« Juin 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Filtrer les éléments par date : jeudi, 13 juin 2019
vendredi, 14 juin 2019 00:00

N°5861 du 13-06-2019

Publié dans PDF
vendredi, 14 juin 2019 00:00

Ouyahia en prison

En l’espace de quelques heures, deux anciens membres du gouvernement ont rejoint les hommes d’affaires déjà écroués. L’ancien premier ministre, Ahmed Ouyahia, a été mis sous mandat de dépôt, hier au milieu de l’après-midi par le juge d’instruction désigné par la Cour suprême pour juger les hauts cadres de l’Etat. L’ancien ministre des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane, a suivi en fin de journée. Présenté vers 13 heures 30 devant le juge d’instruction, Ahmed Ouyahia est sorti vers 16h20 dans un fourgon cellulaire de la police nationale. Le juge d’instruction, qui l’a auditionné durant plus de trois heures, lui a notifié les chefs d’accusations qui sont notamment liés à « la conclusion illégale » de marchés publics avec les entreprises du groupe Haddad. La Justice lui reproche également d’avoir « perçu d’indus avantages » et de « financement illégal de partis politiques ». Ce sont quasiment les mêmes accusations qui ont été faites à Abdelghani Zaâlane, ancien ministre des Travaux Publics et surtout dernier directeur de campagne de Abdelaziz Bouteflika. Il a été placé sous contrôle judicaire. L’arrivée du fourgon de police qui transportait Ahmed Ouyahia à la prison d’El-Harrach a été accueillie par un rassemblement des citoyens. La voiture, complètement fermée, a été prise d’assaut et caillassée. Des citoyens se sont même rués sur le fourgon en tapant sur la tôle. Les policiers ne sont pas intervenus pour endiguer leur furie. Le véhicule s’est finalement engouffré dans l’enceinte carcérale sans subir trop de dommages. Entendu à plusieurs reprises par le juge d’instruction près le Tribunal de Sidi M’hamed, Ahmed Ouyahia ne pouvait être jugé par une institution judiciaire ordinaire. Son dossier a été transféré, en même titre que ceux des anciens ministres et walis, vers la Cour suprême qui s’est chargée de nommer un juge d’instruction chargé de suivre leurs affaires. Sellal et Benyounes entendus aujourd’hui Après Ahmed Ouyahia et Abdelghani Zaâlane, l’ancien premier ministre, Abdelmalek Sellal et l’ancien ministre des Travaux Publics et de l’industrie, Amara Benyounès, seront entendus, ce matin, par le même juge d’instruction. Au total, dix anciens ministres et deux walis comparaîtront devant le juge d’instruction près la Cour suprême. En attendant la levée de l’immunité parlementaire pour le sénateur Amar Ghoul et le député Boudjema Talaï. Tout ce monde est poursuivi dans la seule affaire de Ali Haddad. D’autres seront concernés dans d’autres affaires, comme celles de Mahiedine Tahkout et des frères Kouninef.

Akli Ouali

Publié dans À la une
vendredi, 14 juin 2019 00:00

Vers un «compromis historique» ?

