Energie

Sonatrach n’arrive pas à satisfaire ses engagements

11 Oct 2017
67 fois

Malgré les efforts fournis, la compagnie nationale, Sonatrach, ne parvient pas à honorer ses engagements internationaux. Les responsables de la compagnie nationale des hydrocarbures admettent, à demi-mot, que leur entreprise n’arrive même pas à honorer les engagements pris dans le cadre de l’accord des pays membres de l’OPEP. Lors d’une rencontre avec les responsables de sa compagnie, tenue hier à Alger, le PDG de la compagnie, Abdelmoumène Ould-Keddour a indiqué que Sonatrach devra se restructurer pour atteindre ses objectifs. L’entreprise algérienne, la plus grande d’Afrique, souffre depuis des années d’une absence de stratégie et surtout d’un manque d’investissements en amont. A cela, il faut ajouter la hausse vertigineuse de la demande interne. Pour cela, Ould-Keddour a annoncé que Sonatrach devra se restructurer. Il a indiqué qu’«Il faut revoir l’organisation de Sonatrach pour la rendre plus efficace de façon qu’elle puisse réponde aux problèmes de l’heure » en matière de l’énergie. Il a relevé que la direction de Sonatrach a constaté qu’il fallait revoir son organisation pour la rendre plus efficace. Il a avancé que grâce aux différents ateliers organisés dans le cadre de cette réunion de brainstorming de deux jours, les participants vont sortir avec un modèle de réorganisation de Sonatrach. La Sonatrach emploi un effectif pléthorique estimé à 120 000 salariés, répartis sur plusieurs régions du globe. Elle compte au moins 154 filiales et gère 450 comptes bancaires. Des tentacules qui font de sa gestion une mission quasi-impossible. En plus de la restructuration, Sonatrach mise sur l’exploitation future du gaz de schiste pour augmenter sa production. « Il faut prendre les bonnes approches stratégiques pour pouvoir exploiter le gaz de schiste », a  déclaré Ould-Keddour, un brin pédagogue. Il a par contre averti que « ce n’est pas du jour au lendemain que les choses vont se faire car il y a beaucoup d’études et de travail à entreprendre et cela prendra du temps ». Mais, « ce qui est important de savoir est que le gaz de schiste existe et que tôt au tard, il sera exploré ».  A ceux qui craignent l’exploration du gaz de schiste, Ould-Keddour a indiqué que « les technologies ont tellement avancé pour l’extraction de ce gaz non conventionnel ».

Akli Ouali

Dernière modification le mardi, 10 octobre 2017 20:24
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85