Droits de l’Homme

Un « dialogue franc et direct » entre Alger et Bruxelles

06 Fév 2021
155 fois

Interpellé mercredi dernier par des parlementaires européens, le haut représentant de l’Union Européenne pour les Affaires Etrangères et les questions de Sécurité, Josep Borrel, a indiqué que Bruxelles a engagé un « débat franc et direct » avec Alger sur la question des Droits de l’Homme. Evoquant la réunion, en décembre dernier, de la commission mixte portant sur la révision de l’Accord d’association qui lie les deux parties, Josp Borrel a rappelé que les discussions entre celles-ci ont porté sur tout, y compris « un échange très ouvert et franc sur les droits de l'homme au sein de la sous-commission sur le dialogue politique, la sécurité et les droits de l'homme le 19 Octobre 2020 ». Le représentant a ajouté dans une réponse écrite et mise en ligne avant-hier, que lors de la visioconférence des membres du Conseil d'association UE-Algérie, tenue le 7 décembre 2020, les « développements de la situation des droits de l'homme et des libertés en Algérie ont également été discutées au niveau politique ». Le vice-président de l’Union européenne a précisé que Bruxelles « est déterminé à approfondir un dialogue ouvert avec l'Algérie, basé sur la confiance et critique, et continue d'encourager les partenaires algériens à établir un dialogue inclusif avec tous les représentants de la société ». Malgré ces critiques à peine voilées, le responsable européen a rappelé que « le respect des libertés fondamentales et des droits de l'homme est inscrit dans la Constitution algérienne » et constitue « un élément essentiel des relations UE-Algérie, comme en témoigne la section 1 de l’Accord d’associations ». Lors de la réunion en décembre dernier de la commission mixte, les deux parties ont indiqué avoir discuté « des dossiers importants dans leurs relations tels que la gouvernance et les droits de l’Homme, la coopération économique et les échanges commerciaux, l’environnement, l’énergie et la migration ». L’Union européenne avait rappelé que « tel que convenu conjointement dans les Priorités de partenariat UE-Algérie, la relation bilatérale est fondée sur le respect mutuel ainsi que sur la reconnaissance et le respect des valeurs universelles et des engagements internationaux ayant trait à l’Etat de droit et au respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ». Les autorités algériennes ont préféré ne pas commenter ce volet. En revanche, la réaction de plusieurs paris politiques et associations a été très violente contre une résolution du parlement européen portant sur la situation des droits de l’Homme en Algérie.

Akli Ouali

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85