Risque d’importer le variant anglais Covid-19 :

Les prévisions glaçantes du Pr Lounici

27 Jan 2021
191 fois

En Algérie, l’inquiétude autour des risques liés à l’arrivée du variant anglais du Covid-19 prend de l’ampleur. Les spécialistes multiplient les alertes. Chef du service médecine interne au CHU de Tlemcen, le Professeur Ali Lounici met en garde contre les conséquences sur le système de santé national d’une arrivée du variant anglais du Covid-19 en Algérie. « S’il rentre en Algérie, ce variant britannique mettrait à genoux les capacités de l’Algérie (en matière sanitaire) en deux mois. Il a une capacité de propagation extrêmement rapide, qui peut dépasser de 70 % celle du variant classique », met en garde le professeur Lounici dans un entretien accordé à TSA. « Actuellement ce variant anglais est présent dans plus de soixante pays. Beaucoup de pays en Europe préconisent le confinement général parce qu’ils sont débordés », fait savoir le professeur. « Pour ce qui de l’Algérie, est-ce que les autorités publiques peuvent nous dire si l’Institut Pasteur d’Alger est capable de reconnaître le variant anglais dans la méthode de séquençage ? C’est la seule façon de savoir s’il est déjà là ou pas. Indépendamment de cela, il suffit de voir le trafic aérien. Est-ce que l’Algérie a eu un trafic aérien avec le Royaume-Uni ou des pays où se trouve le variant britannique ? », expose le professeur.

« S’il est déjà présent, dans deux mois il va exploser »

« À défaut d’avoir ces deux informations, on peut envisager l’hypothèse maximaliste, c’est-à-dire la plus grave, que ce variant va entrer ou est déjà présent. S’il est déjà présent, dans deux mois il va exploser », prévient le chef du service Médecine interne au CHU Tidjani Damerdji Pour convaincre du danger du variant anglais sur le système de santé en Algérie, le Pr Lounici livre une simulation glaçante. « Faisons une simulation. S’il touche mille personnes par jour, il va provoquer 1 à 2 % de mortalité. Il y aura donc dix à vingt décès. Il va provoquer 5 %, c’est-à-dire 50 personnes, qui vont nécessiter une assistance respiratoire. Il va également provoquer des formes sévères qui nécessitent une hospitalisation et de l’oxygène pour 150 à 200 personnes. Rien qu’avec 1000 contaminations par jour, au bout de quelques semaines, notre système de santé qui n’est pas très fort bien avant la Covid va s’écrouler en l’espace de quelques semaines », alerte le professeur Lounici. « Si le variant anglais arrive, l’Algérie n’a pas les moyens de faire face en matière de structures. Ça va être dix fois pire que la situation constatée en juillet/août dernier », met en garde le professeur. « Un point positif pour ce variant anglais, c’est que dans l’état actuel des choses il répond à l’immunité naturelle et la vaccination disponible actuellement y répond », rassure le chef du service Médecine interne au CHU Tidjani Damerdji.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85