Pour des universitaires

Une "avancée en soi, mais en deçà des attentes du peuple"

06 Mar 2021
153 fois

La reconnaissance du président français, Emmanuel Macron, de la responsabilité de l'armée coloniale française dans la "torture puis l'assassinat" de l'avocat et dirigeant politique du nationalisme algérien, Ali Boumendjel, le 23 mars 1957, est une "avancée" et un "bon geste", mais qui reste "très insuffisant". La reconnaissance après 64 ans de l'exécution d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale française est "en soi une avancée, mais qui reste en deçà des attentes et des espoirs des algériens", a estimé l'historien Mohammed Ould Si Kaddour El-Korso, dans une déclaration à l'APS. "Sauf ce à quoi nous assistons, ce sont des avancées à petits pas et à l'arrachée", a-t-il dit. L'historien considère que la déclaration faite à Alger par le candidat Macron avait marqué "positivement" les esprits. "Nous espérions que le président Macron allait prendre à bras le corps cette question de reconnaissance (...)", souligne-t-il. Pour Mohammed El-Korso, la France voulait, à travers la reconnaissance de l'assassinat de Ali Boumendjel, "solder un problème interne à la République", car, ajoute l'historien, "les Algériens n'ont jamais douté qu'il s'agissait là d'un assassinat commis, de mains de maitre, par un professionnel de la question, appelé à l'époque le commandant O, en l'occurrence le général Aussaresses". "Les assassinats, comme la torture, étaient codifiés, tout comme la corvée de bois et les exécutions", a-t-il affirmé. «Au-delà de cette reconnaissance, qui prolonge celle de l'assassinat de Maurice Audin, le peuple algérien attend plus : des excuses claires, franches, sincères et des réparations", a dit l'universitaire, ajoutant que la République française ne pourra pas "se dérober indéfiniment" à son devoir de mémoire, un "lourd passif" à régler, pour lui éviter "d'être soumise régulièrement à des stress et convulsions historiques". Par ailleurs, l'affranchissement de la France de son "passé sanglant" en Algérie, permettra, selon l'historien, de créer un climat de confiance qui profiteraient également à tous les pays du bassin méditerranéens, les pays du Maghreb, du Sahel et au-delà.Pour l'enseignant au département de l'histoire à l'université Akli Mohand Oulhadj de Bouira, Mustapha Sadaoui, cette reconnaissance de la France d'avoir "torturé puis assassiné" Ali Boumendjel, est un "bon geste", "louable", mais qui est "très insuffisant". "On les encourage à faire d'autre gestes semblables", poursuit-il. L’universitaire estime, néanmoins, que "réellement cela ne règle pas le problème". "Le problème est très profond. Des villages ont été détruits, des populations placées à travers de milliers de camps de concentration, des exécutions sommaires...etc. Nos grands-mères et nos grands-parents nous ont raconté les atrocités qu'ils ont endurées pendant la guerre", conclut-il.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85