Plan d’action du gouvernement

Tebboune s’attaque à la bureaucratie

19 Jui 2017
105 fois

C’est demain que débutera l’examen oral de Tebboune. Il aura trois jours pour convaincre une Assemblée fraichement élue de la justesse des choix surtout économiques contenus dans le plan d’action de son gouvernement.  En théorie, tout indique qu’il n’aura aucune peine pour faire passer son programme, avec le soutien de la majorité constituée par les députés FLN et RND. Il aura en face de lui, un grand nombre de députés qui ont adopté, durant la précédente mandature, la fameuse loi de finances 2017. Il est improbable qu’il soit inquiété outre-mesure. Mais c’est en pratique, qu’il devrait se faire du souci, car la réalité du terrain est autrement plus compliquée. Elle est porteuse de défis que seule une volonté politique majeure est en mesure de relever. Il ne suffit pas seulement au gouvernement de manifester sa volonté d’assainir et d’améliorer le climat des affaires, de renforcer les investissements et de poursuivre la réforme du système bancaire, pour que toutes les difficultés rencontrées par les gouvernements précédents s’aplatissent comme par miracle. « Le gouvernement s’attachera à poursuivre l’assainissement substantiel du climat des affaires afin de libérer l’investissement et les entreprises des contraintes auxquelles elles sont confrontées, et à créer les conditions d’attractivité des investissements directs étrangers notamment ceux participant au transfert de technologie, à l’exploitation des ressources naturelles du pays et à la création d’emplois, dans le cadre du respect de la règle 51/49% (du capital) », note le gouvernement dans son plan d’action. Tous les Premiers ministres qui ont précédé Abdelmadjid Tebboune ont exprimé de tels projets, mais chacun d’eux a fini par s’avouer vaincu face aux entraves et aux blocages de toutes sortes. D’ambitieux programmes de développement ont été bloqués dans l’opacité la plus totale et en toute impunité. L’actuel Premier ministre en est conscient. Et c’est pour cela, qu’il semble déterminé à s’attaquer en premier à tous les problèmes liés au foncier destiné aux projets économiques. L’allègement des procédures administratives à l’endroit des porteurs de projets d’investissement devra être accompagné par une lutte optimale contre toutes les formes de spéculations pratiquées dans ce domaine. Dans ce contexte, le gouvernement doit concrétiser dans les meilleurs délais l’établissement du cadastre général et la modernisation des services des Domaines. Quant à la modernisation de l’administration des douanes à travers la consolidation du dispositif de l’opérateur économique agréé et son élargissement à d’autres catégories d’opérateurs, elle devra être consolidée par la facilitation des procédures de dédouanement au profit des investisseurs et des exportateurs. Tous les gouvernements qui se succédé ont essayé d’attirer le maximum d’investissement étrangers directs, mais les résultats ont été en-deçà des attentes. Abdelmadjid Tebboune sera-t-il mieux inspiré ou beaucoup plus aidé par les circonstances pour réussir à accélérer un processus jugé timide et insuffisant ? L’Algérie se trouve à la croisée des chemins et le Premier ministre sait pertinemment que la notion de confiance est primordiale. Et pour que l’ensemble des partenaires puissent s’engager, le gouvernement est tenu plus que par le passé à leur garantir un environnement transparent. 

Mohamed Mebarki

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85