Face au déficit chronique de la branche retraite

Un impôt de 1% sur les importations pour renflouer la CNAS

12 Oct 2017
218 fois

La caisse nationale de la Sécurité sociale vit depuis des années en situation de déficit chronique, un constat posé à nouveau par son Directeur général hier, lors de son passage sur les ondes de la radio. Mais c’est surtout la branche retraite qui est en difficulté, selon Djamal Bourkaib qui met en relief   « des difficultés pour des raisons universelles d’ordre démographique et de contexte économique ». Aussi évoque t-il différentes pistes pour le redressement de la situation. Dans ce cadre, il a fait état d’une « subvention d’équilibre » allouée par l’état, dans le cadre de la loi de Finances. Elle est de 500.000 milliards de dinars, révéle t-il en se faisant l’écho du message optimiste du Premier ministre quant à la capacité de l’Etat à verser les retraites.  L’autre mesure, contenue elle aussi dans la loi de Finances 2018 est un impot qui va taxer, à hauteur de 1% toutes les importations de marchandises pour la revente. Appelée « contribution de solidarité » cet impôt devrait rapporter environ 600 milliards de dinars. D’autres mesures sont contenues dans le programme du Gouvernement dans le cadre de l’élargissement de la base cotisante. Il s’agira, en l’occurrence de traquer les employeurs fraudeurs qui ne déclarent pas leurs travailleurs ou qui les sous-déclarent. Il faut dire que les responsables de la CNAS ont laissé à ces derniers suffisamment de temps pour se conformer à la loi et faire leur déclaration en payant quelques pénalités symboliques. Le directeur de la CNAS n’exclue pas l’usage de la force pour récupérer son dû chez les employeurs fraudeurs, mais aussi chez les barons de l’informel qui ne paient pas mais qui bénéficient des services publics assurés par l’état. Le patron de la CNAS va jusqu’à demander aux travailleurs non déclarés de dénoncer leurs employeurs au niveau de l’Inspection du Travail. Les responsables de la CNAS, comptent aussi se pencher sur les Start up qui activent dans le domaine du travail numérique qui constitue une importante niche de cotisations sociales.  L’invité de la rédaction de la chaine 3 a, par ailleurs, insisté sur l’élargissement des actifs cotisants. « En Algérie les taux d’activité et d’emploi sont relativement faibles. Il faut donc augmenter l’offre du travail par la création de nouveaux dispositifs, de nouveaux statuts plus adaptés à la réalité de notre économie » a-t-il argumenté. Selon le directeur de la CNAS  « il y a actuellement plus de 12 millions d’assurés sociaux (affiliés inscrits qui disposent d’une carte de sécurité sociale), dont 6 millions seulement d’actifs (qui travaillent et cotisent). Le reste des assurés sociaux est composé d’étudiants, de retraités et d’ayants droit (membres de la famille d’un assuré social). Globalement, plus de 37 millions de la population bénéficient de la couverture sociale ». Evoquant le Fonds national de réserve des retraites, l’invité précisera qu’il a été institué au profit des générations futures, ajoutant que ce fonds « cumule, à ce jour, des ressources de 429 milliards de dinars et on attend 66 milliards de DA supplémentaires pour l’année prochaine ».

H.Khelifi

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85