L’appui apporté par le chef de l’Etat intérimaire au Premier ministre a-t-il réveillé les consciences de ceux qui se proclament de l’opposition, mais qui n’arrivent pas à s’entendre sur une plate-forme consensuelle, face à un pouvoir, décidé à valider sa feuille de route, quel qu’en soit le prix ? Le temps est-il venu pour voir enfin la raison l’emporter sur les luttes d’intérêt sordides, qui n’ont fait que creuser l’écart entre les Algériens et une classe politique, neutralisée par ses propres ambitions démesurées ? Partis et personnalités politiques ayant exprimé publiquement leur soutien au « Hirak » vont-ils pouvoir dépasser leurs divergences, pour signer un « compromis historique » en faveur d’une transition apaisée, loin de tous les préalables à connotation idéologique ? Le pouvoir réel, dans son attitude autiste, a-t-il réussi le tour de force de faire l’unanimité contre lui ? Pour le moment, il est encore prématuré d’avancer un quelconque pronostic en ce sens, mais il y a des indices prometteurs qui ne trompent pas. Les Forces du changement pour le triomphe du choix du peuple, qui regroupent plusieurs personnalités et partis, ont annoncé, hier, la tenue à la fin du mois de juin d’une rencontre nationale, dont le but est de faire cause commune, pour barrer la route aux tentations autoritaires. Dans moins de deux semaines, toutes les formations politiques se revendiquant de l’opposition ainsi que des personnalités nationales, à l’instar de Mouloud Hamrouche, Taleb Ibrahimi, Rachid Benyelles, Ali Yahia Abdenour, des intellectuels, des syndicats, des acteurs associatifs, vont se réunir, dans un conclave inédit. Sofiane Djilali, Abdallah Djaballah, Ali Benflis, Ahmed Benbitour et Abdelaziz Rahabi semblent déterminés à faire aboutir ce projet. Pour cela, ils doivent d’abord convaincre le FFS et le RCD à se joindre à cette dynamique de prise de conscience. Et si ces deux partis dont les chefs, Mohcine Belabbas et Hakim Belahcel, se sont rencontrés hier pour la première fois au siège du RCD, rejoignent les autres leaders, l’opposition politique sera au grand complet lors de sa rencontre nationale, et pourra s’imposer comme une force de propositions incontournable. Assemblée nationale constituante ou une élection présidentielle ? C’est à cette question que l’opposition devra apporter une réponse consensuelle, pour espérer constituer un rapport de force, qui contraindra le pouvoir réel à faire des concessions. L’opposition pourra compter aussi sur l’apport de la société civile, appelée à accorder ses « violons » samedi prochain, et de trancher sur une option : l’élection d’une Assemblée constituante ou la tenue d’une élection présidentielle. Aujourd’hui, l’heure est donc à l’optimisme, et de nombreux observateurs font remarquer qu’il s’agit réellement d’une occasion historique, que l’opposition n’a pas le droit de rater.

Mohamed Mebarki

Publié dans Actualité

Chargés notamment du contrôle et de la taxation du flux de l’import et de l’export, les services des Douanes algériennes ont reçu instruction d’entamer l’application de la réduction de l’importation des kits «SKD», utilisés dans le montage automobile, par une limitation des quotas. Une correspondance, adressée par la direction générale des Douanes à ses services, précise les quotas d’importation des kits «SKD» alloués pour l’année 2019, aux quatre constructeurs automobiles, dont les projets et les programmes de production (modèles) ont été validés par le Conseil national de l’Investissement (CNI). A cet effet, le document indique que le montant alloué à la SPA Renault-Algérie Production (RAP), pour cette année, est de 660 millions de dollars, dont 50% sont destinés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3. Concernant les modèles validés de ce concessionnaire franco-algérien, la correspondance cite la Renault symbole, la Clio 4 et la Dacia Sandero stepway. Le montant alloué à la SARL Tahkout manufacturing company, a été plafonné, quant à lui, à 360 millions de dollars, dont 50% sont réservés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3. Les modèles validés par le CNI de ce concessionnaire sont: Hyundai Tucson, Santarém, Accent RB, Sonata , I10, I 20, et Créta. S’agissant du montant alloué à la SPA Sovac production, il a été plafonné à 600 millions de dollars, dont 50% sont réservés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3. Les modèles validés de ce constructeur algéro-allemand, sont le Caddy, la Golf, la Skoda octavia et la Seat ibiza. Enfin, le montant alloué a la SARL Gloviz (KIA) est de 380 millions de dollars, dont 50% consacrés aux véhicules d’une cylindrée inférieure à 2.000 cm3. Trois modèles sont validés au compte de ce constructeur alégro-sudcoréen: la KIA Rio, Cérato et la Picanto. L’Algérie a importé pour plus de 1,234 milliards de dollars de kits (CKD-SKD) destinés au montage automobile durant les quatre premiers mois de 2019, contre plus 1,025 milliard de dollars à la même période de 2018, soit une hausse de près de 20,36 %. Le montant de l’importation des collections SKD utilisées dans le montage des véhicules légers a atteint 928,07 millions de dollars durant les quatre premiers mois de 2019, contre 882,44 millions de dollars à la même période de 2018, soit une hausse de 45,63 millions de dollars (+5,17%), a précisé la Direction des Études et Prospectives des Douanes (DEPD). Pour leur part, les importations de collections SKD, destinées au montage des véhicules de transport de personnes et de marchandises, ont également augmenté de plus de 100%, en atteignant 306,64 millions de dollars durant les quatre premiers mois de 2019, contre 143,41 millions de dollars à la même période de comparaison en 2018, soit une hausse de 163,23 millions de dollars (+113,82%). En 2018, la facture globale d’importation des collections CKD/SKD destinées au montage de véhicules (de tourisme et utilitaires) et l’importation des véhicules de Transport de Personnes et de Marchandises (produits finis) s’est chiffrée à plus de 3,73 milliards de dollars en 2018, contre 2,2 milliards de dollars en 2017, en hausse annuelle de 1,53 milliards de dollars (+70%). Le montage local des véhicules a réalisé une production de 4.500 véhicules industriels, de 180.000 véhicules de tourisme en 2018, contre 110.000 véhicules de tourisme en 2017.

