« Janvier 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Filtrer les éléments par date : vendredi, 12 janvier 2018
samedi, 13 janvier 2018 00:00

Rush pour l’installation du kit GPL

 Après les derniers renchérissements des prix du carburant, les ateliers d’installation du kit – GPL sur les voitures à Constantine enregistrent  une affluence nombreuse de la part des citoyens, où le nombre des inscrits sur la liste d’attente a dépassé 800, et ce nombre est appelé à augmenter dans les prochains jours au niveau de la société NAFTAL. Celle-ci œuvre, d’ailleurs  à renforcer les ateliers de montage pour installer jusqu’à 10 bouteilles par jour, tandis que le seul centre de formation dans cette spécialité au niveau national, connaît lui aussi une forte demande des candidats qui désirent ouvrir des ateliers privés. D’après les constatations effectuées sur le terrain, l’obtention d’un rendez-vous devient une mission quasi impossible, puisque les demandeurs au niveau des ateliers du secteur privé sont obligés d’attendre entre 5 et 6 mois, tandis que chez l’entreprise publique NAFTAL la durée d’attente peut atteindre jusqu’à 10 mois, eu égard à la qualité de ses prestations et les services d’après vente. Des travailleurs au niveau des ateliers de montage ont indiqué, que la plupart des « taxieurs » ont installé des kits sur leurs véhicules, de même que des travailleurs généralement appartenant à la classe moyenne, pour diminuer la facture du carburant trop élevée après la récente augmentation. Devant la forte demande enregistrée sur les bouteilles « Sirghaz », l’entreprise NAFTAL a décidé d’ouvrir des centres de transformation supplémentaires pour satisfaire la demande des clients, elle a ouvert un nouveau centre à Oued Hmimime, qui vient s’ajouter à l’ancien centre, situé au niveau de la route de la Soumam au centre ville du chef lieu de la wilaya, appelé le point 55, où la capacité de montage est de 3 bouteilles en attendant l’ouverture prochaine de nouveaux ateliers. Concernant le coût du montage, il est facturé chez NAFTAL à 58 000 DA cash, tandis que chez le privé il revient à 62 000 DA.

Sami B

Publié dans Constantine
samedi, 13 janvier 2018 00:00

Quatre blessés graves

Un spectaculaire accident survenu hier vers 18 heures 30 mn a fait quatre blessés graves. Deux véhicules légers sont entrés en collision au niveau de l’échangeur situé à proximité de la cité 5 Juillet à l’entrée ouest de la ville de Constantine. Les deux voitures ont fini leur course en contrebas de la passerelle sur une hauteur de quatre mètres. Les quatre victimes âgées entre 29 et 55 ans ont toutes été transportées dans un état jugé critique aux urgences du CHU Dr Benbadis après avoir reçu les premiers soins de la part des médecins de la protection civile dépêchés de l’unité secondaire Sissaoui Slimane et du poste avancé du Polygone. Le dérapage de l’un des deux véhicules serait à l’origine de l’accident. La chaussée glissante en raison des pluies abondantes qui se sont abattues sur le Constantinois les dernières 72 heures, ont aussi été un facteur aggravant. Le second véhicule, a semble-t-il, était entraîné par le premier dans sa course « folle ». A noter que des moyens conséquents, notamment des tronçonneuses, ont été utilisés par les pompiers pour désincarcérer les deux occupants de l’une des deux voitures, une citadine de marque Kia dont le conducteur, A. K, âgé de 55 ans, a été grièvement blessé au niveau de la nuque et du dos, apprend on auprès de la cellule de communication de la protection civile. L’autre occupant du véhicule, A. R., la trentaine, a été touché au niveau de la colonne vertébrale. Les occupants de l’autre véhicule, une berline de type Accent Hyundai, L. A. (39 ans) et B. B. (45 ans) ont eux aussi été grièvement blessés, apprend-on de même source.

