« Mai 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Filtrer les éléments par date : jeudi, 16 mai 2019
vendredi, 17 mai 2019 00:00

N°5839 du 16-05-2019

Publié dans PDF

Hassan Hammar, président du club de football ES Sétif, comparaitra le 22 mai 2019 devant la chambre pénale de la cour de justice de Sétif en sa qualité d’accusé ayant fait recours à un jugement prononcé par contumace l’année passée par le tribunal de Sétif le condamnant à 5 ans de prison ferme, apprend-on hier de sources concordantes.Selon les convocations adressées aux victimes (parties civiles) pour se présenter personnellement à la chambre pénale, dont une copie est parvenue à l’APS, le président de l’ESS et 14 autres co-accusés poursuivis pour «abus de confiance, dilapidation de deniers d’une société privée et détournement de deniers privés».L’avocat de Hassan Hammar, Me Ahmed Ketfi, a indiqué à l’APS «qu’avec le recours introduit contre le jugement par contumace, l’accusé sera de nouveau rejugé».De son côté, Me Fayçal Haichour avocat de quatre des victimes a affirmé espérer que le premier verdict incluant la privation de liberté sera reconduit par la cour surtout que les faits sont établis et «l’accusé s’est effectivement emparé de près de 450 millions DA du compte de la coopérative par diverses procédés d’escroquerie».Le président de l’ESS est poursuivi pour «escroquerie dans l’affaire de la coopérative immobilière Oum El Hayat créée en 1999 qui avait acquis deux terrains divisés en 84 lots de 400 m2 chacun et 64 lots de 200 m2 chacun». Selon des informations de certaines victimes, la superficie des lots a été par la suite réduite à 150 m2 et le nombre des bénéficiaires de la coopérative a augmenté à plus de 300. Ils ont également indiqué «qu’en 2014, Hassan Hammar a tenté pour se soustraire de toute responsabilité en remettant la présidence de la coopérative à une autre personne».

R S

Publié dans Sport
vendredi, 17 mai 2019 00:00

Sellal et Ouyahia auditionnés

La brigade d’investigation de la Gendarmerie nationale de Bab Djedid a entendu ces derniers jours l’ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et, pour la première fois, l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, dans le cadre de l’enquête entamée avec le patron de l’ERTHB et ex-président du FCE, Ali Haddad, détenu à la prison d’El-Harrach. Selon le quotidien Ennahar, citant des sources concordantes, outre Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, cinq anciens ministres ont également été entendus pour la même affaire. Les mêmes sources ont ajouté que l’audience était motivée par de nouvelles informations fournies par Ali Haddad lors des interrogatoires et son audition par le juge d’instruction du tribunal correctionnel de Bir Mourad Raïs. Les mêmes sources rapportent que les investigations portaient sur des transactions publiques, l’octroi d’avantages indus et le non-respect des lois en vigueur par Ali Haddad dans ses activités. L’audition d’Ouyahia, de Sellal et d’anciens ministres semblait nécessaire, du fait qu’ils étaient directement liés aux transactions présumées illégales qui auraient été conclues par Ali Haddad, au nom du groupe qu’il préside, l’ERTHB. Ce dernier a, d’après plusieurs sources, reconnu de graves irrégularités dans de nombreuses transactions dans lesquelles il est impliqué. Après les avoir entendus, la brigade d’investigation de la Gendarmerie nationale a, selon Ennahar, saisi le procureur de la République pour que les prévenus puissent être convoqués par la Justice, conformément à la loi. Il faut donc s’attendre, très prochainement, à un nouveau défilé de personnalités publiques devant le tribunal de Sidi M’hammed, qui ne manquera pas d’alimenter la chronique et d’attiser la curiosité, avec, notamment, l’annonce du nom d’Abdelmalek Sellal, qui avait disparu depuis son limogeage mystérieux, fin février dernier, de son poste de directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika, et que des rumeurs l’avaient dit «en fuite» à l’étranger, depuis le début des purges lancées par le commandement de l’ANP.  

