Commentaire

Un jugement hâtif

27 Jan 2021
345 fois

La hausse subite et sans précédent des prix des produits de large consommation a fait sortir l’UGTA d’une inexplicable hibernation qui a trop duré. Vécue dans la douleur par des millions d’Algériens, dont le pouvoir d’achat s’est lourdement effondré, la situation a enfin interpellé le patron de la Centrale syndicale, dont les réactions sont supposées être à l’avant-garde quand il s’agit d’exposer les préoccupations des masses laborieuses. Un réveil tardif en somme, qui illustre parfaitement les difficultés d’un syndicat à se réadapter aux exigences d’une conjoncture exceptionnelle. Invité par Ennahar TV, Salim Labatcha s’est fendu dans un réquisitoire inédit contre le gouvernement, qui, selon lui, « a perdu le contrôle de la situation ». Même si elle est à inscrire sur le long registre des manifestations populistes de l’UGTA, cette réaction pourrait être considérée comme symptomatique, dans la mesure où elle renforce davantage les spéculations déjà en cours sur un éventuel remaniement de l’Exécutif dirigé par Abdelaziz Djerad, après le retour du président du président de la République. « Avec les prix actuels , il faut un salaire minimum de 70.000 dinars pour permettre aux citoyens de rattraper la perte de pouvoir d'achat provoquée par la hausse des prix qui poursuit des semaines durant sa courbe ascendante », a estimé le SG de la Centrale syndicale. Des propos qui n’avancent à rien, mais qui démontrent encore que l’UGTA a bien cessé d’être une force de propositions, se limitant à des annonces sans emprise sur la réalité. Mais là où Salim Labatcha semble avoir raté sa cible, c’est lorsqu’il fait part de son « étonnement » de voir les Algériens « porter leurs intérêts à l'importation des voitures, comme si c'est une priorité nationale ». Alors que c’est faux. Les préoccupations de la majorité écrasante des Algériens n’ont jamais été fixées sur la « quincaillerie roulante », particulièrement durant cette période marquée par les incertitudes. L’importation des véhicules neufs n’a jamais été une urgence pour eux. Les 2 milliards réservés à cette opération, dénoncée par des sénateurs que l’on ne peut pas accuser de subversion, est une affaire qui préoccupe exclusivement les concessionnaires et les cercles d’affairistes. Quant aux Algériens dans leur ensemble que la situation épidémique et son impact maintiennent dans un état d’angoisse permanent, leur préoccupation majeure est de s’en sortir sans trop de dégâts d’une situation éprouvante physiquement et mentalement.

Mohamed M

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85