les différents établissements. L’enseignement de Tamazigh commencera à la fin du mois dans les établissements retenus pour cela, les écoles de Rizzi Amor et Amari Moussa. Le professeur est déjà désigné. M. Salamani a suivi avec attention les explications fournies par le Directeur  qui lui a appris que toutes les écoles ont été approvisionnées en eau potable. Celles qui étaient difficiles d’accès ont vu les pompiers venir à la rescousse  avec leurs lances à incendie. Le wali nous a fait part que durant la nuit il avait instruit un président d’APC de fournir l’eau nécessaire dans les plus brefs délais. Ce qui a été évidemment exécuté. Le Directeur de l’Education a fait part au wali des difficultés rencontrées à Kherraza quant au nombre d’enfants scolarisés, créant une surcharge des classes. Quant aux livres scolaires, 24 titres ont été ou sont en cours de distribution mais il  reste toujours six (6) titres qui sont actuellement en cours d’impression. Par ailleurs, une  vente-libre de livres scolaires se déroule actuellement au niveau de la bibliothèque du Palais de la Culture Mohamed Boudiaf.

Ahmed Chabi  

Publié dans Annaba
Page 1 sur 2

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85