Prolongation de l’accord Opep-non-Opep   

L’Irak soutient la position de l’Algérie

11 Mai 2017
94 fois

La visite du ministre de l’Energie, Nourreddine Boutarfa en Irak s’est avérée fructueuse. Après une entrevue avec son homologue irakien, Jabbar al-Aluaibi, Boutarfa a fait état de la volonté affichée par Baghdad de participer au renforcement du cadre de coopération entre les pays Opep et non Opep en 2018. Ainsi, l’Irak est favorable au prolongement de l’accord de réduction de la production pétrolière des pays Opep et non Opep lors de la prochaine conférence ministérielle de cette organisation pétrolière prévue le 25 mai à Vienne. C’est ce qui a été confirmée par le ministère de l’Energie. L’Irak rejoint ainsi la position de l’Algérie, suivie du Venezuela, de l’Arabie Saoudite, du Koweit, de la Russie en attendant l’Iran. La rencontre entre Noureddine Boutarfa et son homologue irakien s’est tenue en prévision de la prochaine réunion de l’Opep durant laquelle ses pays membres devraient décider ou de la prolongation de   six mois ou du gel de la durée de la baisse de la production de   pétrole. La fragilité du marché pétrolier de plus en plus menacé par l’augmentation des forages du pétrole de schiste aux Etats-Unis inquiète les pays exportateurs comme l’Algérie, le Venezuela, l’Arabie Saoudite dont l’économie dépend entièrement des exportations en hydrocarbures. M.Boutarfa et son homologue irakien ont mis en avant le respect des engagements de l’Algérie et de l’Irak à réduire leur niveau de production en application de l’accord Opep-non Opep. L’Algérie avait en effet réduit sa production de 50.000 barils/jour dans le cadre de l’accord de réduction de la production adopté en novembre 2016 par l’Opep à Vienne. Mais cet accord arrivera bientôt à expiration. Et il est plus que nécessaire d’aboutir à sa reconduction lors du prochain sommet de l’organisation à Vienne. Pays non Opep, la Russie a déjà exprimé son adhésion à cette option de prolongement de l’accord. Il est à souligner que l’apport des producteurs hors Opep était capital quant à l’efficacité d’un tel accord. Les pays non-Opep ont au total réduit de 1,8 mb/j. Les tractations, qui ont commencé à la faveur de la tenue du sommet de l’Opep, impactent le marché pétrolier. Ainsi, les prix du pétrole en cours d’échanges européens hier ont augmenté. En milieu de journée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 49,19 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 46 cents par rapport à la clôture de mardi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange   (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de juin   gagnait 49 cents à 46,37 dollars. Les cours de l’or noir effaçaient une partie de leurs pertes de la veille, soutenus également par les premières données hebdomadaires de la fédération privée American Petroleum Institute (API) sur les réserves américaines.  Les réserves de brut ont chuté de 5,79 millions de barils la semaine dernière, et les données de l'EIA (Energy Information Administration, agence du département américain de l'Energie ou DoE) devraient confirmer cette tendance. Selon l’agence Bloomberg, que le Premier-ministre Abdelmalek Sellal, suit de très près, les réserves de brut de 2 millions de barils, une hausse des réserves d’essence de 350.000 barils et une baisse des réserves de produits distillés de 800.000 barils. Les marchés restent cependant sensibles aux projections à long terme.

Yanis Belmadi

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85