Projet d’une station d’essence à BERRAHAL

Un opérateur sommé d’arrêter les travaux

11 Mai 2017
543 fois

Le regroupement, sur le site devant abriter une pompe à essence à la sortie de Berrahal en direction d’Annaba, de plusieurs services concernés par la conformité des constructions, entre autres le service technique APC, la police de l’urbanisme, la daïra, la conservation foncière, avec en prime une décision du premier magistrat de la commune pour l’arrêt des travaux, n’a pas empêché un tant-soit peu le propriétaire de poursuivre ses travaux envers et contre tous. Comble de l’ironie, le propriétaire a maintenu les travaux de pose des ceintures, des semelles et amorces poteaux, au grand désarroi des policiers de l’urbanisme. La question, à laquelle population locale ne retrouve pas de réponse, c’est : pourquoi ce genre d’entêtement n’a jamais été signalé lors des interventions de la gendarmerie ? Mieux encore, le « rebelle » n’a non seulement pas respecté la surface constructible autorisée en lançant des travaux sur toute la surface du lot, mais il a aussi décapé le bitume d’une route existante sur le POS et servant d’accès aux voisins. En outre, il a posé des amorces poteaux, ce qui a engendré la coupure du réseau de l’éclairage public nouvellement réceptionné et mis en service.  « De prime abord, il semble que nous avançons comme dans une migration vers l’inconnu, comme si nous menons un exode vers des espaces infinis. Alors comment expliquer le non-rejet par les services de l’hydraulique de ce projet, du moment que la conduite d’AEP alimentant le quarter d’Ain-Chouga passe sous la surface abritant ce projet. », a tenu à révéler un agent du service technique de l’APC. Il a fallu que le maire de Berrahal, Nacer Benali, se déplace sur les lieux pour que les travaux soient suspendus, en attendant les résultats d’une enquête du service technique de l’APC. Il est vrai que l’effronterie des contrevenants fait que l’on assiste aujourd’hui impuissant face à des comportements jugés inadmissibles, voire inimaginables.   A l’origine de ces dépassements contre le foncier urbain, on pointe un doigt accusateur en direction de certains protégés des personnalités influentes de la ville, qui ont érigé une république à leur compte et dans laquelle elles vivent au-dessus de la loi qui ne s’applique malheureusement qu’aux pauvres.

B. Salah-Eddine

Dernière modification le jeudi, 11 mai 2017 11:05
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85