R C

Publié dans À la une

L’Agence nationale d’amélioration et du développement du logement (AADL) a annoncé, hier, des procédures spéciales pour les souscripteurs au programme location-vente, âgés de 65 ans et plus. «Nous informons l’ensemble des souscripteurs âgés de 65 ans et plus, qu’à partir du 20 mai 2019, il sera possible, dès la réception des clefs, de procéder au retrait de l’engagement relatif à la désignation de la personne habilitée à s’engager à payer le loyer et à bénéficier d’une prorogation des délais de paiement via le site électronique de l’agence «www.aadl.com.dz», a indiqué un communiqué de l’AADL. Le dossier sera déposé lorsque les souscripteurs seront convoqués pour réceptionner les clefs auprès de la direction générale (Alger), a précisé le communiqué, ajoutant qu’en ce qui concerne les souscripteurs des autres wilayas, le dépôt du dossier se fera au niveau de l’agence de wilaya territorialement compétente. Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Beldjoud avait fait savoir, en avril dernier, que l’opération de remise des clefs devra se poursuivre de façon régulière, exigeant de déployer davantage d’efforts. Concernant le programme AADL 1 (2001 et 2002), le ministre avait indiqué que le secteur œuvrait au parachèvement de ce programme dans les plus brefs délais, affirmant que des instructions avaient été données aux responsables de l’AADL afin de convoquer 10.000 souscripteurs à Alger, pour leur remettre les ordres de versements relatifs à la quatrième tranche (5%). Pour parachever cette opération, durant le mois de Ramadhan, tous les souscripteurs restants dans le cadre du programme AADL1 seront convoqués pour recevoir leurs ordres de versement de la quatrième tranche, et ce à travers les 14 wilayas concernées par ce programme. Cette opération permettra de passer au programme AADL 2 (programme 2013) et d’entamer la prise en charge graduelle des dossiers des souscripteurs avant la fin 2019, avait ajouté M. Beldjoud.

R N

Publié dans Actualité

Le couffin spécial Ramadhan, au même titre que le logement social on fait, hier, de nombreux mécontents au niveau de la commune de Séraidi (Annaba). A commencer par le couffin le sujet du couffin spécial ramadhan. Ainsi, des familles principalement dans le besoin, ont décidé de sortir de leur mutisme pour dénoncer, selon elles, la politique de « deux poids, deux mesures » qui aurait été prônée par les services de la commune, concernant l’attribution du couffin spécial Ramadhan destiné portant exclusivement aux familles nécessiteuses. Ainsi, le siège de la mairie a été fermé par de nombreux chefs de familles pauvres, qui reprochent aux autorités locales d’avoir détourné les couffins « spécial Ramadhan » de leur destination initiale, pour toucher des fonctionnaires, voire des personnes aisées. Les protestataires qui ont manifesté leur colère après que l’aide (environ 120 couffins), qui leur était destinée n’était pas arrivée à bon port, réclament une commission d’enquête et pointent un doigt accusateur en direction des représentants du peuple, en l’occurrence, les élus, entre autres, le Président de l’Assemblée Populaire Communale et sa « Hachia » -entourage-. Les manifestants ont également dénoncé la mauvaise gestion du logement, aussi bien social que rural, en souffrance depuis des années dans cette commune, caractérisée ces dernières années par un trafic de foncier sans précédent. Ils ont lancé un SOS, au wali d’Annaba, Toufik Mezhoud, pour une prise en charge réelle des multiples problèmes, dont souffre la population de Séraidi. Selon une source proche de la daïra d’Annaba, le nombre d’inscrits à l’échelle de la commune de Séraidi, dans le cadre de l’opération du couffin du Ramadhan lequel, sera distribué en faveur des nécessiteux, s’élève à des centaines de familles, vivant en dessous du seuil de pauvreté.  Ce nombre est encore plus effrayant, estime-t-on, car celà ne représente que les familles inscrites au couffin du Ramadhan.

