Annaba : Shopping mall, terrasses du port...

1 299 milliards débloqués

17 Aoû 2019
17170 fois

Le dégel des projets chers aux habitants d’Annaba  est acquis. La wilaya aura bien un shopping mall, des terrasses au port et un hôtel 4 étoiles à l’aéroport Rabah Bitat, des investissements dont l’impact sur l’économie de la région n’est pas à démontrer. Pour le wali d’Annaba, Mezhoud Toufik en l’occurrence, c’est certainement le sentiment de la mission accomplie : totalement investi dans la relance de ces projets, ses efforts n’ont pas été vains.  Le financement étant ficelé, grâce à une enveloppe budgétaire de quelque 1.299 milliards de centimes, les projets démarreront bientôt. Cet ensemble de projets structurants porté par la société d’investissements hôteliers (SIH) en partenariat avec l’EPAN (entreprise portuaire d’Annaba), doit se concrétiser à l’orée 2022/2023, apprend-on de source crédible. A rappeler que le conseil de participation de l’Etat (CPE) avait donné son accord, mardi 25 juin à Alger pour la réalisation de 3 projets d’envergure, et ce, malgré le gel et les sévères critiques, dont ces projets structurants ont fait l’objet. Des projets portés et soutenus par le wali Il faut reconnaitre à ce sujet, soulignent des professionnels en la matière, la griffe et le forcing du wali d’Annaba, Toufik Mezhoud, qui a défendu bec et angle, pour relancer ces projets, susceptibles de redessiner et embellir l’image de la coquette, en les portant devant les responsables au plus haut niveau de l’Etat. D’ailleurs, selon la résolution n° 01/168/ du 25 juin dernier, la communication présentée par le wali d’Annaba sur l’impact socio-économique de ces projets d’investissement pour le développement et la modernisation de la ville d’Annaba qui enregistre un déficit pour ce type d’infrastructures ainsi que leur impact sur la création d’emplois dans toute la région, était pour beaucoup dans l’acquis de ces projets structurants. Ainsi, Annaba, avec les potentialités incommensurables qu’elle recèle , a pris conscience de cela et mis en œuvre toutes les stratégies prenant en ligne de compte cette réalité incontournable : le développement du tourisme doit constituer une alternative à la dépendance de l’économie nationale des ressources provenant de la vente des hydrocarbures. Des ambitions qui ont été favorablement et surtout soutenues par les ministres des Affaires étrangères et celui de l’Intérieur, lors de la réunion du CPE. En effet, toujours selon la même source, l’opportunité de relancer ces trois projets d’investissement, initiés par la société d’investissement hôtelière « SIH »,dans le cadre de la modernisation de la ville d’Annaba, qui consiste dans une première phase, en la réhabilitation et l’aménagement des terrasses au port d’Annaba, la réalisation d’un centre commercial (shopping mall » en face du Sheraton d’Annaba pour un budget global de 8,5 milliards de dinars et dans une seconde phase, la réalisation d’un hôtel 4 étoiles au niveau de l’aéroport d’Annaba pour un montant de 4,48 milliards de dinars. Tourisme : sur la rampe de lancement Selon des explications fournies jeudi dernier à Abdelkader Bensessaoud, ministre du Tourisme et de l’Artisanat en visite à Annaba, cette wilaya, enregistré dans ce domaine, , un regain d’activité à l’ombre d’une dynamique jamais signalée auparavant et une dynamique devant permettre à la cité des rives de la Seybouse, de redorer assurément son blason et renouer progressivement mais sûrement avec ses attributs d’antan. Aujourd’hui, la majorité des projets dans le domaine touristique a été lancée. D’ailleurs, pour beaucoup d’observateurs, Annaba est en train de conforter ses assises d’une cité balnéaire, à une cadence effrénée. En témoignent le lancement de nombreux projets touristique au niveau de la ZET de Ras-El-Hamra et la rénovation et la restauration des hôtels plazza et Mountazah et enfin le lancement le mois passé les travaux de réalisation de nombreuses