M.A

Publié dans Constantine
samedi, 13 janvier 2018 00:00

434 logements distribués le 20 janvier

Veillant  à la réalisation  des programmes de logements des différentes formules (LPA, LPP et LSP) ainsi que les  programmes de logement social,  le wali de Constantine M Abdessami Saidoun  a effectué hier, une visite d’inspection à  la nouvelle ville  Ali Mendjeli qui a concerné  les deux unités de voisinages (2 et 5) où des unités de  logement des formules LSP, LPP sont en cours de réalisation depuis plus d’une décennie.
A l’unité de voisinage 5,  le chef de l’exécutif  s’est rendu au chantier  d’un important  programme de  434 logements en cours de réalisation et de  formule LSP.  Ce programme qui  date de l’année 1994, a accumulé  un très grand retard pour différentes raisons. Après 24 années d’attente,  les 434 logements en question  seront distribués  à leurs bénéficiaires  le 20 janvier en cours. A ce sujet,  le wali  a rappelé  les promoteurs immobiliers qu’à partir d’aujourd’hui des sanctions très fermes seront appliquées aux promoteurs immobiliers ayant des chantiers inachevés. Des sanctions  de mise en demeure, de radiation  ainsi que la non attribution de nouveaux programmes de réalisation de logement, seront prises a déclaré le wali de Constantine. A la même  unité (UV5), le wali a inspecté un autre chantier relatif à la réalisation de 56 logements non achevés. Là aussi, le wali s’est montré très ferme  en pénalisant le promoteur chargé de la réalisation de ces 56 logements. Selon  le constat effectué  hier, ces derniers ne sont pas à ce jour raccordés aux réseaux d’électricité et de gaz. Situation qu’il a qualifiée d’inadmissible, vu l’ampleur des différents programmes de logements qui sont en cours de réalisation S’agissant  du programme de la formule LPP (Logement promotionnel privé),  le chef de l’exécutif  a visité deux chantiers de ladite formule à l’unité de voisinage  n°5, où  la cadence des travaux touche à sa fin. A ce sujet, le wali  a instruit les promoteurs de respecter les délais de réalisation  et  de distribuer les logements à leurs bénéficiaires dont l’attente n’a que trop duré. Durant la même visite d’inspection, le wali a surveillé le déroulement d’une opération d’assainissement au niveau de l’unité de voisinage  n°20. Le wali de Constantine devra effectuer aujourd’hui encore une seconde visite d’inspection concernant les chantiers de réalisations des groupements scolaires, des programmes de logement aux niveaux des nouveaux pôles urbains Massinissa, Aïn Nahas et l’extension de l’V 20.

Chahinez D.

Publié dans Constantine

Alors que le distributeur automatique de billets  (DAB) installé au bureau de poste de la commune de Hamma Bouziane, situé en plein cœur du boulevard de l’ALN, est en panne depuis plusieurs semaines,  les usagers de la poste  font face, ces derniers temps, à un autre problème qui les agacent,  celui de l’indisponibilité du formulaire des opérations financières postales (SFP 01), appelé communément chèque de secours. Plusieurs personnes rencontrées sur place ont exprimé leur courroux devant cette pénurie qui les prive de retirer de l’argent de leur compte. Les usagers de la poste qui n’ont pas de chèque  souffrent encore plus de cette pénurie, car ils ne peuvent utiliser, quand ils en disposent, leur carte magnétique à cause des pannes endémiques du  distributeur automatique, à l’arrêt depuis un bon moment. De ce fait, il est proposé aux usagers  de solliciter le buraliste du coin pour acquérir ce fameux document  photocopié contre 10 DA.  La panne du DAB et la pénurie des chèques de secours ainsi  que les imprimés mandat-postal,  qui pénalisent grandement les usagers, ne semblent pas concerner ni inquiéter outre mesure les responsables d’Algérie Poste. 

Publié dans Constantine

7 milliards de dinars, tel est le montant dégagé pour la réalisation des différentes structures publiques au niveau des nouveaux pôles urbains de Constantine, à savoir des établissements scolaires et un arrondissement de sûreté urbaine, selon le D.G de l’OPGI M. Abdelghani Dib. C’est une véritable course contre la montre à laquelle sont aujourd’hui confrontés les services de l’Office avant l’attribution de plus de 10 000 logements de type social, a déclaré récemment à la presse ledit responsable. Il s’agit, selon lui, d’un véritable challenge que  l’OPGI, avec d’autres secteurs, est appelé à gagner en un laps de  temps très court, six mois, voire moins, a-t-il tenu à préciser. Lors de ses sorties sur le terrain, M.Abdessamie Saidoune,  le wali de Constantine, n’a pas été tendre avec les entrepreneurs et certains responsables en charge de la réalisation de ces structures publiques, 7 lycées, 7 CEM et un arrondissement de sûreté urbaine au total. Il n’a pas manqué de donner des instructions fermes afin que toutes les contraintes d’ordre technique et administratif soient, effectivement, levées pour que les délais prévus soient respectés. Toutes les équipes de travail de l’OPGI sont, ainsi, mobilisées.

