Sabotage du scanner du CHU ‘‘Ibn-Rochd’’

A qui profite le crime ?

18 Jui 2017
277 fois

Incontestablement, l’acte de sabotage d’un équipement vital du secteur public, à savoir le scanner du CHU « Ibn-Rochd » est criminel à plus d’un titre, tant que ce sont les pauvres malades qui paient cash les frais. A qui profite le crime ? C’est la question qui se pose. Reste l’identification de l’auteur pour connaître les tenants et aboutissants de cet acte prémédité. Pour le boss du CHU « Ibn-Rochd » Nabil Bensaid, il n’y a aucun doute : l’acte de sabotage est avéré.  Il a été détecté et prouvé par une équipe de techniciens de pointe, dépêchée par le fabricant du scanner, une firme mondialement reconnue en l’occurrence Toshiba. Le scanner en question est tombé subitement en panne il y a une dizaine de jours, précisent le même responsable.  « Comme nous sommes liés par un contrat de maintenance renouvelable chaque année, depuis l’acquisition en 2014 de cet équipement, qui a une garantie de 3 ans, nous avons fait appel au constructeur dès que la panne subite du scanner a été signalée. Les ingénieurs de la firme Toshiba n’ont pas mis du temps pour détecter les causes de la panne et prouver qu’il s’agit bien d’un acte prémédité. Ainsi, il s’est avéré qu’ils ont découvert à l’intérieur du scanner un liquide étranger à l’équipement, qui est la principale cause de la panne. Le liquide a été injecté à partir d’un trou quadrillé, situé sur le haut du scanner, qui s’est propagé ensuite à l’intérieur pour griller carrément certaines cartes électroniques maîtresses du numériseur. », a tenu à préciser à ce sujet le docteur Nabil Bensaid, dans un entretien accordé à l’Est Républicain.   D’autre part, le même responsable a tenu à rassurer les patients qu’une demande en urgence pour pallier à cette panne a été établie pour l’acquisition dans les meilleurs délais des pièces endommagées par ce sabotage. Nous apprenons par ailleurs, que l’enquête administrative interne diligentée par la direction au lendemain de l’arrêt du scanner et qui a ciblé tous l’ensemble des travailleurs qui étaient en fonction la veille et ce jour-là, n’a pas permis malheureusement de remonter jusqu’à(aux) l’auteur(s). Cependant, nous apprenons qu’une enquête en profondeur vient d’être diligentée par les services de sécurité, suite à une plainte contre (X) de la part de la direction du CHU.  Le directeur du CHU a signalé qu’un ancien scanner dont dispose le Centre hospitalier Ibn Sina et qui a déjà servi à 29 000 examens depuis sa mise en marche, est à la limite de la réforme. « Il est souvent en panne pour un problème de cathodique et sa remise en état est prévue après la fête de l’Aïd. », dira-t-il. Loin de toute démagogie et il faut le reconnaître, le secteur de la santé et de la population de la wilaya de Annaba est considéré parmi les secteurs les mieux lotis, aussi bien en matière de moyens humains qu’en infrastructures. Cependant et contrairement au secteur privé de la santé, le secteur public, bien qu’il soit doté d’infrastructures hospitalières dignes de ce nom et dont certaines datent de l’ère coloniale, à l’image du CHU « Ibn-Rochd » et Ibn-Sina ou encore Sainte-Thérèse spécialisé en pédiatrie, demeure l’objet d’incessants coups bas pour nuire à son image. Le secteur stratégique de la santé, qui a vu l’injection de fortes sommes d’argent pour sa réhabilitation, reflète incontestablement l’effort que l’Etat a déployé ces dernières années en direction de l’infrastructure qui s’est renforcée d’une manière considérable. En effet, depuis l’installation du docteur Bensaid à la tête du CHU et également un nouveau patron pour la Direction générale de la santé et de la population de la wilaya, le secteur s’est attelé à apporter une amélioration à l’ensemble des hôpitaux et cliniques. Cette amélioration est aujourd’hui visible pour tout visiteur de ces structures sanitaires ayant fait l’objet d’extension, de réfection et de réhabilitation de nombreux services notamment l’accueil qui reste en deçà  de ce qui est requis d’autant plus que les patients affluent de toutes les wilayas de l’Est (Guelma, Souk-Ahras, El-Tarf, Tébessa, Skikda, Khenchela et Oum-El-Bouaghi).  A signaler aussi que tous les laboratoires, intéressant plusieurs spécialités médicales au niveau des différentes infrastructures sanitaires, ont été remis en conformité à l’image du bloc opératoire du service de gynécologie obstétrique, classé en tête des services de gynécologie du pays pour le nombre d’accouchement et d’interventions chirurgicales (césariennes).  A cela, il faut ajouter de nombreux programmes en vue de la contractualisation ont été aussi accompagnés, de l’acquisition d’équipement informatiques et de formation spécifique du personnel appelé à évoluer dans des plateaux techniques totalement rénovés.

B. Salah-Eddine

Dernière modification le samedi, 17 juin 2017 18:16
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85