« Avril 2021 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Filtrer les éléments par date : jeudi, 01 avril 2021

Prévue cet après-midi à 14h30, la 10ème et avant dernière journée de la phase aller du championnat de Ligue 2 amateur, poule Est, sera dominée par le choc au sommet entre l’USM Annaba et le HB Chelghoum Laïd. Au menu également le derby de Batna opposant le CAB et le MSPB. Leader de la Ligue 2, l’USM Annaba qui demeure sur un précieux nul ramené d’Oum El Bouaghi face à l’US Chaouia (0-0) mardi dernier l’ayant permis de préserver son invincibilité depuis l’entame de la saison, croisera le fer cet après-midi avec un autre postulant, le HB Chelghoum Laïd, deuxième ex-aequo avec la formation de Sidi Reghiss qui compte un point de retard, dans un choc qui promet. Pour leur sixième match à domicile, les Bônois, dirigés par Mohamed Benchioua, espèrent ajouter cette équipe de Hilal Chelghoum Laïd à leur tableau de chasse et préserver ainsi leur leadership, avant le déplacement de mardi prochain chez le CRB Ouled Djellal pour le compte de la dernière journée de la phase aller. Les Tuniques rouges Annabies qui ont glané 13 points sur 15 possibles à domicile doivent, toutefois, se méfier de leurs adversaires qui cumulent huit matchs sans défaite. 0En effet, le seul revers du HBCL en championnat remonte au 20 février à la troisième journée sur le terrain du CRB Ouled Djellal (2-1). Une rencontre phare qui se jouera au stade Akid Chabou, avec la possibilité pour l’USM Annaba de conserver sa première place, ou pour le HB Chelghoum Laïd de prendre les commandes en cas de victoire. Quant à l’autre co-dauphin, l’US Chaouia, il recevra le NRB Teleghma, sixième au classement, dans un match qui semble à sa portée, du moins sur le papier. Les hommes du président Abdelmadjid Yahi, qui ne jurent que par les trois points mis en jeu, savent qu’ils pourraient devenir leaders en cas de victoire associée à un échec du chef de file. Le MO Constantine quant à lui, quatrième à quatre unités du meneur Annabi, qui reste sur une victoire sur ses installations face au DRB Tadjenanet (3-2), aspire à réaliser un bon résultat lors de sa sortie à la ville commerciale d’El Eulma pour rester parmi le peloton de tête. Or, la tâche des camarades de Ferhat Ayoub ne sera pas une partie de plaisir devant cette équipe du MCEE qui veut confirmer son premier succès à l’extérieur face au MSP Batna (2-1). Ce dernier affrontera son voisin du CAB qui reste sur une victoire acquise sur le terrain du CRB Ouled Djellal (2-1), dans un derby de Batna qui s’annonce ouvert et indécis. Une rencontre à enjeux puisque deux points seulement séparent les deux équipes à l’aube de ce rendez-vous. Dans les autres matchs, la lanterne rouge, l’AS Khroub qui reste sur quatre défaites de suite, essayera de se refaire une santé lors de la réception du CRB Ouled Djellal, une équipe mal en points et qui occupe l’avant-dernière place avec huit unités au compteur. En cas de succès, les Khroubis rejoindront leur adversaire du jour au classement. Pour sa part, le DRB Tadjenanet tentera de mettre fin à sa série de quatre revers consécutifs à l’occasion de la venue de l’USM Khenchela qui, de son côté, vise la victoire pour se rapprocher des équipes du haut du tableau. 

