Le CC du FLN sous haute sécurité

Ould Abbès et la caution de Saïd Bouteflika

21 Avr 2019
339 fois

Le wali d’Alger, assurément instruit par le Premier ministre en personne, a accordé au FLN l’autorisation de tenir une réunion de son Comité central, mardi prochain, au Centre international des conférences Abdellatif Rahal, situé à proximité de Club des Pins, une zone hautement sécurisée. Déposée par trois membres du CC, inconnus du grand public, l’autorisation a été délivrée au profit de Djamel Ould Abbès, que le ministère de l’Intérieur reconnait toujours comme le secrétaire général légitime du FLN, malgré son éviction publique de la tête du parti, et son retrait de la scène qui aura duré cinq mois ! Ce retour en force de l’une des personnalités les plus décriées, dans un contexte, que l’on pourrait qualifier d’insurrectionnel, même si les manifestations sont demeurées pacifiques jusqu’à présent, a de quoi intriguer. De quel soutien bénéficie-t-il pour qu’il refasse surface de cette manière provocatrice, au moment où son parti est humilié par des millions d’Algériens à travers l’ensemble du territoire national ? Celui ou ceux qui l’ont inspiré de réunir le comité central dans ces circonstances, ont certainement tenu compte de tous les risques, en optant pour un lieu inaccessible au grand public. Même au temps où les réunions de ce parti se tenaient « à couteaux tirés », le FLN n’a jamais élu domicile dans cette « zone verte » bunkérisée ! Les concepteurs de ce conclave, qui ne va pas manquer de donner lieu à des règlements de comptes d’une rare violence, ne veulent pas que la réunion soit perturbée par une population, dont l’un des slogans préférés est justement « FLN dégage ». Mais qui a le pouvoir de choisir un tel lieu, tout en ayant la force d’imposer une personne honnie par tous les Algériens à présider une réunion, qui a tout l’air d’une manœuvre ? D’autant plus que cette réunion va se tenir au lendemain d’une réunion de la commission juridique du Conseil de la nation, pour statuer sur deux demandes émanant de la Justice : la levée de l’immunité parlementaire de Djamel Ould Abbès et Said Barkat, deux anciens ministres qui siègent en tant que sénateurs du tiers présidentiel. Tout porte à croire que c’est Saïd Bouteflika, qui serait derrière ce retour « théâtral », mais les motivations ne sont pas forcément de bon augure. Connu pour ses liens avec la famille Bouteflika, Djamel Ould Abbès a toujours entretenu des rapports solides avec l’ancien conseiller du président déchu. Il a toujours été élogieux à son égard, en aparté et en public. Pour l’énigmatique SG du FLN, à qui on va offrir sur un plateau d’or, une vengeance historique contre Mouâd Bouchareb et son équipe, « Saïd Bouteflika jouit d’une grande popularité auprès des Algériens, qui lui vouent beaucoup d’amour ». Cette apologie a été faite en 2017, pour ceux qui ont la mémoire courte. Entre les deux hommes, la connivence n’a jamais été interrompue, ni les desseins aussi.

Mohamed Mebarki

Dernière modification le samedi, 20 avril 2019 21:15
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85