« Avril 2021 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Filtrer les éléments par date : dimanche, 04 avril 2021

En visite dans la nouvelle zone industrielle de Berrahal, hier le ministre de l’industrie, Mohamed Bacha, a laissé entendre que les problèmes qui entravaient l’entrée en exploitation de ce site de 22 lots, en raison notamment d’un litige surgi après le blocage du projet de construction d’un important complexe sidérurgique porté par l’entreprise ETRHB d’Ali Haddad, sont sur le point d’être solutionnés. Ceci conformément aux directives du chef de l’Etat, Abdelmadjid Tebboune, qui veut donner un nouvel élan aux projets de développement en souffrance et aussi la réalisation de ce complexe sidérurgique, qualifiée d’ « d’investissement lourd », à même d’ apporter un plus à l’économie nationale, surtout que le taux d’avancement des travaux, qui avaient été suspendus en juin 2019, est estimé à 85 %, a soutenu le ministre. Après avoir visité le site abritant ledit complexe sidérurgique Algéro-italien, une joint-venture conclue en 2017 entre les groupes privés algérien ETRHB d’Ali Haddad et italien Danieli, Mohamed Bacha confiera que ce regain d’intérêt s’explique par le fait que « le terrain ainsi que l’enveloppe financière qui a été réservée ce projet, créateur de richesses et d’emplois, appartiennent à l’Etat, il est tout naturel qu’il profite aux citoyens algériens. « C’est à l’Etat de trouver la meilleure formule pour sa relance. A priori les choses avancent dans le bon sens et tout va se régler dans les prochains jours pour une relance réelle des projets en instance » a assuré le ministre. Il a, en la circonstance, proposé aux acteurs concernés une rencontre à Alger avec une commission gouvernementale spécialisée pour « trouver surtout une solution d’ordre juridique puisque les 134,33 ha représentants la superficie devant accueillir le complexe sidérurgique Algéro-italien sont hypothéqués, sur décision de justice », a-t-il souligné. A signaler qu’à l’exception de ce projet, qui a connu un début de réalisation aucun autre des 22 lots destinés à d’éventuels projets de développement dans différents créneaux et dont les superficies varient entre 0,44 ha et 134,33 ha, n’a été lancé. Il y a lieu d’indiquer que la coquette somme de 400 millions de dollars a déjà été investie dans le projet de création dudit complexe sidérurgique et qu’une partie des équipements ultra- modernes avait été fournie et installée par le groupe italien. Pour rappel cette mégastructure devait générer au moins 600 postes dans une 1ere phase et quelque 2.000 autres dans une seconde phase sans compter les milliers d’emplois indirects. 

B. Salah-Eddine

Publié dans Annaba

Une importante réunion s’est tenue hier à l’Hôtel Sheraton d’Annaba entre une trentaine de futurs conseillers commerciaux auprès des ambassades algériennes à l’étranger et des opérateurs économiques de la wilaya d’Annaba, futurs exportateurs de produits « Made In Algeria « . Le Président de la CCI Seybouse, M. Mansouri Ryad, initiateur de cette rencontre était accompagné d’un ambassadeur auprès du Ministère des Affaires étrangères, du Directeur du Bureau d’Informations pour la promotion des Investissements et des Exportations. La réunion se tient en collaboration avec la Chambre Algérienne de Commerce et d’Industrie (CACI). Une présence très remarquée est bien celle de Mme Saïda Neghza, Présidente de la Confédération Générale des Entreprises Algériennes (CGEA). Les Conseillers Commerciaux auprès des Ambassades Algériennes à l’étranger ont tenu une réunion avec les opérateurs économiques notamment les exportateurs à l’effet de discuter de l’internationalisation de leurs entreprises en termes de produits et /ou services ainsi que leur volonté de bénéficier des investissements directs étrangers en Algérie –IDE. Pour l’ambassadeur M. Benamara Saïd, il est demandé aux exportateurs de prendre attache avec ces attachés en économie auprès des consulats et des ambassades de notre pays partout dans le monde afin d’obtenir des conseils judicieux pour traiter leurs affaires, obtenir des renseignements sur leurs partenaires commerciaux,, les importateurs étrangers pour ne pas être la victime d’une arnaque et se retrouver dans des situations difficiles de contentieux à régler. Et de donner pour exemple lorsqu’il était en poste à l’étranger, il avait eu à se rendre en compagnie d’un homme d’affaires algériens dans un building de grand standing afin de négocier une affaire. Le lendemain à son retour sur les lieux il s’était avéré que l’individu avec lequel ils avaient négocié un contrat de 900 000 dollars s’était envolé et qu’il n’y avait plus qu’un petit bureau et une secrétaire. (Heureusement que le contrat n’avait pas été signé). Pour dire que les arnaqueurs sont légions et pour ne pas tomber dans le piège, les dispositions actuelles ont été prises et afin de fournir à l’exportateur toutes les données en matière d‘information préalable. Une représentante de la société étatique Ferrovial est invitée à se rapprocher pour obtenir les facilités pour contacter de potentiels clients notamment ceux de l’Afrique subsaharienne. L’usine de l’Allelik produit de wagons, des incinérateurs, des citernes et propose même des locomotives avec tout un matériel de sous-traitance. Un jeune exportateur de dattes algériennes vers le Royaume Uni M.Imed Benmohammed, originaire d’Annaba n’a pas froid aux yeux et veille à l’exportation de dattes et de concurrencer d’autres pays qui n’avaient pas hésité à présenter nos fruits dorés du soleil pour des produits provenant du leur. Tout exportateur peut d’ores et déjà prendre attache avec la Direction de la Promotion et de soutien aux échanges économiques, Bureau d’Information et de Promotion des Investissements et des Exportations au Ministère des Affaires Etrangères (Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou le site web www.mae.gov.dz