B. Mechati

Publié dans Sport
vendredi, 02 avril 2021 00:00

arkab dépêche une commission d'inspection

Une équipe technique des ministères de l’Energie et des Mines et de l’Environnement procède actuellement à une inspection des substances pétrolières découvertes à Constantine pour appuyer le rapport présenté, mardi dernier, par la Sonatrach qui a conclu que l’huile issue de ce puits d’eau artésien est une huile moteur très dégradée, a rappelé jeudi à Alger, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab. Dans une déclaration à la presse en marge d’une plénière du Conseil de la nation consacrée aux questions orales, M. Arkab a précisé que «le rapport que présentera cette commission d’inspection viendra appuyer le rapport officiel de la Sonatrach», indiquant que ce dernier est «un rapport d’experts» et que «la société dispose de moyens suffisants pour déterminer la qualité de cette huile». Le rapport de la commission d’inspection fournira davantage d’informations sur cette huile et précisera comment «cette huile a atteint ces niveaux», a-t-il indiqué. La Compagnie nationale des Hydrocarbures Sonatrach avait apporté, mardi dernier, des précisions concernant des substances pétrolières à Constantine, suite à des analyses procédées par des équipes spécialisées du groupe, en indiquant qu’il s’agissait d’une «huile moteur très dégradée». Suite à l’information faisant état d’une venue d’hydrocarbures signalée dans la région d’Ouled Rahmoun dans la wilaya de Constantine, elle a dépêché une équipe de spécialistes pluridisciplinaires sur place afin de procéder aux analyses de rigueur et recueillir les échantillonnages de toutes les substances présentes sur le site», précisant que «le site est un puits d’eau artésien réalisé par un particulier qui, lors des opérations de forage, a débité une substance noirâtre et visqueuse accompagnée d’émanations de gaz, à une profondeur de 90m». «Après l’interprétation de l’ensemble des résultats des différentes analyses, la Sonatrach informe l’opinion publique que l’huile issue de ce puits d’eau artésien est une huile à moteur très dégradée prouvée par la présence des métaux en quantité importante qui est probablement due à l’usure et la pollution de cette huile», précise la Sonatrach. Pour ce qui est des émanations de gaz constatées, la Compagnie explique que «le méthane est le principal constituant analysé. Il s’agit du biogaz issu de la fermentation de matières organiques animales ou végéta les en l’absence d’oxygène», explique le Groupe. Enfin, il a été convenu avec les autorités en place de «sécuriser le périmètre et de préserver les ressources hydriques de la région à travers le colmatage du puits en question», ajoute la Compagnie.