B Salah-Eddine 

Publié dans Annaba

Le secteur urbain de Sidi-Mabrouk  qui couvre  deux importantes grandes places commerçantes (Oued-El-Had et Daksi) est-il en passe de devenir, en ce mois de Ramadhan, un foyer de propagation de produits alimentaires avariés ? On ne peut que le supposer si l’on prend en compte les deux cas d’intoxications collectives à la pâtisserie  survenues  dans le premier quartier en l’espace de 3 jours ainsi que la saisie par la police d’une importante quantité de viande avariée dans le second. En effet, le quartier des Frères Abbès ( Oued El Had)a encore fait parler de lui cette semaine,  et pas de la meilleure façon. Aussi, trois jours seulement après l’intoxication de 38 citoyens ayant consommé de la pâtisserie , voilà que  32 personnes (femmes hommes ) dont 17 enfants  , viennent d’être  victimes de la même (pâtisserie) achetée au même magasin. Ce second groupe  a été victime d’intoxication alimentaire dans la nuit du lundi au mardi, après avoir consommé  des tartelettes. Ils furent pris   de vomissements, de diarrhées et de douleurs au ventre avant d’être immédiatement évacués aux  urgences  médicales du service  des maladies infectieuses du centre hospitalier (CHUC)  où ils furent soignés avant de regagner leurs domiciles respectifs. Contactés, de nombreux parents des victimes de cette intoxication ont affirmé qu’ils avaient bien  consommé de la pâtisserie en tartelettes achetée au même quartier des Frères Abbès. Les informations données par les victimes et leurs parents ont été confirmées par  la délégation, communale de Sidi-Mabrouk  dont les agents ont menée une enquête  sur les lieux. Aussitôt,  les responsable du secteur urbain   ont annoncé avoir déposé une plainte contre X tandis que l’APC a pris les dispositions en procédant à la fermeture administrative conservatoire  du local incriminé dont le  produit est soupçonné d’être avarié, et ce en attendant les résultats des examens en laboratoire. Pour rappel, il y a un peu plus de 5 jours, 38 consommateurs de la même pâtisserie qui s’étaient servis au commerce incriminé ont été victimes d’intoxication et les intéressés ont déclaré également avoir fait leurs achats au même magasin qui venait d’ouvrir ses portes au début du Ramadhan.   Dans le même sillage, la 17ème Sûreté urbaine de Sidi-Mabrouk a annoncé avoir procédé, avant-hier matin, à la saisie d’un quintal de viande  soupçonnée d’être avariée et exposée à la vente  à même le trottoir au niveau de la cité Daksi Abdesselem. Après l’examen en laboratoire  communal d’échantillon de cette  viande, il s’est avéré que la viande était, effectivement, impropre à  la consommation. Aussi, la procédure judiciaire légale a été appliquée à l’encontre  du mis en cause.

A Mallem.

Publié dans Constantine

Le rendez-vous était pris au niveau de la salle omnisports des Frères Boucheche (Cometra) pour les futures bénéficiaires de logements publics locatifs. L’atmosphère était de fête avec une bonne organisation des services de l’APC. Les familles qui s’étaient rendues sur les lieux devaient remplir des engagements signés et approuvés sur place par les employés de la mairie. L’élaboration de la liste des bénéficiaires se fera après la consultation du fichier national selon les organisateurs, les familles de la souika et du quartier napolitain ainsi qu’une partie de la rue des mariages devront selon leur engagement remettre les clés au service concernés pour éviter toute spéculation ou action frauduleuse comme il s’est produit au quartier napolitain où quatre familles relogées ont été remplacées par d’autres dont le problème est toujours posé. La commission de wilaya insiste sur le fait que l’opération en question concerne uniquement les immeubles enregistrés dans la case rouge suite à l’étude technique du CTC effectuée en 2012 où ces habitations précaires seront démolies et ne pourront plus faire l’objet d’une restauration du moins pour le patrimoine étatique. L’opération qui a débuté la matinée a réussi à collecter toutes les déclarations sur l’honneur avec éventuellement l’orientation des familles qui n’ont pas su remplir les pièces demandées. Cette expérience du 15/05/2019 sera suivie par une autre rencontre le 22/05/2019 mais cette fois-ci elle concernera le tirage au sort pour le choix de l’immeuble et l’étage pour les familles bénéficiaires dans le cadre de la dégourbisation. Affaire à suivre...

Djamel Dib

Publié dans Régions

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85