Ahmed Chabi

Publié dans Annaba
lundi, 05 avril 2021 00:00

28 blessés dont 3 dans un état grave

Un grave accident de la circulation est survenu, hier en fin de matinée, sur la route nationale RN 44, où un bus de voyageur de marque King Long avec à son bord 46 personnes a été percuté par l’arrière par un camion de gros tonnage. L’intensité du choc a été telle qu’elle a fait perdre au bus son équilibre, l’envoyant au fossé après plusieurs manœuvres vaines de le redresser. L’accident a fait 29 blessés 19 femmes et 9 hommes, dont 3 dans un état grave parmi les passagers du bus, selon la protection civile qui a fait le déplacement immédiat vers le lieu du drame. Alertée, Wassila Bouchachi, la wali déléguée de la nouvelle ville Draa Erriche a fait le déplacement pour s’enquérir de l’état de santé des blessés, qui ont été transférés à la polyclinique de Kheraza et l'hôpital Ibn Rochd. A signaler que le bus en question assure la liaison entre la ville de Draa Erriche et Annaba et que les victimes de ce sinistre sont âgées entre 12 et 63 ans.

B. Salah-Eddine

Publié dans Annaba
lundi, 05 avril 2021 00:00

Les listes indépendantes en force

En prévision des élections législatives du 12 juin 2021, le bureau local de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) a révélé que près de 86 dossiers de candidature ont été retirés par les partis et les citoyens souhaitant se présenter. Près de cinquante dossiers ont été retirés par des listes indépendantes dont les représentants sont issus des différentes couches de la société. « Nous sommes un groupe d’universitaires qui souhaitons faire réussir ce rendez-vous très important. Par notre participation ainsi que celle d’autres citoyens, la population va s’impliquer dans la décision politique du pays », estime Rafik, un trentenaire, qui a retiré le dossier de candidature. Notre interlocuteur estime également que les changements prévus dans la loi électorale concernant le mode de scrutin « mettront en échec toute tentative d'exploitation de l'argent sale et ouvriront la voie à une concurrence loyale et transparente». De même, les facilités accordées aux candidats jeunes constituent un atout permettant d’assurer l’égalité des chances. Pour ce qui est de l'ANIE, le président de cette entité, M. Mohamed Chorfi, a assuré que les mesures préventives contre la pandémie (Covid-19) seront « très strictes », notamment en termes de contrôle de l'application du protocole sanitaire, appelant les citoyens, les partis, et les candidats à s'y conformer rigoureusement.

Zarrougui Abdelhak.