Publié dans Constantine

Lors d’une sortie effectuée , mercredi dernier , au site d’El Kherba déclarée zone sinistrée suite au constat établi par la commission interministérielle dépêchée sur les lieux après les deux séismes qui ont secoué la région en juillet et en août 2020 , le wali de Mila , Abdelouahab Moulay, accompagné du P/APW, de la commission de sécurité et du délégué local du médiateur de la République , a tenu à rassurer les citoyens sinistrés quant à leurs préoccupations ayant trait à situation précaire qui perdure d’autant plus que tous les réseaux divers ont été en grande partie endommagés ou carrément fermés par les services concernés juste après le séisme par mesures préventives. Pour rappel, les citoyens sinistrés ont, à maintes reprises, protesté à l’effet d’attirer l’attention des autorités locales quant à leur situation qui ne cesse de se dégrader. Sur les lieux, le chef de l’exécutif s’est enquis de l’état des lieux et a écouté attentivement les doléances des habitants qui ont exprimé vivement leur ras –le –bol vis-à-vis de leur cas qui exige des solutions et des dénouements adéquats « Après neuf mois d’attente et d’espoir nous ne pouvons plus résister et vivre dans des conditions , déplorables « déclareront en bloc les citoyens concernés très en colère. Le wali s’est engagé à prendre en charge les plaintes formulées somme toutes légitimes. A ce titre il annoncera que toutes les revendications seront traitées au cas par cas à même de répondre et de satisfaire ,au mieux de sa responsabilité, les cas relatés et les situations constatées de visu. Aussi, Abdelouahab Moulay a tenu à rassurer les citoyens contestataires qu’il ne ménagera aucun effort pour un rapide raccordement aux réseaux d’AEP , d’assainissement et de gaz naturel «Ces réseaux ont été sciemment coupés après le séisme et les répliques à l’effet de prémunir la cité de dangers certains pouvant provoquer d’importants dégâts probables . A cet effet, des instructions ont été données aux responsables concernés , en l’occurrence, la Sonelgaz , l’ADE et les ressources en eau afin d’établir , dans les plus bref délais, des études conséquentes permettant le raccordement de la cité aux différents réseaux sans pour autant omettre de prendre , avec la plus grande attention, toutes les mesures et les normes de sécurité et de précaution ayant trait au rétablissement de ces réseaux « expliquera le wali. Par ailleurs, le wali a indiqué que les terrains choisis pour abriter des lotissements à Sidi Khélifa et Zeghaïa seront délimités par le bureaux d’études ayant en charge de ce dossier et dont les études devront être incessamment achevées afin de permettre aux demandeurs de lots de terrains de bénéficier d’arrêtés d’attribution leur permettant d’entamer les travaux de constructions en toute la légalité « a-t-il soutenu. Dans le même contexte le wali a tenu à rassurer les habitants du quartier d’El Kherba que l’expertise géotechnique du sol est en cours, une opération purement technique qui prendra du temps et qui relève du travail des équipes techniques désignées à cet effet . Une fois l’expertise achevée l’information sera donnée avec toute la clarté des résultats techniques établis. Le chef de l’exécutif n’a pas manqué, en la circonstance , de rappeler à l’assistance que le rapprochement par le biais de la communication reste l’issue la plus favorable pour arriver à résoudre toutes les contraintes loin de tous les aspects de violences et d’incivismes sous toutes leurs formes affirmant au passage que les portes du dialogue avec les représentants des sinistrés n’ont jamais été fermées et que pas mal de problèmes ont été résolus dans la sagesse , la transparence et la compréhension , a-t-il conclu en fin de visite.

Berkane S.

Publié dans Régions
vendredi, 02 avril 2021 00:00

La wilaya modernise son réseau routier

De par sa situation géographique stratégique, la wilaya de Batna connaît une intense circulation routière qui ne fait que s’amplifier en raison de l’augmentation vertigineuse du nombre de véhicules de tous genres, de l’évolution des échanges, de la croissance du transport de marchandises et de la facilité relative d’accès à presque toutes les localités disséminées un peu partout à travers diverses régions. Un aperçu global sur ce sujet, nous permet de faire ressortir le fait marquant que la wilaya de Batna est traversée par 10 routes nationales (RN) sur les 111 existantes à l’échelle nationale. Il s’agit des la RN N°3, 28, 31, 70, 75, 77, 78, 86, 87 et 88. Le tout s’illustrant par le fait que le réseau routier de cette wilaya totalise 3500 kilomètres dont 800 kilomètres de routes nationales, plus de 650 kilomètres de chemins de wilaya (CW) et 2.000 kilomètres de chemins communaux (CC) y compris de nombreux tronçons non revêtus. De multiples opérations de modernisation, réhabilitation, rénovation et mise à niveau des réseaux et axes routiers ont été engagées depuis plus de  deux décennies. Toutefois beaucoup de  points  noirs sont observés que ce soit en milieu urbain ou rural avec des habitants de nombreux sites qui se lamentent du mauvais état des routes les desservant. Il y a des dégradations de la chaussée découlant des effets naturels dus aux inondations, glissements de terrain et stagnations d’eau entre autres. Tout comme on relève la détérioration progressive de chaussée après une exploitation dépassant la durée de vie du revêtement d’une route évaluée à 15 ans. Des opérations d’entretien des tronçons routiers principalement ceux des chemins communaux sont en principe périodiquement opérées par les APC mais faute de moyens financiers même les petits travaux de réfection ne sont souvent pas effectués par la plupart des communes rurales et semi rurales. Par ailleurs et l’un des points essentiels dans ce volet, est celui des malfaçons dans la conception initiale des routes avec entre autres des points noirs tels les virages dangereux qui font en sorte que des accidents sont fréquemment vécus dans le même endroit. Un rapport émis par la brigade de la sécurité routière du groupement de la gendarmerie nationale de Batna fait note que le nombre le plus élevé d’accidents concerne la RN N°3, empruntée chaque jour par des milliers de véhicules. Cette dernière est, rappelons-le, une route importante reliant Skikda à Djanet et passant par Batna, pour couvrir, aussi, plusieurs wilayas du nord au sud de la partie Est du pays sur un total de 2.120 km.

