Saison estivale

Les exploitants de parkings quadruplent les prix

12 Juil 2017
291 fois

Si aucune concession n’a été accordée au niveau des 21 plages autorisées à la baignade, à Annaba, et que surtout les directives émanant du Premier Ministre et aussi du ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, ont été scrupuleusement appliquées grâce a une présence soutenue du maire M. Farid Mérabet, notamment, il n’en demeure pas moins que des  individus trouvent toujours des moyens pour créer l’anarchie. En effet, pour beaucoup, l’unique point noir demeure l’exploitation des aires de stationnement. Les estivants sont surpris de constater les prix exorbitants et la frénésie de certains exploitants. Les prix ont été multipliés cette année, par quatre. Des estivants signalent qu’au niveau des parkings d’Aïn-Achir, Toche ou Belvédère il est exigé 200 D.A pour les véhicules légers et 400 DA pour les fourgonnettes... Cependant et de l’avis des estivants venant de l’arrière pays notamment des wilayas de Constantine, Tébessa, Guelma, Oum El-Bouaghi, Khenchela et même des régions du Sud, estiment  qu’il y a, à Annaba, une amélioration sensible sur  de nombreux volets. « La restructuration et la réorganisation opérées par les services des APC le long du littoral annabi, qui a permis aux estivants nationaux et étrangers de bénéficier de commodités et de profiter des plaisirs de la mer, est à saluer et pérenniser. »  a tenu à témoigner un chef de famille de Souk-Ahras, un habitué des lieux. Lors de cette saison estivale, hormis, précise-t-on, quelques activités saisonnières qui ont été octroyées aux jeunes, pour faciliter le séjour des estivants. Cependant, cet effort reste insuffisant dans la mesure où les estivants restent encore confrontés au dictat des jeunes, imposant aux vacanciers parasols, tentes, chaises et tables, et ce, malgré les efforts des services notamment de la commune d‘Annaba. Du côté de la direction du tourisme, l’on affirme« qu’aucune autorisation n’a été accordée à quiconque pour l’exploitation des parasols ou autres équipements de plage. Et s’il existe des jeunes qui exploitent l’espace des plages pour imposer leur équipement cela relève de la mission des services de la gendarmerie en charge de la sécurité de la corniche d’Annaba. » Par ailleurs, depuis le début du mois de juillet en cours, soit au lendemain de l’Aïd, Annaba, la Coquette vit au rythme méditerranéen. Les féeriques plages, célèbres les unes pour leurs kiosques à glace et les autres pour leurs restaurants où l’on déguste poissons et boissons les pieds dans l’eau, sont prises d’assaut notamment les week-ends et dans les soirées. Ils sont des dizaines d’algériens et depuis un certain temps des étrangers à fréquenter cette splendide corniche. Incontestablement, la coquette possède l’une des plus belles d’Algérie. Célèbre par son cours de la révolution, Annaba, l’antique « Bouna » a surtout l’avantage d’avoir une corniche « urbanisée ». La mer fait partie du décor urbain. Les plus importantes cités du nord de la ville sont à la fois la ville et la corniche. Saint-Cloud, comme Kouba ou encore la carroube sont à la fois des cités d’habitations et des plages. Superbement illuminés, boulevards du front de mer et plages offrent un spectacle particulier aux touristes.

B. S-E

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85