M.K

Publié dans Constantine
samedi, 13 janvier 2018 00:00

Dilemme des piétons

À Constantine, les trottoirs ne servent désormais plus aux piétons. Une situation qui ne date certainement pas d’aujourd’hui et  qui ne cesse, par conséquent, de susciter l’indignation des piétons. Un phénomène de plus en plus fréquent  dans tous les quartiers de la ville, ou presque. Ainsi, le déplacement d’un endroit à un autre est synonyme d’une véritable « acrobatie ». L’exercice est souvent parsemé par un danger réel. L’accident est un scénario à ne pas écarter. D’ailleurs, les conditions sont réunies pour qu’un scénario pareil  arrive un jour.  Nul n’est à l’abri d’un accident, a tenu à marteler un parent d’élève, qui n’a pas d’ailleurs hésité à  qualifier cette situation de « rocambolesque ». Elle l’est certainement par son caractère un peu  particulier. Les piétons empruntent souvent la même voie que les voitures, dans un décor invraisemblable  qui dénote clairement de cet aspect anarchique caractérisant la ville de Constantine. Une anarchie qui a réussi à s’installer un peu partout. Aucun quartier n’a été épargné par les effets d’une gestion qui laisse vraiment à désirer. Ce qui se passe au centre-ville n’est en fait qu’un exemple très illustratif de cette même gestion.  Et ce ne sont certainement pas les quelques projets, inachevés, lancés ici et là, qui vont  « contredire » cet état  de fait décevant. Certains vont peut être justifier la dite situation par les travaux en cours de réalisation. Mais, est-ce suffisant pour que les choses échappent carrément au contrôle des services concernés ? Il est inadmissible que les piétons, notamment les gosses, peinent vraiment pour faire leurs déplacements sans être effectivement  menacés  par un « chauffard » de bus ou d’un autre véhicule léger. Et si pour d’autres la situation est anodine et ne mérite pas tout ce tapage médiatique, notre réponse à ces derniers  est simple : faut-il qu’un accident ou qu’un drame surgisse pour venir ensuite faire un constat tardif d’un problème impliquant tout le monde ?

M.K

Publié dans Constantine

Un montant financier estimé à 8,3 millions de dinars a été consacré, dans la wilaya de Constantine au titre de l’exercice 2017, pour l’indemnisation de la perte de cheptel ovin et bovin, a-t-on appris hier du directeur de la Caisse régionale de mutualité agricole (CRMA), Mourad Bendada. Ces pertes ont concerné 108 têtes de cheptel, dont 76 ovins et 32 bovins, appartenant à une vingtaine d’agriculteurs de plusieurs communes de la wilaya, a précisé le même responsable. Ces pertes ont été occasionnées par différentes maladies à savoir, l’entérotoxémie qui a affecté durant cette période le cheptel bovin ainsi que et la tuberculose et l’indigestion qui ont touché les ovins . Pas moins de 5,5 millions de dinars du montant global ont été réservés pour les éleveurs de bovins dans les communes de Beni H’midene, Ain Smara, et El Khroub, précisément dans les fermes agricoles des régions d’El Baâraouia et de Kaderi, a-t-il détaillé. Le reste de cette somme financière, soit 2,8 millions de dinars, ajoute M. Bendada, a été accordée pour l’indemnisation de la perte du cheptel ovin dans les localités d’Ibn Ziad, Beni H’midene, El Khroub et Ain Abid. «Le versement de l’ensemble de ces indemnisations a été finalisé afin de ne pas laisser les assurés dans une spirale d’endettement», a affirmé la même source qui a considéré que «l’acte d’assurance est avant tout un acte économique et un atout primordial dans la gestion des risques, à tous les niveaux». Le secteur agricole dans la wilaya de Constantine compte actuellement plus de 250.000 têtes de bétail, dont 51.000 têtes bovines (29.000 vaches laitières) et 200.000 têtes d’ovins, selon les dernières statistiques  établies par la direction des services agricoles (DSA).

