Manque de liquidités

Des explications qui ne tiennent pas la route

30 Juil 2020
569 fois

Depuis plus de 20 jours, c’est la galère pour les Algériens, qui veulent effectuer un retrait à vue au niveau des guichets de la poste. Que ce soit dans les grandes villes ou les petits patelins, où théoriquement il y a moins d’affluence, ce sont les mêmes scènes de centaines de citoyens formant de longues chaînes, dans des conditions insoutenables (promiscuité et canicule) et prenant leur mal en patience, dans l’espoir de pouvoir retirer un peu d’argent pour faire face aux besoins imposés par l’Aïd. Des scènes incroyables ayant donné lieu à des bousculades montres ont été filmées et diffusées dans des vidéos, qui ont « déchiré » la Toile. De Maghnia à Tébessa, et d’Alger à El Oued, le problème soulevé est le même : manque de liquidités dans les bureaux de poste, dont les distributeurs automatiques ont été mis hors de service. Les signes d’une telle « crise » avait été pourtant perçus depuis plus de 2 mois, sans que les pouvoirs publics n’interviennent, se contentant de minimiser les conséquences d’une pénurie, qu’ils ont été obligés de reconnaitre. S’exprimant, hier, sur les ondes de la radio nationale, le premier responsable d’Algérie poste a été amené à admettre le problème. Selon Abdelkrim Dahmani, c’est « le contexte économique qui a impacté la disponibilité des liquidités ». D’après lui, « une baisse de 15% des liquidités est enregistrée au premier trimestre 2020, comparativement à la même période en 2019 ». La veille, le ministre de la Poste et des Télécommunications avait indiqué que les contraintes liées aux mesures préventives contre l’épidémie du coronavirus, réduction des personnels, notamment féminin, ont eu une incidence négative sur le réseau de ramassage et de distribution des fonds au niveau des bureaux des postes. Dans le même contexte, il a annoncé que pas moins de 114 milliards de dinars de pensions de retraites ont été retirés entre le 18 et 26 juillet et 374 milliards de dinars en juin pour 3 millions de retraités dont les comptes sont domiciliés à Algérie Poste. Auparavant, le Premier ministre s’était exprimé sur la question, en affirmant que « la situation actuelle ne se pose pas en termes de disponibilité de liquidités ». Selon lui, c’est « la circulation et le recyclage des liquidités qui en est la cause». Tout en suggérant que bénévoles de la société civile s’impliquent dans l’organisation des files d’attente devant les bureaux de poste afin de faire respecter les mesures anti-Covid notamment la distanciation physique et le port du masque, Abdelaziz Djerad persiste à croire que la pénurie de liquidités est un problème secondaire. Très peu pour convaincre ces dizaines de milliers de retraités, qui ont dû attendre plusieurs jours avant de percevoir leurs pensions.

M.M

Dernière modification le mercredi, 29 juillet 2020 21:32
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85