ELECTIONS LEGISLATIVES ANTICIPEES DU 12 JUIN

Le PST dit non

07 Avr 2021
448 fois

Le Parti socialiste des travailleurs joint sa voix à celle du RCD, du FFS et du PT en décidant de tourner le dos aux élections législatives anticipées du 12 juin prochain.Pour la direction nationale du parti qui rappelle, dans un communiqué, avoir participé à plusieurs scrutins depuis 1991 dans le but de se saisir de la tribune électorale, elle estime que «sans la construction d’un rapport de force politique préalable au sein de la société, aucune illusion n’est permise quant à la possibilité de réaliser le changement démocratique et social auquel aspirent les masses populaires par voie électorale». Surtout pas dans le contexte actuel puisque, relève-t-elle, «ces élections législatives interviennent au moment où le Hirak populaire, quels que soient ses travers et ses limites, est de retour depuis le 22 février dernier posant de fait la question du choix entre le camp populaire et celui du pouvoir et de sa feuille de route». Pour le PST, «la contestation de la légitimité du pouvoir s’exprime de nouveau par de grandes manifestations populaires dans plusieurs villes du pays», rappelant que «comme pour les élections de 2002, qui intervenaient au lendemain du soulèvement populaire du printemps noir de 2001, notre parti n’hésite pas une seconde pour rejeter la mascarade des législatives et pour participer comme à l’accoutumée à construire le camp des luttes et des mobilisations politiques et sociales de notre peuple». Et de considérer que «plus que les consultations précédentes, ces législatives sont déjà disqualifiées sur le plan démocratique par l’ampleur de la répression et des atteintes aux libertés», affirmant que «les prétendus gestes d’apaisement se limitant à gracier quelques dizaines de détenus politiques sont vite démentis par de nouvelles arrestations et autres harcèlements policiers et judiciaires de militants, de journalistes et de simples manifestants». Pire, note-t-il encore, «des cas de torture et de viol par les services de sécurité sont dénoncés publiquement par d’anciens détenus, les libertés et les droits démocratiques élémentaires d’expression, de manifestation, d’opinion, d’organisation, de grève, etc., sont quotidiennement muselés, les médias publics sont toujours fermés à toute critique du régime et leurs plateaux continuent à être monopolisés exclusivement par ses représentants et par ceux qui lui ont manifesté leur allégeance alors que la loi électorale, avalisée par ce même parlement dissout que le pouvoir lui-même qualifie de corrompu et illégitime, constitue une autre entrave à une élection honnête et démocratique». Aussi, pour le PST, ces législatives sont une «manœuvre visant, comme pour la présidentielle de décembre 2019 et le référendum sur la nouvelle constitution de novembre 2020, une institutionnalisation de la continuité du régime».

A.K.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85