Pénurie d’eau

Les gérants d’infrastructures touristiques menacent d’une grève générale

13 Juil 2017
276 fois

Le début d’une saison estivale, le moins que l’on puisse dire, catastrophique qu’a connu Annaba, en matière d’AEP, risque d’envenimer plus encore une situation déjà explosive. Elle a fini par faire réagir l’ensemble des gérants d’’infrastructures touristiques et autres commerces ainsi que des fastfoods de la côte Ouest, allant de la caroube jusqu’à la zone d’extension touristique de Ras-El-Hamra.  Une grève générale et illimitée pointe le nez à partir de la semaine prochaine.    Les locataires de cette partie du littoral Annabi, au même titre que les responsables des complexes touristiques et des établissements médicaux privés, semblent avoir durement ressentis cette année une sècheresse dans une wilaya des plus arrosées du pays. Depuis le début de la saison estivale, cette zone des plus fréquentées durant les saisons des grandes chaleurs, souffre le martyr. Et la situation empire au fil des jours, affirme-t-on. Au lendemain du mois de Carême, le moins que l’on puisse dire, tout le monde est à sec notamment du côté de la Caroube, Toche, Belvédère et Aïn-Achir. Les habitants signalent d’importantes fuites d’eau quotidiennement au niveau des 2 sites de la Caroube et à Toche, qui abritaient des bidonvilles et qui ont été totalement rasés, il y a quelques semaines. L’entreprise chargée de la gestion d’AEP n’a même pas pris les dispositions pour réparer les échappées d’eau à partir desquelles s’approvisionnaient autrefois clandestinement les habitants des bidonvilles. Cette situation a poussé les habitants et les tenants d’infrastructures touristiques à opter pour l’alimentation en eau potable par le biais des camions citernes, à raison de 3.000 DA, voire plus,  la citerne de 25.000 litres. Plus grave, l’eau avec laquelle s’approvisionnent les gens de cette partie de la ville,  s’est avérée doûteuse. Elle est puisée de la zone « Bédjima », située aux abords de l’échangeur du complexe sportif du 19 mai 1956, affirme une source crédible. Impuissants devant une situation à la limite de l’intolérable, et à l’issue d’une réunion ayant regroupé pratiquement l’ensemble des gérants des complexes touristiques, des restaurants et autres fastfoods, il a été décidé de lancer, à partir de dimanche prochain, une grève générale et illimitée, pour protester contre la fuite en avant de certains responsables concernés par cette situation, dont l’algérienne des eaux et le service de l’hydraulique. Parallèlement, la population a menacé d’opter, en même temps, par des actions plus radicales en investissant la chaussée, entre autres, si une solution urgente ne venait pas à être concrétisée. A rappeler que les  habitants de ces régions n’ont pas cessé d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur cette situation à la limite de l’insupportable.

B. Salah-Eddine

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85