Logement public aidé

Suspendue depuis cinq ans, la formule relancée

12 Sep 2017
259 fois

Suspendue depuis cinq ans, la formule LPA, logement participatif aidé, sera relancée mais avec de nouvelles conditions, a annoncé hier Abdelwahid Temmar, le ministre de l’Habitat lors d’une visite qu’il a effectuée dans la wilaya de Médéa. Ne nécessitant pas la mobilisation de gros moyens financiers de la part de l’Etat, puisqu’elle est destinée à une catégorie sociale relativement aisée qui a la possibilité de contribuer dans une grande part à la réalisation des projets, cette formule a été appliquée pendant plus d’une décennie avant d’être bloquée. Son retour annoncé est l’aboutissement d’une longue concertation lancée par le ministère de l’Habitat avec les différents partenaires, bureaux d’études, promoteurs immobiliers et sociétés de réalisation qui ont comptabilisé une longue expérience dans ce segment. La formule LPA repose sur le principe de la participation financière du postulant que l’Etat consolide avec un montage financier grâce au concours des banques. Elle permettra à la classe dite moyenne d’accéder, à moyen terme, à la propriété d’un logement, sans engager l’Etat dans des dépenses qu’il n’a plus les moyens d’honorer aujourd’hui, dans un contexte de crise financière aggravée. En outre, la réactivation de cette formule abandonnée pour des raisons diverses permettra aussi la réduction de la tension sur les autres formules comme l’AADL, le logement social ou le logement promotionnel. Le ministre de l’Habitat qui a annoncé le retour de cette formule ne s’est pas étalé sur les nouvelles conditions exigées des futurs souscripteurs, mais il est d’ores et déjà plus que sûr que la contribution financière des futurs acquéreurs sera revue à la hausse afin de compenser le désengagement proportionnel de l’Etat. Déterminé à ne pas abandonner sa politique sociale, notamment en matière de relogement, malgré ses difficultés financières, l’Etat essaie de diversifier ses approches optionnelles afin de mieux s’adapter à la nouvelle conjoncture. Confrontée à un déficit estimé à 720 000 logements, l’Algérie compte rattraper son retard durant le plan quinquennal 2015-2019. La crise financière qui a frappé de plein fouet le secteur du bâtiment et qui a engendré l’arrêt de plusieurs chantiers et la réticence de certaines banques à s’engager financièrement, est encore présente. Le ministre de l’Habitat en est conscient, mais son annonce quant au retour de la formule LPA a dû être mûrement réfléchie et la décision a dû être prise après une étude approfondie des moyens disponibles pouvant contribuer à sa relance, en l’adaptant aux nouvelles exigences.     

M.M   

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85