Justice

Reprise demain du procès Hamel et ouverture de celui de Drarni

02 Aoû 2020
345 fois

La trêve de l’Aïd étant finie, la justice reprend ses affaires. A partir de demain , plusieurs procès retentissants vont reprendre. Le procès en Appel de Abdelghani Hamel et l’ouverture du procès du journaliste Khaled Drareni se dérouleront ce 03 mai dans différents pôles judiciaires de la capitale. Après plusieurs mois de report, le procès du journaliste Khaled Drareni va s’ouvrir, demain, au Tribunal Sidi M’hamed, à Alger. Arrêté en mars dernier en marge d’une manifestation du hirak, l’ancien correspondant en Algérie de l’Organisation reporters Sans frontières, RSF et de TV monde, est accusé de « attroupement non-armé » et de « atteinte à l’unité nationale ». Dans une déclaration à la presse, Abdelmadjid Tebboune avait insinué que le journaliste serait coupable de « intelligence » avec des parties étrangères. Mais les avocats du jeune homme nient l’existence d’une telle accusation dans le dossier de l’instruction. Après quatre mois de détention provisoire, le dossier de l’instruction a été adressé au Tribunal qui a finalement programmé le procès pour le 03 août. Ses avocats et les militants des droits de l’Homme espèrent que le journaliste va être libéré surtout que les autorités ont décidé d’une « période d’apaisement » qui doit précéder la révision de la Constitution qui devra intervenir en octobre prochain, en principe. Deux autres militants, Samir benlarbi et Slimane Hamitouche, vont être jugés le même jour que Khaled Drareni. Ces derniers se trouvent en liberté provisoire. A Timimoun, c’est demain que trois militants, condamnés à 6 mois de prison ferme dont trois fermes, vont quitter, en principe, la prison. Après une journée, de mercredi, tumultueuse à la Cours d’Alger où se déroulait le procès en appel de l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale, DGSN, Abdelghani Hamel, va se poursuivre demain. Accusé notamment de trafic d’influence, de corruption et d’abus de pouvoir, l’ancien chef de la police a été condamné en première instance à 12 ans de prison. Lors de la journée de mercredi dernier, il avait notamment accusé l’ancien chef de la gendarmerie, El-Ghali Beleksir d’être derrière ses déboires. « C’est Beleksir et ses éléments qui sont derrière cette cabale. Pourquoi ? Je vais vous dire ce que je n’ai pas osé dire…Parce que la Présidence m’a demandé de faire une enquête sur son fils qui devait se marier avec la fille du frère du Président. On lui a dit que la Présidence a ouvert une enquête sur ses enfants à Annaba, il l’a très mal pris », a révélé l’ancien DGSN.Par ailleurs, le procès des militants politique Fodil Boumala et de Karim Tabbou, en liberté provisoire auront lieu en septembre prochain, donc après la reprise de l’année judiciaire.

Akli Ouali

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85