Le Makhzen promet de lâcher le MAK

Chantage à la marocaine

19 Jui 2017
170 fois

Déclenché en réaction à la mort tragique d’un vendeur de poissons, broyé par une benne à ordures, la contestation populaire du Rif ne cesse de prendre de l’ampleur. Le mouvement né, il y a environ 7 mois, ne s’est pas essoufflé comme le souhaitait le régime, et la mobilisation n’a pas diminué d’un iota. Malgré toutes les tentatives déployées par Rabat dans le but de corrompre la protestation, en semant le doute sur le patriotisme de ses leaders et en les accusant d’être des séparatistes à la solde de puissances étrangères, le mouvement a non seulement démontré qu’il était enraciné dans une région certes frondeuse et qui ne connaît pas la sédition, mais a gagné en soutien et en sympathie parmi les populations des autres régions du royaume. En dépit de la répression qui s’est abattue sur eux, les militants du Rif ont fait preuve d’une grande résistance. La persistance du mouvement et sa cristallisation autour d’une plate-forme de revendications claires a fini par effrayer le Makhzen qui a essayé d’activer ses relais afin de récupérer ce qui était récupérable, mais en vain. Trop tard ! Car même si les revendications brandies par la population du Rif sont d’ordre socio-économique et sont présentées en tant que telles, l’esprit de la contestation plonge ses racines dans l’histoire d’une région traumatisée. Al Hoceima et toute sa région se mobilisent aujourd’hui pour dire ça suffit à la marginalisation et à la ghettoïsation dont elles sont victimes depuis des décennies et rappeler aux tenants de la monarchie, qu’elles demeurent fidèles à l’héritage d’Abdelkrim Al Khattabi. Et cela fait vraiment peur au roi et à sa cour. Pris de panique, ces derniers auraient anticipé une approche en direction de l’Algérie soupçonnée de soutenir et d’aider la contestation. L’émissaire du roi Mohamed VI à Alger est venu avec des « propositions » concrètes traduisant l’implication directe du Makhzen dans les évènements de Ghardaïa et dans la manipulation du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie dirigé par Ferhat Mehenni. Touché au cœur et craignant une propagation du mouvement de contestation à travers l’ensemble du territoire marocain qui pourrait emporter la monarchie, le Makhzen reconnait enfin son rôle dans la tragédie de Ghardaïa et le soutien qu’il a apporté au MAK, et promet de lâcher définitivement le mouvement séparatiste kabyle, en espérant que les services algériens ne soient pas tentés de rendre la pareille à un voisin qui a tout fait pour déstabiliser l’Algérie. Le MAK de Ferhat Mehenni ainsi qu’un certain nombre d’agitateurs sur les réseaux sociaux, bénéficient du soutien direct des services d’espionnage marocains, dont les responsables semblent avoir saisi la gravité de leurs agissements qui risquent de se retourner contre leur propre roi, fragilisé par une fronde sociale interminable et une situation économique désastreuse en dépit des camouflages que lui garantissent les médias français notamment. A force de multiplier les provocations contre l’Algérie et à s’ingérer dans les affaires intérieures de ce pays, le Maroc a fini par oublier ses propres problèmes. La question du Rif a été posée par Abdelkrim Al Khattabi, il y’a plus de 60 ans. Le Makhzen est sûrement conscient du fait que ce n’est nullement la rôle de l’Algérie qui va changer quoi que ce soit à une révolte populaire dirigée contre un régime spoliateur.

Mohamed Mebarki

Évaluer cet élément
(3 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85