Pénurie de liquidités

Le ministère de la Poste accable les retraités

20 Sep 2020
2786 fois

Le ministère de la Poste et des télécommunications ne sait plus quelle attitude adopter pour faire face à la pénurie des liquidités. C’est à priori l’impression qu’il donne à travers le communiqué rendu publique hier, et dans lequel, il sollicite l’implication des représentants de la société civile dans l’organisation des files d’attente devant les guichets, à la veille du virement des pensions de retraites. Les membres de la société civile, responsables des cités, chefs de quartiers, sont ainsi sollicités pour aider à canaliser les foules, leur faire respecter les mesures de prévention, notamment la distance sociale et faire en sorte que ces files d’attente se passent sans tension. Comment lire ce communiqué et de quelle manière l’interpréter ? De prime abord, on constate que les rédacteurs du communiqué en question évacuent carrément le problème de la disponibilité des liquidités en quantités suffisante, n’hésitant pas à se placer en contradiction avec le ministre des Finances, qui a reconnu publiquement l’existence de la crise, tout en promettant qu’avant la fin du mois d’octobre les choses « vont définitivement revenir à la normale ». La pénurie existe. Et son origine est chercher ailleurs, et la poste, en tant que première banque du pays, même si elle ne possède pas ce statut, ne porte qu’une responsabilité très limitée. Ce n’est certainement pas en occultant une triste réalité vécue depuis deux mois, si ce n’est pas plus pour certaines localités isolées, par plus de 22 millions de comptes CCP, qu’on pourrait changer quoi que ce soit. Ceux qui ont improvisé une telle sortie maladroite n’ont pas seulement escamoté la vérité, comme si le mensonge par omission ne leur suffit pas, mais ont offensé plus de 3 millions de retraités à travers un communiqué, qui réduit une problématique économique complexe à une simple et banale question d’organisation. Les retraités ne sont pas des personnes irresponsables et indisciplinées, qui ont besoin qu’on les « canalise » et qu’on leur montre comment se comporter. Bien au contraire, ce sont des gens pour la plupart éduqués et dotés d’un sens de la citoyenneté à enseigner même à ces représentants de ladite société civile. La tension prévalant depuis plus de deux mois au niveau des bureaux de poste, n’a rien à voir avec la discipline. Sa source a été identifiée par de nombreux économistes et évoquée par le président de la République et le Premier ministre. Il y’a bel et bien pénurie de liquidités ; et ça ne sert absolument à rien de le nier. Les auteurs du communiqué n’avaient pas à accabler les « Séniors » de cette sorte, mais à s’appliquer davantage pour atténuer leurs difficultés. Eux qui sont assurés de toucher leur salaires régulièrement et dans des conditions plus qu’idéales, doivent savoir qu’il y’a parmi les retraités des milliers de femmes et d’hommes, qui sont loin d’être lotis à une telle enseigne. Sans cette maigre pension, ils ne pourraient pas survivre dans une société où tout se paye cash ; une société où l’économie souterraine est toujours dominante.

Mohamed Mebarki

Dernière modification le samedi, 19 septembre 2020 21:29
Évaluer cet élément
(12 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85