infrastructures touristiques au niveau de la ZET de Ras-El-Hamra. Le wali, dont l’approche ambitionne de réunir toutes les conditions d’un développement harmonieux et pérenne, ne fait pas dans l’autosatisfaction quand il évoque l’action de développement aussi importante soit-elle et qui incontestablement place Annaba sur la rampe de lancement. Pour lui l’effort doit rester continu pour pouvoir parachever l’élan de développement qui se poursuit avec une volonté indéfectible et un dévouement évident à la chose publique. Le parc hôtelier de la wilaya compte actuellement 49 établissements d’une capacité totale de 5.200 lits, qui devrait être renforcé dans les 2 prochaines années par la réception de 12.000 lits. Aux yeux du chef de l’exécutif : « Le tourisme est un créneau qui génère le plus les entrées en devises fortes. Le retard enregistré à Annaba sur ce plan est important, mais notre pays a tous les moyens pour se mettre au diapason de la tendance mondiale. Sa vocation industrielle n’amoindrit en rien son potentiel agricole et ses richesses touristiques. Les investissements publics injectés ces dernières années dans son développement, au-delà du fait qu’ils traduisent une présence marquée de l’Etat, l’ont incontestablement mise sur la rampe de lancement. Ouverte sur la Méditerranée, Annaba bouge incontestablement. Cher à tous les annabis, le vœu de voir Annaba une ville Smart, est en voie d’être exaucé, du moins par le wali d’Annaba, qui, pour le concrétiser, affiche une volonté évidente.  « Shopping mall », un modèle d’efficacité pour les gestionnaires du centre-ville Annaba sera dotée d’un shoping mall avec homogénéisation d’un espace central, monté d’une vision managériale et entrepreneuriale du territoire, développement et professionnalisation des pratiques de marchandisation de la ville. Ce centre commercial sera idéalement implanté, en plein centre-ville, plus précisément en face de l’hôtel Sheraton, sur le site de l’ex-faculté des sciences juridiques (Victor Hugo), devant faire l’objet par une opération de démolition. Le shoping mall, qui sera doté d’un parking couvert, des locaux techniques et de services, sera réalisé sur un terrain de 6.250 m² et nécessitera une enveloppe totale de 5,11 milliards de dinars, pour laquelle, un accord a été approuvé pour son financement par un crédit bancaire sur 20 ans et une période de différé de 8 ans, avec prise en charge par le Trésor public des intérêts intercalaires. Conçu par le bureau d’études Fabris Et Partners Architteti Italie, le centre commercial pourrait accueillir ses premiers clients en 2023. Cette réalisation, qui devra s’implanter dans les locaux de l’institut des sciences juridiques, ne manquera pas de marquer le renouveau de ce site et de son patrimoine bâti. Un chantier qui fera date dans la réfection du centre-ville. Il faut souligner que ce nouvel aménagement du cœur de ville est porteur d’ambitions autres que commerciales. La protection du patrimoine bâti est un autre argument en faveur de son implantation. Pour la SIH, qui a pris des engagements avec le ministère de la Culture, le centre commercial ne pourra que contribuer à réhabiliter et à animer le quartier en « décomposition » qu’est aujourd’hui la Médina. L’architecture, contemporaine s’intègre à merveille dans le site. Les lignes épurées épousent les éléments alentours, notamment les remparts de la ville, entre « Bab Soukane » et « Bab el maqabra ». Pour une harmonie parfaite, les promoteurs se sont engagés à rénover et valoriser le dernier fort encore debout de la vieille ville, « Le Fort des suppliciés », ainsi que l’escalier existant, aujourd’hui quasiment en ruine. À l’extérieur, l’environnement a donné l’idée aux architectes d’imaginer un large parvis donnant directement sur la Médina rendant l’ensemble lisible et cohérent. Cela permettra, selon notre source, d’instaurer un dialogue entre le centre historique et le Cours de la Révolution à travers le boulevard Victor Hugo.

