Après sa rencontre avec le ministre du Travail

Le CNAPESTE au pied du mur !

13 Fév 2018
233 fois

Assistons-nous à un tournant dans la grève   du CNAPESTE qui entre aujourd’hui dans son quinzième jour ? Visiblement, c’est bien le cas, après la rencontre avec le ministre du Travail, qui a duré environ deux heures. Mourad Zemali a invité le syndicat, frondeur non pas pour discuter, encore moins pour négocier, mais juste pour lui transmettre un message de fermeté des autorités.  « La réunion d’aujourd’hui n’est pas de discuter des revendications du CNAPESTE, ni de leur légitimité. Nous leur avons juste demandé d’arrêter la grève car les lignes rouges sont dépassées » s’est empressé de dire le ministre au sortir de la réunion. Mourad Zemali a employé des mots forts en expliquant aussi « la réunion d’aujourd’hui, c’est pour dire stop, il y a danger »   C’est que pour le membre du gouvernement, « la ligne rouge a été franchie avec la sortie des élèves dimanche passé pour défiler dans la rue, à Blida, où la grève dure depuis plusieurs semaines. Ferme, le ministre n’est pas moins conciliant à travers son appel au CNAPESTE « à faire attention, il y a un risque de dérapage, sa responsabilité est engagée devant le peuple et devant l’histoire » Revenant sur cette grève le ministre, il abonde tout à fait dans le sens de la Justice en notant qu’»il n’existe pas dans le code du travail quelque chose qui s’appelle +grève illimitée+, le CNAPESTE doit appeler à la reprise du travail» Le message du ministre est-il passé ? En tout cas, la délégation du CNAPESTE affichait une fausse sérénité, car son coordinateur, Salim Oulha expliquait aux journalistes que « la grève continue, jusqu’à la satisfaction de nos revendications, l’arrêt de cette grève relève des strictes compétences du Conseil national » Quand cette réunion aura-t-elle lieu ? Mais, dans les propos du coordinateur on sent une inflexion en affirmant « Nous avons demandé la médiation du ministre pour favoriser un vrai dialogue avec la tutelle. En attendant nous maintenons notre grève»  Ceci ne l’empêche pas de rappeler dans ce qui semble un baroude d’honneur que  «le respect des lois de la République doit être la préoccupation de toutes les parties, et les mesures coercitives prises par l’administration ont eu un effet aggravant sur la situation» Il faut dire que le CNAPESTE, en voulant jouer en solo, pour affirmer son hégémonie  syndicale au sein de l’Education a pris  des risques inconsidérés dont il fera certainement les frais dans les jours à venir. On a vu dimanche des syndicats, proches de l’UGTA, certes, l’accuser de jusqu’auboutisme. Une pression qui est venue s’ajouter à celle des associations des parents d’élèves et les mesures administratives de la ministre de l’Education et de la Justice.  En somme, un véritable tir croisé sur ce syndicat qui n’aurait pas dû opter pour la démarche extrême de grève nationale illimitée »  qui se retourne, à présent, contre lui.

H.Khellifi.

Dernière modification le lundi, 12 février 2018 20:14
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85