Son crochet algérois a été un succès auprès des jeunes

Macron propose un pacte d’apaisement

07 Déc 2017
162 fois

Le jeune président Emmanuel Macron a sans doute changé définitivement la façon dont l’Algérie et la France entretiennent leurs rapports plus au moins heurtés depuis 1962. Hier à Alger, Macron a réussi son immersion au milieu de la foule de jeunes algérois qui lui a manifesté respect et admiration. Il semblait parfaitement à l’aise avec ces jeunes de sa génération qui lui réclamaient des «visas». Un signe qui ne trompe pas sur le fossé très large qui sépare les élites politiques au pouvoir aux préoccupations des algériens d’en bas. Le président Français à donc trouvé un allié objectif à sa volonté de refonder la relation franco-algérienne sur des bases plus réalistes et plus concrètes. Hier, il n’a pas été question comme attendu de mémoire ou d’excuse. Emmanuel Macron ne voulant pas s’enferrer dans ce débat qui selon lui, est stérile. Il a invité la jeunesse algérienne à construire son avenir et ne pas être prisonnière de son passé. Pour autant le chef de l’Elysée ne veut pas zapper le passé de la France coloniale. « Je maintiens ce que j’ai dit à propos de la colonisation que c’était un crime contre l’humain»  a-t-il réitéré dans un entretien à TSA. Macron est un homme nouveau, un président atypique qui souhaite inaugurer une nouvelle façon de concevoir le couple franco-algérien condamné à s’entendre malgré le poids de l’histoire. S’il n’a pas fait d’annonces spectaculaires et a exclu catégoriquement toute repentance ou excuse, le président Macron n’en a pas moins fait un geste à forte charge symbolique. Il s’est ainsi engagé à restituer les crânes des résistants algériens tués durant dans les années 1850 qui sont conservés au Musée de l’Homme à Paris. «Je souhaite qu’on ravive la relation avec le travail mémorial entre nos deux pays, que la restitution des crânes soit décidée, je la déciderai, je suis prêt», a-t-il dit, souhaitant que les autorités algériennes fassent des gestes similaires comme par exemple laisser des pieds noirs ou les enfants de harkis visiter leur pays de naissance. En gros, le président français aura montré le cap de sa vision de la relation entre les deux pays. Une relation qui doit être structurée d’après lui par une densification des échanges mais auparavant par une «réconciliation de toutes les mémoires». Au plan économique, Emmanuel Macron souhaite voir le gouvernement algérien assouplir le cadre de l’investissement étranger pour permettre aux opérateurs français de venir injecter leurs capitaux. «Moi je vais inciter les investisseurs français à venir en Algérie mais quand çà ne marche pas ce n’est pas forcément de leur faute. Vous savez les règles de la majorité et d’autres freins découragent les investisseurs», a-t-il pointé. Pour autant Macron pense que les deux pays peuvent réaliser des belles choses en commun. C’est en tout cas son souhait qu’il compte réaliser avec les autorités algériennes. Quand au peuple, il l’a clairement charmé hier à Alger où il s’est offert un bain de foule et reçu des youyous depuis les balcons. Le ciel est-il dégagé entre Alger et Paris ? On n’en saura un peu plus à la fin de la réunion de la haute commission de coopération coprésidée par les deux Premiers ministres aujourd’hui à Paris.

Imane B

Dernière modification le mercredi, 06 décembre 2017 20:33
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85