Publié dans Annaba

« Effectivement, je confirme avoir reçu M. Belmadi, une personne sympathique qui a fait un travail gigantesque qui a remonté le moral de tout le peuple algérien et il mérite tout le bien », a déclaré le président de la République, mettant un terme aux spéculations des uns et des autres. ‘‘Le sélectionneur national a réalisé des résultats positifs avec l’équipe nationale et réalisera d’autres à l’avenir’’, a-t-il soutenu, affirmant que « beaucoup de pays nous envient pour cela ». Djamel Belmadi, qui avait déclaré auparavant qu’il a eu des discussions avec les autorités, sans préciser lesquelles, a tenu à préciser qu’il savait « rester à sa place, en se fixant des limites, mais sans être prêt à tout accepter ». Conscient des formidables performances réussies par le sélectionneur national, Abdelmadjid Tebboune s’est donc empressé de le recevoir pour lui exprimer d’abord se reconnaissance et l’assurer ensuite du soutien indéfectible de l’ensemble des autorités. Quoi de plus normal, au moment où la fédération algérienne de football est entrée en plein crise ; une situation qui incommode au plus haut degré un sélectionneur national investi d’une mission, qu’il a lui-même qualifiée de « projet national » ? La tenue hier de l’assemblée générale ordinaire de la FAF à l’hôtel Sheraton, un établissement haut standing, contrastant avec les difficultés financières du pays, a confirmé les inquiétudes de Djamel Belmadi, qui s’efforce à demeurer loin des conflits sordides et des rivalités personnelles, qui ont marqué une séance où toutes les anciennes pratiques clientélistes étaient présentes. En résumé, une ambiance des plus rébarbatives, qui traduit à elle seule le climat infecté par les virus de clanisme et du régionalisme dans lequel est enfermé le foot national. C’est d’ailleurs dans ce contexte surchauffé que Yahi Abdelmadjid fut désigné président de la commission de candidatures. Il n’en fallait pas plus pour que le conflit explose entre Mohamed Raouraoua et le président de l’US Chaouia. Les deux hommes se sont traités mutuellement de corrompus, offrant un spectacle indigne d’une assemblée générale, supposée assurer à l’EN toutes les conditions favorables pour qu’elle s’illustre de fort belle manière en coupe du monde. Quel que soit le futur président de la FAF, Djamel Belmadi aura toujours raison de se méfier des retournements de vestes. Le soutien que vient de lui apporter le président de la République est certes important, mais cela ne peut en aucun cas suppléer un cadre institutionnel apaisé où chaque responsable s’occupe exclusivement de sa tâche dans le strict respect des prérogatives.

Mohamed Mebarki

Publié dans Actualité
lundi, 05 avril 2021 00:00

Un incendie au service des archives

Les unités de la protection civile de la wilaya d'Alger ont poursuivi l'opération d'extinction d'un incendie qui s'est déclaré, hier, au service des archives relevant de l'Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH) dans la commune d'El Biar sans faire de victimes, a indiqué la cellule d'information de cette direction régionale. Le Lieutenant Khaled Benkhalfallah, chargé de l'information à la direction de la protection civile de la wilaya d'Alger a indiqué que ses services avaient reçu un appel à 15h40 suite à un incendie qui s'est déclaré au niveau du service des archives situé au sous-sol du siège de l'ARH sis au 44 avenue du 11 décembre au Val d'Hydra (commune d'El Biar). Une fumée dense se dégage actuellement du sous-sol, vu la quantité importante des documents en papier, ajoute la même source, précisant que cet incendie n'a fait aucune victime. 10 camions anti-incendie, un camion à échelle et une ambulance ont été mobilisés à cet effet, selon les services de la Protection civile.

Publié dans Actualité

Cent dix-sept (117) nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19), 98 guérisons et 3 décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures en Algérie, a indiqué hier le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière dans un communiqué .Le total des cas confirmés de Coronavirus s'élève ainsi à 117.739 dont 117 nouveaux cas durant les dernières 24 heures, celui des décès à 3.108 cas, alors que le nombre de patients guéris a atteint 81.994 cas, précise le communiqué. Par ailleurs, 16 patients sont actuellement en soins intensifs, ajoute la même source. En outre, 28 wilayas n'ont recensé aucun cas durant les dernières 24 heures, 15 autres ont enregistré de 1 à 9 cas, alors 5 wilayas ont recensé plus de 10 cas. Le ministère rappelle, par la même occasion, que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect des règles d'hygiène et de distanciation physique, tout en insistant sur le respect du confinement et du port du masque.