Publié dans Actualité

A quelques jours de l’ouverture officielle de la saison estivale, l’association de la promotion et le développement des activités de jeunes et d’enfance «APDAJE » d’Annaba, sise au niveau de la maison de jeunes Alat Messouad, cité du 5 juillet, vient de lancer son programme d’été destiné aux adolescents et aux enfants. Ce riche programme, en effet, qui couvre une panoplie d’activités de loisirs, éducatifs et récréatifs pour s’évader de la grisaille du quotidien, et meublant les vacances par d’autres occupations, comprend l’organisation, entre autres, de sorties touristiques programmés chaque samedi au niveau des différents plages reparties au niveau de la wilaya dans le but de se détendre et découvrir la région et ses attrayants sites maritimes, accompagnées d’une série d’activités d’animation diverses, telles que des spectacles de clowns, des activités musicales…etc. Le programme, de par son aspect divers et varié, prévoit également l’organisation d’ateliers de cuisine dédiés essentiellement aux enfants âgés de 5 ans et plus. Cette louable initiative s’assigne comme principal objectif de familiariser les bambins à l’univers de la cuisine et aux bases alimentaires, d’éveiller la découverte de nouveaux produits, aiguiser leur curiosité naturelle, stimuler leur créativité en alliant l’apprentissage et le plaisir en art culinaire. Au cours de ces ateliers et dans une ambiance très conviviale, des chefs bienveillants  sont en place pour la circonstance afin de conseiller et aider les enfants tout au long du cours, à réaliser des gâteaux qu’ils devront préparer à l’image des cupcakes, cookies, et pop -cakes. Le programme tracé pour la circonstance se poursuivra avec d’autres ateliers y compris des cours en langues étrangères : le français, l’anglais et l’italien, visant à développer la créativité et les compétences chez la frange juvénile et infantile. Des sessions éducatives au profit des enfants, soit des cours à la méthode traditionnelle de calcul mental appelé « soroban » sont également prévues. Par ailleurs, l’association compte lancer également des sessions de formation dédiées aux femmes notamment dans les créneaux de l’art culinaire, la pâtisserie, la confiserie traditionnelle et le tissage.

Hanine Boucenna

Publié dans Annaba

La triste et macabre nouvelle a ébranlé les habitants de la ville de Besbès, surtout les parents, les proches et les camarades de classe du Lycée El Moutanabi de Besbes, où la dénommée Saouli Nihal, élève en classe de Terminale, devait présenter son bac. Mais, le destin, en a décidé autrement. En effet, de retour de Annaba où elle faisait des cours, vers 19h30 de la soirée de cette journée d’avant-hier, la voiture de marque Picanto, que conduisait son jeune frère, dérapa, sur la RN 44, à hauteur du port sec, à environ 04 km avant d’arriver à l’aéroport Rabah Bitat tuant sur le coup la jeune lycéenne alors que son frère, évacué vers les urgences du CHU Ibn Rochd à Annaba, est toujours dans un état critique. Enfin, une enquête a été ouverte pour déterminer les causes et les circonstances de ce drame.          

