Il appelle à l’implication des mosquées, des zaouïas et des médias

Mohamed Aïssa veut restaurer le référent religieux

13 Mar 2018
259 fois

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, estime plus que primordial d’œuvrer à restaurer le référent religieux national, de plus en plus attaqué et menacé par les courants islamistes venus d’ailleurs. Intervenant hier à M’sila à l’ouverture du 2e colloque national intitulé «la vie spirituelle saine, la consolidation de la cohésion sociale et la promotion du civisme », Mohamed Aïssa, en guerre ouverte contre les islamistes radicaux, appelle les mosquées à élever leur discours et à diffuser les valeurs de la paix, de la fraternité, du vivre ensemble, de la cohésion sociale et du développement du sens d’appartenance à la patrie. Le ministre des Affaires religieuses qui ne cesse de plaider pour l’islam de Cordoue, invite également les zaouïas à être plus offensives et plus présentes afin de continuer à véhiculer les valeurs spirituelles algériennes et prémunir le pays contre les «invasions » de courants radicaux qui dénaturent le message profond de l’islam. Mohamed Aïssa demande dans ce sillage à la presse de jouer son rôle de sensibilisation et de lutte contre les discours haineux et violents. Les médias doivent, selon lui, orienter « sainement » l’opinion nationale et « éviter la tension sectaire par laquelle s’infiltrent les complots qui visent le référent religieux national ». Pour le ministre, les zaouïas ont déjà montré la voie. Il estime que les mosquées doivent aujourd’hui prendre pour modèle celui des zaouïas qui ont su, au fil des siècles, préserver la cohésion de la société. Les imams sont ainsi invités à aborder avec courage les dangers menaçant le référent  religieux, les fléaux sociaux que sont la toxicomanie, le kidnapping et le   viol. « C’est ce référent religieux national qui fut le ciment de l’unité nationale durant les résistances populaires et la glorieuse Révolution », soutient le ministre qui ne cesse de dénoncer les « dérives » de certains religieux qui importent des courants étrangers à notre islam et à notre culture. Mohamed Aïssa s’est élevé maintes fois contre ceux qui utilisent la religion à des fins personnelles ou partisanes en se cachant derrière des concepts et des étymologies qu’ils manient selon leur convenance. Le ministre a appelé les mosquées à s’ouvrir sur leur environnement, Le ministre peut compter sur l’appui notamment du cheikh de la zaouïa Kassimiya d’El Hamel, Mamoune El Kassimi, qui a appelé de son côté à combler le vide spirituel en favorisant l’émergence d’un «individu musulman imprégné correctement des préceptes de sa religion ». Il considère qu’«une orientation correcte favorisera la préservation de la cohésion sociale et de l’unité nationale ». Aussi, le président du Forum de wilaya du mouvement associatif et de la société civile, Abdelaziz Belkadhi, a soutenu que l’objectif du colloque est de dynamiser les rapports de  l’université et des laboratoires de recherche avec leur environnement et préserver le référent religieux du pays.

Yanis Belmadi

Dernière modification le lundi, 12 mars 2018 20:15
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85