Publié dans Actualité

L’ancien président de l’Assemblée populaire communale (APC) d’El Ouldja, dans la wilaya de Khenchela, a été condamné dans la nuit de dimanche à lundi à une année de prison avec sursis par le juge d’application des peines près la Cour de Khenchela, a-t-on indiqué de source judiciaire. Selon la même source, l’ancien président de l’assemblée populaire communale d’El Ouldja est poursuivi pour des affaires de "faux et usage de faux de documents officiels" suite à des accusations portées à son encontre par un de ses adjoints, de "falsification de signature dans une délibération de la commune" et "dilapidation de deniers publics pour une valeur estimée à 49 millions de DA", a-t-on précisé. L’expertise de l’écriture réalisée sur les documents présentés n’a relevé aucune ressemblance entre la signature de l’ancien président de l’APC d’El Ouldja et l’adjoint qui a saisi les instances judiciaires, outre le fait que le dossier présenté ne comporte pas de documents prouvant l'implication du concerné dans une affaire de dilapidation de deniers publics, a-t-on relevé. Le parquet avait requis la perpétuité à l’encontre du prévenu, avant que le juge d’application des peines ne prononce une année de prison avec sursis au motif que "le dossier ne contient pas de preuves concrètes, ni d'éléments de preuve incriminant l'accusé dans les affaires dans lesquelles il est poursuivi", en le condamnant, toutefois, pour "négligence durant l'exercice de ses fonctions après qu'il ait été prouvé que des citoyens résidant en dehors de la commune avaient bénéficié du couffin de Ramadhan".

Publié dans Régions
lundi, 05 avril 2021 00:00

Le président pose ses conditions

« Si le montage automobile n’aboutit pas, d’ici 3 ou 4 ans conformément au cahier de charges, à la réalisation d’une intégration d’au moins 40%, à la création de postes d’emploi et à la fabrication de pièces algériennes, il n’y aura pas de montage automobile ». C’est le président de la République qui l’a annoncé, lors de la rencontre périodique avec les médias nationaux, que les chaînes de télévision, publique et privées, ont transmis dimanche soir. C’est la première fois qu’Abdelmadjid Tebboune adopte une telle attitude sans concession vis-à-vis de cette question, qui a le mérite de placer chacun devant ses responsabilités. En un mot, l’Algérie est tenue à mettre en place une véritable industrie automobile incluant un transfert de technologie, un développement d’un réseau national de sous-traitants et des perspectives d’évolution en termes d’innovation. Il s’agit bel et bien d’une condition sine qua non que le chef de l’Etat posé. Aux opérateurs algériens d’en tenir compte, s’ils veulent contribuer efficacement à la relance économique par la création de plus-value et de postes d’emplois conformes aux exigences d’un secteur, qui évolue au rythme des découvertes technologiques. Désormais, il n’est plus question de revenir aux expériences ratées, qui ont coûté à l’Algérie des pertes énormes estimées à des milliards de dollars. « Nous sommes supposés créer, lorsqu’on parle de montage automobile, de milliers de postes d’emploi. Mais nous avons assisté hélas à la création de 400 postes d’emploi uniquement par un investisseur qui a consommé trois milliards de dollars », a relevé Abdelmadjid Tebboune, qui a noté que l’usine Renault d’Oran « a commencé uniquement maintenant à intégrer certaines pièces fabriquées localement ». Concernant l’importation des véhicules neufs par les particuliers, le chef de l’Etat a indiqué que « l’importation doit se faire avec leurs propres moyens, et qu’elle n’est pas interdite par la loi, à condition de s’acquitter des droits douaniers et des taxes appliquées dans ce domaine ». Abordant les législatives du 12 juin, il a tenu à marquer sa détermination à ce qu’elles soient « intègres » et « transparentes » et cela « quel que soit le taux de participation ». « L’ère des quotas est révolue », a-t-il assuré, faisant savoir que « quel que soit le taux de participation aux élections, nous exigeons qu’elles soient intègres, transparentes et fassent ressortir celui qui mérite la confiance du peuple », et formant le vœu de voir le taux de participation atteindre 40 ou 50% ». Au sujet de la masse monétaire circulant dans le marché informel, il a estimé que la généralisation de la finance islamique pourrait donner des « résultats positifs ». Pour rappel, les estimations concernant la masse monétaire échappant au circuit officiel oscilleraient entre 6 000 et 10 000 milliards DA ! A propos de la récupération des fonds détournés et placés à l’étranger, le président de la République a affirmé qu’elle reste tributaire des jugements définitifs dans les affaires intentées contre leurs auteurs. « C’est un point on ne peut plus important, notamment lorsqu’il s’agit des négociations menées par l’Algérie avec les Etats de l’Union européenne (UE), des Etats qui « traitent avec la Loi et non avec les sentiments ou la volonté politique », a-t-il rappelé. « Les premiers contacts avec ces pays nous ont permis de percevoir une disposition à nous aider dans cette démarche », a-t-il assuré, indiquant que les ambassadeurs de l’Algérie à l’étranger ont entamé des démarches pour la récupération de biens immobiliers, citant l’ambassadeur algérien à Paris qui a réussi à récupérer « 44 biens immobiliers de l’Algérie, dont des appartements et des châteaux ». Concernant les individus impliqués dans ces crimes qui font l’objet de poursuites judiciaires, le président de la République a fait savoir qu’ « un jour, ces derniers devront dévoiler l’emplacement des fonds détournés. Ça sera dans leur intérêt ».