Publié dans Constantine

La réception de la nouvelle raffinerie de sel gemme d’El Outaya (wilaya de Biskra), en cours de construction, est reportée à «la mi-mars 2018», a-t-on appris avant-hier du directeur général de l’entreprise nationale des sels (Enasel), Nabil Meghlaoui. «Il y a eu un glissement de délai, notamment suite à un arrêt des travaux qui dure depuis la fin du mois d’octobre dernier pour des raisons administratives», a indiqué M. Meghlaoui, précisant que les travaux devraient, «en principe reprendre ces jours-ci». A part quelques travaux à finaliser et des équipements à mettre en place, le montage de cette raffinerie, dont la réception était prévue au mois de septembre 2017, est actuellement achevé à 95%, a-t-il souligné. Cette nouvelle raffinerie, dont les travaux de réalisation ont débuté en février 2016, vient en remplacement de l’ancienne raffinerie, entrée en exploitation en 1982 et mise hors-service en 2006 et ce, eu égard à la «vétusté» de ses installations qui ne répondaient plus aux exigences du marché, a-t-on indiqué. D’une capacité productive de 80 000 tonnes, cette raffinerie produira 25 000 tonnes de sel pharmaceutique, 25 000 tonnes de sel en pastilles et 30 000 tonnes de sel destiné à la consommation domestique et industrielle, en sus de la production de sel chimique de «haute pureté» constitué de 99,9% de chlorure de sodium (Nacl), a-t-on noté. «Cette production permettra à l’Algérie d’acquérir une autosuffisance en matière de production de sel chimique utilisé dans l’industrie pharmaceutique», de «couvrir les besoins nationaux et mettre un terme aux importations», a-t-on indiqué à l’entreprise nationale des sels (Enasel). Outre l’autosuffisance en sel pharmaceutique qui entre dans la composition des solutions salées physiologiques ou isotoniques ainsi que d’autres produits pharmaceutiques, cette raffinerie mettra également un terme à «l’importation du sel en pastilles» utilisé dans la régénération des résines des installations de traitement des eaux. Domiciliée à Constantine, l’entreprise nationale des sels est le plus grand producteur et distributeur algérien de sel et touche tous les domaines d’activité, à savoir alimentaire, industriel, traitement de l’eau, déneigement, agriculture, pharmacie et cosmétique. Disposant de six (6) unités de production et de trois (3) centres de distribution, l’Enasel ambitionne de diversifier sa gamme de produits et d’accroître son offre sur le marché national et international.

Publié dans Constantine
samedi, 13 janvier 2018 00:00

N°5428 du 13-01-2018

Publié dans PDF

Prés de douze (12) milliards de dinars ont été décaissés par les pouvoirs publics entre 2011 et 2017 au titre des subventions des prix de l’huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc, a-t-on appris auprès du ministère du Commerce.  La compensation globale, mobilisée depuis la mise en œuvre au début de l’année 2011 d’un système de stabilisation des prix de l’huile brute alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc jusqu’au 13 décembre 2017, s’est élevée à 11,81 milliards DA (mds DA), précisent des responsables de la Direction générale de la régulation et de l’organisation des activités auprès du ministère du Commerce. Quant aux dotations budgétaires allouées à ce chapitre depuis l’exercice budgétaire de 2012 à ce jour, elles se sont élevées à 19,8 mds DA. L’évolution du montant de la compensation des prix de l’huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc décaissé fait ressortir que la subvention la plus importante de ces deux produits alimentaires avait été enregistrée en 2012 avec près de 3,2 mds DA. Par année, cette compensation s’était chiffrée à 2,1 mds DA en 2011, à 3,2 mds DA en 2012, à 2,61 mds DA en 2013, à 998,87 millions de DA en 2014, à 451,56 millions de DA en 2015, à 982,2 millions de DA en 2016 et à 1,47 mds DA en 2017, détaille la même source.Pour rappel, le ministère du Commerce avait mis en œuvre un système de stabilisation des prix de l`huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc, décidé par l`Etat au début de l`année 2011 à travers le décret exécutif du 6 mars 2011. Ce décret a fixé le prix plafond à consommateur ainsi que les marges plafonds à la production, à l`importation et à la distribution, aux stades de gros et de détail, de l`huile alimentaire raffinée ordinaire et du sucre blanc. Ce texte a ainsi fixé les prix plafonds des bidons d`huile ordinaire raffinée de 5 litres, de 2 litres et d’un (1) litre respectivement à 600 DA, 250 DA et 125 DA, alors que les prix du kilogramme de sucre blanc vendu en vrac et préemballé ont été fixés respectivement à 90 DA et 95 DA.  En mars 2016, un comité interministériel chargé de l`examen et de l`évaluation des demandes de compensation avait été créé. Ce comité est composé des représentants des ministères, respectivement, des Finances, du Commerce et des Transports.

Publié dans Actualité
Page 1 sur 5

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85