     Abdelhak.H

Publié dans Annaba

Ce gâchis, en dit long, par ailleurs, sur la politique de développement local dans la wilaya d’Annaba, même si, il est vrai, il n’y a jamais eu de politique réelle suivie dans le secteur touristique dans le pays en général. En effet, le lancement de ce projet devant permettre la réalisation d’une série de multiservices au profit des jeunes de ce village touristique, n’est pas pour demain, apprend-on auprès des autorités de la commune de Chétaibi. Pourtant, l’annonce de ce projet avait été bien accueillie, rappelle-t-on, par la population de l’antique Tacatua ou encore Mers Takouche par les conquérants Arabes et Herbillon durant la colonisation française. Destination privilégiée des touristes, le site est captivant. Un chemin pédestre d’environ 1.000 mètres, en contrebas de l’ancienne carrière d’agrégats, langeant un littoral attrayant loin de toute pollution. L’endroit est une véritable icône en matière de nature à l’état sauvage, a-t-on constaté. Et pour tous ceux qui ont, un jour ou l’autre, effectué une virée sur les lieux, la calanque est plus qu’une destination touristique, un « pèlerinage balnéaire ». Véritable perle du littoral du pays, le site en question avec ses criques de galets, demeure l’un des ingrédients qui singularisent le charme de Chetaïbi, mondialement réputée pour sa baie-Ouest, un don du ciel.   Ainsi, malgré toutes ses gigantesques potentialités naturelles, Chetaibi, l’une des premières communes qui a vu le jour dans le pays, ne profite de ces atouts que l’espace d’une saison : l’été. Vue de l’extérieur, la commune de Chetaibi avec sa merveilleuse baie est un petit Eden. Vue de l’intérieur, elle incite à tirer la sonnette d’alarme. Chetaibi mérite un meilleur sort.

 B. Salah-Eddine

Publié dans Annaba

Des travailleurs de l’entreprise des tracteurs agricoles « ETRAG » , ont organisé hier mercredi une marche pacifique à partir, du siège de leur entreprise à Oued Hmimime jusqu’au tribunal du Khroub, en signe de solidarité avec deux responsables de la section syndicale « UGTA » de l’entreprise, qui comparaissaient le jour même devant le tribunal, suite à une plainte déposée par le directeur de l’entreprise « Etrag », sur l’illégalité de la grève illimitée qui secoue l’entreprise depuis le 7 avril dernier.  Selon le secrétaire général de la section syndicale UGTA de l’ «ETRAG », M.Midou, un des deux accusés visés par la requête judiciaire de la direction de l’entreprise, pour invalider l’action des travailleurs, la défense des deux syndicalistes a plaidé devant le tribunal de Khroub la légitimité de la grève des travailleurs, du moment –affirme le même responsable- que « la partie qui considère que notre action est illégitime, a adopté la politique de dérobade sans prendre la peine de nous adresser la moindre correspondance pour une rencontre ». M.Midou ajoute que « la marche des travailleurs s’est déroulée sans le moindre incident, jusque devant le siège du tribunal au centre ville du Khroub, où les travailleurs ont tenu un rassemblement jusqu’à la levée de la séance du procès à 13h 30m. Le tribunal rendra son verdict, aujourd’hui jeudi, à 9h du matin. A titre de rappel, les travailleurs grévistes demandent le départ du directeur général de l’entreprise ainsi que les cadres dirigeants, leur reprochant d’avoir failli dans la gestion de cette entreprise, qui, disent- ils, est menacée dans son existence, compte tenu, notamment, de la mévente de ses produits sur le marché national.

