Prolongation du mandat de Bensalah

Huit partis rejettent l a décision du Conseil constitutionnel

06 Jui 2019
265 fois

Un groupe de huit partis de l’opposition ont rejeté en bloc, hier, le contenu de la « fatwa » constitutionnelle qui prolonge le mandat du chef d’État par intérim Abdelkader Bensalah. Réunis à Alger, l’Union des Forces Démocratiques et Sociales (UFDS), Talai al Hourriet, le MSP, le parti d’Adala, Al Binaa, le PLJ, le parti Fadjr Al Jadid, et le mouvement Ennahda ont jugé « anticonstitutionnelle » cette décision qui n’est pas conforme aux aspirations du peuple, selon eux. « Nous considérons le contenu de la fatwa du Conseil constitutionnel anticonstitutionnel et contraire aux revendications du peuple », écrivent ces partis dans un communiqué ayant sanctionné la rencontre. Les huit partis ont salué le « principe » de dialogue auquel a appelé le chef d’état-major de l’ANP dans son discours du 28 mai à Tamanrasset. Ils ont toutefois mis en avant l’exigence du départ des symboles de l’ancien régime « pour garantir la réussite de ce dialogue et la crédibilité de ses conclusions ». Ces partis ont renouvelé leur attachement à un « dialogue souverain, sérieux et responsable » susceptible de garantir « une solution idoine et efficace » qui « permettra de réaliser les revendications populaires ». Ils réitèrent leur souhait d’aller vers une conférence nationale inclusive pour s’entendre sur une « vision claire et commune ». Ces partis de l’opposition appellent à ne pas sous-estimer les acquis réalisés jusqu’à ce jour par le Hirak « grâce à la conscience du peuple et sa lutte pour le changement souhaité », tout en invitant les citoyens à la vigilance « afin de contrecarrer tous les plans suspects dont le seul but est d’attenter à l’unité et à la sécurité du Hirak » mais aussi remettre en cause « les revendications légitimes du peuple algérien ». Les partis signataires du communiqué lancent un appel aux institutions judiciaires en vue de s’acquitter de leurs « missions constitutionnelles pour combattre la corruption politique et préserver le denier public contre les grands crimes économiques ». Tout en rappelant la nécessité de respecter les mesures d’une justice juste, les huit partis insistent sur l’exigence d’éclairer l’opinion publique sur toutes les affaires et les dossiers « à même de garantir la transparence des procédures et éviter toute supputation qui nuirait à la crédibilité de la justice ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85