Après plusieurs jours de pénurie

Alimentation progressive de la ville en eau

05 Sep 2017
777 fois

La sortie médiatique du premier magistrat de la wilaya, mettant un terme aux rumeurs qui courent depuis plusieurs jours sur les causes principales de cette importante panne d’eau qui touche le chef- lieu de la wilaya d’Annaba et les communes limitrophes, a permis non seulement d’en finir avec les spéculations mais également d’assurer un approvisionnement progressif en eau potable lors de la journée d’hier. En effet, cette intervention était plus qu’urgente dans un contexte très difficile marqué par une montée des mouvements de protestation à travers pratiquement toutes les communes touchées par cette crise d’eau. Les promesses non tenues on été le détonateur de la colère des protestataires dont les mouvements ont doublé suite aux robinets à sec du premier jour de l’Aïd. Ils se sont poursuivis dans la nuit d’avant-hier à El-Bouni, La colonne et au Majestic. De grandes artères  ont été bloquées à la circulation jusqu’après minuit. Des camions-citernes devant approvisionner plusieurs quartiers ont été escortés par les forces de l’ordre après le refus de certains habitants pour cette solution, jugée provisoire. Il faut reconnaître que la situation reste tendue surtout que rien n’a été annoncé pour clôturer ce chapitre. Certains connaisseurs interrogés sur le sujet, étalent l’hypothèse  que le problème était imminent mais personne n’a osé en parler. Aujourd’hui avec les changements climatiques marqués par une pluviométrie de plus en plus rare, la situation n’est plus la même qu’il y a quelques années. On reconnait que rien n’a été fait pour parer à une telle catastrophe. Le nombre de logements attribués à Annaba ces dernières années est très important, cela implique que la consommation de l’eau potable surtout,  a quasiment triplé. Si des hôpitaux et des écoles surchargées fonctionnent tant bien que mal avec les résultats que l’on voit, il n’en est pas de même dans tous les cas de figure,  expliquent ces spécialistes. La gestion de l’eau à Annaba ne peut plus être assurée avec des moyens datant de trois ou quatre décennies, voire plus. Les barrages ont une capacité d’alimentation qui ne doit pas dépasser un certain volume de  sommation. Un retraité de l’ADE, interrogé hier, ne cache pas que de nombreuses installations du barrage de Chefia, se trouvent dans des zones pratiquement inaccessibles. Heureusement pour la population, elles n’ont jamais été endommagées malgré leur vétusté. Cependant, toutes les personnes interrogées ayant fait une longue carrière au sein de l’ADE, avouent que les moyens existent mais malheureusement, ils n’ont jamais été exploités, tels que le projet de dessalement de l’eau de mer. La presse avait parlé il y a plusieurs années de ce projet dont devait bénéficier la wilaya de Annaba, d’après d’anciens responsables. Mais ce projet qui n’a jamais vu le jour, était resté lettre morte.  

Reda B

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Quotidien indépendant d’information édité par la E.U.R.L. Hippone Edition et Communication.

Rédaction & Publicité : 6, Place Tarek Ibn Ziad - Annaba

Rédaction: Tél & Fax : 038.45.90.15

Publicité: Tél-Fax : 038 45.90.16

Bureau de Constantine : Maison de la Presse Tél/fax: 031.61.60.79 

Bureau de Souk-Ahras : 8, place de l’Indépendance (ex place Thagaste )
Tél - fax : 037 31.08.53

Bureau de Skikda : 6, Rue Mostefa Benboulaïd  - Tél : 038 76.57.85