Santé et prise en charge des malades

Hasbellaoui lance une opération de réhabilitation

12 Sep 2017
317 fois

Héritant d’une situation à la limite du catastrophique, léguée par son prédécesseur, Abdelmalek Boudiaf, dont le nom avait été mêlé à plusieurs scandales dont le plus médiatisé a été la campagne promotionnelle pour le complément alimentaire « Rahmet Rabbi », le professeur Hasbellaoui s’est engagé dans une vaste opération de réhabilitation du secteur de la santé. Pur produit du secteur dont il connait les forces et les moindres défaillances, le ministre de la Santé est monté au créneau pour défendre son plan de rattrapage visant à mettre fin aux multiples dysfonctionnements constatés par le personnel médical et les syndicats. «Nous préparons une nouvelle feuille de route consistant en la réorganisation du schéma de soins du patient. Il est très important d’améliorer les conditions de travail des praticiens et des paramédicaux, et par conséquent la prise en charge du malade». Le ministre s’exprimait en marge du séminaire national d’évaluation des activités des programmes de santé scolaire et universitaire. Insistant sur le fait que le malade demeurait la pierre angulaire de la politique sanitaire nationale, le professeur Hasbellaoui a estimé que le professionnel de la santé en Algérie doit exercer dans un environnement favorable, ajoutant que la principale contrainte du secteur n’était pas d’ordre financier mais liée à un déficit en ressource humaine formée.  «Lorsque vous formez un médecin spécialisé pendant 13 ans, il lui faut un minimum d’expérience et de pratique pour qu’il soit un praticien complet», a-t-il fait remarquer, avant de relever l’existence d’un déficit en personnel qualifié enregistré dans certaines spécialités cardinales comme la cardiologie, la gynéco-obstétrique et l’anesthésie-réanimation. Que faire pour y remédier ? Le ministre a lancé un programme visant à réduire l’impact de ces déficits, à travers, entre autres, la télé-radiologie pour certaines spécialités. Interrogé, par ailleurs, sur la question de la sécurité du médecin en exercice, Hasbellaoui a fait savoir que ce dossier n’incombait pas uniquement à son département, informant de l’existence d’une coopération avec celui de l’Intérieur et des Collectivités locales à ce sujet.  «Il est anormal qu’un médecin ou un paramédical soit agressé dans son lieu d’exercice. Le citoyen algérien a le droit d’être mécontent du service rendu mais des moyens légaux existent pour l’exprimer, comme le dépôt d’une plainte», s’est-il insurgé devant une telle situation.  Apparemment bien au fait des problèmes qui ont entaché la précédente campagne de vaccination, le ministre a tenu à rappeler qu’une campagne de rattrapage contre la rougeole et la rubéole, des pathologies qu’il convient de combattre, sera organisée, souhaitant que cette fois-ci, l’opération se déroulera loin du climat délétère qui a prévalu l’année dernière.

Mohamed M

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85