« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Filtrer les éléments par date : vendredi, 12 janvier 2018
samedi, 13 janvier 2018 00:00

N°5428 du 13-01-2018

Publié dans PDF

L’Algérie a été mise dans le Top 10 des destinations à découvrir en 2018 du Tour opérateur français de haut de gamme Voyages du Monde. Elle figure parmi les autres destinations : Groenland, Egypte, Serbie, Hawaï, Nicaragua, Philippines, Mozambique, Danemark et France.» Après une décennie sombre, nous allons enfin pouvoir redécouvrir les merveilles d’un pays au potentiel énorme. L’Algérie c’est l’Iran du Maghreb», a affirmé, sur le site du voyagiste, son P-DG Jean-François Rial, soulignant qu’Alger «a le vent en poupe». Pour Voyageurs du Monde, «un air de renouveau file entre l’héritage culturel de sa Casbah classée par l’UNESCO, l’amphithéâtre de ses collines dégringolant dans la Méditerranée, ses bâtiments années 50, en plein revival», expliquant que «des quartiers entiers se transforment et voient fleurir restaurants ethniques, burger et sushi bars, roof top et boutiques de déco». C’est ainsi que le Tour opérateur, spécialiste des voyages cousus main, propose dès le printemps prochain «la saison la plus agréable», de «renouer avec l’amitié franco-algérienne». «Se perdre entre les édifices néo-mauresques et haussmanniens d’Alger la blanche, admirer les collections préhistoriques du musée du Bardo, flâner dans le jardin d’Essai et à Bab el Oued, découvrir les sites antiques de Tipasa et de Cherchell et rencontrer les artisans de la Casbah», vante-t-il, proposant de découvrir «un Alger intimiste, dans les pas de spécialistes».  Jean-François Rial, «sent ce pays monter très fort». «Dès qu’il y a un retour à une actualité plus pacifiée, il y a un besoin d’Orient et les gens viennent vers ces destinations», a-t-il expliqué. Par ailleurs, selon le site Air-Journal, spécialiste dans le transport  aérien, l’Algérie se trouve également parmi les destinations les plus vendues en 2017 par le voyagiste en ligne Bourse des vols, à côté de la France, des Etats-Unis, de la Thaïlande, des Antilles, du Maroc, de l’Espagne, du Portugal, du Canada et de l’Italie. Les chiffres du voyagiste incluent tous les départs enregistrés en 2017.

Publié dans Actualité

Le court-métrage «Human» du jeune réalisateur Issam Taâchit, a été projeté mercredi passé en avant-première au centre commercial «Festival city» de Batna en présence d’intellectuels, d’hommes de théâtre et de cinéphiles. Projeté en marge du Salon national du livre, organisé entre le 6 et le 18 janvier en cours, ce court-métrage d’une durée de 5 min 25 secondes, relatant l’histoire d’un enfant trisomique rêvant de pouvoir jouer au football avec ses camarades, met en avant le quotidien de cette frange de la société qui a droit à une vie heureuse et épanouie comme tous les enfants du monde, a expliqué son réalisateur. «Ce film dont tous les personnages sont atteints de trisomie 21, se veut porteur d’un message pour amener la société à porter un regard différent sur cette catégorie marginalisée», a déclaré Issam Taâchit, notant que son œuvre est proposée pour la première fois à un large public après sa participation à de nombreux festivals du genre. «Human» a remporté de nombreux prix , dont celui du meilleur court-métrage au festival international du film pour enfants de Sydney (Australie), le premier prix du concours de courts métrages arabes de sensibilisation (Jordanie), le deuxième prix du 5 ème festival international du film pour  enfants de Casablanca (Maroc), en sus d’autres prix nationaux.

Publié dans Batna
samedi, 13 janvier 2018 00:00

Dérapage d’un autobus: 30 blessés

Dans la nuit du vendredi à hier samedi, à 22H, le car de voyageurs assurant la liaison Bir El Ater  Alger, roulant à une grande vitesse, a dérapé au niveau de la route de Wilaya 1 entre Bir El Ater et Chéria et est sorti de l’accotement. 30 passagers ont été blessés et évacués vers le secteur sanitaire de Chéria. 10 ont quitté l’hôpital après avoir reçu les premiers soins, 20 dont 03 graves ont été hospitalisés. Par miracle, il n’a été enregistré aucun décès ; quant aux dégâts matériels  il sont très importants.