M A

Publié dans Constantine

Dans son audience, d’avant-hier, le tribunal criminel près la cour de Constantine a traité une affaire d’homicide volontaire avec préméditation et guet-apens concernant trois accusés suivie d’une non-dénonciation mettant en cause quatre autres personnes. Ces sept présumés coupables sont issus d’une même famille originaire de la commune d’El Amiria relevant de la wilaya d’Oum El Bouaghi. Ce drame a eu pour théâtre la ville du Khroub. Ces cousins avaient planifié cette ‘’vendetta’’ pour venger un des leurs, un déficient mental, assassiné lors d’un différend qui a opposé les deux familles censées être des proches. Après plusieurs tentatives ,les sept cousins finirent par saisir une occasion inespérée qui s’est présentée à eux le 24 Octobre 2 016 aux environs de 16 h30 ,au cours de laquelle ils encerclent Abdelkrim le malheureux quinquagénaire qui fut ainsi exposé à la gare routière à la furie vengeresse de ses bourreaux contre lesquels il ne pouvait se défendre. Des propos indécents furent échangés accompagnés de jets de pierres . Suite à quoi, A.Omar sortit son couteau et le planta dans l’abdomen et sur d’autres parties du corps de la victime avant de l’achever d’un violent coup de pierre à la tête . Le groupe rentra chez lui, abandonnant Abdelkrim baignant dans son sang . Evacué vers l’hôpital du Khroub et malgré les soins intensifs qui lui furent prodigués ,il décède des suites de ses graves blessures . Une enquête a été diligentée par la police judiciaire. Les mis en cause avaient été arrêtés et présentés à la justice qui qualifia l’affaire d’homicide volontaire avec préméditation et guet apens et non-dénonciation. Les accusés expliquèrent au jury et à la cour qu’ils n’avaient aucune intention criminelle. Le procureur général insista sur le fait que ce n’est là qu’une liquidation vengeresse et requit la peine capitale pour homicide contre les trois cousins et cinq ans pour non-dénonciation aux quatre autres. Après les délibérations, le jury condamna le principal accusé à la peine capitale et son parent à la réclusion criminelle à perpétuité. Pour les cinq autres, le tribunal avait prononcé la relaxe.

Amar Mezghiche

Publié dans Constantine

« L’économie de l’eau est un enjeu de développement durable vital », a soutenu hier un ingénieur du secteur des ressources en eau à qui nous avons posé la question en relation avec la campagne de sensibilisation que vient de lancer l’agence du bassin hydrographique constantinois. « Des économies d’eau doivent être impérativement réalisées pour préserver cette ressource qui tend à se raréfier à travers la planète», a cru bon d’ajouter notre vis-à-vis sans aller plus loin dans le détail. Pour revenir à l’agence du bassin hydrographique constantinois Seybouse-Mellègue (ABHC-SM), signalons que cet organisme du secteur de l’hydraulique vient de lancer une campagne de sensibilisation sur l’économie de l’eau et pour inciter la population à éviter, autant que possible, le gaspillage de cette ressource naturelle essentielle en s’appuyant sur le secteur religieux. Parce que ses responsables, comme ils l’ont indiqué dans un communiqué diffusé aux médias, sont convaincus que la préservation de l’eau est un devoir éminemment religieux. Et pour cela, ils ont appelé à la rescousse les Imams pour faire passer le message auprès des fidèles et, partant de là, à la population en général, pour les sensibiliser à l’économie de l’eau et éviter son gaspillage tant il est vrai que l’eau est indispensable à la vie humaine, mais aussi à l’économie. Et c’est dans ce cadre que ABHC-SM a adressé une invitation aux hommes du culte pour participer à une sortie au niveau du barrage Béni-Haroun, dans la commune de Grarem Gouga, wilaya de Mila, qui sera suivie d’une visite guidée à la station de Sidi-Khélifa, prés de la ville de Oued-Athménia dans la même wilaya, dans le but de leur donner un aperçu sur les équipements du secteur de l’hydraulique pour la production et le transport de l’eau dans les wilayat de la région, indique-t-on dans ce communiqué. Mais ne s’arrêtant pas là, l’agence du bassin hydraulique compte organiser aujourd’hui 13 juin à la mosquée Emir Abdelkader de Constantine, avec la collaboration de la direction des affaires religieuses, une journée d’information et de sensibilisation à l’économie de l’eau à l’intention des Imams et des Mourchidate des mosquées de la wilaya afin de les amener à rencontrer les cadres de l’ agence et débattre de toutes les questions liées à ce thème. A charge pour les cadres religieux en question de relayer le message auprès des fidéles et des citoyens au moyen des prêches du vendredi faits dans les mosquées. Et de cette façon, on compte bien vulgariser ce thème de la préservation de l’eau et son corollaire le gaspillage de cette matière vitale lors du prêche du vendredi 14 juin à travers toutes les mosquées de la wilaya, en mettant un accent particulier sur la période actuelle de l’été où la consommation de l’eau a tendance à augmenter considérablement entraînant immanquablement son gaspillage.

A Mallem

Publié dans Constantine
Page 1 sur 3

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85