Elle renonce à des manifestations publiques

L’intersyndicale en appelle à Bouteflika

10 Déc 2017
1852 fois

L’intersyndicale indépendante, composée d’une quinzaine de syndicats autonomes activant notamment dans les Secteurs de l’Education, la Santé publique, a décidé de changer de braquet pour faire avancer ses revendications. A l’issue d’une réunion jeudi au siège de l’UNPEF, au cours de laquelle ont été débattues plusieurs questions inscrites à l’ordre du jour, décision est prise par consensus de s’en remettre au chef de l’Etat comme arbitre suprême pour la prise en charge des revendications. En parallèle à l’interpellation du président Bouteflika, l’intersyndicale compte saisir aussi le Bureau internationale du travail, selon Messaoud Boudiba, le président du CNAPEST. Les revendications de cette intersyndicale, qui ne sont pas au demeurant nouvelles, se déclinent en plusieurs points. En tête, vient le libre exercice de l’activité syndicale. Le choix de prioriser cette revendication vient comme une réponse aux entraves opposées par les pouvoirs publics dans les différentes institutions, explique M. Boudiba pointe « un recul des libertés syndicales ». Le deuxième point porte sur ce que l’intersyndicale appelle « amélioration du pouvoir d’achat des citoyens », mais elle reste vague sur la manière de concrétiser cette amélioration. Tout ce qu’on sait à ce propos, c’est que l’intersyndicale s’est associée aux partis politiques qui étaient vent debout contre la loi de fiance 2018. Retraite anticipée : l’intersyndicale réclame son maintien, alors que le gouvernement entend purement et simplement en finir, considérant que son maintien en plus de fragiliser davantage les ressources de la caisse de retraite, prive les entreprises de compétences avérées qui migrent vers d’autres secteurs. Enfin l’intersyndicale revendique son droit d’être associée aux consultations sur le nouveau code du travail. On sait que l’ancien ministre du Travail, Mohamed El Ghazi, avait tenté quelques « prises de langues » avec des représentants des syndicats autonomes, mais ceci est resté au niveau des consultations préliminaires. L’Intersyndicale veut plus que des consultations formelles, mais une réelle prise en charge de ses propositions. En choisissant ainsi la voix de la sagesse, c’es-à-dire s’adresser au président de la République, l’intersyndicale réussira-t-elle à se faire entendre ?  Le président de la République instruira-t-il son Premier ministre pour écouter les syndicats autonomes ? Difficile d’y répondre quand on connait la position d’Ahmed Ouyahia qui préfère traiter avec le syndicat maison qu’est l’UGTA, le partenaire historique, dans le cadre du « Pacte économique et social » Pour rappel, l’intersyndicale indépendante avait tenté d’organiser au lendemain des élections locales du 23 novembre une manifestation à la place centrale d’El Annasser. Mais les services de sécurité n’ont pas laissé faire, embarquant le leader de la manifestation dans des paniers à salade en direction du commissariat Zeralada, avant d’être relâchés.                   

H.Khellifi.  

Dernière modification le samedi, 09 décembre 2017 19:54
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85