Saadallah Djamel

Publié dans Régions

HAMRA accueillera demain matin (10h 00), son voisin et leader de la DNA ‘’Est’’, l’USMA, en match amical. Cette joute amicale, entre dans le cadre de la préparation des deux équipes à la seconde manche du championnat. Une autre rencontre, entre les deux formations de la ville des Jujubiers, pourrait être programmée pour jeudi prochain. Pour rappel en championnat, l’USMA avait remporté le match aller disputé pour le compte de la 7ème journée disputé au stade du 19 mai 1956, sur le score d’un but à zéro (1/ 0). Nous y reviendrons.

Slimane Benabed

Publié dans Sport

Comme annoncé la veille, Le ministre l’Habitat est passé à l’acte en annonçant des sanctions contre les entreprises défaillantes qui n’ont pas été à la hauteur de leurs engagements dans la réalisation des programmes de logements que l’Etat leur a confiée. Abdelwahid Temmar a annoncé que son département avait décidé de résilier les contrats de trois maitres d’œuvre et d’envoyer des mises en demeure à 17 autres, au terme de la réunion qu’il a tenu, hier, avec les maitres d’œuvre en charge de la réalisation du programme «AADL». Quelque 20 wilayas connaissent des retards dans la réalisation du programme «AADL» confié à 20 maîtres d’œuvre pour la réalisation de 38.450 unités, a déclaré à ce propos le ministre. Ainsi, trois maîtres d’œuvre chargés de la réalisation de 2550 unités de logements dont 809 à Tissemsilt, 400 à Oued Zenati, dans la wilaya de Guelma, et 750 à Mascara, ont vu leurs contrats résiliés. Dix-sept maîtres d’œuvre chargés de la réalisation de 28.100 unités de logement ont été destinataires de mises en demeure, a précise M. Temmar, affirmant que des poursuites seront engagées à l’encontre des entreprises qui ne respectent pas ces mises-en-demeure. Concernant certains projets encore en voie de réalisation, le ministre n’est pas allé de main morte et a accusé explicitement  l’administration, en la tenant  pour responsable du retard enregistré dans la réalisation, à l’image du projet de réalisation de 1300 logements à Sétif, El Oued, Sidi Bel Abbès et Remchi, dans la wilaya de Tlemcen. Dans le même contexte, le ministre de l’Habitat a fait état d’un nouveau calendrier arrêté avec l’ensemble des maîtres d’œuvre qui devront désormais  présenter des rapports trimestriels jusqu’à la réception de tous les projets programmés. Il a tenu, par la même occasion, à rappeler aux maîtres d’œuvres de se hisser au niveau des défis auxquels fait face l’Algérie, en s’engageant davantage à honorer leurs contrats. « J’en appelle à la conscience des maîtres d’œuvre pour livrer l’ensemble des projets dans les plus brefs délais », a exhorté le ministre, en prévenant qu’il sera inflexible sur la question des délais de réalisation. Il s’agit d’un avertissement que les entrepreneurs ont intérêt à prendre très au sérieux, s’ils ne veulent pas se mettre dans une situation inconfortable. En tous les cas, le ministre de l’Habitat a été clair. Désormais, aucun retard ne sera toléré.

M.M

Publié dans À la une
samedi, 13 janvier 2018 00:00

Tout se décidera aujourd’hui !

