Il a installé la commission de réforme de la loi électorale

Tebboune accélère la mise en oeuvre de son agenda politique

20 Sep 2020
1435 fois

Le président Tebboune, certainement dans le souci de rattraper le temps perdu, du fait de la crise sanitaire, donne la nette impression de vouloir mettre les bouchées double pour accélérer mise en œuvre de son agenda politique. Et alors que la réforme majeure, le projet de révision constitutionnelle, vient juste d’être adopté  par le Parlement « à la vitesse grand V », selon la formule de Zoubida Assoul et en attendant le rendez-vous avec les urnes le 1er novembre prochain, le président Tebboune acte un autre chapitre de sa feuille de route. Hier, il a procédé, en effet à l’installation de la commission chargée de faire des propositions d’amendement de la loi organique régissant le mode électoral, de façon à la mettre en cohérence avec l’esprit et la lettre de la nouvelle constitution. C’est le Pr Ahmed Laraba qui va encore piloter cette nouvelle commission composée, outre des cadres du ministère de l’Intérieur, experts en droit administratif, des professeurs des universités   de Constantine, Tlemcen, Sidi Bélabés, Tizi-Ouzou, Sétif, Tipasa. En lui renouvelant ainsi confiance pour cette deuxième mission, le président Tebboune confirme qu’il est satisfait du travail accompli par le Pr Laraba et son équipe en produisant le document de la nouvelle constitution.  La loi organique relative au mode électoral est un autre « gros morceau » dans la série des textes législatifs appelés à connaitre un profond lifting pour servir de soubassement institutionnel à la « Nouvelle Algérie » que le président Tebboune croit pouvoir instaurer.   L’actuelle loi organique relative au mode électoral, datant pourtant de 2016, est rendu caduque par les nouvelles dispositions de la constitution, notamment le volet qui définit les différentes articulations de processus électoral. Les propositions du Pr Laraba ne devraient pas théoriquement nécessiter beaucoup de temps, en tous cas moins que la révision de la constitution, dès lors qu’il n’y aura pas de consultation politique pour un texte qui sera soumis seulement au vote parlementaire.  Dans la foulée, va devoir suivre aussi la loi sur les partis politiques qui est consubstantielle à la première, car la création de partis politiques dans la nouvelle constitution sera uniquement régie par un système déclaratif qui met fin au fait du prince exercé jusque-là par le ministère de l’Intérieur en accordant les agréments selon le bon vouloir de ses bureaucrates de ronds de cuire.   Tous ces grands textes devraient être fins prêts avant la fin de l’année 2020 pour que le président Tebboune puisse procéder ainsi à la dissolution de l’APN et des assemblées locales pour de nouvelles élections qui sont censées lui assurer une majorité présidentielle pour prendre en charge son programme politique. Il faut juste rappeler à ce propos que le président Tebboune, sans être tout à fait affirmatif, avait prévu la dissolution des assemblées élues avant la fin de l’année en cours pour des législatives anticipées.        

H.Khellifi.

Dernière modification le samedi, 19 septembre 2020 21:26
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85