Révision des subventions des produits de consommation et de l’énergie

Le gouvernement décide de franchir le pas

18 Jui 2017
181 fois

La crise économique qui perdure depuis 2014 semble avoir contraint le gouvernement à toucher à l’un des principes considérés comme des acquis sociaux : les subventions et les transferts sociaux. Annoncée il y a quelques semaines par l’ancien ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, la révision des subventions devient aujourd’hui une réalité. Le plan d’action du gouvernement devant être présenté incessamment ou après demain devant les députés à l’Assemblée populaire nationale (APN), démontre clairement qu’il s’agit d’une option sérieuse. En effet, la feuille de route du premier ministre Abdelmadjid Tebboune évoque pour la première fois la décision du gouvernement d’orienter l’aide de l’Etat aux couches les plus défavorisées. « Le gouvernement «est encore plus déterminé à consolider les acquis sociaux dans un esprit d’équité et de justice sociale en soutenant et en accompagnant les catégories défavorisées et fragiles de la société», lit-on dans ce document. Ainsi, l’exécutif envisage, selon le même document, « de mettre en place nouveaux mécanismes permettant le ciblage efficace des catégories éligibles aux aides de l’Etat». Il y a quelques mois, l’ex-ministre des finances avait laissé entendre que « les subventions généralisées qui pèsent lourdement sur le budget de l’Etat ne sont pas équitables, car ne profitant pas toujours aux plus défavorisés». « Le Gouvernement compte, à l’avenir, consacrer ces subventions aux nécessiteux à travers un nouveau système qui est en cours de préparation », avait-il enchaîné, soulignant que la politique de subventions serait maintenue pour tous jusqu’au parachèvement de ce système. Ce système est-il achevé ? Pour l’instant, les détails de la nouvelle politique ne sont pas annoncés. Mais la révision prévue pourrait toucher particulièrement l’électricité, l’eau, le carburant et, peut être, la semoule et le lait. En tout cas, le document élaboré par les services du premier ministère prévoit de diviser par 2 la facture de la consommation énergétique. Les autorités tablent sur d’autres formes d’aide plus visibles. Il s’agit du logement, dont la crise sera «jugulée en 2018-2019», explique le texte préparé par les services de Abdelmadjid Tebboune. S’agissant de l’accès au logement, l’exécutif préconise d’aller vers de nouvelles formes de financement du logement et l’aide à la création d’un marché locatif. Les subventions des produits de consommation et de l’énergie coûtent, rappelons-le, très cher au Trésor public. Récemment, le chef de cabinet de la présidence et secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, avait affirmé que l’Etat a consacré plus « de 18 milliards de dollars pour soutenir les prix de la majorité des produits, dont l’énergie et les produits de consommation ».

Samir Rabah 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85