Nasreddine Bakha

Publié dans Batna
vendredi, 02 avril 2021 00:00

La cellule de crise réactivée

La cellule de crise multisectorielle de prévention contre la Covid-19 de la wilaya de Tébessa a été réactivée en raison de l’évolution de la situation épidémiologique qui a connu une hausse des cas confirmés et de décès suite à une contamination par le variant nigérian du coronavirus, a indiqué jeudi le wali Mohamed El-Barka Dahadj. Dans une déclaration , le chef de l’exécutif local a souligné qu’»une série de mesures importantes ont été prises au cours de la dernière réunion de la commission de sécurité, tenue cette semaine, en vue d’endiguer la propagation de ce nouveau variant, enregistré dans quatre communes sur les 28 que compte cette wilaya frontalière et de préserver la sécurité des citoyens». Il a ainsi été décidé de réactiver la cellule de crise et de vigilance visant à lutter contre la Covid-19, mise en place au siège de la wilaya et regroupant tous les secteurs concernés, ainsi que des cellules installées au niveau des daïras pour le suivi de la situation épidémiologique et la prise de décisions appropriées, a ajouté M. Dahadj. Les ateliers ont également relancé la confection des bavettes en coordination avec les directions du tourisme, de l’artisanat et du travail familial, la jeunesse et les sports, ainsi que la formation et de l’enseignement professionnels, a relevé le wali, soulignant que les masques protecteurs sont distribués à titre gracieux aux citoyens. Le chef de l’exécutif a mis l’accent sur «l’importance d’impliquer divers intervenants et associations de la société civile pour intensifier les campagnes de volontariat et coordonner les efforts entre les secteurs concernés pour relancer les opérations de désinfection des places publiques et la mise en œuvre des mesures accompagnant le confinement sanitaire, en interdisant notamment les rassemblements et en prenant des mesures coercitives à l’encontre des contrevenants aux mesures de lutte contre la propagation de la Covid-19». Il s’agit également d’intensifier les patrouilles de contrôle des services de sécurité pour veiller au respect des mesures préventives, a-t-il dit. Pour rappel, l’Institut Pasteur d’Alger (IPA) avait annoncé en mars dernier la confirmation de six (6) cas de variant nigérian du coronavirus dans la wilaya. Tébessa fait partie des neuf wilayas concernées par la reconduction du confinement partiel à domicile, entre 23h 00 et 04h00 du matin, pour une durée de quinze (15) jours à partir de jeudi.