Le mouvement de grève illimitée déclenché par le collectif des médecins résidents et soutenu par leurs professeurs dans le sillage de la répression de leur rassemblement au CHU Mustapha pourrait prendre fin aujourd’hui. En effet, la rencontre tant attendue hier entre le ministre de la Santé,  Mokhtar Hasbellaoui, et une délégation du collectif des résidents  en fin d’après-midi aurait donné ses fruits. Le Ministre  aurait ainsi donné aux médecins grévistes des garanties que leurs doléances allaient être prises en charge et certaines feront l’objet de discussion avec d’autres départements ministériels. A la sortie de leur tête- à-tête avec le ministre, les membres de la délégation des résidents ne  se sont certes pas enflammés des ces résultats mais ont laissé transparaître des signes de confiance quant au dénouement heureux de ce bras de fer.  «Le ministre nous a donné des garanties mais nous attendons le texte du procès verbal de la rencontre qui sera rendu public demain (aujourd’hui NDLR) pour que nous soyons fixés», souligne un membre. Il précise qu’il appartient au collectif des résidents de décider des suites à donner aux propositions du ministère. «Je ne peux rien vous dire pour l’instant, attendons demain pour juger», s’est –il contenté de dire. Pour autant, la délégation semblait sensible au discours du ministre qui lui a promis de voir avec les autres départements pour régler la question du service civil.De même qu’il s’est engagé à offrir le minimum d’équipement et des moyens dans les hôpitaux du grand Sud pour permettre aux médecins résidents d’exercer normalement. Tout se décidera donc aujourd’hui après la publication du PV de cette fameuse réunion devant retranscrire les engrangements de la tutelle.  Le collectif des médecins résidents ne veut visiblement pas donner de chèque blanc au ministre. La répression de son rassemblement au CHU Mustapha Bacha il y aune semaine et qui a provoqué des dizaines de blessés semble les avoir  poussés à bout.Aussi, les médecins résidents ont fait mercredi dernier une démonstration de force sur le terrain en organisant un rassemblement de plusieurs milliers à Oran. Vendredi, le collectif a rendu public un communiqué dans lequel il annonçait   le maintien de la grève illimitée et le boycott du DEMS, en revanche il a décidé d’annuler le sit-in national pour cette semaine. Mais après cette rencontre avec le ministre, il semble que  les résidents vont faire eux aussi un geste d’apaisement pour éviter le pourrissement. On en saura un peu plus aujourd’hui.

Imane B

Publié dans Actualité

Le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière a réaffirmé, hier, son refus d’annuler le service civil qui garantit, selon lui, le droit de chaque citoyen aux soins. Mokhtar Hasbellaoui a insisté en même temps pour que les directeurs de la santé de wilayas réunissent les conditions nécessaires pour le travail des médecins spécialistes avant leur affectation dans des zones reculées. Lors de la rencontre avec les directeurs de santé au siège de son département à Alger, Hasbellaoui a donné de « fermes instructions » pour la prise en charge des demandes des médecins résidents. « Je n’accepterai aucune plainte des citoyens concernant les directeurs en 2018 », a déclaré Mokhtar Hasbellaoui, qui a également critiqué la gestion des établissements hospitaliers qu’il a qualifiée d’archaïque. Le ministre de la Santé a précisé que ses services travaillent actuellement sur la numérisation de tous les dossiers médicaux dont les dossiers relatifs aux cas de cancer pour faciliter le transfert d’informations d’un hôpital à un autre. L’opération se terminera à la fin de 2018. Dès le début du mouvement de protestation, le ministre avait opposé un niet catégorique à la suppression du service civil. « Le ministère ne peut pas abolir le service civil, tel que demandé par les médecins résidents. Ils n’ont pas le droit de refuser d’aller soigner les malades qui sont en dehors de leurs wilayas de résidence », a-t-il tranché, lors d’une cérémonie de sortie des inspecteurs de santé publique. Il n’est donc pas question d’abroger un service que chaque médecin a le devoir d’assumer, non pas conformément à ses vœux ou à ses compatibilités, mais selon le besoin exprimé par le secteur. Mais ce qu’il faut aussi préciser, c’est que les médecins résidents dans leur majorité n’ont jamais demandé la suppression du service civil, mais son adaptation au contexte actuel. Cette disposition de loi instaurée en 1984 et reconduite dans le projet de la nouvelle loi de santé est dépassée, estiment les médecins résidents qui sont à leur douzième semaine de contestation. Les médecins demandent le réaménagement de cette loi et non sa suppression avec l’instauration de mesures incitatives selon la région où ils sont affectés. Depuis le début du mouvement, les grévistes ont soulevé le problème du logement pourtant garanti par cette loi du service civil. Si le ministre a reconnu ce droit à plusieurs reprises, les médecins résidents ont à maintes reprises, affirmé qu’en pratique, le logement n’est que rarement assuré aux nouveaux médecins spécialistes, même ceux affectés dans les structures de santé du grand sud. Parmi les autres problèmes évoqués par les médecins résidents et auxquels le ministre n’a pas répondu explicitement, figure la question du regroupement familial dans le cadre du service civil. Actuellement, et selon des médecins spécialistes, de nombreux couples de jeunes médecins nouvellement diplômés sont affectés séparément dans des hôpitaux situés à des centaines de kilomètres, l’un de l’autre. Cette situation a obligé plusieurs médecins à cesser toute activité. Les médecins résidents ont aussi souhaité enlever au service civil son caractère obligatoire et autoritaire, en réclamant à l’Etat d’opter pour des mesures incitatives et motivantes. L’idéal, estiment-ils, est que le service civil soit effectué de manière plus volontaire. Mais apparemment, on n’en est pas encore là. Dans tous les cas de figure, la réponse du ministre n’est pas pour apporter de l’apaisement à une catégorie professionnelle déterminée à lutter jusqu’au bout.

