Avec 100 sièges obtenus

Un scrutin qui illustre le poids du RND

11 Mai 2017
120 fois

Le RND a obtenu 100 sièges dans la future APN et reste la seconde force politique du pays. A priori, cette situation devrait satisfaire ses dirigeants, et en premier lieu son secrétaire général. Le parti a amélioré son score électoral, en comparaison avec les résultats obtenus lors des élections législatives de 2012. En mai 2012, il avait gagné 70 sièges grâce au vote de quelque 524 027 électeurs, soit un taux national de 5,61% des voix exprimées, qui ont cautionné ses listes. Cinq ans plus tard, il a réussi à prendre 100 sièges grâce aux 964 560 voix qui se sont portées pour lui, soit un taux national de 14,91% des voix exprimées. Pris dans l’absolu, ces chiffres traduisent bel et bien une évolution positive du RND, et Ahmed Ouyahia peut légitimement crier victoire. Mais intégrés à l’évolution de l’ensemble des données électorales : fichier électoral, participation, abstention et bulletins annulés, et résultats obtenus par les autres formations, ces mêmes chiffres devraient faire réfléchir les cadres de ce parti. Les enseignements qu’ils pourraient en tirer sont en mesure de leur donner quelques signes d’inquiétude. Premier enseignement à tirer et première interrogation à débattre : malgré sa remontée, le RND n’a pas pu combler l’écart dans le nombre de sièges qui le séparait d’un FLN en net recul par rapport aux élections de mai 2012. Second enseignement et seconde interrogation : malgré les nombreux points qu’il a glanés au niveau national, le RND a essuyé un cuisant échec au niveau de quelques wilayas où il avait dominé depuis sa création. L’exemple concret de cette chute est véhiculé par les résultats qu’il a obtenus à Constantine, où il n’a pu obtenir que 9524 voix seulement sur les 103 433 voix exprimées. Des trois sièges qu’il détenait dans cette wilaya, il ne lui en reste qu’un seul. Le vote constantinois s’apparente à une véritable sanction contre le RND. Ça aurait pu être une débâcle, si le FLN n’avait pas trébuché lui aussi et ainsi perdu deux des quatre sièges qu’il avait dans cette wilaya. Au vu du poids politique de la capitale de l’Est et sa région, la direction nationale du RND devrait donc se pencher, et sans tarder sur ces pertes « collatérales », en les analysant à la lumière des abstentions et des bulletins nuls. Ce n’est qu’en procédant à une analyse profonde des statistiques et de la réalité politique et sociale qui les a engendrées, que la direction du RND pourra obtenir les mesures exactes de son ancrage et du degré de sa pénétration réelle dans la société. Même s’il ne l’a pas exprimé publiquement, Ouyahia aurait évoqué en aparté tous ces chiffres qui lui offrent une relative puissance politique, mais qu’en aucun cas, on pourrait s’y fier éternellement, en évacuant la fragilité d’une telle situation.

Mohamed Mebarki

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85