R.C

Publié dans Actualité

n Djamel Dib Les deux ex -maires de la commune d’El Harrouch, D.A.A et R.B ainsi que deux citoyens B.M.M et M.S comparaitront demain devant la Chambre d’accusation prés la cour de Skikda dans une affaire de falsification concernant le changement de la nature juridique d’un terrain agricole en parcelles aptes à la construction. Les mis en cause étaient accusés dans le changement de la vocation du terrain agricole en espace prestataire de services situé dans l’une des zones les plus fertiles de la région Sud de Skikda. Une autre charge serait mise à l’actif des élus et qui consiste à leur abus d’autorité et le mauvais emploi de leurs postes dans la gestion des affaires administratives de l’APC par l’octroi illégalement de document officiel à une personne. Selon le procès-verbal de la Chambre d’accusation, les deux propriétaires du terrain agricole situé à proximité de la route nationale 43 ont aménagé le terrain agricole en parcelles où sont érigés plusieurs services. Cette affaire n’est pas passée sans attirer l’attention de la police judiciaire qui a entamé une enquête à ce sujet sur instruction du parquet d’El Harrouch. L’enquête approfondie menée par de la police judiciaire a abouti à la découverte de la malversation puisque les propriétaires du terrain agricole possédaient des documents falsifiés qui démontraient que ces espaces réservés à la prestation de services est une activité autorisée cependant le professionnalisme avec lequel l’enquête était menée permit aux enquêteurs de damer le pion à toute l’équipe qui a participé à ce dossier noir malgré la participation de l’administration à ce stratagème difficilement déchiffrable . D’ailleurs, même l’opération de régularisation du dossier final a été sur le point d’être achevée malheureusement pour tous les personnes impliquées. La justice est parvenue à agir à temps est mettre en échec cette opération en échec. Sachant que les deux maires étaient comparus devant le juge d’instruction d’Azzaba le mois d’Octobre 2020 et étaient sous contrôle judiciaire.

Publié dans Régions

Le directeur régional de l'agence ANGEM, Karim Draoui, a indiqué dans une déclaration que la commission de la wilaya chargée de l'exécution du programme du gouvernement concernant la catégorie des artisans dans les différentes domaines, notamment la possibilité pour eux de bénéficier de locaux professionnels, a entamé ses travaux pour statuer sur la validation des dossiers des artisans candidats, en précisant que cet avantage est attribué sous les conditions de qualification du projet du concerné au niveau de l'agence nationale de gestion du micro crédit (ANGEM). Le même responsable a ajouté que tous les artisans, y compris les femmes travaillant au niveau de leurs foyers et qui disposent d'aptitudes professionnelles telles que la couture, la fabrication des gâteaux ainsi que toutes les différentes activités traditionnelles, peuvent se rapprocher des guichets de l'agence (ANGEM) pour pouvoir bénéficier de ce dispositif. Concernant les mesures à prendre pour que les artisans puissent bénéficier de locaux professionnels au niveau des différentes agences de l'ANGEM, la même source a affirmé que tout candidat ayant un projet validé est tenu de se présenter à l'agence qui l'accompagne au niveau d'un bureau qui a été créé récemment pour réceptionner ces dossiers, avant que ces demandes ne soient transférées vers la commission de la wilaya, présidée par le wali pour approbation finale. M. Draoui a ajouté que tous les renseignements concernant le dépôt des dossiers et les conditions de l'éligibilité, ainsi que les résultats découlant de la commission de la wilaya, sont disponibles au niveau des agences de l'ANGEM.

Rafik.S

Publié dans Constantine

Au total, 244 foyers de la zone d'ombre de Haloufa, située sur les hauteurs de la commune de Didouche Mourad (wilaya de Constantine), ont été raccordés avant-hier au réseau d'électricité lors d'une cérémonie présidée par le wali Ahmed Abdelhafid Saci, en marge d'une visite de travail et d'inspection dans les localités de Didouche Mourad et de Hamma Bouziane. Cette opération a porté sur la réalisation d'un réseau électrique estimé à 7,13 km, nécessitant une enveloppe financière évaluée à 25,5 millions de DA, selon les explications fournies sur place au wali par les responsables de la Concession de distribution de l'électricité et du gaz. L'opération, a-t-on également affirmé, est inscrite dans le cadre des efforts déployés par les services de cette Concession avec la collaboration de la direction de l'énergie, visant l'extension du réseau électrique vers les zones rurales. Pas moins de 22 projets portant raccordement au réseau électrique ont été réservés en faveur de neuf (9) localités de la wilaya de Constantine, a ajouté la même source. Mobilisant un budget global de 177,9 millions de DA, ces opérations, dont le taux d'avancement des travaux a atteint 60 %, concernent la réalisation d'un réseau de distribution d'électricité de 48,7 km ciblant, entre autres, les communes éloignées d'Ain Abid, Benbadis et Zighoud Youcef, a-t-on détaillé. Dans la wilaya de Constantine où le taux de couverture en énergie électrique a dépassé actuellement 99 %, le nombre d'abonnés au réseau électrique est de l'ordre de 254.045, dont 10.895 répartis sur diverses zones urbaines et rurales de la localité de Didouche Mourad, selon les dernières statistiques établies par la Concession de distribution de l'électricité et du gaz. Accompagné des autorités locales civiles et militaires, le wali a procédé à la baptisation de cette zone d'ombre au nom du moudjahid El Hacène Simoude.