La mise en tourisme du port : des terrasses (Quai Warner – petite Darse) L’opération porte sur la réhabilitation et l’aménagement de l’infrastructure constituée d’un rez-de-chaussée devant accueillir des activités commerciales et de services sur une supériorité de 7.800 et d’un étage à usage de bureaux et restaurants une superficie de 2.900 m². Le cout global du projet est estimé à 3,4 milliards de dinars, pour lequel, il a sollicité un accord pour son financement par un crédite bancaire sur une durée de vingt ans et une période de différé de huit ans avec prise en charge par le trésor public des intérêts interoculaires. C’est le long de la façade portuaire, que la SIH et l’EPAN tablent sur le nouveau statut culturel et touristique de la ville mais aussi sur les perspectives économiques du futur quartier. « Les Terrasses du Port » sont emblématiques du projet de réunification de la ville avec son port. Leur architecture audacieuse, intégrera le bâti existant comme les colonnes, qui seront réhabilitées. Pour les concepteurs, il s’agit aussi d’injecter des projets catalyseurs autour de la vieille ville. Sa réalisation a été confiée aux cabinets Fabris Et Partners Architteti Italie. Son objectif est de créer une ouverture sur la mer, respectueux de l’esprit des lieux, en associant la pierre et l’acier dans la continuité des volumes et matériaux environnants. La transformation du bâtiment d’origine a été conçue comme une véritable transition entre héritage et modernité. La façade évoque, quant à elle, un style rationaliste, expression d’un design architectural contemporain. Même si la vocation première est totalement commerciale, celle-ci combinée à la fonction d’attraction des foules, abritera sur deux niveaux, des activités de grande attractivité de restauration, bureaux, commerces et servies. La zone du projet, qui s’étend sur une superficie de 13 199.70 m², s’inscrit dans une vaste opération de recomposition de la façade portuaire devenant ainsi le symbole du renouvellement urbain du Cours de la Révolution et de la Médina, en accueillant des activités économiques, commerciales et culturelles. L’ouverture est prévue à l’horizon 2022. Un « 4 étoiles » de 138 chambres pour l’aéroport international Idéalement situé sur l’axe : aéroport, Sidi Salem, centre ville forcément appelé à se développer, cet établissement touristique aux normes internationales devait augmenter la capacité d’accueil hôtelière de la wilaya de plus d’une centaine de lits et offrir aux voyageurs tout le confort nécessaire. Il s’agit d’un hôtel 4 étoiles,  situé sur la plateforme aéroportuaire de l’aéroport Rabah Bitat. L’établissement d’une capacité maximale de 40.138 m² de surface de plancher comprenant au maximum 138 chambres et suite avec lobby et réception, Lobby bar, restaurants …. Un parking en plein air sera réalisé d’une capacité de l’ordre de 220 places. D’une enveloppe estimée à 4,48 milliards de dinars, ce projet, auquel s’associe l’EGSA, sera pris en charge par le groupe Hyatt.  L’ouverture est annoncée pour 2023. Innovations environnementales qui préfigurent l’avenir de la Coquette; développement économique de son territoire; création d’emplois de proximité et d’espaces publics vecteurs de lien social : Ces réalisation s’engagent à générer des retombées pour tous, à toutes les échelles du territoire. La gare maritime : un complément pour le projet des terrasses du port L’extension et la modernisation du port autonome d’Annaba, financés dans le cadre d’un investissement d’entreprises publiques, est un autre projet structurant dont a bénéficie fièrement la wilaya. Ainsi, la nouvelle gare maritime d’Annaba, un projet grandiose et restructurant aux standards internationaux sera certainement un compliment pour les terrasses du port. Cette superstructure ayant la forme d’un navire, est appelée à valoriser l’activité de transport maritime d’un plus grand nombre de voyageurs tout en offrant aux usagers des espaces de services et de loisirs aux normes internationales. Ce projet d’envergure devrait ouvrir certainement des horizons économiques prometteurs pour la wilaya d’Annaba, entre autres, quelque 100 croisières/moi sont au programme. Cette gare maritime sera dotée de toutes les commodités nécessaires en mesure de faire transiter 125.000 passagers/an au lieu de 16.000/an actuellement. Une fois livrée, cette infrastructure portuaire, dotée également d’un espace commercial au rez-de-chaussée et des restaurants panoramiques et autres commodités aux niveaux des terrasses et d’une passerelle connectée directement sur le navire, permettant également l’ouverture de l’infrastructure maritime sur la ville et le citoyen. De même que de nouveaux ouvrages d’accostages seront également réalisés devant répondre amplement aux exigences de leurs besoins en matière de trafic maritime.

B. Salah-Eddine

Évaluer cet élément
(3 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85