M.M

Publié dans Actualité
samedi, 13 janvier 2018 00:00

Annaba, El-Tarf et Guelma à la traîne

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar a fait état hier d’un retard de réalisation de plus de 28.000 unités relevant de la formule Logement public locatif (Social) (73 projets) à travers 18 wilayas. Le ministre a appelé les maîtres d’oeuvres à rattraper les retards enregistrés et à traiter les dysfonctionnements dans les plus brefs délais, soulignant que le ministère de tutelle allait recourir à la résiliation des contrats à l’encontre des entreprises défaillantes. Ce nombre est réparti à travers les wilayas comme suit: Béchar (208 unités), Blida (1020), Tamenrasset (300), Tiaret (160), Saida (3400), Oran (7638), El-Tarf (708), Annaba (2200), Guelma (1476), Mostaganem (2760), Mascara (3000), Tindouf (206), Tissemsilt (300), El Oued (1960), Khenchela (130), Mila (1200), Ain Temouchent (942), Relizane (400).

Publié dans Actualité

Le groupe parlementaire du Front des forces socialistes (FFS) dénonce les poursuites Judiciaires engagées contres ses cadres et ses militants à Ghardaïa et saisit le ministre de la Justice. En effet, à la veille de l’ouverture, le 18 janvier prochain, du procès des militants du parti et des membres de la société civile, le FFS adresse une question orale au garde des sceaux, Tayeb Louh. « Le tribunal criminel près la cours de Ghardaïa a programmé une séance en vue de juger des cadres du FFS et des activistes de la société civile accusés de ‘’constitution d’association de malfaiteurs pour déstabiliser le régime et incitation des citoyens à prendre les armes contre le pouvoir ainsi que l’atteinte à l’intégrité territoriale du pays’’…Ces accusés ont participé, à travers la cellule de coordination et de suivi des évènements de Ghardaïa en 2013, au rétablissement des canaux de dialogue entre les deux communautés en conflit. Ils n’ont jamais abandonné la lutte pacifique et légale. Est-il raisonnable que la justice les poursuive pour des chefs d’inculpation aussi grave ? », se demande le groupe parlementaire du FFS. Et d’ajouter : « N’est-il pas du devoir de la justice algérienne de rendre des décisions, justices à toutes parties dans cette affaire sensible qui pourrait toucher à l’unité nationale ? » Précisant que les dossiers des accusés sont vides, le Front des forces socialistes dénonce aussi les poursuites judiciaires dont font l’objet, y compris les avocats, à l’image de Me Nourreddine Ahmine poursuivi pour ‘’outrage à corps constitué et présentation de fausses preuves concernant un crime ». « Devant les graves dépassements impliquant la justice dans la répression des militants et des citoyens innocents, nous vous adressons cette question de savoir quelles sont les mesures prises pour permettre au pouvoir judiciaire d’exercer ses nobles missions en toute indépendance, loin des pressions des services de sécurité et du pouvoir exécutif dans la wilaya de Ghardaïa ?». Depuis les événements de 2015, la wilaya de Ghardaïa, rappelons-le, vit dans l’attente des décisions de justice concernant toutes les personnes arrêtées ou poursuivies.              

Samir Rabah

Publié dans Actualité
Page 1 sur 5

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85