Tribunal de Sidi M’hamed

Khaled Drareni condamné à trois ans de prison

11 Aoû 2020
393 fois

Un nouveau coup de froid dans le dos des journalistes : Khaled Drarni a été condamné, hier par le tribunal de Sidi M’hamed à Alger, à une peine de trois ans de prison ferme et d’une amende de 50 000 DA d’amende pour « incitation à attroupement illicite » et « atteinte à l’unité nationale ». Ses coaccusés, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche, ont écopé, eux d’une peine de 2 ans, dont quatre mois ferme, et une amende de 500 000 DA chacun. Le prononcé de verdict, effectué vers 10 heures du matin, a jeté la salle d’audience dans l’émoi. Khaled Drarni, correspondant de TV5 Monde en Algérie et de Reporters sans frontières, a assisté à l’audience par vidéo-conférence. Face à la juge qui venait de lui annoncer la terrible nouvelle, l’homme est resté debout, impassible. Il a levé vers le ciel le V de la victoire. Dans la salle, les présents, qui espéraient pourtant une libération ou une peine moins lourde, ont plongé dans la stupeur. Des pleurs partout. La sentence est la plus lourde jamais prononcée contre un journaliste algérien. Les quelques journalistes présents ont improvisé un sit-in devant l’enceinte judiciaire. « Etre journaliste n’est pas un crime », scandent-ils. Sur les réseaux sociaux, les condamnations se suivent. « La répression politique par l’instrumentalisation de la justice et des magistrats a atteint le summum de l’intolérable et de l’entendement avec la condamnation du journaliste Khaled Drareni à trois années de prison ferme pour des accusations farfelues », écrit Mohcine Belabbas, président du RCD, dans un communiqué. « Au-delà̀ des personnes injustement emprisonnés et privés de leurs libertés, c’est les valeurs et les causes qu’ils défendent que ce pouvoir cible en priorité́. Rien que pour tout cela, la révolution entamée en février 2019 doit être mené́ à son terme. Il y va de l’avenir de l’Algérie », a-t-il ajouté. «Les autorités algériennes doivent relâcher immédiatement et sans condition Khaled Drareni, d’autant qu’il n’existe aucune preuve qu’il ait fait autre chose que son métier de journaliste», a plaidé dans un communiqué le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). «C’est un verdict très lourd pour Khaled Drareni. Trois ans ferme. On est surpris. Le dossier est vide», a déclaré l’avocat aussi président de la Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADH), Nouredine Benissad. Des journalistes préparent des actions de protestation dans les prochains jours. Entre-temps, les avocats ont fait appel.

Akli Ouali

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85