Mohamed M

Publié dans Actualité

Les législatives du 12 juin prochain, comme de juste, font partie des questions abordées par le président de la République dimanche soir avec les deux journalistes d’Echourouk et l’Expression. D’abord une affirmation solennelle de la part du Président, comme pour souligner d’un trait gras sa volonté d’en finir avec les pratiques électorales du passé. « La politique des quotas, c’est terminé ! », a-t-il martelé à plusieurs reprises dans un souci évident d’envoyer un message de bonne foi et d’assurance à la classe politique, à l’heure où des soupçons commencent à se faire jour ici et là, au regard d’embûches bureaucratiques rencontrées par certains partis dans l’opération de retrait des imprimés de parrainages. Le président Tebboune revient encore à la charge pour assurer que « la régularité du scrutin et sa transparence, seront garanties, je m’y engage » Cet engagement à ses yeux, une condition majeure dans le cadre de la mise en place d’un climat de confiance. « Peu importe le taux de participation auquel elles donneront lieu », ajoute le président Tebboune qui évoque un taux de participation de l’ordre de 45 à 50 %, en faisant allusion à ce qui se passe dans le monde où ajoute-t-il « les gens participent généralement à ces élections » Ce qui apparaît aux yeux du Président comme des prémices d’une participation convenable au vote du 12 juin prochain, l’intérêt massif des partis et des listes indépendantes pour le retrait des dossiers des candidatures. Intérêt tel, ajoute le président Tebboune qu’une prolongation de la séquence est envisagée par l’Autorité électorale pour répondre à toutes les demandes de retraits des dossiers des candidatures. Outre le taux de participation qui semble être un de ces soucis, dès lors qu’il en va un peu de sa crédibilité et celle de son agenda politique, le chef de l’Etat se projette dans l’après-scrutin pour évoquer la future majorité parlementaire. « Il y a deux possibilités : soit une majorité pour appliquer le programme du président de la République, je choisirai un Premier ministre de cette majorité ; soit c’est un parti politique qui remportera la majorité, le premier ministre en sera issu, comme m’y oblige la constitution », explique-t-il à ce propos. Néanmoins, le chef de l’Etat insiste sur la participation des candidats issus de la société civile, des jeunes notamment, escomptant, en creux, qu’ils constitueront à tout le moins un bloc important qui imposerait alors des alliances pour éviter une majorité hégémonique, issue d’un parti politique. D’ailleurs, le Président a été clair à ce propos, en évoquant ses consultations avec les partis politiques, soulignant qu’« il n’existe pas de petits ou grands partis, après les élections on verra le poids réel de chacun dans la société » « Il y a certains responsables qui n’ont pas une grande base, à supposer que cette base existe pour les autres, mais ils ont une expérience politique de 15 ans, 20 ans, il faut profiter de cette expérience », suggère le chef de l’Etat qui n’a pas eu, en revanche, le moindre mot pour les partis politiques qui ont fait le choix du boycott. Comptent-ils pour du beurre, à ses yeux ?

H.Khellifi.

Publié dans Actualité
Page 1 sur 5

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85