RC/AG

Publié dans Constantine

Dans une ambiance bon-enfant, les autistes placés au niveau du centre Ben SiHamedi sis à la rue de Roumanie, ont célébré avant-hier leur journée mondiale. Cette cérémonie a été rehaussée par la présence du rossignol du malouf, en l’occurrence Ahmed Aouabdia. Pour reprendre les propos de Mme Badiaa Boufama, la présidente de « Wafa », association des parents d’enfants en difficultés mentales, l’occasion était également pour faire le point sur la prise en charge des autistes en Algérie. Il est d’ailleurs difficile de parler de prise en charge proprement dite en l’absence de structures ou de centres spécialisés, exclusivement destinés à cette catégorie de personnes. Un avis que les parents n’ont cessé de revendiquer, mais en vain. Seuls face au handicap de leur enfant, les parents sont effectivement incapables de répondre à ses besoins. Il s’agit là d’un travail essentiellement axé sur des techniques appropriées, s’accordent à dire les spécialistes. Aucune improvisation n’est tolérée, à ce propos. Certes, les parents sont appelés à contribuer à cette prise en charge, mais le travail dans sa globalité devrait être confié à des spécialistes. Avec des moyens appropriés, l’enfant autiste peut quitter définitivement ce monde de silence dans lequel il est prisonnier, estiment de nombreux pédopsychiatres. Les exemples sont légion de ces personnes autistes qui sont devenues, après une prise en charge adéquate, célèbres. Vladimir Poutine et Lionel Messi, un chef d’Etat et un footballeur de classe mondiale, sont deux exemples édifiants. Tous les deux étaient atteints du syndrome d’Asperger avant de prendre le chemin de la célébrité. Un autiste peut être récupéré et réussir, voire exceller, par la suite, dans un domaine ou un métier quelconque. Un destin auquel aspirent légitimement les enfants autistes algériens. Tout dépendra, bien entendu, d’une structure spécialisée et suffisamment équipée, selon Nasser Hennache, le parent d’un autiste. « Mon enfant a, lui aussi, des droits », lance-t-il avec une pointe de chagrin. « Il a certainement le droit à une scolarité normale et de jouer comme ses pairs, ajoute notre interlocuteur. Est-ce top demandé ?! »

M.Kherrab

Publié dans Constantine

La nouvelle de la noyade de Chems Eddine et de son frère Abderrahmane a semé le désarroi et la tristesse au sein de la ville nouvelle de Mostapha Benaouda (ex- Draa Erich). Les deux frères avaient été engloutis par les eaux glauques d’une mare et on n’avait pu que retirer leurs corps inertes. Pour l’instant on ne connait pas les circonstances de cette noyade tragique, sauf que leurs pauvres parents ont perdu la raison de douleur. Il est fort possible que l’un des frères avait tenté de sauver l’autre et a péri avec lui. Avec l’arrivée des premières chaleurs, les parents doivent faire attention à leurs enfants et leur conseiller d’éviter de se baigner dans les mares ou les retenues d’eau car il y va de leurs vies. Chaque année on enregistre de nombreux morts noyés dans des mares ou des retenues de barrages.

Ahmed Chabi.

Publié dans Annaba
Page 1 sur 3

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85