Selon les jeunes progressistes du RCD

«Les exigences du mouvement populaire sont irréductibles»

01 Mar 2021
380 fois

L'accentuation de la répression à l’encontre des militants et des acteurs politiques pleinement engagés dans la révolution du sourire, la fermeture du champ politique et les médias lourds transformés en organes de propagande «n'ont été d'aucun secours pour la feuille de route conçue par le régime pour son maintien». C’est ce que considèrent les Jeunes Progressistes du rassemblement pour la culture et la démocratie. Dans un communiqué de son bureau national à l’issue de sa réunion mensuelle, avant-hier samedi, cette aile juvénile du RCD affirme «qu’à l’occasion du deuxième anniversaire du déclenchement de la révolution du 22 février 2019, le peuple algérien, pour faire aboutir les revendications portées par le mouvement populaire qui renoue avec la rue». Et devant ce qu’il qualifie «d’obstination du pouvoir, il sait que le lieu qui a vu éclore et germer les graines de la révolte est celui-là même qui les fera triompher contre l'oppression et le despotisme d'un système politique devenu un danger pour la nation». Affirmant que si la révolte qui a connu un temps d’arrêt imposé du fait de la propagation de la Covid 19, elle a «repris de plus belle, d’abord le 16 Février à Kherrata puis à Khenchela et ensuite durant les journées des 22 et 26 février dans plusieurs grandes villes du pays». Une deuxième phase de la révolution qui, ajoute-t-il, «relance et confirme l’irréductibilité des exigences populaires, lesquelles sont en totale inadéquation avec les pseudo-réformes prônées par un régime miné par ses propres contradictions». Et de relever que «dans le sillage de cette réappropriation de l’espace public, l’université algérienne s’est de nouveau naturellement retrouvée aux avant-postes de la contestation». Il note que «la répression féroce contre cette avant-garde de la jeunesse dénote de la panique du régime qui s'échine sans succès à entretenir les divisions et à promouvoir les schémas de manipulations éculés». Les jeunes progressistes du RCD «dénoncent et condamnent la répression et la violence des forces de sécurité contre les manifestants pacifiques lors des marches estudiantines du mardi, notamment à Alger ou plusieurs activistes ont été brutalement interpellés par les forces de répression». Ils se disent «partie prenante de la mobilisation pacifique pour l'avènement de l'alternative démocratique et pour une université autonome», se disant «convaincus que la poursuite de la lutte pour un État de démocratie et de justice est le devoir de chacun et que la victoire, inéluctable, passe par l'unité d'action et le combat contre l'instauration de la confusion et la division synonyme d'hésitation et de découragement». Sur un plan organique, l’organisation des jeunes progressistes du RCD dit enregistrer «avec enthousiasme l’intérêt grandissant de jeunes, à travers les quatre coins du pays pour l'organisation». A cet effet, le bureau national de cette aile juvénile se donne comme «premier objectif la structuration d’autres coordinations régionales dans les semaines à venir».

A.K.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85